Le blog de Dasola

mercredi 25 mai 2022

La guerre dans les airs - H. G. Wells

wells_NOIR   2022-en-classiques-Logo1   10e_ChallengedeLImaginaire

Je (ta d loi du cine, squatter" chez dasola) commence à mon tour (après son billet à elle) le "Mois Wells" (co-oganisé avec Sibylline) en piochant dans ma bibliothèque un titre un peu moins connu que les plus emblématiques d'Herbert George Wells, La guerre dans les airs. Et cela me permet d'inscrire aussi ce billet pour poursuivre mes participations aux challenges "2022 en classiques" (co-organisé par Nathalie et Blandine) et au "10e challenge de l'Imaginaire" (de Ma lecturothèque).

P1140337

La guerre dans les airs (Folio N°1549, 375 pages), c'est celle que l'on voit se livrer les nations dites "civilisées", lors d'un suicide collectif des civilisations qui se produit dans une de ces "anticipations" dont Wells a fait son miel. Il s'agit pour moi d'une relecture, puisque je m'étais offert ce livre en 1985. Quelques décennies de lectures après, j'y ai trouvé une multitude de réminiscences littéraires. En ce qui concerne les dates, le texte contient quelques allusions aux années 1906 et 1907 (année de sa rédaction, sachant qu'il a été publié en feuilleton en 1908, et traduit en français dès 1910).

Pour dire quelques mots des fils conducteurs: chacun des 11 chapitres est subdivisé en 4 à 10 parties de quelques pages correspondant, je suppose, aux livraisons du feuilleton. Il nous est d'abord présenté une famille, les Smallways, soit le père, retraité, le fils ainé, Tom, et son épouse (petits commerçants en fruits et légumes dont ils font pousser eux-mêmes une partie), et le plus jeune fils, Bert, qui "cherche" encore sa voie (loueur de bicyclettes, chanteur ambulant...). Occasion aussi de parler du monde "de progrès" dans lequel ils vivent. Dans ce futur proche, les pays sont sillonnés par des lignes de "monorails" (électriques?), moyen de transport ayant manifestement supplanté le chemin de fer (trains à vapeur), et c'est un pont (et non un tunnel) qui a été jeté en travers de la Manche. Reste à mener la conquête de l'air, avec moult expérimentations entre "plus légers que l'air" (dirigeables) ou plus lourds que l'air (aéroplanes). Ici se place l'anticipation: alors qu'un inventeur, un certain Butteridge, a fait la preuve des qualités de l'appareil de son invention et cherche à en vendre les plans, de son côté, l'Allemagne impériale s'apprète sans tambours ni trompettes à partir à la conquête du monde. Ce pays dispose, au début de la guerre qu'il entame, de trois cents dirigeables, que nous pouvons aujourd'hui comparer aux 129 Zeppelins construits des débuts des travaux du Comte jusqu'au Hindenburg, y compris ceux utilisés par l'Allemagne pour des missions de bombardements au cours de la Première Guerre mondiale. Les engins dirigeables tels que Wells nous les montre sont bien plus puissants et infiniment plus destructeurs que ne l'ont été les vrais dirigeables fonctionnels. Les différents "plus lourds que l'air" utilisés dans le roman par les militaires s'apparentent, eux, à des "ULM" contemporains [ultra-léger motorisé]. Mais n'oublions pas qu'H. G. Wells a rédigé ce livre quatre ans avant que Blériot ait réussi l'exploit de seulement traverser la Manche. Bref, par un concours de circonstances rocambolesques, Bert va se retrouver malgré lui embarqué dans la flotte aérienne allemande, à travers l'Atlantique, jusqu'en Amérique du Nord. Il assistera aux ravages causés aux Etats-Unis d'Amérique (destruction de leur flotte cuirassée dans l'Atlantique, d'abord, puis bombardement aérien de New York, ensuite). Mais si des bombardements aériens peuvent détruire villes et infrastructures d'un pays, ils ne peuvent permettre de le "conquérir" (ce qui nécessiterait l'envoi au sol de troupes nombreuses). Et quand l'alliance sino-japonaise, qui pendant ce temps construisait, elle, ses propres dirigeables par milliers, entre à son tour en guerre contre "l'Occident", la guerre devient mondiale, incontrôlable... et aboutit à la fin du monde civilisé (chute des Etats, guerres civiles, épidémie mondiale...). Qu'il suffise de dire que, échoué aux chutes du Niagara, Bert parviendra, par miracle mais aussi à force de détermination, à retraverser en bateau l'Océan pour retrouver sa dulcinée restée en Angleterre. Après ces aventures, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants (11, dont seuls 4 survécurent, eu égard aux rudes conditions d'existence d'après-guerre...).

Je parlais en début d'article de mes réminiscences. Elles ne sont pas uniquement littéraires. La description des débuts de l'aviation (temps héroïques) m'a rappelé la série TV Les faucheurs de marguerites (pour laquelle je mettais mon réveil en pleine nuit pour ne pas rater un épisode d'une rediffusion nocturne, il y a peut-être deux ou trois décennies...). Les aléas d'une boutique de location-vente de bicyclettes donnent lieu à la rédaction de lignes d'humour anglais dignes de Jerome K. Jerome (Trois hommes dans un bateau). L'inventeur cherchant à monnayer son invention peut faire songer au roman Les Trois yeux de Maurice Leblanc (postérieur), ou à Face au drapeau de Jules Verne (antérieur bien entendu). En outre, je serais curieux de savoir si le London des Histoires des siècles futurs et Wells (qui a survécu trois décennies à London) avaient connaissance de l'oeuvre l'un de l'autre? Wells fait intervenir dans sa fin du monde civilisé la "maladie pourpre" (venue du Tibet?) là où Jack London (qui écrivait, lui, en 1910) n'attribuait aucune provenance à sa Peste écarlate.

Enfin, la chute d'un monde civilisé peut éveiller des échos par rapport au discours de nos "colapsologues" contemporains. Il faut tout de même noter que chez Wells, cet effondrement est moins dû à des modifications environnementales que comportementales: c'est la chute des gouvernements centralisés, mais aussi l'arrêt des échanges commerciaux, et très rapidement celui de toute l'économie basée sur un système monétaire garantis par les Etats, aggravé par les ravages humains causés par les guerres civiles puis une épidémie mondiale, qui amène les rares survivants au repli sur de petites communautés ayant oublié l'usage des techniques "modernes" - c'est du moins le cas de celles de Tom et de Bert. Je ne suis pas sûr que j'avais eu cette grille de lecture-là en 1985.

Voici deux blogs qui ont parlé de ce titre: Le Gilel Ludique, et Littérature (dernier billet en 2020).

Je suppose que, quand il a fait le choix de devenir écrivain professionnel, Wells rêvait d'éclairer ses contemporains par le truchement de la fiction. Mais il me reste bien d'autres titres à lire pour conforter ou infirmer cette impression.

P1140333 D'un tout récent passage en librairie, j'ai ramené les quatre Wells ci-contre, dont je tirerai bien encore quelque(s) billet(s) - en fonction de la longueur de chaque livre:

Miss Waters (179 pages)

Enfants des étoiles (151 pages)

Un rêve d'Armageddon précédé de La porte dans le mur (109 pages)

L'extinction de l'espèce humaine (83 pages)

... et il y avait encore d'autres titres disponibles! J'ai hâte de lire d'autres billets que les miens sur ces oeuvres.

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 23 mai 2022

Extrême urgence - Michael Crichton / Le cannibale de Crumlin Road - Sam Millar

 P1140339

Extrême urgence (Edition Pocket, 438 pages) est un des premiers romans écrits par Michael Crichton en 1968 qui était encore étudiant à la Harvard Medical School. Il a écrit des romans pour payer ses études. Entre la médecine et l'écriture, il a choisi la deuxième après avoir été diplômé de médecine. Extrême urgence est un thriller qui se passe dans le monde médical. Le narrateur, John Berry, un médecin dans un labo d'anatomie pathologique d'un hôpital bostonien va mener une enquête pour disculper un ami obstétricien d'origine sino-amécaine. Il est accusé par la mère de la victime d'être responsable d'un avortement qui a provoqué la mort de la patiente, Karen, une jeune femme de 17 ans. Karen était la fille d'un grand médecin de Boston. La police a trouvé le suspect idéal et elle ne va pas plus loin. Berry, lui, du fait qu'il connait bien son domaine va suivre plusieurs pistes et en particulier, il apprend que Karen avait une vie dissolue, sexe et drogue. John s'approche tellement de la vérité qu'il en retire quelques plaies et bosses. J'ai trouvé quelques lacunes dans la résolution de l'histoire et des questions restent sans réponse. Cela n'empêche pas que le roman se laisse lire.

P1140338

Je passe au Cannibale de Crumlin Road de Sam Millar. Cet ex-taulard s'est reconverti dans l'écriture et cela lui réussit. J'apprécie beaucoup ses romans. Le cannibale de Crumlin Road (Collection Point Policier au Seuil, 328 pages), a été écrit en 2010 et il est sorti en 2015 en version française. Comme pour les autres romans de Millar, l'histoire se passe à Belfast. Et l'on retrouve le détective privé Karl Kane qui va devoir affronter un sérial killer assez abominable. Ce dernier issu d'un milieu aisé enlève des jeunes femmes maigrichonnes. Il les fait grossir, surtout le foie et les reins, organes qu'il consomme après avoir tué ses victimes, souvent des marginales. Jusqu'au jour où la propre fille de Karl Kane est enlevée. Le dénouement va se passer dans une prison désaffectée située Crumlin Road. Le roman se lit très vite. L'auteur a un grand sens de la narration même si ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur. Lire le billet d'Yv.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 mai 2022

Time after time (C'était demain) - Nicholas Meyer

c-etait-demain-affiche_314241_2840

Dans le cadre du challenge H. G. Wells organisé par Sibylline (La petite liste) et Ta d loi du cine, j'ai revu avec le même plaisir C'était demain, sorti en 1979. Il faisait s'affronter dans l'espace temps Herbert George Wells (lui-même) et Jack the Ripper (Jack l'éventreur). C'est un film charmant qui a plu à mon ami Ta d loi du cine qui ne l'avait jamais vu. L'histoire commence en 1893, à Londres. Il fait nuit. Une prostituée attire un client dans la rue. Grave erreur pour elle. Elle se fait tuer avec sauvagerie. Pendant ce temps, Herbert George Wells, âgé de 27 ans, qui n'a pas encore écrit tous ses romans et essais, reçoit quelques invités pour dîner. Un dernier invité arrive, il s'agit du Docteur Stevenson. Il s'est réfugié chez Wells car il est poursuivi par la police. En effet, Stevenson n'est autre que Jack l'Eventreur. Herbert George vient de mettre au point une machine à explorer le temps (futur ou passé) mais il n'a pas encore osé s'en servir. Stevenson, lui, n'hésite pas une seconde. Wells se lance à sa poursuite et il se retrouve le 7 novembre 1979 à San Francisco, dans un musée où une exposition lui est consacrée avec la fameuse machine. Il faut voir Wells avec son costume très "holmesien" dans la ville américaine. Il a l'idée d'aller à la banque d'Angleterre où il pense que Stevenson a changé de l'argent. La chance lui sourit en la personne d'Amy, une des jeunes employés de la banque. Elle tombe tout de suite sous le charme de Wells qui ne reste pas insensible, bien au contraire (sourires mutuels). Je ne vous décrirai pas les péripéties de l'histoire. Il y a du suspense. On se demande comment Wells va s'en sortir et arrêter Stevenson qui a repris ses activités criminelles. Wells qui est un homme intelligent arrive même à conduire une voiture, et à répondre au téléphone. Mais il a hâte de retourner dans son époque après avoir appris que le futur ne fut pas ce à quoi il s'attendait. Malcolm Mc Dowell, que l'on a connu en Alex d'Orange Mécanique, ou Caligula, est touchant dans le rôle de H. G. Wells, et Mary Steenburgen est craquante. Un film vraiment sympa qui doit pouvoir se trouver dans des médiathèque. Moi, j'ai le film en DVD depuis 20 ans.

Je suis contente d'avoir participé au challenge H. G. Wells (catégorie films).

wells_NOIR

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
mardi 17 mai 2022

Les Folies fermières - Jean-Pierre Améris

Comme j'ai du mal à terminer les romans que je lis, je continue à chroniquer quelques films.
Après avoir souri devant la bande-annonce, mon ami ta d loi du cine et moi-même sommes allés voir Les Folies fermières de Jean-Pierre Améris. Ce n'est pas la comédie du siècle, mais elle nous a bien divertis. L'histoire est inspirée de faits réels: en l'occurrence, il existe, dans le Tarn, les Folies fermières, premier cabaret à la ferme de France. L'histoire dans le film se passe dans le Cantal près d'Aurillac. David, un éleveur de vaches laitières, est au bord de la faillite. Il a deux mois pour redresser la barre. Ce rêveur vit avec sa mère et son grand-père dans une grande ferme. Les quelques femmes avec qui il a vécu ne sont pas restées. Un soir, ses pas le mènent vers un cabaret en ville. Là, en voyant Bonnie, une belle jeune femme brune, se produire sur scène, il a l'idée de créer un cabaret à la ferme qui lui permettrait de payer ses dettes et ainsi de sauver sa ferme. Il engage Bonnie pour être le metteur en scène et superviser un futur spectacle, en trouvant des artistes de la région. Rien n'est simple, beaucoup d'obstacles se dressent sur leur route. Les quelques artistes recrutés, comme deux soeurs danseuses, un médium, une magicienne sourde et un homme, imitateur de Dalida, ne sont pas toujours faciles à gérer. Par ailleurs, Bonnie a un sacré caractère. David doit arrondir les angles avec tout ce petit monde, sans compter que Laëtitia, une ex copine de David, vient mettre son grain de sel dans les répétitions et dans la vie de David. Le film traîne parfois un peu, mais on passe un très bon moment, avec à la fin quelques images et vidéo sur les vraies Folies fermières du Tarn. 

