Le blog de Dasola

samedi 16 décembre 2017

Un homme intègre - Mohammad Rasoulof

Voici un film iranien marquant. Il a reçu le prix dans la section d'"Un certain regard" au dernier festival de Cannes, et, par ailleurs, le réalisateur a eu son passeport confisqué, il ne peut plus sortir d'Iran et risque six ans de prison. Mohammad Rasoulof n'est pas tendre avec la société iranienne qui vit dans la corruption et les versements de pots-de-vin. Dans son film, dès que les gens ont un petit pouvoir, ils en profitent. Les fonctionnaires de justice et de police en prennent pour leur grade. Ainsi que les banquiers...

Après avoir quitté Téhéran, Reza et sa femme Hadis se sont installés dans le nord de l'Iran dans une grande maison avec plein de terrain autour. Reza élève des poissons rouges, tandis qu'Hadis, grande et belle femme ayant du caractère, dirige un collège de filles dans la ville voisine. Ils ont un petit garçon d'une dizaine d'années. Reza a du mal a joindre les deux bouts et n'arrive pas à rembourser son prêt pour la maison. Cette maison et le terrain sont convoités par une société de distribution d'eau appelée "La compagnie". Reza est un homme incorruptible qui n'accepte aucune compromission. Sa famille et lui vont le payer cher, entre menaces, chantage et courte incarcération. On lui propose de racheter la maison à la moitié de son prix. Acculé, Reza ne veut pas céder. J'ai craint pour sa vie et celle de sa famille au vu de ce qui arrive à ses poissons rouges. Et pourtant, peu à peu, assez subtilement, entraîné par les circonstances, Reza va passer du statut d'opprimé à celui de maître et d'oppresseur. Il va même en arriver au meurtre. Le film comporte de très belles scènes dont une digne des Oiseaux d'Hitchcock et une autre où une maison brûle dans un paysage hivernal (le contraste des couleurs entre le jaune du feu et le gris de l'hiver est magnifique). Les seuls moments de douceur du film sont celles entre Reza et son fils, et quand Reza se réfugie dans une grotte où il prend un bain d'eau chaude. Par ailleurs, je remercie Strum (lire son billet très complet, il raconte beaucoup de l'intrigue) de m'avoir éclairée sur ce que Reza fabrique avec des pastèques: il en fait de l'alcool de pastèque. Je ne savais pas que cela existait. Allez voir ce très bon film qui ne donne pas envie d'aller vivre en Iran, ou même de le visiter (et c'est une voyageuse qui parle).

Au final, si je peux me permettre d'ajouter ce que je n'ai vu mentionné nulle part, le sujet m'a rappelé celui du film russe Leviathan.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 13 décembre 2017

Les Vieux fourneaux : La magicienne - Cauuet et Lupano

P1070126        P1070128

Depuis deux ans que je les avais quittés, j'avais hâte de retrouver Pierrot, Antoine et Emile, nos "vieux fourneaux". Il est conseillé de lire les tomes précédents pour situer les personnages dans ce tome-ci. Je vous avoue qu'à la première lecture, j'ai été un peu déçue. Je viens de le relire pour écrire ce billet et je l'ai bien apprécié, même si j'ai préféré les tomes précédents. Je l'ai trouvé moins humoristique. C'est peut-être le sujet qui le veut.

Antoine suit la tournée de marionnettes de sa petite-fille Sophie, car il veille sur Juliette, la fille de cette dernière. Ce tome porte le sous-titre "La magicienne". Cela se réfère au nom d'une sauterelle, appelée "la magicienne dentelée", qui se reproduit par "parthénogénèse télythoque" (son vrai nom est Saga pedo, après vérification dans wikipedia - je croyais qu'il s'agissait d'une invention des auteurs!). Cet insecte vit sur un terrain jouxtant l'usine Grand-Servier qui voulait s'agrandir. Bien entendu, les écolos veulent protéger la zone où vit cet insecte protégé au grand désespoir d'Antoine qui considérait que l'extension de l'usine aurait permis une relance économique du département du Tarn-et-Garonne avec de la création d'emplois. Sophie, le personnage central de ce tome, est aussi surnommée "la magicienne dentelée", en raison du mystère qu'elle laisse planer sur l'identité du papa de sa fille. Toujours est-il qu'à la fin de cet épisode, on connaît les identités des pères de Sophie et de Juliette. Et on devine que Sophie a peut-être enfin trouvé l'homme dont elle rêvait. Enfin, on observe comment Emile, revenu d'Ecosse, reçoit du lisier sur la figure malgré ses bonnes intentions. J'avais cru, quand le premier tome était paru, qu'il n'y aurait que 4 tomes. A posteriori, en raison du succès de ces "Vieux fourneaux", un cinquième tome est prévu, puisqu'il est écrit sur la dernière vignette "fin de l'épisode". Il faut noter qu'il y a un "merchandising" autour de cette série: des mugs (j'en ai acheté un) et des tee-shirts entre autres.

P1070130         P1070129

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 10 décembre 2017

La villa - Robert Guediguian / Le brio - Yvan Attal / Johnny

Comme je l'avais annoncé dans mon billet précédent, j'ai vu quatre films français depuis mon retour du Chili. Voici les deux manquants.

Avec La Villa, je me suis réconciliée avec le cinéma de Robert Guédiguian. La villa est celle où vit un vieux monsieur dans une calanque près de Marseille. En introduction, on voit cet homme qui a une attaque. Paralysé, il ne pourra se débrouiller tout seul. A l'occasion de ce triste événement, ses trois enfants, Joseph, Armand et Angèle (interprétés par Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan et Ariane Ascaride), reviennent pour s'occuper de lui. Surtout ses deux fils. Joseph est accompagné par Bérangère (Anaïs Desmoutiers), une "jeunette" qui pourrait être sa fille et qu'il présente comme sa fiancée. Le jeune médecin qui s'occupe du père en profite pour rendre visite à ses parents, qui sont des voisins du père. Raconté comme cela, on pourrait croire qu'il ne se passe pas grand-chose, et bien on aurait tort, car on s'attache tout de suite aux personnages, on se sent en famille. On apprend un élément tragique sur la vie d'Angèle. Il y a quelques retours en arrière dans le passé. L'histoire nous raconte le temps qui passe sur un ton mélancolique avec une pointe de tristesse. Elle nous évoque aussi la vie d'aujourd'hui où les migrants cherchent refuge en Europe. J'ai aimé la manière dont Guediguian filme la calanque et la mer. Je me suis sentie dépaysée. Cela donne des envies de voyage. Pas forcément le film de l'année mais une belle histoire. Lire les billets de Pascale, ffred, larroseurarrose.

Je termine avec Le brio d'Yvan Attal. Neïla Salah, une jeune banlieusarde de Créteil issue de l'immigration, arrive en retard pour sa première journée en fac de droit d'Assas - à la réputation de "droite". Dans l'immense amphi où Pierre Mazard (Daniel Auteil) débute son cours, il l'interpelle. Leur relation débute mal. Leur altercation est filmée et diffusée très vite sur Internet. Les propos de Mazard à caractère raciste le mènent au conseil de discipline. Il bénéficiera néanmoins d'un sursis s'il arrive à faire que Neïla remporte le prochain concours d'éloquence, qu'Assas n'a pas gagné depuis plusieurs années. Mazard n'est pas un homme facile. Il m'a fait l'impression d'être un misanthrope plutôt qu'un raciste. Pour débuter l'entraînement de Neïlah, Mazard lui demande de lire L'art d'avoir toujours raison (ou La Dialectique éristique) de Schopenhauer (on le trouve en français pour 2 euro en collection Librio). Dans ce petit ouvrage, Schopenhauer décrit 38 stratagèmes pour sortir vainqueur de tout débat. Pour revenir au film, on suit avec un certain intérêt la confrontration entre les deux protagonistes. Cela se laisse voir, et j'ai aimé vers la fin le discours de Neïlah face à quelques personnes. Le film semble avoir trouvé son public. Lire le billet de Pascale.

**************************************

Sinon, je pense que tout le monde est au courant: Johnny, l'idole des jeunes, est parti, la France est en pleurs, les funérailles furent nationales. Voici une photo prise chez un marchand de journaux dans une gare parisienne avant-hier. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais n'est-ce pas un peu exagéré? Même si je l'aimais bien, Johnny...

journauxjohnny

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 7 décembre 2017

Noël, ça fait vraiment chier! - Elsa Cayat

P1050657   P1050658 

J'ai davantage apprécié Noël, ça fait vraiment chier! que le précédent livre que j'avais lu d'Elsa Cayat. Sous-titré "Sur le divan de Charlie hebdo", l'ouvrage (octobre 2015, 122 pages) reprend 25 chroniques parues dans l'hebdomadaire entre février 2014 et janvier 2015. Il s'agit donc de textes courts, illustrés par ("portés par des dessins de") Catherine [Meurisse]. Elsa Cayat tenait sa rubrique "Charlie divan" dans un numéro sur deux (tous les 15 jours).

Si j'ai donc davantage "accroché" c'est sûrement parce qu'il s'agissait de textes courts avec un début, un milieu et une fin (exercice de style). A ce propos, dasola me souffle souvent de faire court, quand je rédige un de mes billets. Alors je [Ta d loi du cine, "squatter" chez dasola] vais juste m'autoriser à compiler quelques citations dans un patchwork réducteur, mais toujours révélateur: L'autorité, comme le dit si bien la consonance du mot, c'est autoriser à se taire (p.63). Lorsque l'argent est un instrument d'échanges de biens matériels, le but de l'homme est l'humanité. En devenant le but et la fin de la vie, les biens matériels sont devenus ce par quoi l'homme s'attribue de la valeur (p.111). Le problème de l'homme commence quand lui-même devient un système, car un système c'est avant tout insiste, aime, et oublie-toi! (p.109). C'est quand l'homme souffre qu'il s'aperçoit qu'il aime. Non quand il est heureux avec l'autre (p.28). Proust n'aurait pas dit mieux (mais sûrement plus long!).

Et, ci-dessous, quelques-uns des dessins qui accompagnent les chroniques, où reviennent souvent les thèmes des relations familiales, des mères abusives, etc. Le plus souvent, Catherine (bien vivante) met en scène la psychanalyste.

P1050655   P1050654   P1050652

 P1050653 

Pour la bande dessinée publiée en fin du livre, j'ai préféré reprendre ici la version publiée dans le "numéro des survivants" en janvier 2015.  

P1050650  P1050651

Par souci de précision, j'aurais bien aimé que soit mentionnées les dates où les chroniques d'Elsa Cayat avaient été publiées, mais c'est vrai qu'on peut s'en passer. Je n'ai en tout cas pas vu ce livre mentionné sur beaucoup de sites ou blogs (à part ceux de la presse, ceux de librairie ou vente en ligne), excepté ici.

Pour la petite histoire, depuis la mort d'Elsa Cayat, Yann Diener [APE 8690D et non F?] a pris la suite pour Charlie hebdo, en matière de psychanalyse / d'une certaine manière, avec une chronique hebdomadaire intitulée "Les histoires du père Sigmund".

*** Je suis Charlie ***

PS du 09/12/2017 (15h00): suite aux différents commentaires déjà suscités par ce billet, quelques compléments.
Voici une citation extraite de la première chronique d'Elsa Cayat, celle qui donne son titre au recueil: « Une femme me dit: "Noël, ça fait vraiment chier. J'adore préparer Noël pour mes enfants mais voir mon père, assister à l'atmosphère mortifère qu'il fait régner, ne me dit rien". Elle rit et se rend compte qu'elle attend depuis toujours qu'il lui parle enfin... ». [Je ne mets pas la chronique entière, bien entendu, car elle fait trois pages. Mais elle serait à lire intégralement].
Je pense que j'aurais dû mettre cette citation dès la première mouture de mon billet, même si cela le rallonge un peu. Quant au choix de la date (publier en décembre [2017] un billet sur ce livre paru en octobre 2015), je l'assume.

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 6 décembre 2017

Films vus et non commentés depuis le 20 novembre 2017

Depuis que je suis rentrée du Chili, j'ai recommencé à aller au cinéma. Et je viens de voir quatre films français qui se laissent regarder.

Dans ce billet, j'en commente deux dans l'ordre où je les ai vus.

D'abord Jalouse, de David et Stéphane Foenkinos, qui permet à Karin Viard de prouver une fois de plus son talent dans un rôle pas facile, pas très sympathique. Nathalie Pécheux, une cinquantenaire, est prof de français en khâgne dans un lycée parisien. Divorcée, elle vit avec sa fille danseuse, qui espère entrer très prochainement à l'école de danse de l'Opéra de Paris. Nathalie (Karin Viard), par ses remarques mordantes et son comportement, est devenue odieuse auprès des siens, qui par ailleurs sont plutôt patients avec elle. Je n'ai pas compris le titre du film. Nathalie n'est pas jalouse des autres, elle est mal dans sa peau durant une période parfois délicate pour les femmes. Karin Viard est à l'écran dans pratiquement tous les plans du film. Face à elle, Dara Dombroff qui interprète sa fille joue très juste, ainsi que la Québecoise Anne Dorval dans le rôle de l'amie de Nathalie. Une autre actrice que je n'avais jamais vu jouer et que j'ai trouvé surprenante et épatante, c'est Julie-Marie Baup, dans le rôle de la nouvelle compagne de l'ex-mari de Nathalie. Je n'oublie pas Anaïs Desmoutiers qui joue la collègue du lycée de Nathalie et qui ne se laisse pas démonter devant l'agressivité de cette dernière. Lire les billets de Pascale, de Tinalakiller et Ffred.

Je passe à Prendre le large de Gaël Morel, dans lequel Sandrine Bonnaire interprète le rôle d'Edith Clerval, une ouvrière en usine qui décide, comme l'usine qui l'emploie, d'être délocalisée au Maroc à Tanger. C'est la seule qui n'accepte pas le plan de licenciement qui lui permettrait de tenir financièrement un moment. A Tanger, où elle compte s'installer, les conditions de travail sont dures et le salaire est au niveau du pays, c'est-à-dire très bas. Qu'à cela ne tienne, ayant trouvé à se loger dans une pension de famille tenue par une mère et son fils, elle essaye de vivre au jour le jour avec des handicaps comme la barrière de la langue et le fait qu'elle soit une femme seule dans un pays musulman. Dans l'usine, à Tanger, on l'appelle l'étrangère. Elle n'est pas acceptée. Le thème du film fait penser au scénario de Crash Test Aglaé dont le ton était plus léger. Sandrine Bonnaire, en femme qui n'envisage pas de s'arrêter de travailler, est crédible, c'est la seule actrice connue du film. Face à elle, le jeune Kamal El Amri et Mouna Fettou (le fils et la mère propriétaires de la pension) sont bien. La fin optimiste que je ne dévoilerai pas rend l'ensemble moins sombre. Lire le billet enthousiaste de ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 3 décembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (conclusion)

Ces dix jours ont été un vrai bonheur pour les yeux. Cela faisait cinq ans que je voulais faire ce voyage. J'y suis arrivée. Je suis très contente même si c'est frustrant de ne pas rester assez longtemps pour s'imprégner des paysages, de la lumière et pour rencontrer les gens. J'ai trouvé les Pascuan ou Rapanui accueillants et les Chiliens en général plutôt sympathiques. Il y a un grand brassage de population. A l'hôtel à l'Ile de Pâques, nous avons été accueillis par une jeune femme autrichienne qui vivait là depuis un an ou deux. Notre guide, Elisabeth, née à l'ïle de Pâques, avait vécu à Bourg-en-Bresse. Il y a aussi pas mal de Polynésiens de Tahiti qui vivent sur l'île. Notre chauffeur, par exemple, parlait le français. Il était de Tahiti et avait la nationalité française. J'ai été aussi frappé par l'important nombre de chiens errants pas menaçants du tout qui sont nourris par la population chilienne. Il parait qu'il y en a plus de 5 millions, Ile de Pâques compris. Sur l'île, on croise beaucoup de chevaux, des vaches et des poules et coqs en liberté.

P1060598 Deux chiots près d'un site

P1060820 Les poules sur la plage d'Anakena

P1060945 Une jument et son poulain près de la mer

P1060949 Un autre groupe de chevaux

P1060574 Des chiens à un carrefour de la ville

A Hanga Roa, nous sommes entrés dans quelques bâtiments dont une bibliothèque municipale plutôt rustique mais c'est bien qu'un tel lieu existe:

P1060507

P1060582

P1060583

P1060585

P1060586

Dans le musée d'Hango Roa où se trouve l'oeil du Moaï, on peut voir des outils qui servaient à sculpter ces statues.

P1060857

P1060858

P1060859

Ainsi que des tablettes avec l'écriture Rongo Rongo qu'à ce jour, on n'a pas encore pu encore déchiffrer.

P1060889

P1060890

Par ailleurs, on peut voir des tombes très colorées au cimetière :

P1060938

P1060939

P1060941

Je suis aussi entrée dans l'église du village: un bâtiment tout en long avec quelques belles statues en bois.

P1060983

P1060984

P1060989

P1060992

J'ai vu qu'un projet datant de 2016 prévoit que l'église prenne la forme d'une tortue.

P1060902

P1060903

Enfin, j'ai croisé un ananas, des bananes et quelques arbres ou arbustes en fleurs. Le climat est subtropical.

P1060511

P1060530

P1060534

P1060557

P1060532

P1060706

P1060789

P1060791

P1060581

J'espère que les photos vous auront donné envie d'aller visiter le Chili un de ces jours. Je compte bien y retourner pour la Patagonie chilienne tout au sud.

Posté par dasola à 18:22 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 2 décembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Ile de Pâques - 2ème partie)

Me voici presque arrivée à la fin de mon périple chilien.

Après le site de Tongariku, on s'est dirigé vers l'un des versants du Rano Raraku où des quantités de statues Moaïs sont plus ou moins enfouies.  Cela ne se voit pas forcément, mais il s'est mis à pleuvoir beaucoup et ce n'était pas facile de prendre des photos.

