samedi 11 septembre 2010

Des hommes et des dieux - Xavier Beauvois

Avant de reparler littérature, je voulais faire un billet sur un film sorti de cette semaine et qui été un événement au dernier festival de Cannes où il a reçu le Grand Prix, le prix du jury oecuménique et le prix de l'éducation nationale. Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois n'est pas du tout un film austère ni ennuyeux, bien au contraire. J'étais émue en sortant de la salle. L'histoire se passe dans les années 1990 en Algérie, plus précisément dans un monastère des montagnes de l'Atlas. Là, vivent 8 moines (et à la fin, un 9ème se joint à eux), en harmonie avec les villageois musulmans du hameau voisin. Ils subsistent grâce à leur récolte du jardin, aux revenus de la vente du miel, et ils rendent service. Ils sont aimés et respectés. Frère Luc, par exemple, qui est médecin, soigne les femmes et les enfants. Pendant des séquences plus ou moins longues, Xavier Beauvois nous fait ressentir le quotidien de ces moines dont la vie est réglée en fonction de la prière, du chant, du recueillement, du silence, de la lecture et des repas pris en commun. Il y a relativement peu de dialogues si ce n'est quand les moines se réunissent pour évoquer le danger qui les menace, en la personne d'un groupe islamiste qui sème la terreur dans la région: des Européens sont massacrés. Faut-il partir ou rester? Certains ont des doutes. Ils ne veulent pas être des victimes expiatoires. C'est un très beau film avec des acteurs habités (plus ou moins connus comme Michael Lonsdale, Lambert Wilson, Philippe Laudenbach, Olivier Rabourdin, Olivier Perrier). Je ne sais pas s'il faut être croyant ou non pour aimer ce film. Il ne délivre aucun message. Je pense qu'il peut parler à beaucoup de gens car il s'agit de l'histoire d'hommes simples vivant dans l'amour de Dieu, pris dans la tourmente d'une situation politique et religieuse compliquée. Avant l'enlèvement de sept d'entre eux et leur fin que l'on sait tragique, des notes d'humour émaillent l'histoire comme celle où, un jour, Frère Luc (Michael Lonsdale), n'ayant pas compris un prêche du "prieur" Frère Christian (Lambert Wilson), se fait rabrouer par Frère Christophe (Olivier Rabourdin) qui lui dit "Va te faire f....". La réplique est assez étonnante. Je conseille vivement Des hommes et des dieux qui devrait être en tête des nominations aux prochains Césars. Après Selon Matthieu et Le petit lieutenant, Xavier Beauvois est vraiment un réalisateur passionnant.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,