Le blog de Dasola

jeudi 21 février 2019

Grâce à Dieu - François Ozon

J'ai eu l'opportunité de voir en avant-première, dès la semaine dernière, le nouveau film de François Ozon, Grâce à Dieu. J'ai attendu qu'il sorte en salle pour écrire un billet dessus. J'ai noté que le public qui assistait à la projection dans une salle pleine faisait plutôt partie de ma catégorie d'âge et d'un certain milieu social. Je n'extrapolerai pas plus. Pendant les 10 premières minutes, j'avoue que j'ai eu peur que le film soit un peu "gnan gnan" et bien pensant. Mais au fur et à mesure que l'action se déroule (le film dure plus de deux heures), j'ai été prise par l'histoire. Au début, on fait donc la connaissance, à Lyon, d'Alexandre (Melvil Poupaud), la quarantaine, travaillant pour une banque, marié, père de cinq enfants, catholique pratiquant allant à la messe tous les dimanches avec femme et enfants. Ces derniers sont très bien élevés. En voix "off", on entend Alexandre qui vient d'apprendre par la presse ou les réseaux sociaux que le prêtre qui l'avait abusé quand il était scout, trente ans auparavant, était revenu sur Lyon et continuait de s'occuper de jeunes garçons. N'arrivant à pas à convaincre Monseigneur Barbarin, évêque de Lyon, que le prêtre, un pédophile (ou pédosexuel - terme qui a la préférence de Monseigneur Barbarin) doit être sanctionné par l'église, il prend la décision de porter plainte auprès du procureur de la république. Sa plainte va créer un effet boule de neige et aboutir à la création d'une association, "La parole libérée", dont font partie les deux autres protagonistes principaux du film, François (Denis Menochet) et Emmanuel (Swann Arlaud). J'ai été intéressée par la manière dont le récit est mené. Les quelques flash-backs qui émaillent le récit qui se passent dans différents camps de scouts sont terribles car rien n'est montré mais tout est suggéré. Le film aurait pu être interdit, suite à un recours (pour atteinte à la présomption d'innocence dans le procès du prêtre pas encore jugé). Heureusement que cette interdiction a été levée. Je vous conseille de voir ce film, qui vient d'être récompensé du Grand prix du jury au festival de Berlin, le 16 février 2019.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 18 février 2019

La neuvième heure - Alice McDermott

P1100848

J'ai suivi les conseils de Dominique (que je remercie) sur ce roman. La neuvième heure d'Alice McDermott (Editions Quai Voltaire, 282 pages) a reçu le prix Fémina étranger en 2018. J'ai trouvé le contexte original: au début du XXème siècle à Brooklyn, un quartier de New-York (où est née l'écrivain), Jim, un homme d'une trentaine d'année (irlandais catholique) qui vient d'être licencié, se suicide au gaz dans l'appartement où il habite avec sa femme Annie. Il avait demandé à cette dernière d'aller faire des courses. Arrivée sur les lieux, la soeur Saint-Sauveur appartenant à une congrégation religieuse s'occupant des pauvres et des malades prend tout de suite Annie, enceinte de quelques mois, en affection. Malheureusement, la soeur n'arrivera pas à faire enterrer Jim en terre consacrée car il s'est suicidé. Qu'à cela ne tienne, les soeurs vont prendre soin d'Annie et lui donner un travail à la blanchisserie du couvent. C'est là que va naître Sally, une "enfant de couvent". Le roman se passe sur plusieurs années. Annie et Sally vont cotoyer quelques soeurs aux personnalités attachantes comme Soeur Illuminata ou Soeur Jeanne, qui sont toutes dévouées aux personnes malades qu'elles visitent, comme Mme Costello. L'histoire se termine sur un meurtre que je ne vous révélerai pas. C'est un roman qui se lit vite. J'ai aimé, même si je n'ai pas eu le coup de foudre.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 15 février 2019

Une intime conviction - Antoine Raimbault

Une intime conviction est celle que doivent avoir les jurés lors du procès en appel de Jacques Viguier, avocat et prof de droit à Toulouse. Pour ceux qui l'ont oublié, l'épouse Viguier, Suzanne, a mystérieusement disparu en février 2000 du domicile conjugal, laissant derrière elle trois enfants et son mari. Ce dernier, Jacques Viguier, a été assez vite soupçonné d'avoir tué sa femme et fait disparaître le corps. Traduit en justice, un premier procès aboutit à son acquittement. Dix ans plus tard en 2010, et c'est là que le film commence, il y a un deuxième procès en appel. C'est lors de ce deuxième procès à Toulouse que Viguier est défendu par Maître Eric Dupont-Moretti. Olivier Gourmet est magistral dans ce rôle car il reste très sobre. J'ai retenu dans sa plaidoirie finale que l'on avait un "concours Lépine des hypothèses" sur ce qui est arrivé à Suzanne. Elle avait un amant qui est plus ou moins à l'origine de ce second procès. Il veut convaincre les jurés que c'est Viguier qui a tué sa femme. Grâce à Nora (personnage fictif), un des jurés du premier procès et elle-même convaincue de l'innocence de Viguier, Dupont-Moretti va être suffisament brillant pour que les jurés aient une intime conviction lors des délibérations. Marina Fois, dont je ne suis pas forcément une fan, est très bien dans le rôle de Nora. J'aime depuis toujours les films "de procès". Celui-ci est réussi. A voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 12 février 2019