P1060711 P1060765

P1060716 P1060724

     P1060730  

P1060743

 

P1060735      P1060738

P1060739         P1060751

P1060768     P1060752

Sur le flanc du volcan, on trouve une des carrières où étaient taillés les Moaïs.

 P1060746   

 

P1060756   Au loin, on voit les 15 Moaïs alignés.

Voici un des premiers Moaïs qui s'apparente le plus à une forme humaine, il est plus rond.

P1060761      P1060763

La pluie s'étend calmée, on a pu aller voir une pierre magnétique (pleine de magnésie) dont on ne connait pas l'origine. Les visiteurs n'ont plus droit de la toucher. Les quatre petites pierres indiquent les points cardinaux.

P1060784

Pour terminer la journée, on s'est retrouvés au nord ouest de l'île sur la plage d'Anakena. Le sable est un mélange de corail blanc et de coquillage.

Six Moaïs tournent le dos aux baigneurs. Il paraît que l'eau du Pacifique était bonne.

P1060794       P1060795

P1060800

Suite et fin demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 1 décembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Ile de Pâques - 1ère partie)

Et me voici enfin arrivée avec une certaine impatience à l'ïle de Pâques, une île au milieu de l'Océan Pacifique, à plus de 3000 kilomètres à l'ouest des côtes chiliennes, et à 4000 km à l'est de Papeete (Tahiti). L'île la plus proche serait Pitcairn à plus de 2000 km à l'ouest, là où se ont échoué les Mutinés du Bounty. L'île de Pâques, qui resssemble à une tortue avec ses trois volcans à chaque extrémité, fait environ 160 km2 et est peuplée d'à peu près 8000 habitants. Il faut noter le nombre croissant de touristes: presque 120 000 par an. Pourquoi ce nom "ile de Pâques"? Parce que l'île a été découverte par un Hollandais, un jour de Pâques, le 6 avril 1722. Les trois volcans sont, dans l'ordre d'apparition : le Poike à l'est (3 millions d'années), le Ranau Kau au sud-ouest de l'ïle (2 millions d'années), et enfin le Maunga Terevaka au nord (environ 300 000 ans).

P1070120 Un "magnet" représentant l'ïle de Pâques.

P1060491 Après avoir atterri à l'aéroport Mataveri et s'être installé à notre hôtel à Hanga Roa, la seule ville de l'île, on a commencé à se diriger vers les sites où l'on admire les Moaïs (presque 900), qui veillent sur l'ïle depuis quelques siècles. Les premiers Moaïs taillés et sculptés par les Polynésiens de l'île datent du XIIIème siècle et les derniers du XVIIème siècle.

Les entrées des sites sont payantes. Le forfait global est de 80 dollars US que l'on visite un ou tous les sites. Et il est conseillé d'être accompagné d'un guide.

D'abord, le site de Punau Pau où l'on voit des formes rouges: les chignons que portaient les statues Moaïs. A une ou deux exceptions près, tous les Moaïs sont des statues masculines. Ces monolithes en tuf volcanique pèsent plusieurs tonnes, comme les chignons (pukao) sculptés, eux, dans du tuf rouge.

P1060515     P1060526

Ensuite, on s'est dirigé vers le site de Ahu Akivi, où l'on trouve les seuls Moaïs qui regardent vers la mer et ils sont assez éloignés du rivage. Les autres MoaIs debout que l'on peut admirer sur l'île ont la tête tournée vers la terre mais sont près du bord de mer.

P1060536     P1060550

P1060552  Pour cet ensemble, les statues ont été restaurées (comme les autres redressées). Leur socle est collé avec du ciment.

Comme pour toutes les autres statues, les yeux sont absents. C'était les derniers éléments ajoutés juste avant que les Moaïs soient redressés. En 1978, on a enfin retrouvé un oeil enfoui dans le sable. Il est exposé dans le petit musée très intéressant et gratuit de Hanga Roa. L'oeil est en corail blanc et l'iris en tuf rouge (comme les chignons).

P1060884

Le lendemain, on s'est dirigé vers le site de Haka hanga où l'on trouve des Moaïs renversés la tête contre terre ou non, des pukao (chignons) et des traces de ce qui fut des habitations ou des poulaillers

P1060627 Un poulailler

P1060651 Tête et chignon

P1060659 Buste

P1060603

P1060632 Statue renversée face contre terre

P1060623

P1060634 Chignons

P1060636 Tête

 Je termine ce premier billet sur l'île de Pâques avec le site de l'Ahu Tongariki pas loin du volcan Rano Raraku où l'on peut voir 15 Moaîs alignés.

P1060663 Les 15 statues avec le volcan Poïke au fond.

P1060670

P1060680

P1060686

P1060693

P1060702

Il a commencé à pleuvoir, par la suite ça s'est agravé.

La suite demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 29 novembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Atacama - 2ème partie)

Nous avons atteint une première fois les 4200 mètres d'altitude dans l'Altiplano, la plus haute région habitée au monde après le Tibet. L'Altiplano s'étend sur 4 pays: Argentine, Bolivie, Chili et Pérou.

Pour y arriver on a d'abord fait une halte au village de Socaire avec son église,

P1060266

P1060270  A ces altitudes, on ne trouve que peu ou pas d'arbres mais cette sorte de végétation.

P1060285 On voit aussi des touffes d'herbes séchées appelée la "paja brava", dont se nourrissent les vigognes.

 

P1060296 Je n'ai pas été perturbée par l'altitude mais plutôt par le soleil qui m'a vrillé les yeux. C'est une photo du soleil prise vers 13h sur l'Altiplano. Il était juste au dessus de ma tête.

Nous avons plus particulièrement vu les lagunas Miscanti et Miñiques. Ce sont des lacs d'eau salé.

P1060287

P1060299

P1060307

P1060308

P1060305

Il s'agit de lieux de reproduction d'oiseaux comme la Tagua cornuda.

P1060448      P1060449

Sur la route, on a aussi vu des vigognes au loin. Le jour d'après, j'ai pu en prendre une en photo. Admirez cet animal très gracieux qui peut courir à à une vitesse de 60km/heure malgré l'altitude, grâce à un coeur plus gros que la normale pour un camélidé de la même origine que l'alpaga.

P1060424      P1060423

Nous avons terminé nos visites dans la région désertique du Chili avec les Geysers d'El Tatio (Le grand-père qui pleure, en espagnol).

On s'est levé à l'aube, car nous avons parcouru plus de 80 km pour atteindre à 4300 mètres d'altitude ces 80 geysers actifs, le plus grand site de geysers de l'hémisphère sud. L'eau ne monte pas très haut mais c'est suffisamment impressionnant car l'eau qui jaillit est à une température de 85* celsius. Il est interdit de s'approcher trop près. Il y a eu malheureusement ces dernières années des personnes décédées par imprudence. Elles sont tombées dans l'eau. On ne meurt pas tout de suite, mais les brûlures sont telles que l'on ne résiste pas longtemps. J'ai été frappée par l'odeur d'eau chaude qui se dégage.

P1060343

P1060355

P1060384

P1060394

P1060408

De retour à Santiago, on est reparti à l'Ile de Pâques: plus de 5 heures de voyage.

Mon billet dans deux jours.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 28 novembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Atacama - 1ère partie)

A deux heures d'avion de Santiago, à plus de 1700 km au nord, pas loin de la frontière bolivienne, on arrive dans des paysages désertiques. La région est l'un des déserts les plus arides du monde. Il n'y pleut jamais ou presque. Voici la Vallée de la Lune.

P1060110

P1060129

P1060116 Une très grande dune

P1060139 Toutes les traces blanches, c'est du sel. 

P1060141 Ces trois formes sont surnommées "les trois Marie". La première à gauche a été cassée - par un touriste français, nous a-t-on dit (!).

P1060174 Le soleil commence à se coucher.

 

P1060181 Paysage lunaire.

P1060187

Il y a un ensoleillement extraordinaire et il fait chaud et sec.

Le jour suivant, sur la route de l'Altiplano (4200 mètres d'altitude), on s'est arrêté à la laguna Chaxa sur le Salar d'Atacama (le plus grand lac salé du Chili), à 2500 mètres d'altitude, où vivent des flamants: les flamants roses du Chili et les flamants roses des Andes. C'est un endroit d'un calme absolu.

Concernant la prise des photos pour cette partie du voyage, ce fut souvent difficile car la réverbération était telle que j'avais du mal à visualiser ce que je voyais sur mon écran d'appareil. J'ai un petit Lumix basique qui néanmoins me satisfait. J'ai pris souvent les photos au jugé.

P1060235

P1060225

P1060238

P1060239

P1060244

P1060256 Nourriture du flamant. Ce sont des petits organismes plein de carotène, d'où la couleur rosé des flamants.

J'ai aussi vu un bécasseau de Baird qui fait partie des oiseaux nichant dans le Salar.

P1060236

Et un invité surprise, un petit lézard.

