mercredi 31 octobre 2007

Films vus et non commentés depuis le 21/09/2007

Voici encore (dans la lignée de mon billet précédent) quelques films que j'ai vus en salle, et qui ne m'inspirent pas assez pour en tirer dix lignes chacun.

Joyeuses funérailles de Frank Oz (2007): Humour à l'anglaise (pas toujours du meilleur goût), qui m'a fait sourire souvent. Comment deux personnes, l'une qui avale des comprimés composés de substances pas très licites, et l'autre, un homme de petite taille, transforment un enterrement en délire complet. A voir.

L'ennemi intime de Florent Emilio Siri (2007): Sujet rarement traité dans le cinéma français, cette tentative d'évoquer la Guerre d'Algérie n'est pas totalement aboutie à cause d'effets de mise en scène un peu mode (pour faire comme les Américains). Les comédiens comme Benoit Magimel, Albert Dupontel et Marc Barbé sont bien. L'histoire de Patrick Rothman est bien écrite mais il manque un petit quelque chose.

Le mariage de Tuya de Wang Quan'an (2006): Pour une fois, je me suis retrouvée d'accord avec l'allusion à ce film dans une critique de Eric Loret dans "Libération" du mercredi 3 octobre 2007 : désolant. C'est décousu, pas vraiment de scénario et c'est beaucoup n'importe quoi sans être ni amusant, ni triste. Seul le dernier plan émeut : Tuya qui pleure.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 30 octobre 2007

Martine à travers les âges

L'autre jour, j'ai été invitée chez un couple qui a une petite fille de presque 5 ans. J'ai décidé d'apporter quelques livres d'enfants (plutôt que le traditionnel bouquet de fleurs!), et j'ai choisi "comme pour moi" à la FNAC. Notamment, j'ai découvert que la série que je lisais il y a près de 40 ans, "Martine", continue à être éditée et rééditée, et j'ai choisi les éditions reproduisant les couvertures d'époque. Eh bien, la gamine connaissait déjà la série par le "centre de loisirs" où elle va! Elle a feuilleté son exemplaire avec intérêt, et quelques jours plus tard sa maman m'a transmis quelques photos numériques de couvertures de livres, premières tentatives spontanées de sa fille en photographie paraît-il. Si elle y marque son nom comme recommandé (dès 5 ans, les enfants apprennent les lettres de leur nom à l'école!), j'espère au moins qu'elle utilisera un crayon et non un stylo pour ne pas abîmer définitivement ses bouquins. En tout cas, j'avais été amusée de voir que le papa connaissait lui aussi Martine.
PS: ce n'est pas pour faire de la pub, mais après une recherche sur internet, je viens de vérifier que le 57ème album (en 53 ans!) venait de paraître! Moi, j'en avais offert que je connaissais déjà. Les albums de Martine font 17 pages avec une jolie illustration par page accompagnée d'un texte très bien écrit qui raconte ce qui arrive à Martine (jolie petite fille aux cheveux auburn) dans des situations précises : Martine au théâtre, en bateau, aux sports d'hiver, en avion, etc. Martine a un papa, une maman, un chien (Patapouf), et un chat, Minet. Et elle a quelques camarades de jeu. Les auteurs de ces histoires sont Gilbert Delahaye (Textes) et Marcel Marlier (Aquarelles). Je suis contente que cette littérature enfantine de qualité perdure d'une génération à l'autre.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 29 octobre 2007

Le deuxième souffle - Alain Corneau

Que dire ? Le deuxième souffle d'Alain Corneau dure 2h30. C'est le "remake" du film en noir et blanc de Melville que je n'ai pas aimé et qui, à mon avis, a beaucoup, beaucoup vieilli. D'origine, c'est un roman de José Giovanni de 1958 avec des dialogues et expressions des truands de l'époque. Pour en revenir au film de Corneau, c'est filmé en numérique dans des teintes orangées. Les scènes de tueries sont filmées comme dans les films hong-kongais à la manière de Johnnie To ou John Woo. C'est hyper violent. Le sang gicle. Les morts sont défigurés avec des visages figés comme des masques de cire. Je pense que c'est un peu ridicule et cela rend le film encore plus factice qu'il n'est. Ce film est anachronique dans la façon hyper-moderne de filmer un contenu qui fait années 50-60 avec des décors, des costumes désuets. Mais ce qui m'a le plus gênée, ce sont les dialogues très datés. Les acteurs font ce qu'ils peuvent et Jacques Dutronc est excellent. Je me demande pourquoi Alain Corneau a choisi de refaire cette oeuvre à l'identique. Pourquoi ne pas réécrire le scénario avec des dialogues et une histoire d'aujourd'hui? Je suis désolée de le dire mais l'ensemble me paraît très raté !