La Favorite - Yorgos Lanthimos

La Favorite de Yorgos Lanthimos, qui vient d'être récompensé aux Baftas (les Oscars britanniques), est un film baroque, très cru verbalement, qui se passe vers 1710. Ce film "féminin" narre quelques mois du règne d'Anne, reine de Grande-Bretagne et d'Irlande, qui sortait peu de son château. Cette femme cyclothymique souffrait de nombreux maux dont la goutte. Elle se déplaçait beaucoup en chaise roulante. Face à elle, deux femmes : Sarah Churchill, Lady Marlborough, qui faisait la pluie et le beau temps au palais et mettait son grain de sel dans la politique menée par le royaume. L'autre femme est Abigail Hill (un personnage fictif?), une cousine sans le sou de la précédente, qui est arrivée à supplanter Sarah dans le coeur d'Anne. Tous les stratagèmes sont bon à cette jeune femme « tueuse » pour arriver à ses fins, même finir dans le lit de la reine comme Sarah. Il est question de sexe, de sentiments, et de solitude. Dans cette histoire, les hommes perruqués et fardés sont des fantoches, peu présents et ne jouant que les utilités ou les bouffons. En revanche, on remarque dans la chambre de la reine la présence de nombreux lapins comme animaux de compagnie, représentant les dix-sept enfants mort-nés ou morts en bas âge de la souveraine. Les décors et les costumes sont splendides. En plus de ses qualités narratives et visuelles, le film bénéficie d’un trio d'actrices exceptionnelles: Emma Stone, Rachel Weisz et une actrice peu connue en France, Olivia Colman (en reine Anne). Cette reine peu connue est morte à 49 ans après 12 ans de règne. Je conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 9 février 2019

Minuscule 2 - Hélène Giraud et Thomas Szabo / Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu? - Philippe de Chauveron

Après Minuscule - La vallée des fourmis perdues, voici Minuscule 2 - Les mandibules du bout du Monde où l'on retrouve, les coccinelles (celles rouges à pois noirs), les fourmis noires et fourmis rouges dans la vallée du Mercantour. L'hiver arrive et une famille de coccinelles fait des provisions pour l'hiver. Sur le chemin du retour vers un trou d'arbre qui leur sert de nid, l'une d'elles fait preuve de son caractère aventureux. Par la suite, par un concours de circonstances, elle se retrouve enfermée dans un carton de conserves de châtaignes à destination de la Guadeloupe. Heureusement qu'une coccinelle de sa parentèle suit le même trajet en prenant l'avion avec elle. Arrivée à destination, elle appelle à l'aide son amie la fourmi. Celle-ci de son côté demande de l'aide à l'araignée mélomane que l'on avait déjà croisé et la convainc de partir avec elle. C'est sur un genre de galion suspendu par des ballons (comme le bateau du Baron de Münchausen, ou la maison du grand-père de Là-haut) que la fourmi et l'araignée vont faire un voyage plein de périls, avec un requin qui va les engloutir (bateau compris) tel Jonas avalé par la baleine. En Guadeloupe, c'est d'autres dangers que vont affronter nos coccinelles, dont des mantes religieuses ou une mygale toute poilue. En revanche, elles vont trouver des alliées comme des chenilles urticantes (si si) et croiser d'autres coccinelles noires à gros pois rouges. Les vrais "méchants" de l'histoire, ne sont-ce pas les humains qui déforestent à tout va pour contruire des résidences bétonnées? Les insectes n'ont peut-être pas dit leur dernier mot. Comme pour le premier opus, pas de paroles mais des bruitages, de la musique, des sons divers et variés. L'épilogue du film se passe à Pékin, sûrement parce que les Chinois ont produit en partie le film. Un film sympa pour toute la famille.

Je dirai deux mots de Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu? de Philippe de Chauveron. J'avoue que, comme pour le premier opus, mon ami et moi, nous avons pas mal souri. C'est cocardier, pas toujours subtil, mais on passe un moment avec la famille Verneuil, surtout Claude et Marie, les parents de toute cette tribu, qui vont tout faire pour que leurs filles, gendres et petit-enfants ne quittent pas la France. Et par ailleurs, Claude Verneuil, notaire à la retraite, décide d'écrire une biographie sur un homme dont j'entendais parler pour la première fois, Alfred Tonnelé, un Tourangeau poète, essayiste et pyrénéiste (allez voir sur wikipédia).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 7 février 2019

Le procès Colonna - Tignous & Dominique Paganelli

J'ai (ta d loi du cine, squatter chez dasola) déjà parlé, dans ma rubrique d'hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo, du reportage dessiné effectué par Tignous sur les prisons françaises. Ce mois-ci (février 2019), je vais présenter un autre reportage produit à deux mains (par Tignous et Dominique Paganelli): Le procès Colonna.

P1100798

Il y a vingt-et-un ans et un jour, vendredi 6 février 1998 après 21 h, le préfet Claude Erignac était assassiné par un commando indépendantiste à Ajaccio (Corse). En 2003, Yvan Colonna, soupçonné d'être le tireur des coups mortels et qui avait "pris le maquis" le 23 mai 1998, était arrêté après 5 ans de cavale.

Extrait de l'avant-propos, signé Tignous et Paganelli, de cet album: "Du 12 novembre 2007 au 13 décembre 2007, la cour d'assises spécialement constituée a jugé Yvan Colonna, l'assassin présumé du préfet Claude Erignac... Le 13 décembre, elle a dit qu'il était coupable et l'a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Durant quatre semaines s'est déroulée devant nous qui étions dans la salle d'audience une tranche de vie, une sorte de comédie humaine tragique (...). Pour parler de la mort d'un homme, il y a eu de la vie. C'est ce que nous avons voulu raconter. Nous ne présentons pas ici les "minutes" ou "l'intégrale" du procès, mais ce qui nous a touché. En un mot nos impressions de ces trente-quatre journées d'audience."

J'ai acheté ce livre (daté de juin 2008) il y a quelques mois. Je n'avais pas lu en 2007 les reportages consacrés par Charlie Hebdo au procès. Je n'ai pas cherché à les retrouver (pour comparer). Si j'avais eu à faire un exposé dans un cadre universitaire, ou à écrire un article (rémunéré) dans la presse professionnelle, je l'aurais fait.

Je pense que les textes de l'album ont été rédigés par Dominique Paganelli. Ce journaliste a surtout réalisé des documentaires ou ouvrages sur le monde du football. Dans Charlie Hebdo, je crois que sa couverture du procès Colonna était illustrée par d'abondants croquis de Tignous. Dans l'album, beaucoup des textes commencent par la date du jour concerné, en bleu avec le jour en blanc sur un carré rouge. De son côté, Tignous a rédigé et lettré des textes abondants pour ses illustrations (reprises de phrases entendues, textes explicatifs...), mettant en scène témoins, policiers, avocats, juges, Corses divers, décors... J'ai compté 23 représentations d'Yvan Colonna (dont une fois avec seulement ses mains). Les multiples demandes de P à T "t'as dessiné Ulrike Weiss?" (magistrate en charge des relations avec les média, dont le visage apparaît seulement en dernière page de l'album) peuvent faire sourire.

Après la lecture de l'ouvrage, tout ce qu'on a comme certitude, c'est que le préfet Erignac a été assassiné, qu'Yvan Colonna a pris le maquis après une interview télévisée, a été désigné comme le tueur par les membres arrêtés du "commando" ou leurs épouses (qui se sont ensuite rétractés), a été arrêté, n'a jamais avoué (a protesté de son innocence durant le procès), a été reconnu coupable et condamné. Depuis la parution de l'album, il y a eu un procès en appel en 2009 (rajout d'une peine de sûreté de 22 ans), annulé par la Cour de Cassation en 2010, et un nouveau procès en juin 2011 (de nouveau perpétuité, sans peine de sûreté). La condamnation est désormais définitive. Yvan Colonna est en prison depuis 2003 (bientôt 16 ans).

Je vous mets juste quelques extraits des 120 pages de l'album.

P1100801  p.101, Tignous croqué par Pétillon, de passage durant le procès.

P1100799  p. 12bis (sic! Dans les albums publiés par cet éditeur, elle remplace la p.13), ou comment un "croquis d'attitude", un peu retravaillé, peut devenir un élément de composition d'une couverture d'album...

P1100797  p. 83 (une page avec coquille dans le texte, et un croquis "brut" [non travaillé, avec du "texte parasite"?]).

Je fais aussi le lien avec ce qui m'avait frappé en 2016, à savoir le "retour" de Renaud dans les pages de Charlie Hebdo. Rappelons que Renaud avait fait partie des premiers associés de la société (Kalachnikof) créée pour relancer Charlie en 1992 (il avait sauf erreur de ma part mis 200 000 F au pot, là où Cabu et Val en mettaient 50 000 chacun). Puis, quelques années plus tard, à l'occasion de la création des éditions Rotative, il était sorti du "tour de table". Bref, après avoir repris contact avec l'équipe suite au 7 janvier 2015, il a retrouvé une rubrique régulière à partir du 2 mars 2016. Je me rappelle avoir trouvé navrant, à l'époque, qu'il n'y parle guère que d'Yvan Colonna, au détriment de beaucoup d'autres sujets sur lesquels je pense qu'il aurait pu dire des choses intéressantes (à mon avis, du moins). Elle s'était en tout cas arrêtée assez vite. Ci-dessous 3 extraits (liste non exhaustive bien entendu!).  

P1100802  2 mars 2016, p.2

P1100804  18 mai 2016, p.3  P1100803  20 avril 2016, p.3

Enfin, en dernier "point d'actualité" liée à l'assassinat idélogique d'un Préfet de la République Française (par des "militants perdus"), on peut signaler qu'hier, 6 février 2019, a eu lieu dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne le "3e Colloque Claude Erignac", organisé par l'ACP (Association du Corps Préfectoral), sur le thème "L'intégration républicaine en péril: comment la refonder?". On pourrait relever qu'il avait lieu aussi 85 ans après les émeutes anti-républicaines du 6 février 1934 (manifestations des ligues d'extrême-droite)...

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 4 février 2019

Un questionnaire sur "Les douze maladies connues des grands lecteurs"

Je suis tombée par hasard sur ce questionnaire (tag des "maladies livresques") auquel ont répondu plusieurs blogueuses dont Karine:), Fondant grignote et Marie-Claude. Il me plaît bien.

Maladie n°1 - Refus d'abandonner à la moitié.

Je ne refuse rien du tout. Si le livre me tombe des mains, j'en prends un autre. Je ne peux pas me forcer à terminer un ouvrage.

Maladie n°2 - Acheteuse de livres compulsive.

Malheureusement oui, je suis une acheteuse de livres plutôt compulsive. Il faudrait que je n'entre plus dans une librairie et ça j'ai du mal. 

Maladie n°3 - Amnésie associée à la lecture.

C'est vrai que j'oublie assez vite mes lectures, comme j'oublie assez vite les films que j'ai vus, à de rares exceptions près. D'où l'intérêt de tenir un blog.

Maladie n°4 - Tenir un journal de lecture.

Oui, mon blog. Et c'est bien de pouvoir relire ses billets.

Maladie n°5 - Être rebuté par le battage médiatique.

Le battage médiatique me laisse assez indifférente. Je lis à l'instinct et en me fiant aux conseils d'autres blogueurs. Grâce à eux, j'ai souvent de bonnes surprises.

Maladie n°6 - Culpabilité associée au temps de lecture.

Non, je ne me sens pas coupable, si ce n'est que je me dis que je pourrais faire autre chose de mon temps, mais c'est mon choix.

Maladie n°7 - Prêter des livres que l'on ne nous rend pas.

J'aime bien prêter voire donner mes livres (romans) surtout quand je les ai lus. Si cela peut faire plaisir à quelqu'un, je suis contente.

Maladie n°8 - Tendance à lire plutôt qu'à vivre.

J'espère que je vis plus que je ne lis.

Maladie n°9 - Être séduite par les nouveaux livres.

Oui, c'est bien le problème, car je lis moins vite que je n'achète de livres et le retard s'accumule d'année en année. J'ai une centaine de livres qui m'attendent.

Maladie n°10 - Submergée par le nombre de livres chez soi.

Oui, mais j'assume.

Maladie n°11 - Incapacité à retrouver un livre.

Ca m'arrive, mais au bout du compte, je remets la main dessus.

Maladie n°12 - Ne pas savoir quels livres emporter en vacances.

En général, je prends toujours trois ou quatre romans et il m'arrive d'en acheter un ou deux sur place pour faire bonne mesure.
Est-ce que c'est grave docteur?

P1100796

Pour vous donner une idée de mes PALs

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 1 février 2019

La guerre des pauvres - Eric Vuillard

P1100793

Après 14 Juillet et L'ordre du jour, je viens de lire en une petite heure La guerre des pauvres d'Eric Vuillard (68 pages, Actes Sud). L'écrivain nous fait à nouveau remonter dans le temps, à l'époque de la Réforme protestante, au début du XVIème siècle. Dans ce "Récit", il évoque Thomas Müntzer (1489-1525), un réformateur radical, et prédicateur qui puisa dans la Bible les arguments théologiques d’une rébellion sociale contre les princes, une authentique ­révolution dans laquelle il entraîna les paysans, du Saint-Empire. Il s'est rallié à Luther dont il s'est éloigné par la suite. Il trouvait ce dernier trop proche des princes. Muntzer a écrit quelques textes dont Le manifeste de Prague et Protestation. Pour lui, aucune réforme religieuse n’est possible sans une réforme sociale. Dieu parle à tous, même aux pauvres. Il s'attaque au latin, la langue dans laquelle était publiée la Bible. Luther a traduit à la Bible en allemand, Muntzer, lui, en tant que prédicateur, s'est adressé en allemand à ceux qui ne savaient pas lire, les pauvres laïcs et paysans. Sa messe en allemand a provoqué un tollé. Même si "Muntzer est fou, mettons. Sectaire. Oui. Messianique. Oui. Intolérant. Oui. Amer. Peut-être. Seul. En quelque sorte" (p44), on sent que Vuillard prend fait et cause pour lui. Un texte qui m'a fait connaître un homme mort décapité à 35 ans dont la tête sera empalée et le reste du corps jeté aux chiens.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 janvier 2019

La mule - Clint Eastwood

Depuis Gran Torino, cela faisait 10 ans que Clint Eastwood n'avait pas été devant et derrière la caméra d'un film et interprété le rôle principal d'un film. Earl Stone, un horticulteur passionné, risque d'avoir sa maison et son terrain saisis par manque d'argent à cause de la concurrence d'Internet. Earl est un homme seul qui a délaissé sa famille depuis des années. Il a été absent à tous les événements familiaux marquants dont le mariage de sa fille. Par hasard, il va accepter de devenir une "mule" pour un cartel de la drogue mexicain. Il fait de long voyage dans son vieux pick-up qui sera vite remplacé par un véhicule plus pimpant. A côté des noix de macadamia de sa fille, les sacs contenant de la cocaïne deviennent de plus en plus lourds et sa récompense est de plus en plus conséquente. Il prend son temps en conduisant, fait des arrêts comme bon lui semble. A partir de là, les chefs du cartel deviennent méfiants envers Earl surnommé "Tata". Ils le font surveiller par deux des leurs. La DEA (Drug Enforcement Administration - Administration pour le contrôle des drogues) s'intéresse aussi aux mules, dont ce mystérieux "Tata" qui va interrompre un des ses voyages afin de renouer avec sa famille en général et son ex-femme en particulier. Cette séquence est bouleversante. Clint a 88 ans, presque 89. Il est voûté de temps en temps. Il a le pied moins sûr, mais quelle prestance et présence! Et en plus, il réalise! Il sait raconter une histoire. Chapeau bas, Monsieur Eastwood. Grâce à lui, j'ai passé un très bon moment de cinéma. Pascale est fan et ffred a bien aimé aussi.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 26 janvier 2019

Green book - Peter Farrelly

Allez voir Green Book de Peter Farrelly qui nous plonge dans l'Amérique de 1962. John Kennedy est président, son frère Robert est ministre de la justice mais dans les états sudistes, il y avait la ségrégation entre Blancs et Noirs. C'est d'après une histoire vraie. Tout commence dans le Bronx, un des districts de New-York, un Italien, Tony Lip (Viggo Mortensen qui a pris 15 kg pour le rôle) travaille comme videur dans un club qui va fermer temporairement. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il va accepter de devenir le chauffeur d'un certain Dr Don Shirley. Don Shirley, un afro-américain est un pianiste classique de grand talent qui joue dans un trio devant des salles remplies de spectateurs blancs. Il ne joue que sur des pianos Steinway. Shirley doit commencer une tournée de huit semaines dans les Etats du sud des Etats-Unis, Alabama, Caroline du Nord et Sud, Tennessee, etc. La tournée se fait en voiture à l'aide d'un guide, le "Green Book" (un guide pour les Noirs motorisés). Il faut savoir que certaines petites villes interdisaient que les Noirs se promènent la nuit dans leurs rues. Les Noirs avaient leurs hôtels, bars et restaurants dédiés. Cela n'empêchaient pas que les Blancs de ces mêmes villes applaudissaient Shirley à tout rompre quand le trio se produisaient. On applaudissait un Noir pianiste virtuose mais on ne mangeait dans le même restaurant. Tony, un peu raciste au début, va assez vite apprécier le talent de Shirley. Très "tchatcheur" et gros mangeur, Tony, un homme un peu frustre, est l'antithèse de Shirley, homme raffiné et cultivé qui boit du whisky. Cela n'empêche pas qu'une amitié va naître entre eux. Viggo Mortensent et Maharsala Ali sont pour beaucoup dans la réussite du film. Un film que je recommande.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 janvier 2019

An Elephant Sitting Still - Hu Bo

elephantsittingstill

Avant-hier soir, lundi 21 janvier 2019, j'ai passé presque 4 heures dans une salle de cinéma pleine pour voir un film qui peut vous assommer au sens figuré, mais que je conseille car il y a des fulgurances et des moments sublimes. Il y avait très longtemps que je n'avais pas vu un film si long sans entracte. Dès les premières images, le ton est donné: un personnage en gros plan très net, et l'arrière-plan dans le flou ou dans l'ombre, ou même dans le hors-champ. Tous les plans sont filmés de la même façon, baignés dans les tons gris ou blanc floconneux. Les décors, ceux d'une ville chinoise en pleine déliquescence postindustrielle, sont lugubres. Le réalisateur et écrivain de 29 ans (qui s'est suicidé en octobre 2017 juste après que le film ait été mixé) a adapté une de ses propres nouvelles. On suit quatre personnages pendant une journée. J'ai senti une chape de plomb sur eux. Il y a un jeune lycéen en conflit avec sa famille qui va provoquer la mort accidentelle d'un garçon, qui lui cherchait noise à propos d'un téléphone portable volé. Une lycéenne maltraitée par sa mère, qui l'invective, a une liaison avec son professeur et leurs ébats ont été filmés à leur insu. Un jeune chef de gang plutôt beau gosse (et frère du garçon défunt) voit l’un de ses amis se jeter par la fenêtre parce qu'il l'avait surpris (le chef de gang!) au lit avec sa femme (à lui!). Un vieil homme encore dans la force de l'âge a sa famille (son fils et sa belle-fille) qui essaie de l'exproprier de son appartement afin de l'envoyer dans une maison de retraite. Heureusement qu'il a un chien et sa petite-fille auxquels il est très attaché. Ce vieil homme plein de dignité m'a beaucoup touchée. Au moment où le spectateur sent un peu de lassitude à voir autant de désespérance (la séquence qui se passe dans la maison de retraite que le vieil homme va visiter est saisissante), de calamités ou à entendre autant de violence verbale, un peu de vitalité jaillit et la très belle musique qui ponctue le film y est pour beaucoup. Le titre énigmatique "L'éléphant assis immobile" (en VF) fait référence à une fable locale: celle d’un éléphant qui résiderait dans la ville de Manzhouli, aux confins de la Chine, de la Mongolie et la Sibérie, et se tiendrait orgueilleusement immobile dans son refus de l’existence. Les quatre personnages vont partir vers Manzhouli pour approcher de l'éléphant. Le plan séquence final dans la nuit avec les phares d'un bus comme seul éclairage est très beau, surtout que l'on entend un long barrissement en fond sonore. Si ce film passe par chez vous, essayez de le voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 19 janvier 2019

