mardi 7 septembre 2010

Suite(s) impériale(s) - Bret Easton Ellis

Après quelques hésitations, je me suis laissée tenter par la lecture de quelques romans de la rentrée littéraire.

Je commence par Suite(s) Impériale(s), le roman de Bret Easton Ellis, qui écrit relativement peu. Son précédent roman Lunar Park date de 2005. Dans Suite(s) impériale(s) (paru aux Editions Robert Laffont), Bret Easton Ellis nous fait retrouver certains personnages de Moins que zéro, 25 ans après. Clay, le narrateur qui est écrivain/scénariste, financièrement aisé, vit en alternance entre New York et Los Angeles. En l'occurrence, une grande partie de l'histoire se passe à Los Angeles, dans l'appartement 1508 d'une résidence. Je dirai tout de suite que le roman se lit assez vite: le texte de 217 pages est découpé en paragraphes plus ou moins longs avec une grosse police de caractère. En revanche, je trouve difficile de parler de l'histoire qui est ramassée mais superficielle avec des personnages assez creux, tout comme l'existence qu'ils mènent dans leur monde de faux-semblant, de violence (meurtres et "snuff movies") où la jalousie est le sentiment dominant (plusieurs personnages dont Clay se disputent la même fille, Rain Turner, actrice en herbe et prostituée à l'occasion). La drogue et l'alcool rythment aussi leur vie et le sexe n'est pas en reste. Ils roulent en BMW. J'ai noté l'importance des SMS que les personnages s'envoient continuellement. Clay évolue dans un monde qui ne m'attire pas du tout. Cet être désabusé n'est pas vraiment plus sympathique que les personnages qu'il cotoie. La dernière phrase est terrible: "... je n'ai jamais aimé personne et j'ai peur des gens." J'ai cru jusqu'au bout que ce texte était un scénario qu'il écrivait, "une histoire dans l'histoire". Il semble que je me sois trompée. A vous de juger.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,