Le blog de Dasola

mardi 25 avril 2017

The Young Lady - William Oldroy / Sous le même toit - Dominique Ferrugia

The Young Lady de William Oldroy est une adaptation d'un roman russe de 1865 écrit par Nicolaï Leskov, Lady Macbeth du district de Mtsensk, que je n'ai pas lu. Le musicien Dimitri Chostakovitch s'est servi de ce roman pour écrire un opéra en 1930-32. Comme le roman russe, the Young Lady se passe en 1865. L'action se situe en Angleterre dans un paysage austère. Katherine, à peine 20 ans, vient d'être mariée à un homme de deux fois son âge. Ce mariage arrangé ne s'annonce pas bien: Alexander, le mari, semble impuissant. La grande demeure où ils vivent avec Boris, le beau-père odieux de Katherine, et quelques domestique,s est sinistre. Katherine se distrait en allant se promener dans la lande alentour. Pendant que les deux hommes partent pour affaires durant quelques semaines. Katherine tombe dans les bras de Sebastian, un des palefreniers du domaine. C'est un amour fou et exclusif qui va mal se terminer. On découvre en Katherine un être glaçant et dangereux. Elle est prête à toutes les extrémités. Comme l'a écrit Matchingpoints, certaines scènes sont dures. La mise en scène est très travaillée avec les scènes les plus violentes filmées de loin ou hors champ. Un film prenant mais un peu perturbant car c'est dur voire impossible de s'attacher au personnage de Katherine. La jeune Florence Pugh est une révélation, avec son air presque impassible. Lire aussi les billets de Ffred et Pascale.

Je serai très brève concernant le film français Sous le même toit: pas terrible du tout. Si vous avez vu la bande-annonce, c'est amplement suffisant. Delphine, infirmière dans un hôpital, et Yvan, agent d'un footballeur (enfin il essaie), viennent de divorcer, mais Yvan, qui n'a presque pas un sou, habite néanmoins sous le même toit que sa femme et ses deux enfants. Il possède 20% de la maison et donc 20% du frigo, et peut utiliser quelquefois la salle de bain ou le salon. Louise Bourgoin a beau être charmante et Gilles Lellouche faire ce qu'il peut, la comédie est poussive et rarement drôle. On peut passer. Lire le billet de Ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 22 avril 2017

Nuit - Bernard Minier / Les enfants d'Odin - Harald Gilbers

P1050264

Dans Nuit (Editions XO, 517 pages) de Bernard Minier, on retrouve le commandant Martin Servaz, dont on avait fait connaissance dans Glacé, qui va à nouveau affronter Julian Hirtmann, un Suisse psychopathe, ancien procureur et dont il est aussi question dans Le cercle. Nuit commence avec le meurtre d'une Norvégienne technicienne sur une plate-forme off-shore dont on retrouve le corps sans vie dans une église de Bergen. Kirsten Nigaard, de la police d'Oslo, est chargée de l'enquête, car son nom écrit sur un papier est retrouvé dans une poche du vêtement de la victime. De Bergen, Kirsten va arriver à un moment donné (presque deux mois plus tard) dans le bureau de Martin Servaz suite aux indices que la police norvégienne a trouvé. Parmi les indices, il y a des photos montrant Martin Servaz pris au téléobjectif ainsi qu'un prénom écrit au dos d'une de ces photos, "Gustav'. Entretemps, menant une enquête, Servaz aura été blessé grièvement par balle par le suspect qu'il poursuivait. Je ne sais pas si j'ai été assez claire, mais l'intrigue assez prenante est pleine de rebondissements menant à de fausses pistes. Le tout est orchestré par Julian Hirtmann qui s'est attaché à Gustav (un garçonnet de 5 ans, très gravement malade) dont il s'est occupé depuis la naissance. Je n'en dirai pas plus sur cette histoire qui m'a un peu moins convaincue que Glacé (j'ai trouvé pas mal d'invraisemblances), mais quand le roman se termine, on attend la suite. Il n'est pas forcément nécessaire d'avoir lu les romans précédents pour comprendre qui sont certains des personnages, quoique... Pour l'anecdote, le petit garçon s'appelle Gustav en l'honneur de Gustav Mahler, le musicien préféré de Servaz et Hirtmann. 

P1050265

Je passe maintenant au roman Les fils d'Odin d'Harald Gilbers (Grands détectives, 10/18, 547 pages haletantes). J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Richard Oppenheimer, ancien commissaire de la Kripo à Berlin, qui vit plus ou moins dans la clandestinité depuis l'arrivée d'Hitler au pouvoir. En effet, Oppenheimer, marié à une aryenne, Lisa, depuis plus de 20 ans, est juif. On l'avait laissé en mauvaise posture en juin 1944 dans Germania: il avait été déclaré mort. Fort heureusement, dans Les fils d'Odin, on le retrouve 6 mois plus tard. En janvier 1945, vivant dans un meublé sous une fausse identité, Oppenheimer est gardien de nuit dans une banque. La vie d'Oppenheimer ne tient qu'à un fil avec ses faux-papiers provisoires qu'il a obtenu grâce à son amie Hilde, une femme médecin de grande valeur et anti-nazie notoire. A son tour, Oppenheimer va aider Hilde. Cette femme est encore mariée à un médecin qui a pratiqué des "expériences" sur des cobayes à Auschwitz. Hilde se accusée du meurtre de son mari, Erich Hauser. Récemment revenu à Berin, le corps d'Hauser est retrouvé mutilé: la tête et les mains ont été coupées. Oppenheimer va mener son enquête entre le 30 janvier et le 12 mars 1945 dans Berlin en ruines bombardée jour et nuit par les Américains (le matin) et les Britanniques (l'après-midi). Plus que l'intrigue policière, j'ai trouvé très intéressante la description de la vie quotidienne des Berlinois privés de presque tout. Berlin où les trafics en tout genre continuent, ainsi que les dénonciations, et où la Gestapo règne toujours par la terreur. A la fin du roman, Hilde, condamnée à mort (mais pas pour la mort de son mari), a obtenu une semaine de sursis. J'espère que M. Gilbers compte écrire une suite et fin. Les fils d'Odin sont des illuminés se consacrant à un culte germanique autour du dieu Odin/Wotan. C'est très accessoire dans le roman.

mercredi 19 avril 2017

Citoyen d'honneur - Gastón Duprat & Mariano Cohn / L'homme aux mille visages - Alberto Rodriguez

C'est grâce au billet d'Eeguab que je me suis rappelée que je voulais voir Citoyen d'honneur, des Argentins Gaston Duprat et Mariano Cohn. J'ai moi-même aimé ce film dès les premières images. Daniel Mantovani, écrivain reconnu, remercie l'académie Nobel pour le prix qu'elle vient de lui décerner. Si vous arrivez à voir ce film avant qu'il ne passe plus, vous pourrez découvrir son discours assez iconoclaste. Daniel Mantovani vit dans une villa bunker à Barcelone depuis des années, et peu de temps après son prix, lui qui décline toutes les invitations qu'il reçoit, il accepte de retourner à Salas, son village natal. Cette ville au milieu de la Pampa argentine ne semble pas très évoluée, comme les habitants. L'hôtel où descend Daniel est à l'image du reste des habitations: miteux. La ville n'est pas en liesse pour recevoir l'illustre écrivain, et tout va dégénérer assez vite, car quelques habitants n'apprécient pas la manière dont Daniel les a décrits dans ses romans. On sent que tout cela va mal finir. Je ne vais pas tout raconter. J'apprécie ce genre de film hors des sentiers battus.

