mercredi 7 janvier 2009

Le meilleur et le pire de 2008 (mon cinéma)

En ce début d'année 2009, je récapitule (de mémoire!) ce que je retiens avant tout de l'année cinéphilique 2008 (la mise en ligne de son "Top 10" est un point de passage obligé des blogs "cinéma", semble-t-il). Je vais procéder un peu différemment car j'ai trouvé que c'est surtout la prestation des acteurs (actrices), qui ont eu la part belle en 2008 grâce à des rôles que j'ai trouvés marquants, étonnants, émouvants, inquiétants, qui est à retenir. Quelques-un(e)s étaient souvent peu ou pas connus à ce jour, j'espère que cela va changer. Ils (elles) le méritent. Je commence donc par une liste où des acteurs sont inscrits sans ordre de préférence mais plutôt comme ils me sont venus à l'esprit à un instant donné.

Yolande Moreau dans Séraphine et Louise-Michel
Bouli Lanners dans Eldorado et Louise-Michel
Vincent Cassel qui interprète avec brio Mesrine dans le diptyque de Richet (L'instinct de mort, et L'ennemi public n°1 [chronique groupée le 31/01/2009])
Daniel Day Lewis dans There will be blood
Javier Bardem dans No country for old men (son rôle m'a paru moins intéressant dans Vicki Christina Barcelona)
Richard Jenkins dans The visitor
Hiam Abbas dans Les Citronniers et The visitor
Catherine Frot dans L'empreinte de l'ange (chronique groupée le 31/01/2009) et Le crime est notre affaire (
et dans La dilettante revu en DVD)
Heath Ledger qui est LA raison d'aller voir The Dark Knight
Martina Gusman dans Leonera
Arta Dobroshi dans Le Silence de Lorna
Tous les jeunes d'Entre les murs
Vincent Lindon et Diane Kruger dans Pour elle (chroniqué le 15/01/2009)

Monica Bleibtreu et Hannah Herzsprung dans Vier Minuten (Quatre minutes)
Kirston Wareing dans It's a free world
Les 5 actrices dont Marcia Gay Harden et Toni Colette dans The Dead girl
J'ajouterai Bombon le chien et son maître (Juan Villegas) dans Bombon El Perro que j'ai revu avec un grand plaisir en DVD.

Voici maintenant ma liste de mes dix films préférés:

There will be blood de Paul Thomas Anderson: en ce qui me concerne, une révélation. La photo, la réalisation, le scénario. Rien à redire, le grand film de l'année 2008.
My father, my Lord de David Volach (le 1er film de ce réalisateur qui a aussi écrit le scénario): très grand film.
The visitor de Thomas Mc Carthy: après The Station Agent, une nouvelle réussite.
Les citronniers d'Eran Riklis, ou comment des citronniers peuvent provoquer des remous politiques.
Entre les murs de Laurent Cantet: Palme d'or cannoise amplement méritée (et non une Palmette comme je l'ai entendu dire méchamment à la radio).
Hunger de Steve McQueen: une épreuve (de mauvais goût pour certains) transcendée par un beau travail sur la photo. Le chef op' mérite l'Oscar.
No country for old men de Joel et Ethan Coen: dans la lignée de Blood simple, Miller's Crossing ou Barton Fink, un film noir et violent mais non dénué d'humour.
Louise-Michel de Benoît Delepine et Gustave Kervern: film dérangeant et déjanté, à l'humour noir, mais qui vaut la peine d'être vu.
Leonera de Pablo Trapero: beau portrait de femme.
L'instinct de mort (Mesrine 1ère partie) de Jean-François Richet, où Vincent Cassel crève l'écran et Richet démontre qu'il n'a rien à envier aux Américains.

Parmi ce que j'ai le moins aimé pour ne pas dire détesté mais je ne dirai rien de plus:

Bienvenue chez les ch'tis
Mamma Mia
Enfin veuve!
Le prix de la loyauté
Luther
(chronique groupée le 31/01/2009)

Pour conclure, l'année 2008 ne fut pas un grand cru mais dans l'ensemble, le bilan est très honorable. Je souhaite que 2009 soit au moins aussi bonne.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :