Pour une fois, je vais parler d'un "vieux" film (ressorti dans une salle à Paris), Le manteau (Il cappotto), tourné en 1952 et réalisé par Alberto Lattuada. Il s'agit d'une adaptation de la nouvelle de Nicolas Gogol qui porte le même titre. C'est une histoire très triste d'un homme, employé de mairie, habillé d'un manteau tout rapiécé avec un gros trou en haut du dos. Il est la risée de ses collègues et le souffre-douleur de son supérieur hiérarchique. Il fait froid dans l'Italie du nord en plein hiver. Carmine (tel est son prénom) se réchauffe les mains aux naseaux d'un cheval sur le chemin de son travail. Comme Carmine a une belle écriture et forme bien ses lettres, on lui demande, un jour, de prendre des notes à l'occasion de l'inauguration d'un chantier de construction. Malheureusement, le résultat est désastreux et Carmine est renvoyé avec son manteau troué. Je ne vous raconterai pas comment il réussit à se faire faire un nouveau manteau. Mais je vous dirai qu'il se le fait voler peu de temps après, la nuit sur un pont désert. Le désespoir de cet homme émeut. A la fin, son fantôme revient hanter les vivants. Le film vaut vraiment la peine d'être vu pour l'acteur principal, Renato Rascel (que j'ai découvert dans ce film; il fut surnommé le "Charlot italien"), et pour l'histoire elle-même. Quelques scènes sont marquantes comme celle entre le tailleur et Carmine, ou bien celle du corbillard de Carmine qui dérange une cérémonie présidée par le maire de la ville. A noter qu'Antonella Lualdi, toute jeunette, apparaît dans deux scènes muettes pendant lesquelles elle embrasse un partenaire.