Je passe à L'homme aux mille visages d'Alberto Rodriguez (La Isla minima) qui raconte des faits réels qui se sont déroulés entre 1994 et 1995. Francisco (Paco) Paesa, espion, agent financier, a exfiltré Roldan, le chef de la Garde civile espagnole, et un milliard cinq cent mille pesetas que ce dernier a dérobé dans les caisses de l'état. Le narrateur, pilote d'avion, un personnage fictif complice de Paco, nous fait faire de nombreux aller-retours entre Madrid et Paris. J'avoue qu'en tant que spectatrice, je n'ai pas tout compris à l'escroquerie qui va aboutir à la condamnation de Roldan, lequel sera trahi par Paesa, mais le personnage de Paco est suffisamment intéressant pour que l'on suive l'histoire avec attention. Paco (Eduard Fernandez, excellent) a l'air si sympathique qu'on a du mal à croire qu'il soit aussi retors et pourtant... A priori, en 2017, Paesa vit à Paris dans le 6ème arrondissement.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 16 avril 2017

Je danserai si je veux - Maysaloun Hamoud

 P1050259

Comme Je danserai si je veux (sorti le le 12/04/12 au lieu du 29/03/17), le premier film franco-israélo-palestinien de Maysaloun Hamoud, risque de passer inaperçu, je profite de ce blog pour vous inciter à aller le voir s'il passe par chez vous. Il n'y a pas eu beaucoup d'échos dans la presse et les critiques sont partagées: Le canard enchaîné et Télérama aiment, mais pas Le Monde. C'est l'histoire de Layla, Salma et Nour, trois jeunes arabes palestiniennes qui vivent à Tel Aviv, dans un grand appartement en colocation. La première est une avocate. C'est une belle jeune femme libre qui fume et boit et n'hésite pas à séduire les hommes; Salma est DJ et serveuse dans un bar; quant à Nour qui vient tout juste d'arriver, elle veut préparer au calme ses examens d'informatique loin de son village et de son fiancé qui aimerait avancer la date du mariage. Nour est une jeune femme sage qui porte le voile même en intérieur. Ces portraits vifs et évocateurs de ces femmes, dans un monde où le pouvoir patriarcal n'a jamais été aussi fort, m'ont touchée. Salma se fait déshériter par sa famille qui découvre qu'elle préfère les femmes aux hommes. Le nouvel amoureux de Layla, sous ses airs progressistes, est très traditionnaliste, et il n'accepte pas que Layla fume en public. Quant au fiancé de Nour, un psycho-rigide qui ne serre pas la main des femmes, il a un comportement inqualifiable envers Nour. Heureusement que les femmes savent être solidaires quand il le faut. La dernière scène fait penser à une fin ouverte mais pas forcément heureuse. Les trois comédiennes sont formidables. J'ai vu ce film en avant-première il y a plus d'un mois et je suis très contente de l'avoir vu. Lire les billets de Miriam et Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 avril 2017

Cartel - Don Winslow

P1050243

Cartel (Editions du Seuil, 710 pages haletantes) de Don Winslow est la suite de La griffe du chien (voir mon billet). Quand débute Cartel, en 2004 Adán Barrera, un narcotrafiquant, est derrière les barreaux dans une prison de haute sécurité mexicaine mais plus pour très longtemps. En effet, il organise son évasion grâce à l'argent qu'il a versé à tous les gardiens. Adàn redevient le chef du cartel de Sinaloa. Face à lui, Art Keller (ancien agent du DEA), qui avait mis Adán derrière les barreaux, est obligé de reprendre la traque. Adán met la tête de Keller à prix pour 2 millions de dollars et s'engage à mettre la main sur les états limitrophes avec les Etats-Unis avant d'envahir tout le Mexique en écrasant les cartels rivaux. Mais des adversaires redoutables se présentent. Anciens militaires de l'armée mexicaine, ils se font appeler les zetas et sèment le meurtre et la violence. Les victimes se comptent par centaines. en étant décapitées, démembrées, éventrées, exécutées d'une balle ou brûlées vives. Tout ça pour l'argent de la drogue et des armes. Je ne vous décrirai pas le sort réservé aux femmes. Le monde décrit dans Cartel est terrible, cauchemardesque et sans beaucoup d'espoir. Car même si Cartel est un roman, il raconte une histoire tirée de faits réels. En préambule du roman, Winslow donne une liste de plus de 100 journalistes "disparus" ou assassinés (et il y en a eu d'autres) pour avoir essayé de raconter ce qu'il se passe. Le roman se termine en 2014. Le style est fluide. J'ai été "happée" dès le début. Je ne sais pas si c'est un grand roman (l'histoire est très noire) mais c'est un très bon roman. Lire les billets élogieux de Leatouchbook, Inganmic, Athalie, Richard, Didi et Cannibales lecteurs.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 10 avril 2017

Corporate - Nicolas Silhol

C'est la première fois que cela m'arrive: je ne suis pas allée au cinéma pendant une quinzaine de jours, faute d'envie de voir les films qui sortaient. Jusqu'à ce que je sois attirée par Corporate, premier long-métrage de Nicolas Silhol, et ceci grâce aux affiches sur les colonnes Morris à Paris. En préambule, nous sommes prévenus, les personnages sont fictifs mais pas les méthodes de management décrites dans le film. Emilie Tesson-Hansen (Celine Sallette) est une "killeuse", elle a été recrutée 100 000 euros par an pour s'occuper d'un service de 73 personnes en tant que DRH dans une multinationale. Elle est chargée de "dégraisser" les effectifs selon un plan appelé "Ambition 2016". Les conséquences de ce plan ne tardent pas à provoquer une tragédie lorsqu'un cadre se jette par une fenêtre et s'écrase dans la cour du bâtiment de l'entreprise. L'inspectrice du travail se met tout à suite à enquêter, et bien entendu Emilie se retrouve dans le colimateur. Tout le monde se détourne d'elle, même la direction. Le scénario comporte quelques retournements de situations pas forcément crédibles, mais Celine Sallette vaut à elle seule la peine de voir ce film. Lire les billets d'Alex-6 et Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 7 avril 2017