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 28 octobre 2007

Michael Clayton - Tony Gilroy

Ecrit et réalisé par Tony Gilroy (scénariste de la trilogie des Jason Bourne), Michael Clayton est un film d'excellente facture mais j'ai mis du temps à comprendre les tenants et les aboutissants de l'histoire, plus d'une demi-heure avant de comprendre qui était qui, Michael Clayton en tête. Puis petit à petit, les pièces du puzzle se mettent en place. L'intrigue est très bien menée et se passe en 4 jours. Michael Clayton (George Clooney), ancien adjoint de procureur, travaille dans un cabinet d'avocats en tant qu'expert, sur la côte Est des Etats-Unis. Il est chargé de résoudre par tous les moyens des affaires douteuses de certains clients du cabinet. Sur le plan personnel, Michael Clayton a une vie plutôt désastreuse : il est divorcé, a des dettes de jeu et le restaurant qu'il a acheté a fait faillite. Quand le film commence, un collègue et ami de Michael Clayton, Arthur (Tom Wilkinson), a des problèmes de conscience qui le mènent à la dépression. Un consortium, U/North, est responsable de la mort de presque 500 personnes à cause de la commercialisation d'une molécule qui améliore le rendement de certaines cultures agricoles. Il n'y a pas vraiment de "bons" et de "méchants" sauf deux hommes de mains et une juriste (Tilda Swinton) mais on n'hésite pas à éliminer physiquement les gêneurs. Grâce à une photographie dans les tons gris bleutés, on sent une menace invisible mais présente. Il n'y a aucun plan inutile. Je conseille vivement ce film produit par George Clooney, Steven Soderbergh et Sydney Pollack qui interprète un rôle.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 27 octobre 2007

Une parisienne, un jour de grève

Je vais passer pour une personne inconséquente en cette période agitée sur le front social, mais qu'est-ce que c'est agréable de vivre et de travailler à Paris, un jour de grève. Quel calme dans les transports en commun (plutôt rares), les quelques voyageurs ne semblaient pas stressés. On ne se bouscule pas pour monter ou descendre des rames. Les stations, surchargées en temps normal, sont vides. Il règne presque un certain silence, même les téléphones portables sont au repos dans les rames de métro qui d'habitude sont bondées. Le matin du 18 octobre, les gens étaient studieux et lisaient leur journal gratuit distribué à l'entrée des bouches de métro. Les magasins étaient peu fréquentés, on ne faisait pas la queue aux caisses (ce n'est pas bon pour le commerce). Dans la société où je travaille, les effectifs étaient réduits à la portion congrue, j'ai eu l'impression de venir un dimanche. Le soir du 18 octobre, j'ai trouvé après réflexion qu'un jour de grève à Paris peut être pénible, quand, au moment de rentrer chez soi, les lignes de métro ont encore réduit leur fréquence ou alors que le trafic est nul, que les usagers "poireautent" sur les quais entre 15 et 30 minutes sans que rien ne soit annoncé. A bout de patience, le piéton se décide à marcher, à prendre un "vélib", à faire de l'autostop, du roller, de la trottinette, de la moto, du vélomoteur. Parmi les cyclistes, on distingue aisément ceux qui n'ont pas trop l'habitude de ce moyen de locomotion. Et puis moi, fan de cinéma, j'aime aller à une séance en sortant du travail. Et bien, ce jour-là, je n'ai pas pu. Une collègue a été plus courageuse, elle est allée voir un film mais elle a mis une heure et demie à pied pour rentrer chez elle. Le lendemain, tout n'était pas encore rentré dans l'ordre. Ah, finalement, Paris, les jours de grèves, c'est bien un peu mais pas trop.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 26 octobre 2007

Operation Mad Ball - Richard Quine

Operation Mad Ball de Richard Quine (1957) (littéralement opération bal fou), longtemps invisible, est ressorti dans une salle à Paris courant septembre 2007 sous le titre "Le bal des cinglés" (traduction un peu crétine s'il en est), mais il ne se joue déjà plus. C'est l'organisation du bal qui est "folle" mais pas les protagonistes. Il met en scène Jack Lemmon en soldat qui arrive à force d'obstination à organiser un bal dans une auberge tenue par une "Française" à l'accent américain. En effet, nous sommes en 1945, le conflit mondial est terminé mais l'Armée américaine stationne quelque part en France. Il est interdit pour les personnels de l'armée, hommes de troupe et femmes infirmières (au rang d'officier), de "se fréquenter" sur la base. Ce bal servira à officialiser les rencontres fortuites qui l'ont précédé. Tous les personnages types de l'armée sont réprésentés dont le commandant plutôt borné. Filmée en noir et blanc, cette oeuvre n'est pas totalement réussie et a vieilli. Il manque le grain de folie de Blake Edwards comme dans Operation Petticoat (Opération Jupons) (1959). En revanche, Richard Quine (qui s'est suicidé en 1989) fera d'excellents long-métrages comme Bell, book and Candle (l'Adorable voisine) (1958) et The Notorious Landlady (L'inquiétante dame en noir) (1962), les deux avec Kim Novak et Jack Lemmon.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 25 octobre 2007