Sinon, le Festival international du film de Cannes vient de s'ouvrir aujourd'hui. J'espère qu'il y aura de bons films en compétition.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
lundi 16 mai 2022

Mois H. G. Wells en juin 2022 (jusqu'à fin juillet!)

== Ne cherchez pas pourquoi on parlerait spécialement d'Herbert George Wells (H. G. Wells) en juin 2022. Notre auteur est né le 21 septembre 1866 et mort le 13 août 1946, il n'y a donc aucune raison de calendrier. Juste, faites-le! ==

Sibylline, du blog La petite liste et moi-même (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) vous proposons, sur toute la durée de ce mois de juin 2022 (non seulement dès à présent, mais jusqu'au 22 jusqu'à fin juillet en fait...), un "Mois Wells", occasion de lire ou relire son oeuvre (y compris les titres moins connus que la demi-douzaine des plus emblématiques) ou de visionner les adaptations de celle-ci au cinéma, et de rédiger un billet sur vos blogs respectifs. C'est La petite liste qui prendra en charge la centralisation de vos billets sur l'oeuvre écrite (romans de Wells, biographies de l'auteur, etc.) sur son billet dédié

wells_NOIR
Dessin créé par Sibylline pour l'événement sur son blog

== Pour ma part, je m'occuperai de prendre en compte vos billets sur les adaptations en films, ou en bandes dessinées, qui en ont été tirées (ou qui mettent en scène H. G. Wells lui-même). Il vous suffit de m'informer de votre intention de rédiger un billet, et/ou de m'en indiquer le lien lorsque cela est fait, via un commentaire sous le présent billet. ==

Vous pourrez trouver quelques idées sur les pages wikipedia consultées le 14 mai 2022, les films tirés d'une oeuvre d'H. G Wells (la page est-elle exhaustive?) ou plus largement la liste de ses oeuvres sur la page qui lui est consacrée. Et si vous voulez aussi lire l'oeuvre romanesque, j'empiète sur les platebandes de la co-organisatrice en référençant ce qui est aujourd'hui disponible en "Folio" ;-)

Nous n'avons pas encore décidé qui s'occuperait de recenser les chroniques sur les "suites" et "continuateurs" des livres de Wells. Je suppose qu'on verra à l'usage (quitte à les référencer sur nos deux blogs!). On vous tiendra au courant *.

Pour ma part, c'est sous le présent billet que j'ajouterai durant toute la période les participations qui me seront signalées dans le cadre ci-dessus.

A vos claviers!

* (Edit du 16/05/2022) Pour les "suites", nous avons adopté la même logique: La petite liste prend les romans, je prends ce qui est films et BDs.

***************************************************************************************************************

 Films: 

* dasola (20/05/2022) : Nicholas Meyer - C'était demain (Time after time)

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 14 mai 2022

Doctor Strange in the Multiverse of Madness - Sam Raimi / Hit the Road - Panah Panahi

Voici un billet sur deux films qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre sauf que j'ai toujours des goûts éclectiques en matière de cinéma.

Je suis allée voir Doctor Strange in the Multiverse of Madness de Sam Raimi car j'ai un faible pour Benedict Cumberbatch. En revanche, je n'ai pas vu le premier Docteur Strange qui date de 2016 ou d'autres films et séries de Marvel. Je pense que c'est un problème, car j'ai senti qu'il s'était passé pas mal de choses avant que l'histoire ne commence. On voit surtout des effets spéciaux spectaculaires, comme dans une des premières séquences où Gargantos, un démon octopoïde, une grosse bébête avec des tentacules et un oeil unique, cause des ravages à New-York. Il poursuit America Chavez, une des héroïnes du monde de Marvel, car elle a le pouvoir de voyager à travers le Multivers, c'est-à-dire de passer d'un univers à l'autre et d'une Terre à l'autre. Ce démon est une des créations d'une certaine Wanda Maximoff, alias la Sorcière rouge, qui rêve de contrôler le Multivers pour pouvoir retrouver ses deux garçons qu'elle a créés dans un des univers du Multivers. Elle veut donc voler le pouvoir d'America Chavez. C'est là que Doctor Strange fait tout pour aider America Chavez dans les différents univers. Les effets spéciaux font partie de l'essentiel du film, qui ne m'a pas déplu, mais je ne suis pas sensible à l'univers des Marvel. Il n'y a que les X-Men qui trouvent grâce à mes yeux. Lire les billets d'Henri Golant, Princecranoir.

Je passe à Hit the Road de Panah Panahi (le fils du réalisateur iranien Jafar Panahi). J'ai eu envie de voir le film après avoir lu des bonnes critiques sur ce premier long-métrage. J'avoue que je m'attendais à autre chose comme histoire. J'espérais une révélatioin fracassante au bout de la route. J'ai attendu pendant tout le film qu'il se passe quelque chose et il ne se passe rien ou pas grand-chose. Je ne sais pas pourquoi une famille composée d'un père avec une jambe dans le plâtre, d'une mère inquiète, d'un fils aîné qui ne dit rien ou presque et du cadet, un gamin insupportable haut comme trois pommes, prend la route avec une voiture qui n'est pas la sienne. Les paysages quasi-désertiques sont sublimes mais cela n'a pas suffi à mon bonheur. Lire les billets de Miriam et Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 mai 2022