Plaidoyer (impossible) pour les socialistes - Bernard Maris

J'ai [Ta d loi du cine, "squatteur" chez Dasola] mis plus de deux ans à rédiger le présent billet. En fait, je viens tout juste de relire ce livre, Plaidoyer (impossible) pour les socialistes, acheté en janvier 2015 et terminé deux mois plus tard - sans que j'aie à l'époque réussi à rédiger quelque chose dessus. Il s'agit du 2ème livre de Bernard Maris que je chronique dans la série de mes "hommages" aux tués du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo. Bien évidemment, on pourra critiquer mon choix de parler ce mois-ci de ce livre-là. Il faut avoir l'honnêteté intellectuelle de reconnaître que Bernard Maris a publié ce livre il y a déjà 5 ans, en 2012 (imprimé en novembre, j'ignore quand il en avait commencé la rédaction). Il contient quelques rares allusions à Hollande Président, à Ayrault premier ministre, ou même à Benoit Hamon ministre délégué chargé de l'économie sociale et solidaire (par exemple, p.39: "étonnez-moi, Benoit"). Soyons conscients que, si Bernard Maris avait eu la chance de ne pas s'être fait assassiner, il aurait peut-être écrit autre chose aujourd'hui (ou pas). J'ignore évidemment ce que notre "Oncle Bernard" aurait bien pu dire sur les projets de nos candidats (primaires, secondaires, supérieurs...) aux élections présidentielles de 2017. Passons donc au livre tel que j'ai pu le lire.

  P1000651

Plaidoyer (impossible) pour les socialistes ne perd pas son temps à chasser tel ou tel éléphant ou tel ou tel courant de notre Parti Socialiste contemporain. Il ne s'agit pas non plus de démolir une doctrine qui apparaîtrait figée par opposition à quelque autre parti politique. Quitte à enfoncer une porte ouverte, j'insisterai sur le fait que le titre mentionne bien "les" socialistes, mais ni "le parti socialiste" ni "le socialisme" (faire l'amalgame relèverait d'un abus de langage, si ce n'est même d'une mauvaise foi partisane). Cependant, dans le livre, Bernard Maris passe en revue (cartographie) toutes les fausses pistes où l'utopie du XIXème siècle s'est fourvoyée voire dévoyée: différents courants liés aux personnalités fondatrices au XIXe siècle, la SFIO (Jaurès est longuement cité), la IIème guerre mondiale (avant: Front Populaire et guerre d'Espagne; après: guerre d'Algérie...) jusqu'à ce qui est devenu en 1971 l'actuel Parti Socialiste: selon les éclairages qu'il donne, à certains moments de l'existence du parti, sous certains dirigeants, le Parti n'a pas vraiment été glorieux.

Bernard Maris nous a donné un ouvrage de philosophie historique, une remise en perspective de ce qu'a pu jadis recouvrir le vocable de "socialisme" depuis les années 1830 où il était connoté différemment, en passant par les tendances diverses chez les socialistes de la seconde moitié du XIXème siècle, jusqu'à ce que nous connaissons, en France, sous le Président Hollande, ancien premier secrétaire du Parti socialiste. Il n'omet pas de décrire le cheminement familial ou personnel qui l'a amené jusqu'à sa rédaction. Il a fréquenté dès sa jeunesse la section SFIO de Muret (qui fait partie des dédicataires) et y a croisé des militants "historiques" auxquels il rend hommage pour la construction de sa "conscience politique". Il nous offre une lecture plutôt convaincante (désabusée?), tout le contraire d'un ouvrage barbant ou rébarbatif. C'est bien écrit, il faut tout lire (3 heures et demie... - pour moi), et c'est malaisé à résumer. L'ayant lu avec profit, je vais tâcher d'extraire quelques pépites de ce pactole et de les coudre bout-à-bout en quête de sens (si ça apparaît décousu, la faute n'incombera qu'à moi!).

Avant de parler du capitalisme en brossant à gros traits ses évolutions historiques, le prologue (p.12) commence par relever que "l'accumulation, l'enrichissement, les inégalités ne sont remises en cause par aucun dirigeant" (p.12). Bernard Maris parle bien des "dirigeants" (ceux qui exercent effectivement le pouvoir), et non des candidats... "L'homme socialiste est celui que le pouvoir indiffère" (p.183). Mais (p.176) "le peuple ne vote pas socialiste parce que le discours du progrès, du changement, de l'ouverture, de la mondialisation, de la transformation, du nouveau, de la prise de risque, de l'aventure sociale, de la mobilité, du changement (sic!), de la réforme ne l'a jamais intéressé. Il voit bien ce qu'il a à perdre dans le changement, pas ce qu'il a à gagner, car en général il n'a rien à gagner." Pourtant, "la limitation des fortunes reste un objectif socialiste" (p.202). "Pas de socialisme sans remise en cause de la propriété privée" (p.68). "Aujourd'hui, le "mur de l'argent" s'appelle "les marchés" et "Marx n'avait pas prévu que le capitalisme s'adapterait" (p.145). "Disons la vérité: non seulement le socialisme ne veut plus détruire le capitalisme, mais il a été contaminé par lui jusqu'aux os et souffre d'économisme, cette maladie grise. Il se croit obligé d'apporter quelque chose de plus efficace, de plus gestionnaire." (p.76). Résultat: on en est arrivé aux "travers du socialisme moderne: technocratique, statistique, étatique et non démocratique, globaliste, mondialiste, libre-échangiste, oubliant la morale au nom de l'efficacité et de la gestion, refusant le passé au nom du progrès et de la modernité" (p.141). Alors que parallèlement on a connu depuis 1945 "une explosion financière, tendance à l'individualisation, au narcissisme, à l'isolement et aux rapports dominants d'égalité monétaire permis par l'échange marchand" (p.15). "Les rêves finissent par s'évanouir, comme le socialisme" (p.103).

