Rosa Candida de la romancière Audur Ava Olafsdottir (Edition Zulma) est un de ces romans de la rentrée que je vous recommande plus que chaudement. Je qualifierais l'histoire d'attendrissante sans être mièvre. C'est un livre lumineux comme l'écrit justement Cathulu. Il y est question de cultiver des roses à l'ombre d'un monastère dans un pays non défini. Le héros/narrateur est un jeune Islandais rouquin de 22 ans, Arnljotur (Lobbi). Bien que très doué pour des études qu'il aurait pu continuer, il décide de quitter l'Islande pour s'occuper d'une roseraie. Ce qui l'amène à prendre l'avion avec peu de bagages mais beaucoup de boutures de roses dont celle appelée "rosa candida". Il laisse derrière lui son vieux père de 77 ans et son frère Joseph qui est autiste. La maman est morte dans un accident de voiture peu de temps auparavant. Dans une de ses poches, Arnljotur garde précieusement le portrait de sa petite fille, Flora Sol, âgée alors de 6 mois et demi, qui vit chez la maman, Anna, étudiante en génétique. Flora Sol fut conçue lors d'une relation éphémère d'une demi-nuit dans une serre. Deux mois après son installation près des moines dont l'un est cinéphile (il regarde un classique en cassette tous les soirs), Arnljotur va recueillir dans son logement Anna et Flora Sol, maintenant âgée de 9 mois. Je vous laisse découvrir la fin. C'est un roman apaisant et apaisé qui fait du bien.

Tulisquoi et Kathel en disent aussi beaucoup de bien.