Secret Sunshine - Lee Chang-Dong

Le titre original du film est Myliang du nom de la ville de Corée où se passe le film. Ce mot Myliang veut dire (en idéogrammes!) Ensoleillement secret (Secret Sunshine). C'est l'héroïne du film qui donne cette explication. L'histoire commence par l'arrivée en voiture de Séoul de Shin-Ae et son petit garçon. Elle a décidé de venir  s'installer dans la ville natale de son mari décédé récemment dans un accident de voiture. Elle doit trouver des élèves car elle donne des cours de piano. Mais on entend très peu de piano. En revanche, une tragédie la frappe. Son petit garçon est enlevé et tué car on la croit plus riche qu'elle n'est. L'heure et demie qui reste (le film dure 2h20) nous raconte comment cette femme Shin-ae désespérée trouve d'abord un soulagement grâce à la religion. Puis peu à peu, à cause d'un facteur déclenchant, elle sombre dans la dépression et tente de se suicider. Le film est assez éprouvant à voir mais surtout pénible à écouter. Quand les acteurs (trices) pleurent ou crient, la langue coréenne n'est pas agréable à entendre. C'est très geignard. Vu le sujet, on devrait être bouleversé. J'ai été surtout contente quand le film s'est terminé sur un plan fixe de cheveux coupés qui s'envolent.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 24 octobre 2007

Addiction à la lecture: symptômes et vocabulaire

Ayant découvert récemment sur des blogs la signification des sigles LAL, PAL et LCA (cf. le billet de Flo (2)), j'en profite pour porter à la connaissance de mes lecteurs une liste de 25 (vingt-cinq) titres choisis parmi ma PAL (pile à lire). En ce qui concerne ma LAL (liste à lire), elle comporte surtout des titres que mon ami menace de me prêter, alors que je lui réponds que j'ai déjà, chez moi, plein de livres que je piaffe de lire. Quant à l'association des LCA (lecteurs compulsifs anonymes), je n'en fais pas encore partie. Pas plus que je n'ai encore participé à un "swap livres" (échange, entre blogueuses, autour d'un thème donné à l'avance, d'un ou deux livre(s) qu'elles aiment bien: on procède à un tirage au sort qui indique que A doit envoyer à B et B à C etc., sans que personne ne sache qui est son expéditeur, selon les explications de Flo) (1)(2)(3).

Gianni Biondillo : Pourquoi tuons-nous ? - Editions Joelle Losfeld
Michael Connelly : Deuil interdit - Seuil Policier
Ake Edwardson : Je voudrais que cela ne finisse jamais - Jean-Claude Lattès
Alain Fleischer : La hache et le violon - Points Seuil
William Stegner : Angle d'équilibre - Phébus
Steve Hamilton : Ciel de sang - Seuil Policier
Jim Harrison : La route du retour - Christian Bourgois
Arnaldur Indridason : La voix - Métailié Noir (chroniqué le 15/04/2008)
John Irving : Je te retrouverai - Seuil (chroniqué le 19/01/2008)
James Kelman : Le mécontentement - Métailié [abandon de lecture en 2014]
Douglas Kennedy : Une relation dangereuse - Belfond
Nicole Krauss : L'histoire de l'amour - Gallimard (chroniqué le 12/12/2007)
Asa Larsson : Horreur Boréale - Gallimard (Série Noire) (chroniqué le 15/04/2008)
Stieg Larsson : La reine dans le palais des courants d'air - Millenium 3 - Actes Sud (chroniqué le 15/11/2007)
David Lodge : Pensées secrètes - Rivages (chroniqué le 05/03/2008)
Haruki  Murakami : Kafka sur le rivage - Belfond
(chroniqué le 25/08/2008)
Jo Nesbo : Rouge-gorge - Gaia (chroniqué le 19/08/2008)
Orhan Pamuk : Neige - Gallimard
Elliot Perlman : Ambiguïté - Robert Laffont
Jean Potocki : Manuscrit trouvé à Saragosse - L'imaginaire Gallimard
Ian Rankin : La mort dans l'âme - Folio Policier
Théodore Roszak : La conspiration des ténèbres - Le Cherche midi
Adalbert Stifter : L'homme sans postérité - Phebus Libretto
Chantal Thomas : Les adieux à la Reine - Seuil
Nick Tosches : Le roi des juifs - Albin Michel (chroniqué le 04/12/2007)

Alors, dans quel ordre dois-je les lire? Ou, demandé autrement, par lequel commencer?