Certains "possibles" du socialisme ont été éliminés par le marxisme (dès le XIXème siècle: des socialismes utopiques contemporains du marxisme mais minoritaires face à lui). Maris n'omet cependant pas de rappeler que, "du point de vue des capitalistes, le communisme est une "hérésie", qui doit être combattue voire exterminée". Mais cela ne semble pas suffire à le rendre sympathique. Ah, si Jean Jaurès n'avait pas été assassiné, que n'aurait-il pu se passer? Jaurès, qui, d'un voyage en Algérie, avait ramené la conscience que la politique coloniale menée à l'époque en Algérie serait "le levain de l'extrémisme islamique" (p.129). Jaurès aussi qui, dès 1898, défend ce qui deviendra la Sécurité Sociale en 1945: occasion pour Maris d'introduire (p.135) la notion de "propriété sociale" qui dépasserait la propriété individuelle et (même) collective .

Et si, au final, un vrai "programme socialiste", c'était d'arriver à faire en sorte (à mettre en place les conditions pour que) chacun dans la société se sente heureux d'être là où il est? "On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en partant" (p.187). Mettre en place, enfin, la [République] sociale, axée sur la fraternité. J'en conclus donc que l'étalon de mesure à utiliser ne devrait plus être économique, mais deviendrait un indice du bonheur, en quelque sorte. Brut, mondial, relatif... Il y a le choix! Et encore faudrait-il arriver à convaincre que le vrai but de l'humanité est que chacun soit heureux dans sa vie. Mais ceci est une autre histoire. Un autre plaidoyer?

En attendant, lisez donc vous-même celui-ci.

*** Je suis Charlie ***

Posté par tadloiducine à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 5 avril 2017

Voyage en Guyane 2/2

Voici comme annoncé la suite de notre périple dans ce second billet.

La plus grande partie de la population guyanaise vit au bord de la mer. Les routes sont peu nombreuses. Une route principale relie Saint-Laurent à Saint Georges soit plus de 400 km. Entre les deux, on trouve Kourou, Cayenne, Iracoubo, Sinamary ou Mana. Pour atteindre Maripassoula (sur les bords du Maroni) ou Saul (en plein milieu de la jungle), il faut prendre un petit avion ou voyager en pirogue pendant quelques jours.

Cayenne, le chef-lieu du département de Guyane, a été fondée au XVIIème siècle. C'est une ville dont les rues sont perpendiculaires. Il est donc facile de s'y repérer. Il n'y a rien de remarquable à visiter, sauf peut-être le musée Alexandre-Franconie qui rasssemble des collections diverses dans les domaines de l'histoire naturelle, de l'archéologie, de l'ethnographie et de l'histoire locale. J'ai trouvé ce musée intéressant, et les gardiens (guyanais) étaient accueillants et sympathiques. Dommage qu'il y ait peu de visiteurs. A l'époque où l'on y a été, l'entrée était gratuite.

 P1030989 Les papillons morphos que l'on trouve en Guyane

P1040006 Une grosse araignée

P1040010 Maquette de Cayenne (au XVIIIème ou au XIXème siècle, je ne sais plus)

P1040026    P1040027    P1040030

Trois tableaux sur la vingtaine de toiles peintes par le bagnard Francis Lagrange qui avait été condamné comme faussaire à 18 ans de bagne au début des années 30. Ses tableaux saisissent bien la dure vie des bagnards.

P1040037 Le musée est installé dans une maison coloniale sur la place des Palmistes. La bibliothèque (très bien pourvue en livres sur la Guyane) se trouve dans le même bâtiment.

P1030974 Vue générale de Cayenne

P1030981 La cathédrale

P1030982 P1030984 Monument en mémoire des victimes de l'esclavage et de la traite négrière

Avant de partir vers Saint-Laurent du Maroni, on a fait une balade en canöé avec moteur sur la crique (rivière) Gabriel. L'eau est marron à cause de la proximité de l'Amazonie. On a surtout vu des paletuviers.

P1040041 Les pirogues à moteur dans lesquelles on fait les balades.

P1040056 Palétuvier

Sur la route de Saint-Laurent du Maroni, on s'est arrêté à Mana au bord de l'Atlantique. Je pense que cette petite ville en partie décrépite reflète un certain état de la Guyane...

P1040135 L'église.

P1040110 La maison qui abrite la bibliothèque, réinaugurée il y a un an

  P1040118   P1040109 Maisons qui restent en l'état faute de moyens (?)

P1040124 Les urubus, gros oiseaux qui ressemblent à des vautours, ne sont pas très beaux mais sont très utiles car ce sont de bons "nettoyeurs". Ces charognards éliminent rapidement les cadavres de l'environnement même s'ils ne dédaignent pas les proies vivantes.

La ville de Saint-Laurent du Maroni fondée par l'admininistration pénitentiaire il y a un siècle et demi fut pendant cent ans la seule "commune pénitentiaire spéciale" des territoires français. La visite du camp de la transportation est très intéressante. Notre guide était un Amérindien.

P1040152 Un immense manguier nous accueille à l'entrée du camp de la transportation.

P1040192 Des mangues

P1040161 Intérieur d'un bâtiment où sont mentionnés les mots : Tribunal Maritime Spécial. C'est en effet la Marine qui jugeait les bagnards placés en prévention.

P1040162 P1040168 Vue sur les rangées de cellules comportant une porte et un soupirail.

P1040180 Tout est dit

P1040181 Immense cellule où les bagnards étaient couchés les uns à côté des autres avec la cheville attachée

P1040185     P1040186 P1040187

Le soir, sur un grabas, dans certaines cellules, le bagnard avait la cheville enchaînée à une manille. Un des visiteurs a accepté d'être enchaîné. On ne sait pas si le pire était d'avoir la manille au-dessous ou au dessus de la cheville. On pourra répondre que cela faisait aussi mal d'une façon ou d'une autre.

P1040197 P1040198 Quelques bâtiments de Saint-Laurent

 

P1040199 L'église

P1040194 Une représentation de tortue luth - c'est une espèce menacée qui vient pondre en bord de mer à une soixantaine de kilomètre de Saint-Laurent entre mars et juillet.

On a essayé d'aller aussi à Saint-Jean du Maroni situé à une vingtaine de kilomètres de Saint-Laurent. Là se trouvait le camp de relégation. Malheureusement, il fallait appeler pour prendre rendez-vous. En effet, l'endroit où se situait le camp est aujourd'hui occupé par un camp militaire.

P1040099 P1040102

P1040143    P1040145     P1040146 Le fleuve Maroni

Je terminerai en disant que les 9 jours que l'on a passés dans ce département français m'avaient bien plu malgré l'humidité et la chaleur. J'espère y retourner un jour rien que pour voir le zoo près de Cayenne qui vaut a priori le détour.

Je vous conseille la lecture de Au bagne d'Albert Londres (écrit en 1923), qui a en partie contribué à la fermeture du bagne.