P1060255

La suite demain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 26 novembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Valparaiso)

Voici la suite du voyage chilien avec une halte à Valparaiso (un nom de ville qui m'a toujours fait rêver). Valparaiso a été le plus grand port d'Amérique latine au XIXème siècle. De nos jours, Valparaiso reste une ville importante, la deuxième du Chili avec 1 million d'habitants, et le premier port du Chili. Le poète Pablo Neruda (1904-1973), prix Nobel de littérature en 1971, avait acheté une maison qui se visite. Et on voit quelques chats qui tournent autour des visiteurs et des rosiers.

P1050901 P1050898 P1050894

P1050896

Valparaiso est une ville en deux parties: la partie basse avec les bâtiments administratifs, le port et les commerces, et la partie haute avec ses maisons en tôle et aux murs colorés.

P1050916          

P1050936     

P1050926

P1050995

Le "Street art" est très répandu.

P1050963       P1050941

P1050992     P1050905

P1050931 Cette mention "no AFP" se réfère aux problèmes des retraites et des fonds de pension au Chili. La retraite se fait par capitalisation et non par répartition (comme en France). Au bout du compte, le montant des retraites n'est pas à la hauteur des fonds épargnés.

Car comme dans d'autres pays, le Chili est face à trois problèmes: l'éducation, la santé et les retraites. Tout est payant.

Valparaiso est célèbre pour ses funicalaires: il en existe trente, mais seuls quinze sont en état de marche.

P1050978

 

P1060015       P1060016

Et voici le port de Valparaiso

P1060053        P1060034

 

P1060059

Et une vue d'ensemble de la ville.

P1060046

Enfin, voici un peu de végétation.

P1050952 des nèfles

P1050970 et la fleur du fruit de la passion.

Je n'oublie pas un lama (à qui je n'avais rien fait) qui s'est permis, comme pour le capitaine Haddock dans Le temple du soleil, de me cracher dessus (il m'a prise par surprise).  Je ne lui en ai pas voulu, la preuve, je lui ai à mon tour tiré le portrait.

P1050891

La suite dans deux jours.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 24 novembre 2017

Voyage au Chili - Ile de Pâques (Santiago)

Me voici donc de retour dans la grisaille parisienne après 10 jours intenses à Santiago, Valparaiso, Atacama et l'ïle de Pâques. J'ai passé environ 43,5 heures dans les avions plus quelques heures d'attente avant d'embarquer. Comme dirait l'autre, je ne ferai pas cela tous les jours mais cela en valait la peine.

Je commence par Santiago, capitale du Chili où vivent 7 millions d'habitants, soit presque 1/3 de la population total chilienne. Santiago n'a rien d'exceptionnel, mais c'est de là que l'on part pour aller partout au Chili, en avion, en bus ou en train.

Début du voyage, justement, par la gare principale avec dans son prolongement une station de métro en sous-sol et une gare routière. La structure du toit est en fer. Elle a été contruite par une société française en 1885 selon un projet de Gustave Eiffel.

Vous noterez le grand sapin (ce n'est pas un vrai) pour les futures fêtes de fin d'année. Il faisait presque 30°, c'est quasiment l'été puisque nous sommes dans l'hémisphère sud. La nuit tombe à 20h.

P1070025

Les guides qui nous ont fait les visites nous ont bien évidemment beaucoup parlé de la dictature de Gustavo Pinochet. Plus de 25 ans se sont passés depuis la fin de la dictature en 1989. Mais les Chiliens sont encore très marqués. Je rappelle que Pinochet, général originaire de Valparaiso, a renversé le 11 septembre 1973 le président Allende (lui aussi originaire de Valparaiso) par un coup d'Etat (très aidé par les Américains qui voyaient d'un mauvais oeil les communistes arrivés au pouvoir). On a trouvé Allende suicidé de deux (!) balles dans la tête dans le palais de Moneda (siège de la présidence du Chili), dont une des façades avait été bombardée par les putschistes. Sur un des côtés de la place, on voit une statue de Salvador Allende.

P1070006      

P1050825

Santiago est une ville très étendue dont on n'a pas fait totalement le tour. Elle est traversée par une rivière appelée le Mapocho (110 km de long).

P1060073

Pas loin du palais de la Moneda, on trouve la place des Armes où se situe la Cathédrale.

P1070072

La place était pleine d'arbres en fleurs. Comme nous y étions un dimanche (d'élections présidentielles qui plus est), il y avait beaucoup de monde. Les élections présidentielles (il s'agissait du premier tour) permettent à un Conservateur d'être en tête face à un Socialiste pour succéder à Mme Michelle Bachelet.

P1070079        P1070074

En continuant d'avancer, on se retrouve devant le marché central dans lequel sont vendus poissons et coquillages pêchés dans le Pacifique.

P1050772

P1050796

P1050784

P1050783

P1050781

P1050790

P1050787

Dans les rues de Santiago, on croise beaucoup de chiens errants nourris par la population, de chats, et même des lamas.

P1050807

Le Chili est un pays riche en minerais de cuivre (le 1er exportateur mondial) et depuis peu, il exploite le lithium que l'on a découvert dans le désert d'Atacama au nord du Chili (à la frontière bolivienne). Selon ce que j'ai compris, 50% des richesses du Chili sont possédées par seulement trente familles. Les inégalités de salaires sont importantes entre riches et pauvres, et entre hommes et femmes. 

La suite dans deux jours avec Valparaiso.

PS : Désolée si vous ne voyez pas apparaître toutes les photos, c'est la faute à Canalblog. Cela devient de pire en pire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 21 novembre 2017

Je suis un récidiviste - Petros Markaris

Me voici de retour afin de reprendre les rênes du blog après 10 jours inoubliables au Chili avec l'Ile de Pâques.

P1050751

Avant quelques billets sur ce voyage, voici un billet sur un livre de Petros Markaris lu juste avant mon départ et que j'ai découvert par hasard au rayon polar d'une grande surface. Il a été écrit en 2006. Une postface écrite en 2016 conclut l'ouvrage. Je suis un récidiviste de Petros Markaris (Editions L'échoppe, 110 pages) permet de mieux connaître l'écrivain, né en 1937 à Istanbul, "La Ville", d'un père arménien et d'une mère grecque. Je l'ai pour ma part découvert grâce à ses romans policiers, dont "la trilogie de la crise" (Liquidations à la grecque, Le justicier d'Athènes, Pain, éducation, liberté) et un Epilogue (Epilogue meurtrier). Dans ces romans policiers et ceux écrits antérieurement, Journal de nuit (son premier roman  que je suis en train de terminer), Le Che s'est suicidé, L'empoisonneuse d'Istanbul ou Actionnaire principal, le commissaire Kostas Charitos mène des enquêtes à Athènes ou aux environs. Charitos est marié à Adriani et père de Katerina (Markaris a aussi une fille, qui, elle, vit à Istanbul). Adriani est une très bonne cuisinière, comme la femme de Brunetti ou celle de Maigret. C'est grâce à Charitos que Markaris a choisi d'écrire des romans. Et Markaris qui est trilingue (grec, allemand et turc) a choisi la langue grecque pour écrire, c'était naturel pour lui. Il explique comment il a choisi le quartier d'Athènes dans lequel il fait vivre Charitos, d'origine petite-bourgoise. Charitos, un policier attachant (qui aime lire les définitions du dictionnaire et qui conduit une voiture Mirafiori) n'est pas un personnage excentrique comme le sont Poirot ou Holmes. Markaris préfère Miss Marple ou même l'inspecteur Rebus de Ian Rankin. Pour résumer, Markaris est un Arménien hellénisé élevé dans la langue allemande qui a longtemps vécu dans La Ville (Istanbul). J'ai aussi appris que Markaris était traducteur de Goethe et qu'il avait une passion pour Bertold Brecht. De même, qu'il a été scénariste. Il a co-écrit avec Theo Angelopoulos L'Eternité et un jour (1998). Le livre comporte des photos d'Athènes en noir et blan prises en février 2017 et quelques-unes avec Petros Markaris chez lui. Un écrivain intéressant dont je recommande tous les romans avec Charitos si vous ne les connaissez pas encore.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 19 novembre 2017

Rêveries du bachelier solidaire - Résultats du Tag du Bac

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) me suis inscrit récemment pour passer le Bac. C'est la troisième année consécutive que je le fais. Mais pour trois Bac différents. Trois Bac professionnels, en fait. On n'a pas le droit de s'inscrire à plus d'un par an. Il en existe pas loin d'une centaine de spécialités (davantage si l'on compte les options), j'ai donc encore de quoi m'occuper, surtout si je vis centenaire. Mes deux premiers de cette lubie, je les ai obtenus avec mention. Suis-je masochiste? Qu'est-ce que cela m'a rapporté? D'abord, d'entretenir ma mémoire (quel est le prénom d'Alzheimer, déjà? Mnémosyne? Non, Alois). Et quelques sous par des banques généreuses avec les bacheliers (si, il y en a! Mais je ne donnerai pas de nom ici).

