Créé il y a 5 ans, le Festival Paris-Cinéma a débuté le 3 juillet pour se terminer le 14 juillet. La séance est à 4 euros. Des films sont en compétition et des hommages sont rendus. Cette manifestation permet entre autres de revoir l'intégralité ou presque de l'oeuvre de Francesco Rosi, l'un des derniers grands réalisateurs italiens vivants. Main basse sur la ville (1963), Lion d'or au Festival de Venise la même année, reflète bien son cinéma engagé. L'action du film se situe dans les années 60 à Naples, ville natale du réalisateur, en proie aux promoteurs immobiliers. Au début du film, des plans panoramiques montrent les constructions nouvelles et hideuses sans plan d'urbanisme harmonieux. Un plan rapproché se focalise sur une construction d'un immeuble en particulier. Tout à coup, le pan de mur d'un vieil immeuble mitoyen s'écroule puis l'immeuble lui-même. Bilan: 2 morts et un blessé grave. Le promoteur immobilier, Nottola (joué par Rod Steiger), est très ennuyé car faisant de la politique, il s'apprête à se faire élire en tant qu'un des adjoints au maire aux prochaines élections municipales. Un simulacre d'enquête est mené pour établir qui est responsable, mais cela n'ira pas loin. Ce qui compte ce sont les élections et le scénario montre bien la collusion entre la politique et le pouvoir de l'argent. C'est l'argent qui gagne (comme souvent). Le film est joué par des acteurs que je ne connais pas sauf Rod Steiger. Ce dernier, américain, est doublé en italien, comme c'était souvent le cas dans les films italiens joués par des acteurs étrangers. Je pense que c'est une caractéristique du cinéma transalpin. Sinon, 44 ans après le tournage, le sujet de ce film n'a pas pris une ride, malheureusement.