P1050244

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 2 avril 2017

Voyage en Guyane 1/2

Je profite du fait que la Guyane fasse parler d'elle pour revenir sur le voyage que j'ai effectué il y a six mois dans ce département français peuplé par plus de 250 000 personnes. La Guyane, dont les villes principales sont Cayenne, Kourou, Saint-Laurent du Maroni et Saint-Georges de l'Oyapock, est recouverte à plus de 95% d'une forêt équatoriale. Cette terre française n'a pas très bonne réputation car son nom évoque d'abord le bagne où plus de 70 000 personnes furent "reléguées" ou "transportées" entre 1795 et 1938. Le bagne de "Cayenne" a été définitivement fermé en 1946. Quand on parle de bagne de "Cayenne", il s'agit surtout de la colonie pénitentiaire de Saint-Laurent du Maroni que l'on a visité, mon ami et moi. C'est à plus de 250 km au nord du département, le long du Maroni qui fait frontière avec le Suriname. Les autres lieux tristement célèbres se rapportant au bagne sont les îles du Salut, qui regroupent l'île du Diable (que l'on ne visite pas), l'île Saint Joseph et l'ile Royale.

P1030797   le Catamaran qui nous a emmenés sur les ïles

  P1030807    P1030815  La maison-prison où Alfred Dreyfus fut enfermé de 1895 à 1897 sur l'île du Diable.

J'avais déjà publié deux photos ici.

P1030831 Une maison sur l'ile Royale

P1030840   P1030841

P1030854 L'église  P1030855 L'hôpital des soldats

A Saint-Joseph, il n'y a rien ou presque: un grand bâtiment pénitentiaire dont les toits ont disparu et où la végétation a repris ses droits.

P1030898   P1030901  P1030902  P1030905

P1030897  P1030907  P1030904

Partir en Guyane en octobre est idéal car c'est la saison sèche. Il faisait beau, chaud (35° à l'ombre) et pas trop humide (c'est tout de même l'Equateur). La bonne nouvelle était que je n'ai vu ni entendu aucun moustique. Le vaccin contre la fièvre jaune est cependant obligatoire. L'insfrastructure hôtelière n'est pas importante car il y a relativement peu de touristes. Les métropolitains qui prennent l'avion pendant 9 h pour une traversée de plus de 7000 km viennent le plus souventl voir leur famille dont l'un ou plusieurs membres travaillent dans le domaine de l'aérospatial à moins qu'ils ne soient pompiers ou gendarmes. 

En parlant d'aérospatial et de fusées, la visite du CSG est incontournable. Nous n'avons malheureusement pas assisté à un tir mais on a vu les pas de tir de Soyouz, de Véga et bien sûr d'Ariane 5, et on a vu de loin le chantier pour la construction du pas de tir d'Ariane 6.

P1030918 Maquette d'Ariane 5 grandeur nature 

P1030961 La salle Jupiter où sont retransmis les tirs.

P1030935 Pas de tir de Vega   P1030930  Pas de tir de Soyouz   

 

P1030950 Pas de tir d'Ariane

La suite au prochain billet.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 30 mars 2017

Cadavre 19 - Belinda Bauer / Maiba - Russell Soaba / La baleine Thébaïde - Pierre Raufast

P1050233    P1050230    P1050232

Cadavre 19 de Belinda Bauer (Collection 10/18, 401 pages) m'a plu parce qu'il s'agit d'un polar pas trop violent malgré le fait qu'une grande partie de l'histoire se passe dans une salle d'autopsie. Patrick Fort, âgé de 18 ou 19 ans et atteint du syndrome d'Asperger, a décidé d'étudier l'anatomie. Il veut comprendre ce que c'est que la mort. Il veut obtenir des réponses à ses questions qu'il se pose depuis l'enfance, à l'époque où son père est mort accidentellement, renversé par une voiture. Avec d'autres étudiants, on lui attribue un cadavre à qui on donne un numéro: le 19. De tempérament curieux, Patrick va assez rapidement découvrir que la cause de la mort du n°19 n'est pas celle attendue. L'histoire prend son temps. Il y a quelques facilités dans les rebondissements de l'histoire mais le roman se lit agréablement.

Concernant Maiba de Russell Soaba (Editions Au vent des îles, Tahiti, 183 pages), c'est un roman écrit en 1979 mais publié en français en 2016 qui se passe dans les îles du bout du monde, en Papouasie Nouvelle-Guinée. Je trouve assez difficile de parler de ce roman où il n'y a pas vraiment d'histoire. M. Soaba (un écrivain Papou de 66 ans) évoque surtout les us et coutumes de ce pays en pleine mutation composé d'îles sur lesquelles on parle jusqu'à 800 langues. Maiba est une jeune Papoue qui vit à Makawana. Estropiée de naissance et orpheline à l'âge de 4 ans, son père était le chef du village, Maiba a été élevée par son oncle et sa tante. Il semble que "Maiba était de mauvais augure pour quiconque entrait en contact avec elle". J'avoue avoir beaucoup aimé les 80 premières pages et m'être un peu ennuyée aux 100 pages suivantes. Mais j'ai été contente de cette découverte d'un écrivain qui m'était totalement inconnu. Je remercie mon ami Ta d loi du cine pour cette suggestion.

Je termine avec La baleine Thébaïde (Alma Editeur, 213 pages) que, pour l'instant, j'ai peu vue chroniquée sur les blogs. Après La fractale des raviolis et La variante chilienne, Pierre Raufast a encore écrit un roman plaisant. Le fil conducteur de l'hstoire est une baleine bleue qui chante à une fréquence de 52 hertz alors que ses camarades chantent entre douze et vingt-cinq hertz. Tel Achab, Richeville, un jeune Français natif de Chantibrie diplômé d'une école de commerce, s'embarque sur un bateau pour une expédition scientifique à la recherche de cette baleine unique. Tout ne se passe pas comme il l'avait cru. La pauvre baleine que l'équipage a retrouvé est exterminée. Le roman est composé de courts chapitres avec une histoire tarabiscotée qui tient la route mais se termine mal (je ne dévoile rien). Et une fois encore, j'ai apprécié l'écriture de Raufast. Il y a des passages jubilatoires. "J'obtins le diplôme au bout de trois longues années. Un tiers voulait devenir banquier par amour de l'argent, Un autre tiers visait l'ENA pour la puissance. Le dernier tiers se rêvait consultant dans un des "big four" pour devenir riche et puissant. Je faisais partie du quatrième tiers, le tiers honteux: celui qui n'avait aucune ambition. Le renégat du commerce, l'apostat du management. Autant dire que j'étais aussi populaire qu'une reine Bothriomyrmex chez les fourmis Tapinoma" (p.23). Je conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 27 mars 2017