Undercover: une histoire vraie - Yann Demange / Ben is back - Peter Hedges

Voici deux films américains vus en ce début d'année dont le point commun est la drogue et la déliquescence de l'Amérique profonde. Undercover: une histoire vraie se passe dans les années 80 à Detroit, ville fantôme à cause du déclin de l'industie automobile. En revanche, le trafic de drogue, la corruption et le racisme font des ravages. Des gangs de narcotrafiquants dont certains composés d'Afro-Américains tiennent le marché de la drogue. Ils achètent des armes à Rick Wershe Sr (Matthew McConaughey, très très bien), un blanc. Celui-ci a un fils, Rick Wershe Jr, qui veut aider son père. Il devient le membre d'un de ces gangs et revend de la drogue. Il est rapidement répéré par des agents du FBI qui font pression sur lui pour qu'il devienne leur informateur. Je ne vous dirai rien de plus sur l'intrigue. Yann Demange, le réalisateur d'origine française qui avait réalisé un très bon film (71), sait filmer les fusillades, les scènes de rues et aussi des scènes plus intimistes. J'ai été contente de revoir Jennifer Jason Leigh qui se fait rare sur nos écrans *. En agente du FBI sans état d'âme, elle est excellente. Et j'ai mis quelques secondes à reconnaître Piper Laurie (The Hustler, L'arnaqueur de Robert Rossen avec Paul Newman [1961]) dans le rôle de la grand-mère. Bruce Dern joue le grand-père.

Ben is back de Peter Hedges vaut pour l'interprétation de Julia Roberts qui est de tous les plans. Dans une petite ville américaine, pendant la période des fêtes de fin d'année, Holly (Julia Roberts) et ses enfants répètent le spectacle du réveillon dans une église. De retour chez eux, Holly a un choc. Ben, son fils aîné est revenu. Il est parti du centre de désintoxication où il était soigné. Depuis 77 jours, il est "clean". Cela n'empêche pas que la famille s'inquiète à juste raison sur son retour anticipé. Et en effet, au fur et à mesure, on apprend beaucoup de choses sur Ben, comment et pourquoi il est devenu drogué, le fait qu'il "dealait" et qu'il a provoqué pas mal de drames dans la ville. Ce n'est pas un film violent. Beaucoup de choses se passent hors champ puisque que le réalisateur s'est concentré sur Julia Roberts en mère courage.

Ces deux films se laissent voir mais ne sont pas indispensables.

* merci Pascale!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 16 janvier 2019

Les invisibles - Louis-Julien Petit

Mon blog devient de plus en plus un blog cinéma. J'ai du mal à avancer dans ma lecture du dernier roman de Paul Auster, 4321 (Actes sud, 1015 (!) pages denses) même si j'apprécie beaucoup d'être en compagnie d'Archie Ferguson, le héros du roman. Cela fait presque un mois que je l'ai commencé et j'en suis seulement à la moitié. Mais je ne capitule pas.

Toujours est-il que je vais toujours autant au cinéma et je vous conseille Les invisibles réalisé par Louis-Julien Petit, même si j'ai été un peu moins convaincue que par Discount (2014) du même. Les Invisibles est basé sur un livre de Mme Claire Lajeunie, Sur la route des invisibles - Femmes dans la rue. Claire Lajeunie, elle-même réalisatrice, avait tourné un documentaire sur le même sujet en 2015. Dès les premières images de cette comédie sociale, on fait la connaissance de plusieurs femmes SDF qui ont des surnoms comme Lady Di, Edith Piaf, Françoise Hardy ou La Cicciolina. Elles sont présentes pendant la journée dans un foyer d'accueil de jour dirigé par quelques salariées et des bénévoles. Manu (Corinne Masiero, très sobre) et Audrey (Audrey Lamy), les salariées du foyer, apprennent que l'établissement doit fermer dans trois mois, car cela coûte trop cher à la région pour trop peu de "résultats" chiffrés. L'histoire se passe dans le nord de la France. Jusqu'à la fermeture, Audrey, Manu et quelques autres feront tout pour redonner une dignité en tentant de les réinsérer afin qu'elles ne soient plus invisibles aux yeux des autres. Les dialogues sont souvent savoureux, surtout dits par ces femmes issues de la rue. Lire le billet de Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 13 janvier 2019

