P1020801

Je le dis tout de suite, Le mystère Sherlock (Editions Buchet Chastel, 325 pages) est un roman complètement loufoque, qui m'a moins fait rire que Série Z du même écrivain, mais m'a procuré quand même un bon moment de lecture. L'histoire s'apparente à un pastiche rendant hommage à Sherlock Holmes, personnage réel ou imaginaire, et à Agatha Christie et à son roman Dix petits nègres. En Suisse, en 2011, 10 personnes dont des universitaires sont réunies à l'hôtel Baker Street, près des chutes de Reichenbach, cadre de l'affrontement final Holmes/Moriarty. A l'issue de ce colloque, l'un d'entre eux doit être nommé (par le professeur Bobo -"le Jeanne Calment des amphis"- à la chaire très convoitée d'holmesologie de la Sorbonne (la première du genre)). Dès le début, on sait que ces 10 personnes vont devenir 10 cadavres alignés dans la chambre froide de l'hôtel. Parmi les 10, la narratrice, journaliste camouflée en bonne à tout faire dans cet hôtel. L'histoire très bien construite est pleine de rebondissements. C'est macabre sans tomber dans le sordide car les situations et les descriptions sont bourrées d'humour. L'écriture de J. M. Erre est un atout majeur de ce roman. On sent qu'il s'est beaucoup amusé à l'écrire. C'est beaucoup de travail, mais je voudrais lui conseiller de faire attention car on arrive à se lasser un peu de ces jeux sur les mots pendant tout un roman. En décrivant le professeur Bobo par exemple: "...chacun put admirer sa peau toutânkhamonesque, sa lèvre bubonique, ses yeux grumeleux, ... ", "...à l'unanimité, c'est un débris". Je vous laisse découvrir dans l'épilogue qui va réussir à obtenir la chaire universitaire. Il n'y a pas besoin de connaître l'oeuvre de Conan Doyle pour apprécier ce roman. Voir le billet de Keisha.