C'est le premier film que je voyais d'Albert Dupontel réalisateur. Le Vilain est moyennement méchant et pas très bête (enfin, il y a quand même une tortue, deux chats et un chien qui jouent des rôles essentiels - surtout la tortue). Dans une petite ville indéterminée, "le Vilain" (Albert Dupontel) est en train de se faire tirer dessus par des hommes invisibles dans une fourgonnette toute noire. Après avoir reçu une balle dans l'épaule, il se rappelle tout à coup qu'il a une famille pas loin et il se retrouve chez sa mère (Catherine Frot) qui vit dans un pavillon. Il ne l'avait pas vue depuis 20 ans. La mère se rend compte que si elle est toujours en vie et jamais malade (Dieu ne veut pas d'elle), c'est qu'elle a mis au monde un garçon peu recommandable. Elle voudrait qu'il se rachète en faisant une bonne action alors que le Vilain, lui, veut éliminer sa vieille maman. Cette dernière a aussi maille à partir avec un promoteur immobilier (Bouli Lanners) qui ne cesse de la harceler pour qu'elle vende son pavillon comme ses voisins: il veut tout raser et reconstruire. Bien entendu, on peut deviner un peu à l'avance que la mère arrivera à convaincre son fiston de se débarrasser du promoteur. L'histoire (scénaristiquement parlant) est composée d'une suite de scènes qui m'ont parfois fait sourire (mais pas plus). En revanche, Catherine Frot avec sa perruque de cheveux blancs est très bien. J'ai eu du mal à reconnaître Bouli Lanners avec son catogan et ses lunettes noire. Et en définitive, je préfère Albert Dupontel acteur plutôt que réalisateur.