Je devais bien m'attendre à ce que cela devienne de plus en plus dur de m'en tirer avec de la culture générale, l'expérience professionnelle piochée dans ma vaste besace, et du bachotage livresque: dans certains cas, il faudra faire preuve de savoir-faire et de "tours de main" que je ne saurais guère maîtriser... Cette fois-ci, me voilà donc condamné à huit semaines de stage dans l'année! Peut-être vous en reparlerai-je à l'occasion... Mais assez parlé de moi pour le moment.

*****************

Même si ça remonte déjà au mois de juin 2017 (5 mois, une éternité, pour la jeunesse!), je vais aussi repasser les plats (et pas seulement le bac).

Ci-dessous donc une petite recension, comme il m'est déjà arrivé d'en faire, mais cette fois-ci sur une centaine de blogs ayant répondu au "Tag du Bac" (je ne compte pas les quelques "liens morts" - billets non rédigés ou blogs supprimés), entre le 12 juin et le 7 août 2017 (je semble avoir été le dernier de la classe lorsque j'y avais moi-même répondu). Evidemment, le plus souvent, leurs rédactrices (écrasante majorité - nous sommes très peu de rédacteurs!) ne jouent pas dans la même "classe d'âge" que dasola ou moi ou nos commentateurs/trices les plus assidu(e)s? Et elles sont sur les plateformes les plus "visibles" aujourd'hui: Wordpress et Blogspot (très peu d'Overblog, Canalblog, Hautetfort...). J'ai tâché d'en commenter la plupart, toutes ces jeunes blogueuses ne pratiquent peut-être pas la publications des commentaires sous leurs billets? Ou bien il a pu y avoir des soucis techniques... je ne vais donc pas reprendre la catégorisation que j'avais faite en 2012! Juste quelques statistiques: sur 103 blogs, 45 utilisent wordpress, 32 blogspot, 7 canalblog, 2 jimdo, 1 over-blog, 1 wixsite, une quinzaine d'autres ont leur propre nom de domaine (indépendamment de la plateforme utilisée que je n'ai pas cherché à connaître).

J'assume le fait de ne pas avoir cité les quelques réponses en vidéo que l'on peut trouver sur Youtube: je parle bien uniquement de blogs et de réponses par écrit que l'ont peut lire sans avoir à les écouter ou les visionner.

Je pourrais bien sûr m'amuser à / J'aurais sans doute toutes les compétences pour faire un "palmarès" des livres cités (mathématiquement, onze cents items)... mais j'attendrai qu'on me paye pour me lancer dans ce boulot (hein, PKJ ;-))

Et enfin, je signale que deux des blogs ne jouaient pas dans la même catégorie pour leur propre "tag du bac" (je suis tombé dessus par hasard, sans faire de recherche  systématique pour en trouver encore plus): saurez-vous les identifier? Oh allez, je vends la mêche: il s'agit de billets de ... 2013!

Avant de passer à la liste, je précise ne pas prétendre avoir été exhaustif ni exempt d'erreurs; il reste bien entendu possible de faire rajouter d'autres billets, ou de faire modifier voire supprimer les informations déjà répertoriées.

*****************

0/ PKJ (Editions Pocket Jeunesse) [12/06/2017] : Tag du Bac

1/ 4ever_fantasy (For ever fantasy) [07/07/2017]
2/ Aileebooks ( - ) [06/07/2017]
3/ Alice (Les lectures d' - ) [20/06/2017]
4/ Alissia (Aliss and Books) [26/07/2017]
5/ Allmenmustreadblog (All Men Must Read) [15/06/2017]
6/ Amandineisreading (Amandine is reading) [15/06/2017]
7/ Angelakoala (Le blog d' - ) [14/06/2017]
8/ Anna Shaw (Des paillettes dans la bibliothèque (!)) [04/07/2017]
9/ Arcaebook ( - ) [24/06/2017]
10/ Audrey (Lectures de - ) [14/06/2017]
11/ Audrey (Les petites bulles de papier) [16/06/2017]
12/ Bella Belloula (Rêves de lectrice) [17/06/2017]
13/ Bettierose (BettieRose Books) [12/06/2017]
14/ Blog de mère ( - ) [05/07/2013]
15/ Bookscoblog ( - ) [06/07/2017]
16/ Cammy (I Believe in Pixie Dust - Mon blog lecture, agrémenté de poussière de fée) [14/06/2017]
17/ Carole94p (My-BoOks) [12/06/2017]
18/ Cécile (Une pause livresque - Book blog... and more) [27/06/2017]
19/ Celeb_Angel (A portée de plume - Blog littéraire d’une jeune femme exubérante) [13/06/2017]
20/ Chani (De Livres & d'Epice) [14/06/2017]
21/ Charlotte (Le thé littéraire - Come on, share a tea with - ) [07/07/2017]
22/ Chloé (Culture & Cup of Coffee) [12/06/2017] [blog supprimé entre la rédaction de cet article et sa publication!]
23/ Choukette (Le marque-page de - ) [24/06/2017]
24/ Chouquette [alias Gwendoline] (Nos folies littéraires) [23/06/2017]
25/ Dal_eg (Le temps presse) [12/06/2017]
26/ Desmotsauxlivres [Manon] (Des mots aux livres) [16/06/2017]
27/ Die Erdnuss (Le journal de Cacahuète) [12/06/2017]
28/ Doriane (Les chroniques books de Lou) [24/07/2017]
29/ Dylan (L’antre livresque) [27/07/2017]
30/ Enora (L’Ecume des mots) [16/06/2017]
31/ Estelle (Sur un air de Bohème) [23/06/2017]
32/ Ewylyn (La citadelle d’ - ) [18/06/2017]
33/ FabledHeartless (Book Pearl - Chroniques littéraires d'une étudiante en lettres) [12/06/2017]
34/ Fairchildslibrary (Fairchild's Library) [18/06/2017]
35/ Featured review (Tell us wath you read - Blog littéraire) [13/06/2017]
36/ Fofie lit ( - …) [13/06/2017]
37/ Gggaelle (Mon petit salon de thé) [16/06/2017]
38/ Gwladys Langelus (Un livre sur mon lit) [07/07/2017] [blog supprimé entre la rédaction de cet article et sa publication!]
39/ Imane (Minaland- Un blog imaginaire) [05/07/2017]
40/ Iminlovewithfour (Les lectures de Doris) [20/06/2017]
41/ Jabbertheblogger (Jabber the Reader) [19/08/2017]
42/ Julie (Des mots à la vie - Le blog littéraire de - ) [21/06/2017]
43/ Junko [Bérangère] (Les mots de Junko) [13/06/2017]
44/ Kiriitiblog [Pauline] (Kiriiti’s Blog - ) [15/06/2017]
45/ Ladiescolocblog ( - [[3 colocs]]) [16/06/2017]
46/ Laetitiamorduedelivres ( - ) [15/06/2017]
47/ Laurapassage (Laura-Passage) [28/06/2017]
48/ Laure (La cueillette d’une roussette - Si je ne suis pas moi, qui le sera?) [07/08/2017]
49/ Le bar à livres ( - ) [24/06/2017]
50/ Le coin d’Audrey ( - , blogueuse littéraire) [13/06/2017]
51/ Le goût du risque [Quitterie] (Le goût du risque, l'amour des livres) [13/06/2017]
52/ Léa Lectureavie (Lecture à vie) [22/06/2017]
53/ Lecture de Petite Plume ( - ) [28/06/2017]
54/ Lecturenfantparent [Adely] (Nos lectures pour les enfants et pour les parents) [17/06/2017]
55/ Lemartienroux (The Ginger Alien) [17/06/2017]
56/ Léna Bubi (Un univers de livres, et plus!) [08/07/2017]
57/ Les lectures de Feflie ( - ) [26/07/2017]
58/ Leslivresderose (Les livres de Rose) [16/06/2017]
59/ Lespagesquitournent (Les pages qui tournent - Blog littéraire de L-Bookine et Saywhisper) [15/06/2017]
60/ Lex [1 des 3 rédactrices du blog] (La bibliothèque aux merveilles) [15/06/2017]
61/ Lia (Le monde de - ) [04/07/2017]
62/ Lil (L’univers de - ) [13/06/2017]
63/ Lire à la folie ( - ) [13/06/2017]
64/ Loïs (Les lectures de - ) [14/06/2017]
65/ Loucat (De pages en séries) [03/08/2017]
66/ Lubies en folie ( - ) [12/06/2017]
67/ [doublon par inadvertance lors de la rédaction du billet!]
68/ Lunabookaddict [Audrey] (Libertea - A book lover blog) [19/06/2017]
69/ Lutin82 (Albédo - Univers Imaginaires) [30/06/2017]
70/ Maëlle's Books (Maëlle’s Books) [21/06/2017]
71/ Maguisa (Les chroniques de - ) [26/06/2017]
72/ Marie G (A chaque jour sa plume) [11/07/2017]
73/ Marine.M.lire (L’antre littéraire de Marine) [16/06/2017]
74/ Marion (Les Mots de - ) [19/06/2017]
75/ Mathilde Littéraire ( - ) [21/06/2017]
76/ Mayumi (Vibrations littéraires) [24/06/2017]
77/ Méli & Mélo (Méli mélo de lectures [[2 blogueuses]]) [25/06/2017]
78/ MJ (M.J. is reading) [22/06/2017]
79/ Mon p’tit boudoir ( - ) [08/07/2013]
80/ Mot envolé ( - ) [23/06/2017]
81/ Myuncoveredbooks (My Uncovered Books) [22/06/2017]
82/ Nymphadora ( - 's Books) [12/06/2017]
83/ Nyx Shadow (Les lectures de Nyx - Just one more chapter) [15/06/2017]
84/ Oli (La couleur des mots) [13/06/2017]
85/ Pauline (Dans les yeux d'une L) [23/06/2017]
86/ Pauline (Je lis donc je suis) [24/06/2017]
87/ Petite_etoile_livresque ( - ) [18/06/2017]
88/ Plouf ( - qui lit [n’amasse pas mousse]) [05/07/2017]
89/ Plume (Mes livres ouverts - Le blog littéraire de - ) [22/06/2017]
90/ Plume bleue ( - [blog à 4 plumes]) [22/06/2017]
91/ Rêver de bouquins en livres ( - ) [16/06/2017]
92/ Rêveuse Eveillée ( - ) [12/06/2017]
93/ Sherlock Momo ( - ’s blog / Solum omnium lumen) [17/06/2017]
94/ Soline (MilkyWay) [15/06/2017]
95/ Sue-Ricette (Graine de Souris / Le blog de - ) [28/07/2017]
96/ Ta d loi du cine (Le blog de dasola) [15/08/2017]
97/ Totorotsuniko (Les chroniques de Tototo / “Reading - Traveling - Takin pictures”) [13/07/2017]
98/ Un chat dans la ville ( - ) [15/06/2017]
99/ Unelectricecompulsive (Everything starts with a book) [12/06/2017]
100/ Vairo Laurine (Les trésors Livresques de Laurine) [20/06/2017]
101/ Victoire (Romanesquement vôtre - Des livres, deux copines, une passion) [22/06/2017]
102/ Voyageaugredesmots (Voyages au gré des mots - La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté) [22/06/2017]
103/ Xiou (Caprices de - ) [05/07/2017]
104/ Xoxo (Faith in words) [14/06/2017]
105/ Zyle (Blog d’une fangirl) [28/06/2017]

