P1020557

Dès que je l'ai vu, je me suis précipitée sur la 4ème de couv' pour me donner une idée de l'histoire et je l'ai acheté. Je ne l'ai pas regretté. Le Chinois d'Henning Mankell est un polar haletant qui commence et se termine en Suède après s'être déroulé en Chine (à Pékin), en Afrique et à Londres. En janvier 2006, au nord de la Suède, 19 personnes d'un même village sont sauvagement assassinées. Sur place, on trouve un bandeau de soie rouge. Un Suédois est arrêté, il se suicide en prison, fin de l'affaire. Et bien non, c'est là que l'histoire commence vraiment. Une juge d'instruction de Stockholm, Birgitta Roslin, parente éloignée de deux des victimes, décide de mener une enquête parallèle qui la mènera jusqu'à Pékin. On comprend que ce massacre a des origines anciennes qui nous fait remonter 140 ans en arrière, au temps où des Chinois furent enlevés à Canton et se retrouvèrent à travailler à la construction du chemin de fer aux Etats-Unis dans des conditions épouvantables. Ce roman est aussi l'occasion pour Henning Mankell d'évoquer la Chine d'aujourd'hui avec la richesse cotoyant la pauvreté, et où des hommes d'affaires peu scrupuleux éliminent tout ce qui les gênent. On fait en particulier la connaissance d'un Chinois, Yan Sa, homme dangereux et psychopathe, et de sa soeur, Hong, plus intègre. Je ne vous dévoilerai pas plus de l'intrigue mais je vous recommande chaudement ce roman de 550 pages (Edition du Seuil) qui se lit d'une traite. A noter que l'intrigue est moins complexe, moins fouillée que la série des "Wallander" mais c'est très bien quand même. Voir dans l'Index mes billets précédents sur trois livres du même auteur.