C'est l'histoire de deux garçons, Amir et Hassan. Nous sommes en 1979, à Kaboul, en Afghanistan, juste avant l'entrée des Soviétiques dans la ville. Amir est orphelin de mère mais il a un père, Baba, qui fait partie de l'intelligentsia afghane. Hassan (issu d'une ethnie différente) est le fils du domestique. Ils sont unis par leur passion commune des cerfs-volants qui volent haut dans le ciel de Kaboul. Mais Amir ressent une sorte de mépris ou de la jalousie pour Hassan. Non seulement il ne vient pas au secours d'Hassan quand celui-ci est agressé sexuellement par des plus grands que lui, mais en plus il le fait accuser pour un vol qu'Hassan n'a pas commis. Hassan quitte la maison accompagné de son père. Les chars soviétiques étant arrivés dans Kaboul, Baba et Amir fuient l'Afghanistan, se dirigeant vers le Pakistan avant d'arriver aux Etats-Unis. La demeure de Baba est laissée à la vigilance de Rahim Khan, ami d'enfance de Baba. Plus de vingt après, en 2000, Amir, marié sans enfant, est devenu un romancier à succès. Son passé, via un appel téléphonique de Rahim, le fait retourner à Kaboul. Il a une affaire importante à régler. Il doit sauver le fils d'Hassan qui vient d'être assassiné par les Talibans au pouvoir en Afghanistan. En effet, Hassan, devenu adulte, a appris à lire et à écrire, s'est occupé de la maison de Baba et Amir depuis tout ce temps, et s'est marié et a eu un fils. En lui demandant de sauver Sohrab (placé dans un orphelinat), Rahim révèle à Amir son lien de parenté avec Hassan. J'ai été très touchée par ce film et en particulier par toutes les scènes mettant en scène les deux jeunes acteurs (interprétant Hassan et Amir) qui ont un jeu très naturel. Le personnage de Baba, le père d'Amir, a beaucoup de dignité, un grand monsieur. Sinon, comme je l'ai déjà lu ailleurs, le film est quand même formaté pour les Occidentaux avec les "méchants" Talibans face aux autres. On a même droit à une scène de lapidation d'une femme adultère pendant une mi-temps à un match de foootball. Les paysages quasi-désertiques censés représenter Kaboul et ses environs ont été reconstitués en République Populaire de Chine. Les cerfs-volants de Kaboul de Marc Forster vaut la peine d'être vu parce que l'histoire est belle et émouvante. Allez le voir avant sa sortie en DVD. Je viens d'acheter le roman écrit par Khaled Hosseini dont est tiré le film (en édition de Poche). Il s'est rajouté à ma PAL.