J'ai vu ce très beau film mardi 12 octobre, la veille de sa sortie, en avant-première. A l'issue de la projection, le réalisateur, la romancière et la jeune fille qui interprète Sarah jeune ont répondu à des questions. Je n'ai rien à en dire de spécial, si ce n'est que beaucoup de spectateurs avaient lu le roman.

Le film est une adaptation du roman qui porte le même titre, Elle s'appelait Sarah, de Tatiana de Rosnay. Je ne l'ai pas lu mais j'en ai entendu et lu du bien (et parfois du moins bien) autour de moi et sur les blogs. Sarah vit avec son petit frère Michel et ses parents, juifs polonais, dans un appartement dans le quartier du Marais à Paris Nous sommes le 16 juillet 1942. Sarah et ses parents sont arrêtés. Michel, caché dans un placard fermé à clé (grâce à la présence d'esprit de Sarah), échappe à la rafle qui mènera les parents directement à la chambre à gaz à Auschwitz. En 2009, Julia Armond, une journaliste américaine installée en France depuis plus de 20 ans, fait une enquête sur la rafle du Vel d'hiv. Par un concours de circonstances liées à sa belle-famille, elle découvre l'existence de Sarah et cherche à savoir ce qu'elle est devenue elle ainsi que son frère. Le film alterne les deux époques habilement. L'histoire, très émouvante, ne sombre pas dans le larmoyant et les effets faciles. Les acteurs y sont pour beaucoup, Kristin Scott Thomas en tête. La jeune Mélusine Mayance qui joue Sarah est une révélation. C'est une film de facture classique et modeste. Je ne comparerai pas ce film avec celui de Roselyne Bosch La rafle (que je n'ai pas vu). J'espère que le public sera au rendez-vous car le film évoque une page très sombre de notre histoire où la police française n'a pas eu le beau rôle. Seul un gendarme montre de la compassion pour Sarah et une camarade (je vous laisse découvrir ce qu'il fait).
Pendant le débat, Tatiana de Rosnay nous a dit qu'elle n'avait jamais entendu parler du camp de Beaune-La Rolande dans le Loiret (jusqu'à ce qu'elle fasse des recherches pour son roman). J'ai été assez étonnée car ce camp d'internement est presque aussi tristement célèbre que celui de Drancy et de Pithiviers. C'est là qu'ont été emmenés les Juifs pris dans la rafle du Vel d'Hiv avant leur transfert pour Auschwitz en 1942.