Sage femme - Martin Provost

Comme l'écrit Pascale, Sage Femme de Martin Provost n'est pas forcément un bon film (il y a quelques invraisemblances dans le scénario) mais c'est un beau film grâce à la présence de deux actrices formidables (Catherine Deneuve et Catherine Frot) et des seconds rôles qui ne font pas que de la figuration. Claire (Catherine Frot) vit seule dans un appartement à Mantes la Jolie. Sage-femme dévouée à son métier, Claire est perturbée par la fermeture prochaine de la maternité où elle exerce (pas assez rentable). On assiste à plusieurs scènes d'accouchement émouvantes. Cette maternité n'est pas une simple "usine à bébés". Son fils Quentin qui fait des études de médecine serait tenté de faire le même métier que sa mère. Un jour, Claire reçoit un coup de fil inattendue de Béatrice (Catherine Deneuve) qui n'avait pas donné de nouvelles depuis 30 ans. Elle fut la maîtresse du père de Claire. Béatrice annonce qu'elle très malade et qu'elle souhaite renouer avec celle qui était une gamine à l'époque. Claire, ne sachant pas trop comment se comporter, commence à s'occuper de Béatrice, une femme fantasque et extravertie, bonne vivante: buvant, fumant, mangeant bien et joueuse de poker. Tout le contraire de Claire qui mène une vie plus terne, mais qui apprécie de s'occuper d'un petit lopin de terre où elle fait des plantations de légumes. C'est d'ailleurs là, qu'elle fait connaissance de Paul (Olivier Gourmet) qui s'occupe d'un lopin voisin. L'histoire se passe sur quelques semaines. Le film alterne tristesse et moments de gaieté. A voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 24 mars 2017

Dans l'ombre - Arnaldur Indridason

P1050206

Dans l'ombre (Editions Métaillé, 334 pages), le nouveau roman de l'Islandais Arnaldur Indridason, est le premier tome d'une trilogie: La trilogie des ombres. En 1941, Reykjavik grouille de soldats britanniques et américains. Eyvindur, un voyageur représentant de commerce, revient d'une tournée. Il a hâte de retrouver sa compagne Vera. En effet, il l'avait quittée deux semaines plus tôt après une dispute. Il se rend compte que Vera a vidé les lieux en prenant toutes ses affaires. Peu de temps après, Eyvindur est retrouvé mort, le visage à moitié arraché par une balle tirée par un colt, dans l'appartement de Felix Lunden, un autre réprésentant. Sur le front du cadavre, quelqu'un a inscrit "SS" en lettres de sang. Deux jeunes hommes sont chargés de mener l'enquête: Flovent, le seul inspecteur islandais disponible, et Thorson, un Islandais de l'ouest, né au Canada, faisant partie de la police militaire. Ils découvrent assez vite que la victime n'était pas la cible visée. Eyvindur était au mauvais endroit, au mauvais moment. Je n'en dirais pas plus sur l'histoire dans laquelle il ne se passe pas grand-chose. Il n'y a pas de coup de théâtre. Thorson et Flovent interrogent encore et toujours les suspects ou les témoins. Ces interrogatoires ont un côté lancinant. Indridason n'épargne pas non plus le lecteur. Quand le roman s'achève, on a des réponses à des questions mais des choses restent dans l'ombre comme qui a tué Eyvindur, même si on sait pourquoi. J'attends la suite avec intérêt.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 23 mars 2017

Pierre Bouteiller - Hommage

Une fois n'est pas coutume, je n'évoque pas un acteur ou un réalisateur disparu mais un animateur radio, Pierre Bouteiller (1934-2017) dont j'écoutais les émissions sur France Inter dans ma jeunesse. Pierre Bouteiller et sa voix m'ont enchantée dans les années 70. Il s'est éteint le 10 mars dernier. Son "bonjour" résonne encore à mes oreilles. Il avait un timbre de voix qui convenait bien pour la radio. Ses émissions étaient intelligentes. Ce passionné de Jazz a aussi animé pendant 7 ans, de 1982 à 1989, l'émission du Masque et la Plume. Un grand monsieur et une grande voix se sont tus.

640_imgpal (copyright Radio France)

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 21 mars 2017

Les figures de l'ombre - Theodore Melfi / Kong - Skull Island - Jordan Vogt-Roberts

Après réflexion, j'ai décidé d'évoquer Les Figures de l'ombre et Kong - Skull Island.

Les Figures de l'ombre de Theodore Melfi narre l'histoire pas ou peu connue jusqu'à maintenant (à part des spécialistes) de Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, trois femmes noires américaines, au début des années 60, dans le Sud des Etats-Unis. Très douées en mathématiques, elles ont travaillé à la NASA comme calculatrices. Katherine Johnson dont il est beaucoup question a permis qu'Alan Shepard et John Glen soient les premiers Américains envoyés dans l'espace autour de la terre. A l'époque, pour mémoire, nous étions en pleine guerre froide: les Russes avaient de l'avance sur les Américains avec Youri Gagarine qui fut le premier homme à partir dans l'espace en 1961. Pour en revenir au fiim, on s'attache tout de suite à nos trois héroïnes, et on devine que tout va bien se terminer pour elles. Face à elles, il y a le monde très masculin des ingénieurs de la NASA qui regardent d'un oeil méfiant ces femmes. Seul Al Harrison (Kevin Costner), le directeur du "Space Task Group", va faire confiance à Katherine Johnson. En cette période où régnait la ségrégation, les femmes noires, même intelligentes, devaient faire presque un kilomètre pour aller aux toilettes réservées aux "gens de couleur". Dorothy Vaughan qui sait aussi réparer les voitures, devient une spécialiste des calculs avec l'aide de l'énorme ordinateur IBM dont elle a maîtrisé le fonctionnement immédiatement: elle est devenue responsable informatique. Quant à Mary Jackson, avec beaucoup d'aplomb, elle a réussi grâce aux cours du soir dans une université réservé aux blancs à devenir ingénieur en informatique. Les spectateurs ont beaucoup applaudi à la fin. On ne peut pas ne pas aimer le film.

