jeudi 7 octobre 2010

Joseph et la fille - Xavier de Choudens / Un poison violent - Katell Quillévéré / Crime d'amour - Alain Corneau

Comme annoncé à la fin de mon billet du 19/09/10, voici un billet concernant trois films français très différents. Je les ai vus, il y a plus d'un mois, je n'avais pas encore eu le temps de les chroniquer. Voici qui est fait.

Le premier film, Joseph et la fille, est raté malgré une intrigue originale. J'y avais été pour Jacques Dutronc que l'on voit trop rarement sur nos écrans. Il joue le rôle d'un cambrioleur tout juste sorti de prison qui prépare son dernier "gros coup", dont l'idée vient d'un co-détenu (décédé). C'est la fille de ce dernier, Julie (Hafsia Herzi), qui va devenir sa complice. Ils sont poursuivis par des malfrats qui aimeraient bien être dans le coup, en l'occurrence s'emparer de la recette d'un casino. Tout le film en clair-obscur baigne dans une lumière bleutée et le son est très travaillé (et pour cause - vous verrez...). Le film aurait pu être beaucoup mieux avec des personnages plus fouillés.

Le deuxième, Poison violent, le premier film d'une jeune réalisatrice, a reçu de très bonnes critiques (et le prix Jean Vigo 2010), et semble avoir trouvé son public. Il s'agit du portrait d'une adolescente confrontée en même temps à la séparation de ses parents, à ses premiers flirt et baiser, et au décès de son grand-père (qui lui demande quelque chose de très intime peu de temps avant), le tout baigné dans une atmosphère où la religion et l'église sont omniprésentes. C'est un film qui personnellement m'a laissée perplexe, il "ne me parle pas". Je le regrette d'autant plus que la jeune actrice (Clara Augarde), très bien, donne la réplique à Lio qui joue sa mère et à Michel Galabru qui interprète un grand-père attendrissant mais coquin. 

Quant au troisième, Crime d'amour du regretté Alain Corneau, je l'ai trouvé bancal (un des deux personnages principaux disparaît trop vite). Il s'agit d'un scénario original et cela se sent dans la deuxième partie du film où le spectateur voit une mécanique bien huilée dans laquelle le réalisateur nous entraîne. De temps en temps, on nous donne des indices pour que l'on ne perde pas le fil et on croit deviner ce qui se passe avant les enquêteurs, car il s'agit d'une histoire policière avec une meurtrière, Isabelle, et sa victime, Christine, morte poignardée. De son vivant, Christine fut un bourreau pour Isabelle, jeune femme maniaque de l'ordre et de la propreté. Christine était la supérieure hiérarchique d'Isabelle dans une grande multinationale. Elle l'a manipulée. Leur relation très ambiguë ne pouvait que mal se terminer. Je retiens de ce film la très belle musique. En revanche, l'un des problèmes de Crime d'amour réside dans l'interprétation mécanique de Ludivine Sagnier qui n'a pas de charisme. Elle joue un rôle qui demanderait plus de personnalité. En ce qui concerne Kristin Scott Thomas, elle est odieuse à souhait.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,