dimanche 5 juillet 2009

Amerrika - Cherien Dabis

J'ai vu Amerrika dans une salle qui a applaudi à la fin. Cherien Dabis, réalisatrice jordano-américaine, a réalisé un film chaleureux, presque un conte de fées. Et par les temps qui courent, cela fait du bien. Une Palestinienne, Mouna, mère divorcée (son mari l'a quitté plusieurs années auparavant parce qu'il en a trouvé une plus mince), employée de banque, et son fils, Fadi, âgé de 16 ans, décident de quitter les territoires de Cisjordanie pour les Etats-Unis. En effet, ils ont enfin reçu un visa pour l'Amérique, plusieurs années après en avoir fait la demande. Rien ne retient Mouna et Fadi en Palestine, où la construction du mur qui entoure les territoires occupés, ainsi que les contrôles permanents, rendent leur quotidien difficile. La mère de Mouna qui vivait chez sa fille va partir habiter chez son fils. Néanmoins, dès leur arrivée à l'aéroport à Chicago, les choses commencent mal: les services de l'immigration et des douanes les retiennent trois heures, on fouille tous leurs bagages dont une grosse boîte de biscuit qui est confisquée sans que Mouna fasse attention à cet incident. Ils sont accueillis par Raghda, la soeur de Mouna, le mari de celle-ci et leur trois filles (ils vivent aux Etats-Unis depuis 15 ans). Mouna et Fadi vont loger chez eux en attendant. C'est là que Mouna constate la disparition de la boîte de biscuits dans laquelle elle avait dissimulé toutes ses économies: 2500 dollars. Puis, malgré son expérience professionnelle, Mouna ne trouve qu'un emploi de serveuse dans un fast-food. Mais elle fait croire à sa famille (par fierté) qu'elle travaille dans la banque attenante. Fadi, lui, est en butte à la méchanceté de ses nouveaux camarades qui le traitent de terroriste. Nous sommes en 2003: les USA sont en guerre avec l'Irak. Par ailleurs, le mari de Raghda, Nabil, qui est médecin, perd peu à peu ses clients. Mouna, à l'énergie débordante, ne se laisse abattre. Le fait que le personnage principal du film soit une femme est important. Mouna veut s'en sortir et on y croit. Je voulais finir en disant que les comédiens sont tous formidables, dont Nisreen Faour qui interprète Mouna. Et c'est toujours un plaisir de retrouver Hiam Abbass qui joue le rôle de la soeur, Raghda. Enfin, j'ai appris quelque chose. A un moment donné, Mouna demande à son jeune collègue du "fast food" son prénom. Il répond "Matt". Mouna dit que cela veut dire "mort" en arabe comme dans l'expression "shâh mat", "le roi est mort", d'où "échec et mat" pour le jeu d'échecs. Un de mes prochains billets sera consacré à Jaffa, également réalisé par une femme, Keren Yedaya, une réalisatrice israélienne [chroniqué le 13/07/2009].

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,