Asako 1&2 - Ryûsuke Hamaguchi

J'ai vu Asako 1&2 de Ryusuke Hamaguchi il y a déjà une semaine, un matin de dimanche à 9h20 (!) dans une salle à moitié pleine. Les séances du matin marchent bien dans ce cinéma du centre de Paris. Il s'agit du nouveau film du réalisateur de Senses. Asako est le prénom de la jeune femme dont on va suivre l'histoire sur une période de sept ans. L'histoire se passe entre Osaka et Tokyo. En sortant d'une galerie où sont exposées des photos, Asako croise le regard de Baku, un grand jeune homme échevelé, un peu hippie, qui a un comportement presque erratique. Elle tombe immédiatement sous son charme. Il l'embrasse, et pendant quelques mois, Asako et Baku vivent une histoire d'amour. Puis Baku disparaît une première fois 2 ou 3 jours. La deuxième fois, il ne revient pas. Deux ans plus tard, Asako devenue serveuse dans un café va faire la connaissance de Ryôhei, un jeune homme qui travaille dans un immeuble voisin. Elle reste tétanisée car Ruyhei est le portrait craché de Baku (les deux personnages sont joués par le même acteur). Là, c'est Ryôhei qui la courtise. Ils vont vivre cinq ans une vie presque rangée. Ils ont des amis. Et puis Baku réapparait. J'ai eu un peu de mal à "entrer" dans le film. J'ai trouvé que c'était un peu trop psychédélique pour moi, et puis le charme a opéré, j'ai suivi l'histoire d'Asako avec intérêt, même si, comme Pascale, j'ai trouvé l'actrice (bien que ravissante) un peu terne, molle. Par ailleurs, J'ai eu le plaisir de voir un chat japonais. Je conseille, comme Oriane et Anne.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 9 janvier 2019

Edmond - Alexis Michalik / Douzième bloganniversaire

Cette semaine sort un film épatant que j'ai pu voir en avant-première. J'avais vu Edmond, la pièce, il y a deux ans au Théâtre du Palais-Royal. Elle a été un triomphe et a reçu 5 Molière en 2017. Alexis Michalik, l'auteur et le metteur en scène, l'a transposée avec talent sur grand écran. Le sujet d'Edmond, c'est Edmond Rostand et la création de sa pièce Cyrano de Bergerac. A la fin de l'année 1897, Rostand a 29 ans. Il est marié et est déjà père de deux enfants. Il vit avec sa femme, Rosemonde [Gérard] dans un bel appartement. Edmond aime écrire des vers mais pour le moment il est en panne d'inspiration. La dernière de ses pièces qui vient d'être créée à Paris, est un "four" malgré la présence de Sarah Bernhardt dont Edmond est le protégé. Il cherche une idée. Honoré, le tenancier (d'origine antillaise ou africaine) d'un bar, va lui donner l'idée d'écrire une pièce avec Cyrano de Bergerac comme personnage principal. Coquelin aîné, l'un des comédiens les plus célèbres de son temps, insiste pour créer la pièce qu'Edmond n'a pas encore écrite. Il mettra à peine trois semaines pour écrire des alexandrins dont certains restent dans les mémoires comme la tirade du "nez". Le texte du personnage de Cyrano est le plus long du répertoire français : 1600 vers! Le film est très bien réalisé, ça virevolte, les acteurs sont excellents, Olivier Gourmet en tête. A la fin, une partie du public dans la salle a applaudi. C'est mérité. Je pense et j'espère que ce film sera un succès. Et il donne envie de lire ou relire Cyrano de Bergerac. Lire les billets de Pascale et Roland (Rock07).

Sans transition, je laisse mon billet à ta d loi du cine, mon statisticien qui, à l'occasion du 12ème anniversaire de mon blog, va (si j'ai bien compris) vous donner encore quelques chiffres.

*

*       *

Des images valant mieux que de longs discours (pour ceux-là, voir les articles précédents "centaines" ou "bloganniversaires" dans le tag "Vie du blog"), voici les "images" des "données brutes" des nombres de billets et de commentaires, mois par mois, durant ces douze ans de blog. J'aurais (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) pu faire de belles courbes... Boarf. Si je tente une "projection" (rappelons que les prévisions sont une chose difficile, surtout quand elles concernent l'avenir, et loin de moi l'idée de prétendre "pontifier" en tant qu'"expert"!), si, donc, le rythme de publication de billets sur le blog de dasola se maintient, le 2000e billet devrait être atteint... disons cet été! Sans doute pas en même temps (sauf miracle) que le commentaire N°25 000 dont je me réserve à l'avance l'honneur, quitte à ce que je "triche" un peu le moment venu, dans quelques mois!

Stats_BILLETS_blog_MFE_090119    Stats_COM_blog_MFE_090119

Ces deux tableaux ne sont pas corrélés. Des commentaires ont pu (et peuvent toujours!) être faits sur des billets bien antérieurs. Certains billets suscitent davantage de commentaires que d'autres: les billets "Voeux", "Palmarès", "Centaine" ou ..."Bloganniversaire" ont infiniment plus de succès que les "billets du 7" de Ta d loi du cine. Un exemple d'analyse entre mille possibles? On voit que même le mois où le moins de billets ont été publiés (5, en septembre 2012) a connu un nombre de commentaires honorable (100). Mais je vous laisse vous repaître de ces chiffres et les ruminer vous-même!

PS: et bonjour et bonne année aux quelque 50 personnes déjà (re)venues sur ce blog en moins de 10 jours en 2019. Si ça se trouve, elles représenteront peut-être un tiers de l'effectif total des commentateurs de toute l'année 2019!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 7 janvier 2019

Les victimes du massacre à Charlie Hebdo peu ou pas connues du public: M. Ourrad / F. Brinsolaro / F. Boisseau / A. Merabet

Quatre ans après le massacre à Charlie Hebdo, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) souhaitais rendre hommage à ceux, assassinés ce jour-là, que je n'ai encore jamais évoqués parce qu’ils n’ont pas laissé derrière eux de livre ou d’œuvre que je puisse chroniquer. N’étant pas moi-même journaliste professionnel, j’ai suivi une suggestion qui m’a été faite en allant chercher ce que les collègues ou proches des uns et des autres avaient pu leur rendre comme hommage répercuté dans la presse à l'époque. Mes sources (secondaires, donc) sont indiquées en notes en fin d'article.

Mustapha Ourrad

Cet homme discret et érudit était de longue date (fin des années '90) intégré dans la rédaction de Charlie Hebdo, pour la fonction de lecteur-correcteur. Si je ne suis pas sûr qu'il comptait dans l'effectif salarié permanent de l'hebdomadaire le 7 janvier 2015, il continuait à y officier très régulièrement pour les "bouclages" du lundi. Ce mercredi-là, il s'était rendu à la rédaction pour travailler sur la prochaine publication d'un numéro Hors-série. Les tueurs l'ont assassiné en sortant de la salle de rédaction, avant de quitter les lieux.

Il était humain avant d'être algérien, français ou kabyle, analysait sa fille en 2015 (1). Sa compagne rappelait que le fait de rester à Charlie était une façon de militer, même s'il le faisait sans se montrer (1). D'après ses collègues du magazine Viva où il travaillait en parallèle à Charlie Hebdo, il n'aurait pas aimé d'hommage (2). Une de ses collègues à Viva se souvient d'une parabole qu'il aimait conter (3): "Deux hommes ont un différent, ils vont alors consulter un sage soufi pour les départager. Le premier expose son cas ; le sage lui dit : “Je te comprends, tu as raison.” Le second donne alors sa vision des choses ; “Oui, je te comprends, lui dit le sage, tu as raison.” Un témoin de la scène vient s’étonner face au sage : “Comment peux-tu dire à chacun qu’il a raison ? ce n’est pas possible…”  “Tu as raison”, répond le sage."

Enfin, en tâchant de faire le tri entre les articles qui publiaient des témoignages de première main et ceux qui se contentaient de reprendre des informations déjà parues ailleurs, j'ai été touché par l'article d'un blogueur, lui-même journaliste, qui disait notamment "Loin de moi l'idée de m'arroger le droit de rendre hommage à un homme que je ne connaissais pas. Mais (...)" (4).

M_Ourrad_LaLegerete Le voici représenté par Catherine...

P1100761

 ... et croqué par Cabu (avec moustache mais pas barbu!), si j'ai bien interprété la légende du "portrait de groupe" publié p.321 de Cabu, une vie de dessinateur, Jean-Luc Porquet, 2018.

Franck Brinsolaro

Il a été la deuxième personne touchée par les balles une fois les tueurs entrés dans les locaux de Charlie. Il s'agissait de l'un des deux policiers affectés à la protection de Charb, se relayant une semaine sur deux. Je cite sa femme, rédactrice en chef de L'Eveil normand, interviewée par Ouest France (5): "Même s'il n'était pas du tout politisé, Franck aimait l'actu, l'info. Notre métier lui parlait... Et il est mort pour la liberté de la presse. (...) Vous savez, discret comme il était, Franck n'aurait sans doute pas aimé se retrouver dans un article. Mais je le fais pour qu'il reste une trace. Pour les enfants, plus tard. Et parce qu'il n'y a pas eu que des dessinateurs célèbres qui sont tombés. D'autres gens aussi."

P1100763

Le plan ci-dessus est extrait du numéro spécial de Charlie Hebdo publié "1 an après" (p.4). On y voit la table où était assis le policier, dans la salle de rédaction. Même si, bien entendu, comme tous les policiers des services de protection, il se devait d’être « professionnel » donc transparent (donc, je suppose, sans jamais interagir avec les activités professionnelles de ses « protégés »).

Frédéric Boisseau

Ce chef d'équipe de maintenance travaillait depuis 15 ans chez Sodexho, c'était la 1ère fois qu'il se rendait dans cet immeuble, il ne savait même pas que c'était le siège de Charlie Hebdo, a raconté son épouse à RTL. Il a été la première victime, dans le hall de l'immeuble, avant que les tueurs forcent la porte de la rédaction (6). 

Ahmed Merabet

Gardien de la paix, c'est un de ceux qui ont essayé d'arrêter les assassins dans leur fuite en voiture. Blessé dans l'échange de tirs, il a été froidement achevé avant qu'ils s'évaporent dans les rues de Paris.

 

Sources:

(1) Elsa Maudet, Mustapha Ourrad, l'érudition discrète de "Charlie", Libération, 15 janvier 2015

(2) https://www.vivamagazine.fr/au-revoir-mustapha-170318 [extrait des "Mentions légales" du site internet: VIVA est un magazine de santé mutualiste indépendant. Diffusé à 460 000 exemplaires, principalement auprès d’adhérents à des mutuelles de santé, VIVA bénéficie d’une audience qui dépasse largement les frontières du mouvement mutualiste]

(3) Mustapha, un dernier mercredi chez "Charlie", Blog des correcteurs du Monde, 9 janvier 2015

(4) Blog GrandeurServitude d'Olivier Queulier, https://grandeursrvitude.wordpress.com/2016/01/09/a-la-memoire-de-mustapha-la-moindre-des-corrections/

(5) François Chrétien, Franck Brinsolaro, policier tué en protégeant Charb, Ouest France, 9 janvier 2015

(6) Nous sommes Frédéric. "Ne l'oubliez pas", L'Obs, 10 janvier 2015

Autres articles consultés en ligne:

https://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Mustapha-Ourrad-correcteur-a-Charlie-Hebdo-avait-la-France-au-caeur-2015-01-09-1264921

https://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Attentat-a-Charlie-Hebdo-Qui-sont-les-douze-victimes-711022

https://www.rtl.be/info/monde/france/jeremy-a-survecu-a-l-attentat-de-charlie-hebdo-pas-son-ami-et-collegue-on-s-est-leves-pour-aller-bosser-et-il-s-est-pris-une-balle--691486.aspx

J'ai aussi relu le numéro 1224 de Charlie Hebdo (daté du 6 janvier 2016) dont le plan ci-dessus est extrait.

Les quatre personnes auxquelles j'ai pensé aujourd'hui ont été massacrées par les mêmes tueurs que les dessinateurs ou journalistes. J’assume mon choix de dire qu’eux sont morts parce qu’ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment, même si c'est le cas de tous ceux qui ont croisé la divaguation ciblée des assassins. Pour ma part, je ne m'étais jamais rendu qu'une seule fois "chez Charlie", à l'époque de la rue de Turbigo, il y a quelque 20 ans.

Ce 7 janvier-là, d'autres victimes ont été blessées par les balles des tueurs. J’ai déjà parlé de Fabrice Nicolino, je m’efforcerai d’écrire sur d’autres auteurs dans les prochains mois. Je suis conscient, par ailleurs, que la liste des cibles des "fous de Dieu", assassins téléguidés depuis je ne sais quelle montagne (prétendant que ça irait à M*h*m*t...), ne se cantonnait pas à la rédaction de Charlie Hebdo, en cette année 2015, ni depuis.