Je passe à Kong - Skull Island, énième remake avec des variantes du King Kong de 1933. En 1944, quelque part dans le Pacifique, deux aviateurs, l'un Américain et l'autre Japonais, atterrissent en parachute sur une ile déserte après que leurs avions se soient écrasés. Les deux adversaires s'affrontent jusqu'à ce que.... 30 ans plus tard, la guerre du Vietnam s'achèvent et quelques scientifiques américains partent sur un petit porte-avions à la découverte d'une île, mentionnée nulle part, dans l'immensité du Pacifique. Ils emmènent avec eux quelques militaires, James Conrad, un aventurier anglais, et Mason Weaver, une jeune photographe journaliste. La première apparation du gros gorille (plus de 30 mètres de haut) est impressionnante. Il n'est pas content qu'on lui abîme son domaine. En effet, la premère incursion de l'équipe se fait en hélicoptère et ils envoient des mini-bombes pour tester le terrain. Kong détruit tous les appareils en vol. Par la suite, on découvre que Kong n'est pas la seule bête hors norme vivant sur cette île. On pense à certains animaux de Jurassic Park. Le film est bien fait avec des effets spéciaux réussis. On passe un bon moment et on se rend compte très vite que Kong n'est pas un mauvais bougre. Heureusement qu'il est là pour préserver l'île. Jusqu'à quand ?

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 18 mars 2017

L'autre côté de l'espoir - Aki Kaurismäki

J'aurais pu évoquer Kong - Skull Island (bien fait et distrayant, et j'ai trouvé le gorille très sympa [lire le billet de Pascale]), ou même Les Figures de l'ombre (sur des femmes américaines et noires dans les années 60, (très) douées en maths et qui ont permis à la NASA d'envoyer le premier Américain dans l'espace).

Et bien non, je préfère écrire un billet sur le nouveau film du Finlandais Aki Kaurismäki, L'autre côté de l'espoir. Le réalisateur n'avait pas tourné de long-métrage depuis Le Havre sorti en 2011. L'autre côté de l'espoir commence dans le port de fret d'Helsinki. Un homme surgit d'un container rempli de charbon. Noir de suie, le premier mot qu'il prononce est "douche", quand il demande à un musicien de rue où il peut se doucher. Cet homme s'appelle Khaled, un Syrien d'Alep qui demande l'asile à la Finlande. Cet homme jeune, d'une grande dignité, est confronté à l'administration finlandaise qui veut le renvoyer dans son pays, considérant qu'il n'est pas en danger. Et pourtant, les images d'actualités diffusées tout de suite après la scène montrent le contraire. Khaled est arrivé en Finlande car il ne cesse de chercher sa soeur Miriam. Dans le même temps, Wikström, un VRP dans la cinquantaine qui a quitté sa femme alcoolique, recommence une nouvelle vie en rachetant un restaurant ainsi que les trois employés qui y travaillent. Il a pu le payer en gagnant au poker. Khaled et Wikström vont bien entendu se rencontrer et je vous laisse découvrir la suite, en allant voir ce film s'il passe par chez vous. Le film plein d'humanité dans lequel la solidarité côtoie la violence, comporte des moments humoristique, tristes et mélancoliques. Je vous conseille cette oeuvre d'1H38, pas ennuyeuse du tout et qui bénéficie d'un beau travail sur l'image.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 mars 2017

Rome brûle (Suburra II) - Carlo Bonini / Giancarlo de Cataldo

P1050195

Rome brûle de Carlo Bonini et Giancarlo de Cataldo (Métailié noir, 293 pages) est la suite de Suburra qui m'avait tant plu. L'histoire se passe de nos jours, presque quatre ans après les événéments de Suburra. Samouraï purge une longue peine de prison dans une prison de haute sécurité. Sebastiano Laurenti, son héritier, mène les affaires à sa place et lui rend des comptes. Fabio Desideri, un jeune (mais très dangereux) chef mafieux aux dents longues, se tient en ambuscade. En mars 2015, le pape François décide d'un Jubilé extraordinaire qui va demander beaucoup de travaux. Les chantiers comme celui du métro vont plus ou moins vite selon le déblocage de l'argent versé par la mairie à des entreprises dirigées par des hommes peu intègres conseillés par des sociétés comme celle de Sebastiano. Des sommes énormes sont en jeu, tous les coups sont permis et, suite à une grève des transports, la ville éternelle brûle à cause des feux allumés dans beaucoup de coins de rues par des citadins. J'ai trouvé l'histoire aussi passionnante que celle de Suburra. Bonini, qui est journaliste d'investigation, et de Cataldo, magistrat à la cour de Rome ont beaucoup de talent. Ce volume peut se lire indépendamment du premier.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 12 mars 2017

Expo Vermeer et les maîtres de la peinture de genre

Après Miriam qui en dit beaucoup de bien, je voudrais à mon tour vous conseiller d'aller voir, d'ici le 22 mai 2017, l'exposition temporaire sur Vermeer et les maîtres de la peinture de genre qui se tient au Musée du Louvre à Paris. Il faut obligatoirement pré-réserver son billet pour une date et une tranche d'1/2 heure afin d'avoir la possibilité de voir l'exposition. Il y avait bien sûr de l'affluence mais j'ai vu pire. De plus, les visiteurs ne restaient pas très longtemps devant chaque tableau, et, quand on est dans les lieux, on a la possibilité de parcourir plusieurs fois l'exposition. 

Douze toiles de Vermeer ont été choisies, et elles sont présentées en même temps qu'une quarantaine d'oeuvres de Gérard Dou, Gerard Ter Borch, Gabriel Metsu, Frantz van Mieris, Pieter de Hooch, tous contemporains du maître de Delft (1632-1675). J'ai apprécié que les tableaux des différents peintres soient exposés par thèmes: la pesée (d'or), les épistolières et les correspondances amoureuses, les duos (musicaux), des jeunes femmes musiciennes jouant du clavicorde, du virginal ou même du luth; des jeunes femmes se faisant une beauté; les visites du médecin. J'ai aussi aimé les trois tableaux de Gérard Dou, Casper Netscher et Franz van Mieris sur le thème d'une jeune femmes avec un perroquet. Evidemment, on peut admirer La Dentellière (Vermeer) et La jeune femme à sa dentelle de Gérard Dou et La Laitière (Vermeer) et La Cuisinière hollandaise, toujours de Gérard Dou. L'exposition se termine ou presque avec L'astronome et Le Géographe de Vermeer peints à un an d'intervalle (en 1668 et 1669) et qui sont accrochés à côté de L'astronome à la chandelle de Gérard Dou.

Le choix des tableaux est judicieux et c'est bien de les voir en vrai. Je ne connaissais pas toutes les toiles et encore moins les peintres. 