L'affaire Collini - Marco Kreuzpaintner

Je ne comprends pas que L'affaire Collini, qui est un film de 2019, soit sorti en France le 27 avril 2022 seulement. J'avais aimé le roman et je trouve que le film est à la hauteur. Dans la première séquence qui se passe en 2001, on voit Fabrizio Collini (Franco Nero, impressionnant) tuer de trois coups de pistolet dans la tête Jean-Baptiste Meyer, un octogénaire, dans une chambre d'hôtel à Berlin. Collini se laisse arrêter sans résistance et il ne prononce pas une parole. Caspar Leinen, un avocat germano-turc, est commis d'office pour défendre Collini. Il se trouve que Caspar connaissait bien Hans (le vrai prénom de la victime) Meyer, qui lui avait permis d'avancer dans la vie. Casper était le compagnon de jeux des petits-enfants de Meyer. Le mutisme de Collini est un obstacle pour sa défense, mais désormais tout lui est égal. Caspar doit trouver le mobile de ce crime. L'enquête va le ramener à la période de la seconde guerre mondiale, en Toscane, où l'armée allemande a commis des crimes de guerre. Le film se déroule alternativement sur trois périodes: 1944, les année 1980-90 et 2001. J'ai trouvé le film passionnant et très bien mené, et les acteurs sont tous excellents. Ce film vous permettra d'apprendre comment une loi allemande, la loi Dreher votée en 1968, a permis que d'anciens nazis soient innocentés de crimes qu'ils avaient commis. Pour information, l'auteur du roman qui est aussi avocat est l'un des petit-fils de Baldur von Schirach (chef des Jeunesses hitlériennes et gauleiter de Vienne (Autriche) sous le Troisième Reich). Lire les billets de Pascale, Henri Golant et Selenie

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 8 mai 2022

Downtown Abbey, une nouvelle ère - Simon Curtis

Je n'ai toujours pas vu la série Downtown Abbey (je sais, c'est une lacune). J'avais tout de même vu le premier long-métrage sorti il y a plus de deux ans qui ne m'avait pas enthousiasmée du tout. En revanche, Downtown Abbey, une nouvelle ère est plutôt réussi à mon avis, peut-être parce que Maggie Smith est plus présente. Nous sommes en 1928 et on suit deux histoires en même temps. La demeure de Downtown Abbey prend l'eau par le toit qui doit être refait. Pour ce faire, la famille Grantham accepte, moyennement une grosse somme, qu'une équipe de tournage vienne tourner un film muet dans la demeure qui est transformée en plateau de cinéma. Par ailleurs, Lady Violet Crawley (Maggie Smith, géniale comme d''habitude), la comtesse douairière, apprend qu'elle vient d'hériter d'une belle villa sur la "riviera" française avec vue sur la Méditerranée. Violet n'en revient pas qu'un monsieur qu'elle a connu presque 60 ans auparavant ait pu penser à elle. Comme elle ne peut s'y rendre en personne, c'est son fils Robert Crawley et d'autres membres de la famille qui prennent le ferry puis le "Train bleu" pour descendre sur la Côte d'Azur et prendre possession de la villa. Toute la partie qui se passe à Downtown Abbey se suit avec beaucoup de plaisir, décrivant un tournage cinématographique cahotique car l'actrice principale est insupportable tout comme sa voix. Les domestiques sont contents de ce tournage. Il les distrait de leur routine. On suit avec intérêt le passage lors duquel un film passe du muet au parlant. Les acteurs sont tous épatants, avec mention spéciale à Michelle Dockery qui interprète la fille aînée de Lord Grantham. Sa voix posée convient bien pour faire du doublage dans un film et elle a beaucoup de classe pour maintenir l'ordre dans la maisonnée en l'absence de son père. Un film que je vous conseille, tout comme Henri Golant.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
samedi 7 mai 2022

Exposition "Tignous Forever" à Montreuil (avril-mai 2022)

C'est une information entendue sur France Inter la semaine dernière par dasola qui l'a amenée à me signaler cette exposition Tignous Forever. Du coup, je (ta d loi du cine, squatter" chez dasola) suis passé il y a quelques jours au Centre Tignous d'art contemporain, à Montreuil (93100).

P1140329
Deux affiches obtenues via l'accueil de l'exposition

Tignous ("petite teigne"), c'était le surnom affectueux donné par sa grand-mère à Bernard Verlhac, comme le rappelle l'un des panneaux explicatifs de cette exposition. Chloé Verlhac, la veuve de Tignous (dont le vrai nom était Bernard Verlhac) est la commissaire de l'exposition, qui a débuté le 21 avril et dure jusqu'au 21 mai 2022 (accès gratuit). Qu'y trouve-t-on?

Des dessins, beaucoup de dessins (je ne les ai pas comptés!), souvent petits, parfois sous verre, classés par thèmes. Ceux qui connaissent déjà l'oeuvre de Tignous peuvent y reconnaître certains dessins déjà vus ou parus dans Ni dieu ni eux ou dans Comment rater ses vacances, entre bien d'autres. Mais l'exposition propose également des témoignages d'autres dessinateurs, dont certains qui avaient bénéficié des conseils de Tignous à leurs débuts (Catherine, Aurel, ...). Les salles enchevêtrées offrent bien des murs servant de supports.

Sur un écran mural passe une interview par des étudiants (si j'ai bien compris les quelques minutes où je m'y suis arrêté?), sur un autre écran, la série de dessins animés des pandas de Tignous (série dérivée de Pandas dans la brume). Dans un recoin, on trouve aussi des photos panoramiques de son atelier, pendant que la voix de Chloé Verlhac évoque la manière dont elle a dû annoncer la mort de leur père à ses enfants, après son assassinat à Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Après avoir demandé l'autorisation, j'ai pris quelques photos (pas assez, selon dasola).  

P1010585 La photocopieuse... comme instrument de travail dans l'atelier?

P1010595 Tignous interviewé... (en vrai, il parle et il bouge!)

P1010594 Une des salles en perspective  P1010593

P1010592 Dessin en noir et blanc, puis couleurs aquarelle (sur une photocopie en papier cartonné)

P1010591   P1010590   P1010586

P1010589   P1010588   P1010587

Même avec l'aide de l'accueil sur place, je n'ai pas trouvé dans les accrochages un dessin figurant dans le catalogue de l'exposition (ci-dessous): aurait-il risqué de heurter certaines sensibilités?

P1140328

Pour visiter à votre tour l'exposition, vous trouverez les informations pratiques sur le site du Centre (adresse, horaire). Voici aussi le lien vers le catalogue de l'exposition (ses 24 pages sont aussi disponible sur place en version imprimée gratuite). Le programme des animations annonce, entre autres choses intéressantes, une visite commentée par Chloé Verlhac samedi 14 mai 2022 à 17 h, suivie d'une séance de dédicace et vente de dessins de Tignous. Je tâcherai de my rendre. 

Pour finir, je vais citer les derniers mots du catalogue, signés Chloé Verlhac: "Lorsqu'ils sont entrés le 7 janvier, Tignous demandait à la cantonade: «Quelle est notre part de responsabilité dans la souffrance de ces jeunes qui partent faire le djihad et pour qu'ils en arrivent là?»... Ils ont tué un mec bien. Donner à voir ses dessins est notre plus belle revanche. L'intelligence contre la connerie, le rire contre l'obscurantisme et la vie plus forte que la mort. Nous te continuons. Nous te continuerons."

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 5 mai 2022

Ténor - Claude Zidi Jr

Produit par Vincent Bolloré et Cyril Hanouna, Ténor de Claude Zidi Jr (le fils de) est le genre de film qui de prime abord me ferait plutôt fuir (je garde un très mauvais souvenir de La famille Bélier) et puis, j'ai vu la bande-annonce qui m'a plu. Antoine (MB14), étudiant en comptabilité et livreur de sushis, écrit et chante du "rap". Il vit dans la banlieue nord de Paris avec son frère boxeur qui organise des combats clandestins avec des paris à la clé. La mère vit sa vie ailleurs même si elle est en contact constant avec ses rejetons. Antoine se produit dans des "battles" de rap mais il semble ne pas les gagner souvent. Un jour, il est chargé de livrer des sushis à l'opéra Garnier. Il se retrouve dans une des galeries où se donne un cours de chant et à partir de là, sa vie bascule. Il montre aux autres étudiants qu'il a une belle voix de ténor et le professeur de chant, Mlle Loyseau (Michèle Laroque) repère immédiatement son potentiel. Ce film permet de nous faire admirer l'Opéra Garnier dans toute sa splendeur. Une séquence montre la profondeur de la scène où se produisent des artistes tels que Roberto Alagna qui joue son propre rôle. L'histoire est très sympathique, c'est un vrai conte de fée avec une séquence finale émouvante où Antoine interprète Nessum Dorma, l'air le plus célèbre de Turandot de Puccini. C'est une histoire sur la discrimination positive. J'ai vu le film en avant-première avec mon ami Ta d loi du cine... A priori, les producteurs du film ont négocié de longs mois pour avoir le droit de filmer dans l'enceinte de l'opéra. MB14 a répété deux mois avec une chanteuse de l'opéra. C'est lui qui interprète tous les airs d'opéra que l'on entend (y compris, en play-back, le dernier). Je ne connaissais pas Mohamed Belkhir (alias MB14), ce garçon a beaucoup de talent et il paraît qu'il serait tenté par la poursuite d'une carrière de chanteur d'opéra.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
lundi 2 mai 2022

La ruse - John Madden / L'homme qui n'existait pas - Ewen Montagu

Mercredi 26 avril 2022 est sorti en salle La ruse (Operation Mincemeat / Opération Chair à pâté ou Viande hâchée) de John Madden. Le film retrace la rocambolesque mystification qui permit aux Alliés de débarquer en Sicile en juillet 1943. Ewen Montagu, qui était membre des services secrets britanniques, a fait partie du groupe qui a imaginé une ruse pour tromper les Allemands. Un cadavre (il s'agissait d'un SDF d'origine galloise qui s'était empoisonné avec de la mort-aux-rats) revêtu d'un uniforme militaire avec des papiers, lettres et photos fut largué au large des côtes espagnoles par un sous-marin. Il avait en particulier à la main une sacoche contenant une lettre scellée avec un cachet en cire qui faisait allusion au fait qu'un débarquement allié aurait lieu en Grèce. Les Allemands en ont pris connaissance et s'y sont fait prendre. Par rapport au récit écrit par Ewen Montagu il y a près de 70 ans, il y a des ajouts, dont un début de romance entre Ewen (qui était marié) et une jeune femme appartenant au groupe. On note aussi la présence de Ian Fleming qui a priori n'a pas participé directement à l'opération. Le film est un peu lent et il n'y a pas beaucoup d'action. C'est un peu plat par rapport au sujet traité mais il se laisse voir. Concernant ce SDF que l'on avait appelé William Martin, il repose depuis presque 80 ans dans un cimetière en Espagne à Huelva. Pour information, le film est adapté d'un récit écrit par Ben McIntyre (né en 1963) qui s'est certainement inspiré de la relation des faits par Montagu. Et j'ajouterai qu'en 1956, un film de Ronald Neame a été tourné sur le même sujet, en s'inspirant, lui, du récit de Montagu.

Sinon, j'ai commencé le récit écrit par Ewen Montagu en 1953. C'est très factuel et cela se lit bien. Ce livre m'a été prêté par mon ami ta d loi du cine que je remercie.

P1140327

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 1 mai 2022

Corona corona... (sur un air de Bob Dylan) - N°25

Corona Corona... Que deviens-tu si loin? / Je me fais du souci pour toi / Et je m'en-NUIIIIIE de toi... [d'après Hugues Aufray]

"Aujourd'hui, rien."
...Comme l'écrivait Louis XVI juste avant la Révolution, au matin du 14 Juillet. Rien, ou à peu près. Plus un mot sur le covid-19 à la télé et presque rien dans la presse - si ce n'est pour mentionner qu'un quart des Chinois sont confinés chez eux (et que ça râle). Et chez nous? Ah, il est loin le temps où l'on avait tous les chiffres du jour, un ministre au moins une fois par semaine, des conseils de défense (contre les forces du virus...) à tire-larigot. Il faut chercher loin et avec acharnement pour se tenir au courant sur ce dossier. Par contre, il semble que LFI, PS, EELV et PC (sans parler du reste des poussières groupusculaires de gauche) aient du mal à se mettre d'accord sur la distanciation sociale à respecter pour les 12 et 19 juin 2022.

== Quelle flemme, moi... Pas tous les ans non plus qu'un 1er Mai tombe un dimanche! ==

06/04/2022: même s'il ne faut pas tirer sur les ambulances, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) ne résiste pas au plaisir de vous citer Charlie Hebdo (N°1550, p.13), glosant sur une étude du Monde qui a recensé quelques-unes des très nombreuses prestations intellectuelles du cabinet McKinsey concernant la crise sanitaire (covid-19): "Bref, à chaque fois que Jean Castex est venu dire une bêtise à la télévision, non seulement il n'en était pas l'auteur, mais en plus elle était facturée 5000 euros la minute". C'est un style d'humour qui me parle. Bravo Gérard Biard!

15/04/2022: Pfizer demandera très prochainement l'autorisation du rappel de vaccin chez les 5-10 ans (c'est moi qui souligne). Rappelez-moi combien, en France, de dizaines (de milliers) de parents ont demandé à faire vacciner leurs mômes dans cette tranche d'âge? Bon, c'est vrai, il doit s'agir de gamins plus "à risque" que les autres...

17/04/2022 : c'est effrayant, même un covid léger pourrait causer de gros dégâts au cerveau (pauvres singes...).  L'illustration est digne de Mars attackPensez-vous que beaucoup d'électeurs aient déjà été touchés?

20/04/2022: oh que ce petit bestiau a l'air mignon... Et pourtant! Vous avez dit "vison d'horreur?" 

Il y a deux ans, on était toujours soumis à "l'interdiction de déplacement en France" (qui a été levée le 11 mai 2020)... Ça me rappelle cet échange que je n'avais jamais publié, entendu dans une grande surface, face à un vigile qui n'en pouvait mais: "comment ça, on ne peut plus rentrer à 17h30? Mais enfin, il n'est pas 18h! Et j'ai rien à manger chez moi! C'est à 18h, le couvre-feu! Comment je fais pour manger, moi, ce soir?!" J'ose supposer qu'elle a fini par trouver... un petit commerce, plutôt qu'une grande surface! 

À Paris, depuis quelques semaines, les "terrasses éphémères" fleurissent. Depuis que c'est possible, j'ai dû pour ma part retourner moins d'une demi-douzaine de fois au restaurant et/ou au cinéma. Rythme nettement ralenti par rapport à "avant le covid". J'ai mis quelques semaines après le 14 mars 2022 et la levée de tout "pass" à m'y remettre. On perd ses habitudes, et on s'en passe. Moi, ça me va très bien. Pauvres commerçants! Mais... c'est la faute au gouvernement, non?

Vous vous rappelez l'histoire du "challenge" des dix millions de "vues" pour des youtubeurs (McFly et Carlito) mis au défi par notre Manu de faire la promotion des "gestes barrières"?.... Tout de même incroyable, l'engouement manifesté. Je viens de vérifier, ils ont passé désormais les 16 millions de vues...  À peine moins que ses 18 768 639 voix obtenues au second tour. Mais est-ce que tous les visionneurs ont voté pour ce visionnaire? Peut-il s'agir de cliqueurs professionnels (comme aperçu dans le film Effacer l'historique)? Il sait ce qu'il lui reste à faire: nommer Premier Ministre un saltimbanque... À propos de ce mot de "saltimbanque": ma propre légende familiale raconte que c'était le qualificatif méprisant qu'une "grande bourgeoise" donnait vers les années 1900, à notre ancêtre, homme de théâtre du XVIIIe siècle. La même légende disait qu'elle avait relégué les quelques reliques dont on avait hérité dans une chambre de bonne, où elles ont fini par brûler... Bref. 

27/04/2022: le Canard enchaîné démasque (p.5) une promesse non tenue. À Tours, une start-up avait promis de recycler des masques jetables, 13 tonnes en avaient été collectées depuis fn 2020, et l'agglomération tourangelle (22 communes, 300 000 habitants) avait claironné son soutien à cette filière. Fin sans gloire en mars 2021 du projet, les masques vont être finalement incinérés. L'élu alors à la tête de la Communauté de communes dit aujourd'hui au Canard: "j'ignorais que NeutraliZ n'avait pas un début de process industriel et allait demander à la métropole de mettre à la poche pour presque 3 millions d'euros!".

Et, pour finir mes élucubrations, le "macron souscrit": je crois ne jamais vous en avoir parlé encore. Changement de ton...

Aujourd'hui, rien de plus:  je ne sais pas plus que vous où on en sera le 1er juin 2022. Pas encore à 150 000 morts du Covid-19? On est dans les parages des 146 000... 

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 29 avril 2022

Murina - Antoneta Alamat Kusijanović

J'ai énormément aimé Murina (Murène en VF) dont le sujet principal tourne autour de l'eau et du désir d'émancipation d'une jeune fille. Julija a 17 ans. Elle vit avec son père et sa mère sur un des îlots de la côte dalmate en Croatie. La première séquence nous montre Julija et son père Ante sous l'eau en train de chasser une murène. Julija est passionnée de plongeon mais elle n'aime pas la pêche. Dans ce décor de rêve, Julija se sent prisonnière, et son rêve à elle est de partir à Zagreb. C'est compter sans son père qui la rudoie et la surprotège. Il s'agit d'un vrai despote qui ne veut pas que sa fille parte avec le premier venu, et l'on sent que la révolte gronde. Une tension sourde se met à peser entre les personnages. Car il y a aussi la mère, Nela, belle femme soumise à son mari, qui fait tout pour arrondir les angles sans forcément y arriver. Et puis, arrive un élément perturbateur en la personne d'un ami de Ante. Ils ne se sont pas vus depuis sept ans. Javier est un homme riche et Ante compte bien lui vendre un bout de terre rocailleux pour améliorer son quotidien. Julija tombe sous le charme de Javier. Elle rêve qu'il la libère du joug paternel. On découvre que Julija est une jeune femme forte qui ne se laisse pas faire. La très belle fin qui se passe sur l'eau laisse penser que Julija va arriver à s'en sortir. Le film qui a été coproduit par Martin Scorsese a été récompensé par la Caméra d'Or (c'est un premier long-métrage) au Festival de Cannes en 2021. Je vous le conseille. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 26 avril 2022

Contes du hasard et autres fantaisies - Ryūsuke Hamaguchi

J'ai enfin vu Contes du hasard et autres fantaisies de Ryūsuke Hamaguchi (Drive my car, Asako 1 & 2 et Senses 1, 2, 3, 4 & 5). Le titre du film en japonais est "Hasard et imagination". Celui traduit en français pourrait faire penser que l'on va voir un film qui ressemblerait à du Eric Rohmer ou à une comédie pleine de légèreté. Et bien pas tout à fait. J'ai surtout trouvé ce film très bavard et il a un côté assez théatral. Il se décompose en trois contes avec au final un nombre restreint de personnages qui sont au centre de chaque conte. Dans le premier, deux jeunes femmes très amies prennent un taxi et leur discussion porte sur un garçon dont l'une des deux est amoureuse. On apprendra plus tard que les deux sont amoureuses du même garçon. L'une le sait, l'autre pas. L'histoire se termine par un tour de passe-passe avec ce que dit ou non l'une des deux jeunes femmes. 
Le deuxième conte se déroule pratiquement tout le temps dans un bureau d'une université. Une jeune femme, mariée et mère de famille, a quelques amants et elle est aussi admiratrice d'un écrivain qui, au milieu de son nouveau roman, a écrit un passage très érotique. Elle lui lit cet extrait qu'elle enregistre avec son téléphone portable d'une voix qui plaît à l'écrivain qui est aussi professeur à l'université. En fait, l'un des amants de la jeune femme veut se venger du professeur qui l'a refusé dans son cours. Il compte bien que le professeur soit émoustillé par la lecture et fasse ou dise des choses qui pourraient nuire à sa carrière. C''est ce qui arrive mais pas comme prévu. 
Le troisième et dernier conte narre la rencontre de deux femmes qui a priori ne sont pas vues depuis vingt ans. Elles étaient camarades de classe. L'une est mariée et mère de famille et l'autre ne l'est pas, elle est lesbienne mais sans attaches. A force de discuter, l'une se rend compte de sa méprise. Elles en se connaissent pas mais c'est peut-être le début d'une amitié.

Il n'y a pas de fil rouge ni de vrai lien entre les trois histoires. Le film dure 2H01 et je n'ai pas vu le temps passer, mais j'ai trouvé que l'ensemble manquait d'émotion et je répète, il y a beaucoup de dialogues (le film se donne en VO japonais). Il ne faut pas perdre le fil. Sinon, le film a une belle image et les acteurs sont tous très bien. 
Lire les billet de Shangols, Pascale, Selenie

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 22 avril 2022

L'île des âmes - Piergiorgio Pulixi

P1140306

Je viens de terminer un polar sarde qui dépayse bien. L'île des âmes de Piergiorgio Pulixi (Edition Gallmeister, 535 pages) se passe de nos jours dans le sud de la Sardaigne, en particulier à Cagliari. Moreno Barrali, un policier à la retraite qui se sait condamné, aimerait bien qu'avant sa mort deux meurtres perpétrés en 1975 et 1986 soient enfin résolus. Il s'agissait de deux jeunes femmes (jamais identifiées et dont les corps n'ont jamais été réclamés) qui ont été retrouvées sur des sites ancestraux, parmi les nuraghes (des ruines en pierre qui datent de l'âge de Bronze). Deux inspectrices, Mara Rais et Eva Croce, sont mutées au département des crimes non élucidés. Ces deux jeunes femmes que tout oppose vont essayer de résoudre ces "vieilles" affaires, mais très vite, elles abandonnent pour mieux se consacrer à un nouveau meurtre. De nouveau, il s'agit d'une jeune femme retrouvée sur un site sacré. Le modus operandi semble le même, mais avec des variations. Ce roman nous fait visiter la Sardaigne et nous décrit quelques coutumes dont certaines très barbares. C'est une île (ou plutôt un archipel d'innombrables îlots séparés non par la mer mais par des langues de terre) où les superstitions sont vivaces. Dans le genre de récit, ce roman m'a beaucoup fait penser à la "trilogie du Baztan" de Dolorès Redondo qui se passe au pays basque espagnol. A priori, on devrait retrouver les deux inspectrices dans un roman ultérieur.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 20 avril 2022

Harry Potter et l'enfant maudit - J.K. Rowling, John Tiffany & Jack Thorne

P1140299    P1140304

Le texte intégral de la pièce de théâtre Harry Potter et l'enfant maudit (traduit de l'anglais par Jean-François Ménard)! J'ai (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) eu la chance de voir arriver ce livre dans la "bibliothèque partagée" qui se trouve depuis fin 2021 dans le hall en bas de chez dasola. Je lui ai bien évidemment fait prendre l'ascenseur, et l'ai dévoré en quelques heures (comme il consiste en dialogues de théâtre, les 341 pages se lisent très vite). J.K. Rowling n'est pas à l'initiative de cette pièce écrite en 2016 et inspirée par la conclusion de son 7e roman de la série. Elle a bien sûr orienté le travail du dramaturge pressenti par la production pour rédiger la pièce inspirée de ses personnages. Cependant, depuis 2019, Harry Potter et l'enfant maudit est bien présentée comme faisant partie du "canon" officiel de la saga Harry Potter. 

L'histoire commence avec l'épilogue du tome 7 (Harry Potter et les reliques de la mort), impliquant les enfants d'Harry et Ginny, de Ron et Hermione, mais aussi de Drago. Descendre de tels parents peut s'avérer un fardeau lourd à porter et susciter quelques états d'âme. On les voit évoluer lors de scènes qui se déroulent sur plusieurs années, à Poudlard. Et quand un retourneur de temps fait son apparition, la tentation est grande, pour diverses raisons... de se laisser entraîner, sans (au début) se soucier des conséquences. Heureusement que papas et mamans viennent à la rescousse. Je ne vous révèlerai pas qui est l'enfant maudit. Et l'ordre finira par être rétabli. Personnellement, j'ai bien apprécié cette (courte) lecture. L'action basée sur des dialogues est bien évidemment rapide. J'avais relu la saga pendant le confinement (et revu aussi les 8 films). Aujourd'hui, il n'est peut-être pas définitivement exclu que les acteurs des films s'impliquent dans un "9e film" tiré de cette pièce?

Comme le livre est paru en 2016, on trouve beaucoup d'articles de blogs le concernant. Mais nombre de ceux-ci ont cessé leurs activités dans les années suivantes. Ceux que je cite dans la liste ci-après sont encore en activité (sauf exception), mais cette liste ne prétend pas être exhaustive, bien entendu. Certains sont enthousiastes, d'autres un peu déçus... Il doit donc appartenir à chacun de lire et de voir livre et pièce, mais aussi ce qu'en disent Anaïs (serial lectrice), BérengèreDocBird, Florell (commentaires fermés sur les billets les plus anciens, grmblll...), La pétillante (blog arrêté en 2021), Mon évasion de toujours, SolaineSon altesse, Stemilou, Thierry LTonksounette (voir la pièce, sinon rien!), TroianblogVoybam

Ah, et à défaut de la version anglaise au Palace Theâtre à Londres, j'ai déniché une version française (jouée dans un collège ou un lycée, peut-être? Certains ont l'âge des rôles!)... 

Ca me donnerait presque envie de me pencher sur les "fanfictions" dont j'ai découvert l'existence en cherchant les liens. Je m'offrirai peut-être les quatre volumes de 7 3/4 d'Alixe en juin... après le bac?

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 19 avril 2022

Les animaux fantastiques: Les secrets de Dumbledore - David Yates

Comme Henri Golant, je trouve que ce troisième opus des Animaux fantastiques est le plus réussi des trois. Les animaux fantastiques: Les secrets de Dumbledore est un des "prequels" d'Harry Potter. L'histoire écrite par J. K. Rowling et Steve Kloves se passe dans les années 30. Tout débute dans un salon de thé. Grindelwald et Dumbledore qui furent amants sont devenus ennemis mortels. Gellert Grindelwald souhaite devenir le chef de tous les sorciers. Dans la séquence suivante, Norbert Dragonneau, un ancien élève d'Albus Dumblodore, assiste à la naissance d'un petit Qilin (un des animaux fantastiques) qui possède un don de voyance. Sa maman est abattue par des disciples de Grindelwald et le Qilin est enlevé par les mêmes "méchants". Mais ils n'ont pas remarqué que la femelle a eu des jumeaux, et l'autre petit va être sauvé par Norbert. Face à face, le combat semble inégal entre les adversaires. D'un côté, Grindelwald galvanisant les centaines de magiciens présents dans l'Allemagne des années 30 avec des hommes vêtus de noir. De l'autre, Dumbledore, Norbert et quelques autres, dont un non-magicien (moldu), qui font tout pour protéger le petit Qilin et pour que Grindelwald ne soit pas élu comme dirigeant des magiciens. Mads Mikkelsen est très bien dans le rôle de Grindelwald. Les effets spéciaux sont très réussis. Pour une fois, il y a de l'humour, comme dans la séquence qui se passe dans une prison sinistre où Norbert cherche à libérer son frère Thésée. Le scénario est assez limpide et il n'est pas nécessaire d'avoir vu les deux premiers films pour apprécier et comprendre celui-ci. Un film divertissant que je vous conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
samedi 16 avril 2022

1794 - Niklas Natt och Dag

P1140298

Grâce à l'écrivain suédois Niklas Natt och Dag (Nuit et Jour), je suis repartie dans le passé en 1794 à Stockholm (la ville entre les ponts), après 1793. On retrouve quelques personnages du roman précédent comme Jean-Michael Cardell et Anna Stina. Le roman se découpe en 4 grandes parties : Hiver, Eté, Printemps et Automne. Le roman commence avec le récit d'Eric Tre Rosor, jeune homme  suédois issu d'une lignée de propriétaires terriens depuis plusieurs générations. Il tombe amoureux de Linnea Charlotta, la fille d'un des fermiers qui louent la terre à la famille Tre Rosor. Cette relation n'est pas du goût du père d'Eric. Il décide d'envoyer son fils à l'île de Saint-Barthélémy qui avait été cédée par la France en 1784 par la Suède. Cette île est devenue pendant un temps un port franc qui était une escale pour les bateaux négriers entre l'Afrique et l'Amérique. C'est à Saint-Barth qu'Eric va faire connaissance de son futur bourreau Tycho Ceton. L'histoire continue l'été suivant avec Jean-Michael Cardell qui ne s'est pas encore remis de l'enquête de l'année précédente. Cet ancien soldat à qui il manque l'avant-bras droit et qui a travaillé pour la chambre de police est sollicité par la mère de Linnea Charlotta. En effet, cette dernière semble avoir été déchiquetée par des loups la nuit de ses noces avec Eric Tre Rosor, qui lui-même a disparu. Jean-Michael Cardell accepte bon gré mal gré de chercher à découvrir ce qui s'est passé. Il est dans un état psychologique pas terrible et il souffre de la faim. Il est aidé dans ses investigations par Emil Winge, le frère cadet de Cecil Winge, l'un des personnages principaux de 1793. Emil est un être perturbé qui a une tendance à trop aimer l'eau-de-vie et il entend des voix. Les deux vont croiser le chemin de Tycho Ceton, qui est responsable de la mort de Linnea et de la disparition d'Eric. Le problème est que Tycho est protégé en haut lieu, donc pratiquement intouchable. Quant à Anna Stina, elle va accoucher de jumeaux, Maja et Karl. Toute la description de l'accouchement est un moment fort du roman. L'écrivain a une manière assez crue de décrire la vie quotidienne en Suède en général et à Stockholm en particulier. Un roman qui se lit très bien et qui est passionnant et pourtant, c'est très sombre et l'histoire de termine mal. Lire les billets de Cafardsathome, Nyctalopes, Lea Touch Book et Richard.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 13 avril 2022

The Bad Guys - Pierre Perifel / Qu'est-ce qu'on a tous fait au Bon Dieu? - Philippe de Chauveron

The Bad Guys est un dessin animé très sympa qui m'a fait penser à Zootopie. Les "bad guys" sont Loup, Serpent, Toile (Araignée), Requin et Piranha. Ce quintet de "méchants" est recherché par toutes les polices du pays. Ce sont des voleurs d'exception qui ne se sont encore jamais fait prendre. Mais là, leurs destins semblent scellés, ils vont se faire attraper par une chef de police déterminée. C'est alors que Loup, le chef de la bande, a une idée: devenir des "gentils", des citoyens modèles, sous l'impulsion d'un certain Monsieur Marmelade, un cochon d'Inde qui fait le bien autour de lui. Par ailleurs, une renarde devenue gouverneur les met au défi de devenir honnêtes. Mais cette renarde cache bien son jeu. Le film est rythmé, très bien fait. J'ai passé un excellent moment. C'est le film idéal pour les petits et les grands. Il faut noter que le producteur Dreamworks a choisi un Français pour réaliser le film.

Qu'est-ce qu'on tous fait au Bon Dieu? est le troisième film où l'on retrouve la famille Verneuil au grand complet ainsi que tous les parents par alliance. Après Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? (2014) et Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu? (2019), je me suis dit que ce troisième volet serait peut-être raté? Eh bien non. Avec mon ami, on a bien ri devant les différentes péripéties qui jalonnent le film. Claude et Marie Verneuil doivent fêter leurs 40 ans de mariage (leurs noces d'émeraude) en toute intimité. Mais les quatre filles Verneuil ont d'autres projets pour ce jour spécial. Elles ont l'idée d'inviter les parents de leur maris respectifs. Même si la demeure est grande, il y a un tirage au sort qui désigne un des couples pour dormir dans une yourte gonflable. Entre les parents juifs, arabes, ivoiriens catholique et chinois et Claude, les relations sont parfois tendues. Ils assistent à une pièce de théâtre qui dure 3h12 où Jésus est Noir. La visite du Château de Chambord se déroule bien jusqu'à ce que quelqu'un s'endorme dans le lit de François Ier. Un Allemand s'invite aussi à la fête avec une arrière-pensée. Il faut prendre le film pour ce qu'il est: un divertissement qui fait passer un bon moment.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 10 avril 2022

Aristocrats - Yukiko Sode

J'ai suivi l'avis de Chris et je le remercie pour avoir conseillé d'aller voir Aristocrats, le premier long-métrage d'une Japonaise Yukiko Sode. J'ai apprécié le ton du film qui se divise en plusieurs chapitres. A Tokyo, Hanako, une jeune femme de vingt-sept ans issue d'une famille aisée, doit trouver un homme de son milieu pour se marier avec lui. Passé trente ans, une femme encore célibataire est très mal considérée. Après quelques rencontres infructueuses, elle rencontre Koichiro, un jeune homme conseiller juridique qui est promis à devenir un élu politique. Ce mariage arrangé semble convenir aux deux familles. La scène où Hanako est présentée à sa future belle-famille: tous agenouillés les uns en face des autres m'a frappée. Mais très vite, Hanako apprend que Koichiro échange des messages avec une certaine Miki qui, elle, est née dans un milieu modeste et est devenue hôtesse de bar. La rencontre entre les deux femmes va leur permettre d'évoluer et d'échapper au carcan et aux codes de la société nippone. Le film montre avec beaucoup de subtilité que d'être une femme au Japon n'est pas une sinécure. Elles doivent se marier, avoir des enfants (au moins un garçon), être aux petits soins pour son mari, et on ne sort pas de sa classe sociale. A Tokyo, selon les quartiers où vous habitez, on sait à quelle classe sociale vous appartenez. Le film dure deux heures que l'on ne voit pas passer. Un très beau film que je recommande.

P1140296       P1140297

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,