... Et si ce petit inventaire réussit à susciter des découvertes mutuelles et intergénérationnelles entre blogueuses (surtout) [et même blogueurs (sait-on jamais?)], j'en serai heureux!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 17 novembre 2017

Encore un peu de pub: les AMAP, quésako ?

Encore un billet qu'est "conso", me direz-vous? Sachant qu'il y a peut-être 250 000 amapiens et amapiennes en France, quelles sont les chances pour qu'il en figure parmi les lectrices et lecteurs de ce blog? Ma foi, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) vais compter dessus... AMAP, pour les autres, c'est l'acronyme de "Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne" (certains ajoutent "de Proximité"): des "circuits courts", inscrits dans l'économie solidaire et sociale (ESS). Si vous ne voyez toujours pas de quoi il s'agit, une recherche sur la Toile vous donnera plein d'informations pertinentes. Ceux qui suivent de près (mais alors, vraiment attentivement et depuis longtemps) mes "squats" sur le présent blog se rappeleront que j'y ai déjà fait allusion.

Bref, sur le blog de l'AMAP dont je fais partie (et dont dasola nous cuisine les légumes), je rédige (bénévolement!) des chroniques depuis début 2017. Ma première série portait sur le thème des financements solidaires applicables à l'agriculture (8 articles). Depuis le 19 avril, je présente chaque semaine tels ou tels blogs ou sites, que j'estime "notables", d'AMAP d'le-de-France et d'ailleurs (même si je n'ai pas encore abordé les régions de langue occitane): ceux pouvant intéresser d'autres lecteurs que leurs seuls membres. On peut y trouver notamment des recettes, de l'activité associative locale, des tranches de vie, des informations plus ou moins militantes sur la bio et l'écologie, des photos de légumes, et encore des recettes...

Pour voir toutes ces pistes intéressantes, cliquez ici.

Et enfin, pour celles et ceux qui voudraient plutôt avoir du grain à moudre sous forme de livres à lire, j'ai compilé une première petite bibliographie sur le sujet .

Bonne(s) lecture(s) sur les AMAP...

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 15 novembre 2017

15 séries "manga" qui valent la peine d'être lues: un tag?

En prolongement logique du billet sur 15 séries de BD rédigé naguère, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) voudrais lister cette fois 15 séries de manga, en vue d'un "tag". Encore une fois, sur le modèle du "tag des 15 auteurs" (qui ramène toujours plusieurs dizaines de blogs différents quand on fait une recherche sur G**gle...), il s'agit de donner, sur votre blog, "votre" liste de 15 séries "manga" favorites, théoriquement sans y passer plus de 15 minutes, et héroïquement de repasser le bébé à 15 autres blogueurs nommément cités en les mettant au défi d'en faire autant. Un "tag", quoi.

J'ai dans ces "coups de coeur" une majorité de "seinen manga" (séries prépubliées dans des revues japonaises ciblant plutôt les jeunes adultes masculins), seulement deux "shonen manga" (public d'adolescents) et un "shojo manga" (public d'adolescentes). Si la plupart des séries sont aujourd'hui terminées voire remontent à plusieurs dizaines d'années parfois, certaines sont encore en cours de publication tant en France que même au Japon. Ce sont, pour la plupart, des séries réalistes (les lycéennes qui sauvent le monde en luttant contre des démons surhumains, boarf... très peu pour moi!) - en tout cas sur le plan du dessin. Les nouveautés que l'on me prête pour me les faire découvrir correspondent en général à mes goûts. Mais pour que je prenne la peine de les acquérir, il faut que je veuille, soit les lire et relire, soit... les prêter moi-même! Et la place restant disponible sur mes rayonnages joue aussi. Les choix ont été difficiles à faire: parmi mes quelque 3 ou 4000 BD, il y a quand même... un peu d'autres série mangas (et j'en lis donc par ailleurs).

Le classement des 15 séries manga ci-dessous est effectué dans l'ordre antialphabétique de titre (sans tenir compte de l'article), histoire de varier un peu. Pour les mangaka (auteurs de manga), je mets en premier le patronyme (en majuscules), à la japonaise. Si certaines séries sont (comme déjà dit) encore en cours de publication, d'autres sont épuisées depuis belle lurette et ne pourront être dénichées qu'en occasion ou en bibliothèque.

Vinland saga
Série historique scénarisée et dessinée depuis 2005 par YUKIMURA Makoto (et son "atelier"). Toujours en cours, elle est publiée en albums depuis 2006 au Japon et 2009 en France (chez Kurokawa). 19 volumes parus (l'édition française a désormais rattrapé l'édition japonaise), la découverte de l'Amérique semble encore très loin pour ces Vikings...

Thermae Romae
6 volumes (série terminée). J'ai bien apprécié cette série historique mâtinée de "science-fiction" scénarisée et dessinée par la mangaka (auteur de manga) YAMAZAKI Mari. Prépublié de 2008 à 2013, publié en album, au Japon, à partir de 2009, et en France depuis 2012 chez Casterman.

Survivant
10 volumes (pour l'édition que je possède). Oeuvre de SAITÔ Takao, publiée à partir de 1976, rééditée en volumes au Japon à partir de 2001, et en France entre 2006 et 2008 chez Kankô, un label des éditions Milan. Un adolescent (14 ans) doit apprendre à survivre (si, si!) après une catastrophe planétaire.

Strain
5 volumes (série terminée). Textes de BUROSON (également connu sous le pseudonyme de FUMIMURA Sho, son vrai nom étant OKAMURA Yoshiyuki), dessins de IKEGAMI Ryoichi. Publié en 2002 en France chez l'éphémère label Akuma des éditions SEEBD (disparues en 2008), on ne peut le trouver que d'occasion. Un jeune homme tue sur gages: 5 dollars la vie (cela ne vaut pas davantage, selon lui)... 

Space brothers
20 volumes en France, 31 au Japon, au moment où j'écris, pour ce manga de KOYAMA Chûya publié au Japon depuis 2008. Anticipation: l'action se déroule en 2025 et les années suivantes, quand s'établit une station permanente sur la lune, avec deux frères japonais rêvant d'être astronautes depuis leur enfance... Le CNES (Centre national d'études spatiales) est partenaire de l'édition française (chez Pika depuis 2013).

Silver Spoon
13 volumes parus en France depuis 2013, 14 au Japon (depuis 2011) pour ce Shonen à suivre. Quand un collégien fait un "burn out" lié à la pression pour réussir à être le meilleur de la classe dans son collège, que faire? Rejoindre un lycée agricole, en espérant que ce sera plus facile... Le rythme de parution a fortement ralenti depuis 2015 au Japon, il semble que la mangaka ARAKAWA Hiromu ait entamé en parallèle une autre série, ce qui explique peut-être pourquoi, en France, on attend désespérément le 14e tome (éditions Kurokawa).

Sanctuary
12 volumes. Une autre oeuvre de BUROSON & IKEGAMI Ryoichi, parue au Japon de 1990 à 1995. Le politique et le yakuza... La lumière et l'obscurité... le tout pour une même vision partagée entre deux jeunes hommes! Série complète publié en France en 2004-05 chez Kabuto (encore un label des éditions SEEBD), et non réédité à ce jour.

Poison City
2 volumes et c'est fini! J'ai déjà parlé de cette oeuvre pessimiste de TSUTSUI Tetsuya ici. Se déroulant en 2019, elle a été éditée en 2014 au Japon et en 2015 en France chez Ki-oon.

Nobles paysans
4 volumes. Shojo manga plus ou moins autobiographique de la mangaka ARAKAWA Hiromu: sa jeunesse passée à la ferme chez ses parents lui aurait forgé tant santé que caractère (elle se représentait en génisse). Humoristique et truffé d'anecdotes. Publié au Japon depuis 2009, et en France depuis 2013 chez Kurokawa.

Nausicaä de la vallée du vent
7 volumes pour ce "Shonen". Poétique, fantastique... et politique. Publié entre 1982 et 1994, il s'agit du seul manga de MIYAZAKI Hayao, puisqu'il préfère se consacrer au dessin animé avec ses studios Ghibli créés en 1985. En France, il est paru de 2000 à 2002 puis a été réédité de 2009 à 2011, chez Glénat.

Ikigami (préavis de mort)
10 volumes. MASE Motorô a conçu un thriller d'anticipation publié au Japon entre 2005 et 2012, en France chez Kaze manga à partir de 2009. Quoi de tel, pour vous faire aimer la vie, que de savoir que vous avez une chance sur mille de mourir avant vos 25 ans (vous l'apprendrez 24 heures avant, entre 18 et 24 ans - chacun réagit différemment)? Mais attention, hein, c'est très bien organisé, dans la société d'un pays asiatique imaginaire... Encore une (société) où je n'aimerais pas vivre, personnellement!

Heat
En France sont parus seulement les premiers 12 volumes, de 2005 à fin 2007 (encore chez Kabuto, qui a subi le sort des éditions SEEBD). Cette série de BURONSO & IKEGAMI Ryoichi sur l'univers des yakusas (publiée au Japon de 1999 à 2004) en comporte 17, mais apprendre le japonais ne rentre pas dans mes projets d'études de cette année!

Les gouttes de Dieu (etc.)
44 volumes (édités en France chez Glénat de 2008 à 2015) pour cette série que j'ai présentée ici. De 2004 à 2014, la dessinatrice OKIMOTO Shu et les deux scénaristes qui utilisent le pseudonyme AGI Tadashi ont réalisé une belle saga sur le vin... Et la suite, Mariage, tire depuis 2015 la série vers la gastronomie (le 6e tome paraît en France dans quelques jours, 9 sont déjà sortis au Japon). On peut aussi y rajouter la mini-"série dérivée" Signé Le Vin (2 volumes) parue chez Pika en 2016 (au Japon en 2014).

Les fils de la terre
3 volumes parus au Japon en 2002 puis en France chez Delcourt en 2007-08. Cette série dessinée par HATAJI Hideaki narre, dans le contexte de l'exode rural, la rencontre entre un jeune fonctionnaire naïf (expédié "au vert" par un politicien qui prône l'autosuffisance alimentaire du Japon) et des agriculteurs. Son scénariste MÔRI Jinpachi, ancien journaliste, est décédé en novembre 2015 (à 57 ans) d'un cancer de l'oesophage.

L'école emportée
6 volumes. Un classique du mangaka UMEZU Kazuo, publié entre 1972 et 1974, paru en album au Japon en 1974-75 et en France chez Glénat en 2004-05. Toute une école se retrouve téléportée dans un futur apocalyptique.

Pour terminer, trois références:

- un petit ouvrage pédagogique pour comprendre les multiples facettes de ce phénomène d'édition et de société: Le manga, Stéphane Ferrand & Sébastien Langevin, Les essentiels Milan, 2006 (épuisé).

- un site "de référence" sur la BD asiatique (etc.): Manga-news.com (non, je ne suis pas payé pour la pub que je leur fais!).

- un réseau national de librairies BD: Canal BD et son périodique CanalBD manga mag (idem).

...Et vous, quelles seraient vos séries manga favorites?

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 13 novembre 2017

Démaquillez-vous! (par le durable et par l'écologique)

Encore un billet du squatteur (ta d loi du cine)...

Un an après, je voudrais (oui messieurs!) tirer le bilan d'une expérience que j'ai réussi à convaincre dasola de mener.

Par contre, elle a toujours refusé avec la dernière énergie d'écrire elle-même un billet conso ("et d'abord, c'est mon blog, et j'y fais ce que je veux, et j'étais pas demandeuse!"): il m'a donc fallu lui arracher bribe à bribe des informations pour pouvoir rédiger quelque chose... et "profiter" de ce qu'elle soit absente pour le publier!

Au Salon Marjolaine de 2016, j'avais été intrigué par plusieurs stands qui proposaient des produits bio sous forme de lingettes diverses et variées. Et d'autre part, j'assistais parfois à l'utilisation de "cotons jetables" à la maison... Alors je me suis dit: "pourquoi pas?" - d'autant plus facilement que je n'étais pas personnellement concerné par le produit!

Quelques éléments de calcul (ça, c'est un peu plus ma partie!): un paquet de 70 "cotons jetables" coûte 2,80 euros au Fr*nprix (et dure donc un peu plus d'un mois). Cela fait qu'un "disque" revient à 4 cents, et qu'il faut compter un budget annuel de 14,60 euros (un peu plus les années bissextiles), et même 16,80 euros si l'on considère qu'on achètera 6 paquets entiers. Mais avec du "lavable", il suffit de mettre le disque utilisé (une seule fois, sinon les bactéries auront proliféré... donc, changez de disque!) dans la machine, et on lancera le lavage du linge comme d'habitude avec juste ce petit supplément de poids (lavage à 40 degrés de préférence): ça ne consommera pas beaucoup plus d'eau ni de lessive. Bien entretenu (bien étendu et séché), un disque dure 3 ans. Mais, m'a-t-on maintes fois fait remarquer, que de manutention - et ces petits disques qui tombent sans vouloir rester sagement sur les fils...! Pour d'autres côtés négatifs, encore, dixit la maîtresse de blog: ça absorbe différemment les liquides par rapport aux "cotons" dont elle avait l'habitude (il faut donc davantage de produit?), puisqu'en fait elle ne les utilise pas pour se démaquiller mais pour appliquer sa lotion du soir (???).

Par ailleurs, c'est vrai que c'est un investissement de départ plus onéreux que plusieurs paquets de "cotons jetables". Donc, mesdames et mesdemoiselles (je suis attachée à cette dernière locution, même si elle n'a plus cours légal), un bon truc: ne vous achetez pas vos disques durables, mais... faites-vous les offrir! En plus, ça aura peut-être pour effet de sensibiliser aussi la personne en question aux bons gestes pour sauver la planète... (enfin, pour permettre à l'homme de continuer à vivre sur cette planeète, pour être précis - elle ne se porterait pas plus mal [voire mieux?] sans nous!).

Et en voyage, pour finir? De toutes manières, c'est (non négociable): "je reste sur mes cotons, bien sûr!".

Quelques arguments supplémentaires ici

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 11 novembre 2017

Bricks (film) / Les briques rouges (livre) - Quentin Ravelli

... Et hop, le squatteur débarque en l'absence de la propriétaire du blog!

Vendredi 20 octobre 2017, j'avais (ta d loi du cine) convaincu dasola de venir voir une projection de documentaire suivie d'un débat avec le réalisateur au cinéma Les Trois Luxembourg, au Quartier latin à Paris (que je fréquente beaucoup moins depuis que je ne suis plus étudiant...). Le film en question est titré Bricks. Le fait qu'on puisse encore le voir à Paris cette semaine (dans une unique salle, un seul jour, à une seule séance!) me pousse à finaliser le présent billet. j'y prends en compte le visionnage du film, le débat d'après (avec le réalisateur, Quentin Ravelli, sociologue et chargé de recherches au CNRS, et Marguerite Vappereau, aujourd'hui enseignante en cinéma à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne sauf erreur de ma part), mais aussi la lecture du matériel de promotion (notamment l'entretien de Quentin Ravelli avec Arnaud Hée du 13 janvier 2017 dans le dossier de presse) et enfin celle du livre Les briques rouges, disponible le soir de la séance (avec dédicace de l'auteur).

P1050748   P1050743

Le film aurait pu, à mon avis, s'appeler "Casse-briques" (pour y réintroduire un jeu de mots signifiants). Quentin Ravelli nous a expliqué après la séance que "Ladrillo" (en espagnol) ou "Briques" (en français) n'aurait pas été assez "accrocheur" ou porteur de sens. Or, dans ce documentaire, le sens symbolique est important. Si l'on y visite à plusieurs reprises des usines de briques, si l'on voit agir ceux qui les fabriquent ou les vendent (dans la mesure du possible), elles servent surtout de fil rouge à une description sociologique de la crise immobilière en Espagne. Celle-ci est née de l'explosion d'une "bulle immobilière" qui reposait sur un mirage: faire miroiter à de pauvres gens l'espoir de s'acheter leur maison à crédit (prêts à taux variable). Conséquence: arrêt brutal des constructions de logement (de + de 600 000 en 2006 à moins de 30 000 en 2013 - officiellement), renchérissement des remboursements, insolvabilité, expulsions et pertes de logement... Pas grand-chose de nouveau depuis La jungle d'Upton Sinclair, si ce n'est l'émergence d'une nouvelle forme d'action collective, non-syndicale mais sous l'égide d'une "plateforme" (terme utilisé en Espagne pour désigner tout collectif de lutte). Le collectif aide les victimes de crédits à risque (manifestations de soutien au moment où sont prévues les expulsions, occupation d'agences bancaires afin de négocier le départ de l'appartement au paiement inachevé contre l'annulation de la dette restant à courir, aide au relogement par "squat" d'appartements vacants...). La crise immobilière a aussi provoqué des bouleversements électoraux, et nous suivons ainsi un maire qui s'efforce de revitaliser une "ville nouvelle" quelque peu fantômatique (sans argent, les "services publics" ont du mal à être mis en place), Valdeluz. Le film s'achève par une séquence artistique: des briques sont utilisées pour modeler des têtes géantes ensuite coulées en bronze.

Une fois la lumière revenue, le documentariste a livré quelques éléments, partie en monologue et partie en réponse aux questions du public (clairsemé): 5 ans de travail  (depuis 2012) pour ce projet, avec d'abord de longs repérages et cquelques images en "équipe légère", puis une accélération pour l'essentiel du tournage en quelques mois en 2015, dans de bonnes conditions techniques une fois le plan de financement bouclé, 200 heures de rushes pour 1H23 de plans montés, des "angles" à choisir en fonction de ce qui avait pu être capté "sur le vif"... J'en ai retenu les impondérables techniques (micro qui ne fonctionnaient pas pour des scènes de foule), des choix assumés par le réalisateur (qui aurait sûrement pu faire tel ou tel film "différent"). Dans le livre, il est fait plusieurs fois référence au DVD et aux "bonus" qu'il contiendra. Mais Les briques rouges peut évidemment donner à "décrypter" davantage de statistiques et d'explications que le film, tant sur le "matériau" brique que sur la construction ou le secteur économique que représente l'immobilier.

Pour ma part, j'ai posé quelques questions: le lien imaginable entre le "phalanstère" du XIXe siècle dans la même région, dont il est fugitivement question dans le film, et l'utopie sociale d'un Godin et de son "Familistère de Guise" (en France); l'attitude des "militants" de la plateforme face à la démarche de ce film; et la place des "bruits" de ces usines de fabrication de briques.

En ce qui concerne le phalanstère, il se rattachait plutôt au genre des cités ouvrières construites via un paternalisme patronal d'inspiration chrétienne. Aucun rapport avec un mouvement de type coopératif ou socialiste. D'autre part, la plateforme pour les victimes du crédit avait fort bien compris l'importance des vidéos en ligne pour promouvoir leur cause, et l'équipe de Bricks n'était donc pas seule à filmer les scènes fortes que l'on peut y découvrir. Au contraire, "mettre en scène" les parties plus intimistes n'a pas été simple, entre l'immigrée équatorienne qui pouvait avoir tendance à "surjouer" pour faire plaisir au documentariste, les ouvriers qui n'avaient pas prévu de déjeuner ensemble le jour où la scène figurait sur le plan de tournage, ou le maire hors d'état de témoigner... et a nécessité des choix du réalisateur, privilégiant ici le réalisme sur l'émotion.

Spontanément, les scènes dans l'usine de briques, puis le fait que le réalisateur ait parlé du "bruitage" (briques achetées chez LeroyMerlin et martyrisées pour en tirer des sons crissants pour la BO) m'avaient fait penser au documentaire C'est quoi ce travail? que j'avais chroniqué il y a 2 ans. Lorsque j'ai donc posé une question en ce sens, c'est cette fois l'enseignante en cinéma qui a répondu, pour préciser et recadrer, en disant que l'angle principal dans Bricks n'était pas "musical", mais avait plutôt choisi le produit "brique" (produit originellement dans l'usine) comme fil rouge et comme symbole de construction-déconstruction d'une bulle spéculative immobilière (je surinterprète sa réponse).

De tout ce qui a encore été dit, je retiendrais seulement que les policiers pouvaient se montrer compréhensifs lors des procédures d'expulsion, car eux aussi ont parfois des crédits sur le dos... Le public était ensuite convié à prendre un verre, mais dasola et moi en sommes restés là.

Pour dire quelques mots sur Les briques rouges (sous-titre "Logement, dettes et luttes sociales en Espagne", éditions Amsterdam, août 2017, 192 pages), que j'ai lu en quelques jours, je dirais qu'il complète bien le film, sans le paraphraser. Il comporte 13 chapitres, une trentaine de pages de notes et 7 pages de bibliographie.

Voir aussi le billet sur le blog Persistence rétinienne.

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 9 novembre 2017

Carbone - Olivier Marchal / Logan Lucky - Steven Soderbergh / Hommage

Avant de m'envoler aujourd'hui pour le Chili pendant une dizaine de jours, je voulais chroniquer deux films. 

Je commence par Carbone d'Oliver Marchal, que je résumerai par "bof". Je n'ai rien compris à la fraude à la taxe carbone qui a fait perdre à la France plus d'un milliard d'euros en 2008-2009. En revanche, le film permet à Dani de trouver un rôle intéressant. Laura Smet dit à peine trois mots et joue les utilités en étant très maltraitée. Depardieu, en patriarche juif qui veut avoir la garde de son petit-fils, est égal à lui-même. Quant à Benoît Magimel, dont on connait le destin dès l'ouverture du film, on a l'impression qu'il souffre beaucoup. C'est un film violent qui n'apporte pas grand-chose. Lire le billet de Pascale plus enthousiaste que moi.

J'ai nettement préféré Logan Lucky de Steven Soderbergh, dans lequel Daniel Craig (James Bond) joue le rôle d'un taulard que deux frères font évader afin qu'il les aide à faire un casse: siphonner les recettes d'une course automobile sur un circuit fréquentés par des milliers de gens. Les deux frères Logan, l'un manchot, l'autre boiteux, avaient connu jusqu'au casse de méchants coups du sort. Les choses vont peut-être enfin s'arranger. Ce film sympathique a un rythme lent au début, puis tout s'accélère dans la dernière demi-heure. Il n'y a ni violence ni armes, mais les compiices, volontaires ou non, sont nombreux. Le casse est bien organisé. Les coupables seront-ils punis? Je vous laisse le découvrir.

Et enfin, je voulais rendre un petit hommage à un blogueur disparu cet été (je l'ai appris par l'intermédiaire de chez Sentinelle). Depuis le 17 août 2017, il n'écrivait plus de billet. Il est décédé le 22 août. Pour ma part, j'avais échangé avec lui quelques mois auparavant. Il m'avait envoyé le manuscrit d'un roman policier qu'il avait écrit en demandant mon avis. Il s'agit d'Alex-6, son blog "Y a quoi à chercher" est encore ouvert. Une nouvelle qui m'a rendue très triste.

Sur ce, je vous dis à bientôt avec plein de photos.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 8 novembre 2017

L'intérêt de l'enfant - Ian McEwan

P1050752

J'ai hésité à lire L'intérêt de l'enfant de Ian McEwan (230 pages, Editions Gallimard), car j'ai eu peur du sujet assez sombre. Eh bien j'ai beaucoup aimé ce roman dans lequel Fiona, juge aux affaires familiales, est totalement dévouée à son travail. A 59 ans, mariée, elle n'a pas eu d'enfant et elle est en train de vivre quelques problèmes de couple. Appréciée par ses pairs, elle essaye avant tout, pour chaque affaire, de prendre une décision dans l'intérêt des enfants. C'est une femme au jugement sûr. Elle aussi une pianiste amateur plutôt douée. Un jour, elle doit rendre un jugement délicat. Pour mieux statuer et se rendre compte par elle-même, elle se rend à l'hôpital au chevet d'Adam, un jeune homme, âgé de 17 ans et 9 mois, atteint de leucémie. Il doit être transfusé pour être sauvé. Les croyances religeuses d'Adam et surtout celles de ses parents interdisent les transfusions sanguines. Ils sont témoins de Jehovah. Dans l'intérêt de l'enfant, puisqu'Adam n'a pas encore atteint sa majorité, Fiona rend un jugement. Je vous laisse découvrir lequel, avec toutes les conséquences qui s'ensuivent. J'ai été très touchée par Fiona. On sent que McEwan aime son personnage. Un roman qui se lit vite. Je vous le conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,