Voici enfin complétée ma quatrième centaine. Il est vrai que j'ai ralenti le rythme de publication en 2008 (seulement les jours impairs). C'est encore une fois (après mes 100ème billet, 200ème billet, 300ème billet et 1er anniversaire) l'occasion d'un Bilan.

Comme je l'avais déjà indiqué dans mes "centaines" précédentes, je ne prête pas attention au "nombre de visiteurs" (basé sur l'adresse IP?) ou au total des pages vues (dont beaucoup arrivent au hasard de Google, sans même forcément lire). Ce qui est quantifiable, c'est le nombre de commentaires, dont mon total dépasse les 1600 (1633 arrêtés à hier, les 61 miens y compris, il est vrai). On peut dire que, en moyenne, j'ai donc un peu plus de 4 commentaires par billets. Ou, toujours en moyenne, que j'ai eu entre 3 et 4 commentaires par jour en un peu plus de 500 jours (depuis la création de mon blog). Mais évidemment, comme toutes moyennes, celles-ci ne veulent rien dire, au contraire des "valeurs absolues" des petites statistiques ci-dessous. Au mieux, une moyenne aurait un sens en la comparant à celle d'autres canalblog qui auraient aussi pas loin de 18 mois de durée, avec un rythme de publication hebdomadaire d'entre 3 et 7 billets.
Quelques données chiffrées sur mes billets et leurs commentaires:
Mes 10 billets les plus commentés totalisent à eux seuls 210 commentaires. Face à cela, 50 billets (remontant tous à 2007) n'ont eu encore aucun commentaire (je dis "encore", car ils étaient près de 60 dans ce cas au début de 2008).
Si je prends le total des 53 qui ont eu au moins 9 commentaires (c'est un "seuil" statistique arbitraire: j'ai arrêté récemment de prendre en compte ceux qui en avaient "seulement" 7, puis 8; et à ce jour, 41 billets ont au moins 10 commentaires), j'obtiens un total de 690 commentaires pour, donc, un peu plus de 12,5% de mes billets. 297 billets se partagent ensuite les 943 commentaires restants, avec de 1 à 8 commentaires chacun. Et je ne vais pas détailler davantage sous cet angle (on pourrait regarder quels sont les billets - cinéma, livres, etc. - qui sont les plus commentés!). Par contre, je sais bien qu'un comptage seulement quantitatif passe à côté d'autres aspects, car il met sur le même plan quelques mots signalant une intention de lire ou voir l'oeuvre dont parle mon billet (ce qui fait tout de même plaisir, je le précise!) et d'autres commentaires, longuement développés, générant des questionnements ou suscitant parfois des débats.
J'aborde maintenant les chiffres côté commentateurs:
Je viens tout juste de passer le cap des 200 personnes identifiées (201 au 22 mai) qui m'ont fait au moins un commentaire. Parmi elles, 33 n'ont pas de blog (ou je n'ai aucun moyen de l'identifier si elles ne l'ont pas laissé). Du côté des presque 170 blogs correspondants, une demi-douzaine sont aujourd'hui introuvables en ligne. Entre ceux qui existent toujours, 69 (au 22/05/2008) se sont signalés au moins 5 et jusqu'à 78 fois, ce qui justifie que je les ai mis en lien (colonne de droite: commentaires sur 5 billets différents et en venant au moins 2 jours différents). Seulement 4 de ces blogueurs multirécidivistes (à 69, ils totalisent 1340 commentaires, dont 566 rien que par les 10 plus prolixes) ne sont plus guère vaillants en 2008. En juillet 2007, ma liste de liens de blogs comportait une quinzaine d'items, elle s'est allongée peu à peu. Il peut s'écouler seulement quelques jours comme de longs mois avant qu'arrive le "fameux" 5ème commentaire catalyseur. Ensuite, je les visite régulièrement et c'est en général réciproque (au moins une fois par mois). Je repasse chez chacun à son tour, et y laisse un commentaire lorsque un de leurs nouveaux billets m'inspire: échange de bons procédés... S'ils cessent d'être actifs, j'en tiens compte. 
J'en arrive en dernier à ce que j'appelle la "prospection".
Comment se fait-il que près d'une vingtaine de nouvelles personnes par mois découvrent mon blog, me demanderez-vous? Bien entendu, cela fait longtemps que j'ai compris qu'elles arrivaient rarement par hasard, et en tout cas ne revenaient pas si le commentaire fait n'était pas rendu (je parle de celles qui indiquent leur propre blog). Evidemment, j'ai parfois tendance à trouver que ce résultat (entre 15 et 20 nouveaux commentateurs par mois, dont quelques-uns se fidéliseront alors que d'autres ne récidiveront pas) ne récompense pas assez mes efforts. C'est bien simple, depuis mes débuts de blogueuse, je m'astreins à en visiter chaque semaine de nouveaux (tous les jours, j'en cherche 6 qui ne m'ont pas encore fait de commentaire). Entre janvier et fin avril 2007, j'en avais visité 360 (dont 20 deux fois). A partir de mai 2007, j'ai commencé à retourner voir un de ceux-ci (parmi mes 6 "prospects" du jour), puis je suis passé à deux en novembre. Je vais monter à 3 en juin 2008, car il y en a certains que je n'ai plus visités depuis un an! Ce que je peux rajouter comme précisions (statistiques) sur les 360 de mes débuts ci-dessus, que j'ai tous visités et revisités ou essayé de revisiter, c'est que mes efforts ont été fructueux pour 40 d'entre eux (qui m'ont fait au minimum 1 commentaire). Mais pour les autres, au moins 75 de ces "vieux" blogs ont aujourd'hui disparu ou ont cessé d'être actifs.
Mes petits pointages et croisements me montrent également que plus de 120 des quelque 170 blogs commentateurs avaient été visités par moi auparavant. Le "rendement" (quel concept affreux!) est cependant faible, puisque c'est bien un total de plus de 1200 (mille deux cents) blogs différents que j'ai parcourus depuis mes débuts. 
Je pense tout de même que la "notoriété" est cumulative sur la durée d'activité d'un blog. Certains blogueurs arrivent maintenant chez moi par le biais d'un de mes commentaire laissé chez un autre. Et, en cherchant "dasola" sur Google, j'obtiens dorénavant plus de 300 résultats (je parle des vrais résultats en allant jusqu'à la dernière occurrence (page) unique possible, pas du nombre "brut" de je ne sais combien de milliers qui, là encore, ne veut strictement rien dire).
Pour finir, je reviens sur une remarque que j'ai déjà faite précédemment: c'est fou le nombre de blogs que l'on voit tomber à l'abandon sans savoir pourquoi (alors qu'un blog ne conserve d'intérêt que pour autant qu'il soit alimenté régulièrement). Si jamais je suspendais le mien, par manque d'inspiration, ou par manque de l'aiguillon qui me pousse à le continuer, je pense que, moi, je m'en expliquerai au moins auprès de mes lecteurs. Mais, je vous rassure, ce n'est pas à l'ordre du jour!
PS
: les quelques chiffrages de ce billet sont l'oeuvre de mon ami, qu'il en soit remercié.