Pour finir, une petite considération personnelle. J'ai vu passer le chiffre des ventes en kiosque de Charlie Hebdo en 2018 (AFP). Il y a un peu moins de 4 ans, j'étais un moineau (ou poisson rouge...) sur 7 millions; je reste aujourd'hui un éléphant sur 30 000. C'est plus valorisant, je trouve.

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 6 janvier 2019

Un beau voyou - Lucas Bernard

L'année commence bien pour le cinéma français grâce à Un beau voyou, le premier long-métrage très réussi de Lucas Bernard, Anne le pense aussi. Le commissaire Beffrois (Charles Berling, très bien) est sur le point de prendre sa retraite. Il vit dans un appartement triste près d'une voie de chemin de fer dans le nord de Paris. Ce lieu est presque vidé de tout à l'exception de quelques tableaux encore accrochés aux murs. Avec sa femme décédée, il visitait les galeries d'art. Il s'y connait en peinture contemporaine et moderne.  Ses deux fils sont partis vivre ailleurs. Un jour, rentrant de faire des courses, Beffrois surprend dans son appartement un jeune cambrioleur à la peau noire. Il se met à discuter avec lui et lui propose un jus de fruit. Cela donne une idée du ton du film, un brin décalé. Pour sa dernière affaire, à la veille de son pot de départ, Beffrois est appelé par une femme qui vient d'être cambriolée au dernier étage d'un immeuble cossu. On lui a volé un tableau de valeur intermédiaire. Le voleur est passé par une fenêtre. On fait rapidement connaissance du cambrioleur qui aime passer par les toits. Beffrois n'a de cesse d'appréhender ce monte-en-l'air plutôt joli garçon qui s'esquive comme une anguille. Il a plus d'un tour dans son sac comme celui de l'escroquerie à la location d'appartement que je vous laisse découvrir. C'est un film policier sans violence avec de l'humour et de l'ironie. C'est léger et aérien. Un film qui sort des sentiers battus joué par des comédiens épatants. Je le conseille tout comme Anne (encore elle).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 5 janvier 2019

Qui a tué Lady Winsley? - Hiner Saleem

Ayant beaucoup aimé My sweet Pepper land du même réalisateur, je me suis précipitée pour aller voir Qui a tué Lady Winsley? Le titre convient tout à fait car dès les premières images, on voit le cadavre d'une femme, une Américaine dans une sorte de morgue. Un homme en blouse blanche est penchée vers elle. Il n'est pas médecin légiste mais simple infirmier. Il n'a fait qu'une inspection superficielle du corps. Un autre homme est présent dans la pièce: Fergan, un inspecteur stambouliote. Plutôt bel homme (selon mon goût), Fergan, d'origine kurde, a fort à faire pour trouver le ou la coupable dans cette communauté turque raciste et mysogine (on montre bien que les femmes sont d'un côté et les hommes de l'autre, selon les traditions). Tout le monde est plus ou moins apparenté. L'histoire se passe sur l'île de Büyükada, dans la mer de Marmara, au large d'Istanbul. Qui a donc tué cette Américaine, une femme écrivain qui était venue vivre sur cette île en plein hiver, et quel est le mobile du meurtrier? Elle a été tuée d'une balle de revolver avec une arme ayant déjà servi 20 ans plus tôt: un jeune Kurde de 20 ans avait été assassiné. Les tests ADN sur la population masculine et féminine ne donnent rien. Je vous laisse découvrir le coupable. Le film dégage pas mal d'humour malgré le sujet. Cela se passe en hiver et l'image du film reflète bien la saison, elle n'est pas lumineuse, elle tire vers le gris et blanc. J'ai aimé la fin avec ce début d'histoire d'amour entre le bel inspecteur et la jeune patronne d'un hôtel. Un film que je conseille. Lire le billet d'Anne.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 4 janvier 2019

Le retour de Mary Poppins - Rob Marshall

Déjà trois films à mon actif vus entre le 1er et le 2 janvier 2019.

Je commence par Le retour de Mary Poppins de Rob Marshall que, n'en déplaise à Pascale, j'ai bien apprécié et mon ami aussi. Je ne fais pas de comparaison avec la version de 1964 avec Julie Andrews. Dans cette nouvelle version qui est une sorte de suite, l'histoire se passe pendant la Grande Dépression de 1929 à Londres. Les enfants Banks de la première histoire ont grandi. Michael est devenu employé de banque tandis que sa soeur Jane est une idéaliste militante. La belle maison où vivent Banks et ses trois enfants (il est veuf depuis peu) est sur le point d'être saisie. Il a fait un prêt bancaire auprès de sa propre banque qu'il ne peut pas rembourser. C'est à ce moment là que Mary Poppins arrive du ciel (au sens propre et figuré) pour s'occuper des trois enfants, que j'ai trouvés ni moches ni insupportables. Il y a pas mal de moments chantés plutôt honorables. Et comme mon ami, j'ai trouvé que la séquence dansée des falotiers (les allumeurs de réverbères) était très réussie. Emilie Blunt (ravissante) qui interprète Mary Poppins tire son épingle du jeu même si elle n'est pas Julie Andrews. Il faut noter les apparitions d'Angela Lansbury (Arabesque) et Dick van Dyke qui jouait dans la première version (93 ans tous les deux!). Et je n'oublie pas Colin Firth dans le rôle du méchant banquier ni Meryl Streep dans le rôle Topsy Turvy, la cousine de Mary Poppins. Avec sa perruque et ses vêtements délirants, elle est méconnaissable. Je pense que Pascale va m'en vouloir d'aimer le film, tant pis!

La suite demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 janvier 2019

Meilleurs voeux 2019

Nicoline (une vache jersiaise que mon ami a vu naître en février 2018 dans une ferme où il faisait un stage) et moi-même, nous vous souhaitons une très belle année 2019.

Qu'elle vous apporte tout ce que vous pouvez désirer, bonheur et santé.

P1080055
Nicoline en mai 2018
et

P1100524
Nicoline en octobre 2018.

PS: Pour répondre à la question de Maggie (son commentaire ci-dessous), elle ne vit pas avec nous. Elle rumine dans la ferme où elle est née en Seine-et-Marne. Elle va devenir une vache laitière dès qu'elle aura eu son premier veau dans plus d'un an encore.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags :