Je viens de voir Mariage à l'italienne de Vittorio de Sica qui ressort à Paris dans une très belle copie restaurée de 2002. Le film date de 1964. C'est l'adaptation d'une pièce de théâtre d'Eduardo de Filippo (qui était aussi acteur). L'histoire se passe à Naples et dans sa région. Domenico Soriano (Marcello Mastroianni) est un fabriquant de pâtisserie (il a aussi un magasin). Célibataire, il va régulièrement dans les "maisons closes". C'est là qu'en 1943, à l'occasion d'un bombardement, il rencontre Filomena Marturino (Sofia Loren) âgée de 17 ans. Elle tombe amoureuse de lui, mais lui pas vraiment. Ce que je décris est un des "flash-back" du film. L'histoire se déroule sur presque 22 ans pendant lesquels Domenico (Domi) et Filomena se retrouvent régulièrement. Filomena étant une prostituée, il ne peut envisager de l'épouser. Quand le film commence (nous sommes en 1964), Filomena, habillée en noir très "veuve italienne", est à l'article de la mort. Domenico est mis au courant et accourt à son chevet alors qu'il est (enfin) prêt à se marier avec une jeunesse de 20 ans, la énième caissière qui travaille dans son magasin. Un prêtre est appelé pour unir Domenico et Filomena avant qu'elle ne passe de vie à trépas. Et miracle, cette cérémonie permet à Filomena de ressusciter. Rusée, c'est le seul stratagème qu'elle a trouvé pour ne plus être séparée de Domenico. Celui-ci, vert de rage, veut faire annuler tout de suite ce mariage (en 1964, le divorce est interdit en Italie). Mais Filomena a plus d'un tour dans son sac:  par exemple, dans le fil du récit, elle annonce qu'elle a trois fils dont elle a tu l'existence à Domenico et elle lui révèle qu'il est le père de l'un des trois. Lequel est-ce? Ce Mariage à l'italienne permet de réunir l'un des couples (à l'écran) les plus connus du cinéma mondial: Loren et Mastroianni. La Loren, 30 ans à l'époque, est sublime de beauté. Film plaisant d'un grand réalisateur italien (Le voleur de bicyclette et Le jardin des Finzi-Contini [cf. mon billet du 23/07/2007]) qui dédie le film à Titina de Filippo (soeur d'Eduardo).