(1) J'avais initialement écrit "... un ou deux livres qu'elles aiment bien, qui seront mutualisés et redistribués", et Flo elle-même m'a signalé mon erreur, cf. son commentaire ci-dessous.
(2) Au 30/12/2008, les deux blogs de Flo que je citais dans ce billet (http://www.thetoietlis.com et http://meslectures.over-blog.com) ont disparu pour l'un, et ont été remplacé par celui d'une nouvelle blogueuse, pour l'autre. Je ne sais pas si Flo est toujours sur la blogosphère?
(3) Pour savoir combien j'ai finalement apprécié mon 1er "Swap" (en 2010!): cf. mon billet du 06/07/2010.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
mardi 23 octobre 2007

Tant qu'il y aura Deborah Kerr (1921-2007)

Deborah Kerr vient de décéder, le 16 octobre 2007. Née Ecossaise, cette très belle rousse n'est jamais devenue une star mais sa filmographie impressionnante comporte des pépites comme deux films d'Emeric Pressburger et Michael Powell, The Life and Death of Colonel Blimp (Colonel Blimp) (1943) et Black Narcissus (Le narcisse noir) (1947). Dans d'autres films que j'ai vus, elle a joué des rôles très différents, dont celui d'une femme d'officier dans From here to Eternity (Tant qu'il y aura des hommes) de Fred Zinneman (1953), resté célèbre grâce à la scène du baiser échangé avec Burt Lancaster sur une plage à la veille de Pearl Harbour. Elle fut "une vieille fille" dans La nuit de l'Iguane de John Huston (1964) entourée de Richard Burton et Ava Gardner. Un autre film dont je me rappelle est l'adaptation de The Turn of the screw (Le tour d'écrou) d'Henry James porté à l'écran sous le titre Les innocents, réalisé par Jack Clayton (1961), dans lequel elle est remarquable en gouvernante de deux enfants en proie à des démons. Elle jouera deux fois des rôles de religieuses dans Black Narcissus (1947) et Heaven knows, Mr Allison (Dieu seul le sait) de John Huston (1957). Dans ce dernier film, elle a comme partenaire Robert Mitchum qu'elle retrouvera dans The Sundowners (1960) de Fred Zinneman et The Grass is greener (Ailleurs l'herbe est plus verte) de Stanley Donen (1960). On se rappellera aussi d'elle dans An Affair to remember (Elle et Lui) de Leo Mc Carey (1957), Tea and Sympathy (Thé et sympathie) de Vincente Minelli (1956), The King and I (Le roi et moi) de Walter Lang (1956). Je ne citerai pas toute sa filmographie, d'autres blogueurs l'ont fait avant moi (notamment eeguab, Gaël, Coinducinéphage...). Son dernier film sur grand écran sera L'arrangement d'Elia Kazan (1969). Une grand dame disparaît.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 22 octobre 2007

La femme en vert - Arnaldur Indridason

Deuxième roman policier de l'écrivain islandais Arnaldur Indridason paru aux Editions Metailié (et depuis peu en Livre de Poche) après l'excellent la Cité des Jarres, La femme en vert est tout aussi remarquable. Dans la banlieue de Reykjiavik, on retrouve l'inspecteur Erlendur menant une enquête suite à la découverte macabre d'un squelette enfoui à côté d'une colline. Côté personnel, il connaît des problèmes avec sa fille droguée et enceinte de sept mois, qui se retrouve dans le coma. Deux récits se déroulent en parallèle : l'enquête de nos jours et l'histoire d'une famille, un couple et leur trois enfants pendant la seconde guerre mondiale, époque où les Anglais, puis les Américains s'étaient installés en Islande. Le mari bat sa femme comme plâtre sous les yeux impuissants des enfants, deux garçons et une fille qui est devenue une "tordue" suite à une maladie d'enfance. Tout finira mal et on saura qui était ce squelette qui en cache un deuxième. L'histoire est prenante. La description des sévices physiques et le harcèlement moral et psychologique que fait subir le mari à sa femme sont insoutenables. On comprend comment la femme, Margaret, ne peut que subir. Les enfants, de témoins, deviennent acteurs de cette tragédie. On a la gorge nouée. A l'heure où, "dans la vraie vie", un chanteur est libéré pour bonne conduite après 4 ans de prison pour avoir tabassé à mort sa compagne, ce roman prend une résonance tragique. La violence conjugale a toujours existé et n'est pas prêt de disparaître. J'ai hâte de lire le troisième roman, La voix, du même auteur, qui fait partie de ma liste à lire [chroniqué le 15/04/2008].

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,