Gerrit-Dou-The-Astronomer-by-Candlelight Gérard Dou P1050184 Vermeer

louvre-gerard-dou-la-cuisiniere-hollandaise-annees-1640-ou-debut-des-annees-1650 Gérard Dou P1050185  Vermeer

07-frans-van-mieris-the-elder-a-young-woman la-femme-au-perroquet-realisee-en-1666-de-caspar-netscher-1639-1684_5804607    Grérard-Dou-la-cage-ouverte Les perroquets

gdou_lace_maker  Gérard Dou P1050186 Vermeer

220px-Woman_Reading_a_Letter_by_Gabriël_Metsu Gabriel Metsu DublinVermeer Vermeer

P1050182

J'ai aimé ce tableau intitulé "Intérieur hollandais - Les pantoufles" de Samuel van Hoogstraten

Enfin, voici quatre tableaux de Vermeer de l'exposition que j'aime beaucoup

P1050190 Jeune femme assise au virginal            

P1050189 Jeune fille au collier de perles

P1050188 La lettre interrompue

P1050187 La pesée

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 10 mars 2017

Miss Sloane - John Madden

Miss Sloane du réalisateur britannique John Madden est un film franco-américain sorti à la fin de l'année 2016 aux Etats-Unis où il n'a pas eu beaucoup de succès (et c'est bien dommage). Peut-être que le scénario assez alambiqué a rebuté le public américain? Miss Sloane est une lobbyiste professionnelle qui sacrifie tout (sa santé et sa vie sociale) pour son métier. Cette jeune femme qui avale beaucoup de pilules pour se tenir éveillée des journées entières a recours à des "escorts boys" pour satisfaire ses besoins sexuels. Comme elle le clame, être lobbyiste, c'est de la stratégie. Il faut anticiper et garder un coup d'avance sur l'adversaire. Avec sa coiffure impeccable et ses hauts talons, Miss Sloane n'a aucun état d'âme et n’hésite pas à user de n’importe quel moyen pour influencer les sénateurs et les faire voter pour ou contre des lois, selon les intérêts de clients qui la payent grassement. C’est ainsi qu’elle fait campagne auprès du lobby des armes, pour tout de suite après s’allier à un "homme de convictions" afin de faire adopter une loi limitant la circulation de ces mêmes armes. J'ai suivi avec intérêt les nombreuses péripéties pour récupérer (ou non) les voix des élus pour l'adoption de la loi. Tous les coups sont permis, même les plus retors. Le retournement final lors du procès de Miss Sloane est magistral. Je pense que pas un spectateur dans la salle ne l'avait deviné. Rien que pour Jessica Chastain et pour ce "twist" final, il faut aller voir ce bon film de divertissement qui m'a fait passer un très bon moment (2H). Lire le billet de Wilyrah qui a aimé.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 7 mars 2017

La divine sieste de papa - Maryse et Georges Wolinski / J'hallucine! - Wolinski

J'ai (ta d loi du cine, squatter chez dasola) récemment trouvé à acheter (d'occasion, forcément) La divine sieste de papa (éditions Messidor / La Farandole, 1981 [ça ne nous rajeunit pas]). Les parents de la jeune Elsa s'étaient partagés les rôles: Maryse Wolinski racontait (mêlant factuel et fictionnel), et Georges illustrait de dessins fleuris et pastels. Voici ce qu'on peut trouver sur le site internet de Maryse.

P1050171

Un album joliment tendre, dont on peut se demander si une réédition pourrait être envisageable, à l'intention d'un public enfantin? L'album est intemporel. Je suppose qu'Elsa aurait aussi son mot à dire sur la question. Il est clair que cet album est nettement moins "trash" que d'autres.

P1050175    P1050172    P1050173      

Je n'ai pas (encore) l'album Tout est politique également paru chez Messidor en 1981, mais la main panière en couverture de ce dernier me fait penser que son contenu doit être nettement moins fleur bleue... Un tome 2 de La divine sieste de papa est paru en 1987 (je ne l'ai pas non plus - pas encore). Ensuite, pour ce qui peut concerner la "jeune" Elsa, évoquée (prétexte fictionnel à nouveau, je suppose?) dans J'hallucine! en 1991 en tant que post-ado, elle est même la dédicataire de cet album (que j'avais acheté en 1999).

P1050176

P1050180  P1050179  P1050177  P1050178  P1050181

Selon la 4ème de couv (avec photo d'Elsa, que je n'ai pas mise ici), ce recueil rassemble des dessins et planches (je n'en ai pas repris non plus) réalisés pour le journal Phosphore entre 1987 et 1991.

*** Je suis Charlie ***

Posté par tadloiducine à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 6 mars 2017

Logan - James Mangold

Je suis fan de la série des X-Men au cinéma depuis le premier opus. L'un des mutants X-Men, Logan/Wolverine, fait des apparitions plus ou moins longues dans plusieurs des films de la série, mais en revanche, ce personnage à qui il pousse des griffes de métal quand il veut attaquer, se défendre ou quand il est en colère, a fait en particulier l'objet d'un ou deux long-métrages que j'avais aussi appréciés. Logan de James Mangold permet donc de retrouver Logan/Wolverine vieilli et bien mal en point. En effet, quand le film commence, pas loin d'une station essence, Logan se repose à l'arrière de sa longue voiture qui fait office de taxi. Quelques "fâcheux" à la mine patibulaire s'en prennent au véhicule. Logan, tenant à peine debout, provoque un carnage avec ses lames. Peu de temps après, il prend en charge, avec beaucoup de réticence, Laura, une petite fille mutante elle aussi, ayant les mêmes lames aux mains ainsi qu'aux pieds. Laura est poursuivie par toute une armée de mercenaires employés par un laboratoire secret situé au Mexique. Dans leur cavale, Logan et Laura sont accompagnés par Charles Xavier, le professeur X bien connu des spectateurs familiers des films précédents. Logan, au bout du rouleau, se remet de plus en plus difficilement des blessures ou des coups qu'il reçoit. Il porte des lunettes pour lire. Il sent qu'il est peut-être en train de mourir à force d'avoir eu des contacts avec des produits nocifs. Laura, qui est restée mutique pendant presque 3000 km, le convainc de l'emmener juqu'au Dakota du Nord pour rejoindre d'autres enfants mutants comme elle. Ensemble, ils rejoindront un lieu appelé "l'Eden". En tout cas, c'est ce que Laura a lu dans un exemplaire de "Marvel book" dans lequel les X-Men sont les héros. Logan/Wolverine considère avec mépris cette bande-dessinée de fiction! Je ne vous dévoilerai pas toute l'intrigue haletante et sans temps mort. Le scénario est bien écrit et les acteurs sont tous excellents. Du bon cinéma même si c'est violent (mais c'est le sujet qui le veut). Il faut noter qu'à un moment donné, Charles Xavier et Laura regardent à la télé Shane, l'homme des vallées perdues de George Stevens (1952) avec Alan Ladd. C'est un joli moment de court répit dans le film et il est bienvenu. Un film à voir (c'est valable pour les deux). Lire le billet de princecranoir sur son nouveau blog.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,