Comme Anne Gavalda le dit sur le bandeau du roman, Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates écrit en 2007 par deux Américaines, Mary Ann Shaffer (ancienne bibliothécaire décédée en février 2008), et sa nièce, Annie Barrows, est un roman épistolaire délicieux. Je l'ai lu en un week-end (entre deux tranches de L'Icône: cela a remonté le niveau de qualité de mes lectures). L'histoire se passe entre janvier et septembre 1946 à Londres et à Guernesey. La deuxième guerre mondiale vient à peine de s'achever mais les séquelles sont présentes avec l'utilisation des tickets de rationnement et les traces de bombardements encore visibles. D'ailleurs l'héroïne du roman, Juliet Ashton, 32 ans et encore célibataire, a eu son appartement soufflé par une bombe avec tous ses livres à l'intérieur. Elle est en train de connaître une certaine célébrité grâce à des chroniques écrites pendant la guerre et qui viennent d'être réunies pour être publiées dans un recueil. Parce qu'un certain Mr Dawsey Adams lui écrit de Guernesey (il possède un livre qui avait appartenu à Juliet et qu'elle avait vendu), nous faisons ainsi connaissance de quelques habitants de Guernesey ayant fait partie durant la guerre des "amateurs de littérature et de tourte d'épluchures de patates de Guernesey". Ces amateurs se sont trouvés à appartenir à ce groupe grâce à un cochon rôti qui a échappé à la vigilance des allemands. Tour à tour, les membres de ce groupe écrivent et/ou répondent à Juliet sur ce qui s'est passé sur cette île entre 1941 et 1945. Tous ces personnages sont haut en couleur et ont des caractères bien trempés, surtout les femmes, dont une qui a été à l'origine de ce cercle mais de laquelle personne n'a plus aucune nouvelle. Juliet, elle, se trouve devant un dilemme cornélien concernant son avenir: rester à Londres parce qu'un homme riche dont elle vient juste de faire connaissance veut l'épouser à tout prix; ou alors, partir et peut-être s'installer à Guernesey. Par ce roman, j'ai appris que les habitants des îles Anglo-normandes ont souffert comme tout le monde, pendant cette époque, des privations et de l'occupation allemande. Ces îles furent des avant-postes de l'armée allemande. Et après avoir terminé ce roman, j'ai eu envie d'aller faire un tour à Guernesey pour voir si les habitants sont aussi attachants que ceux du roman. Le fait que l'histoire soit écrite par lettres lui donne une grande dynamique. L'histoire aurait été différente si elle s'était passée de nos jours avec le téléphone portable et les SMS. Je ne suis pas sûre que cette histoire m'aurait autant plu. Sur les blogs, je n'ai lu que des bonnes critiques de ce roman, c'est justifié.