Voici deux films à voir éventuellement, plus un, le film chinois, à voir absolument.

J'ai hésité à voir J. Edgar réalisé par Clint Eastwood, n'étant pas une fan de Leonardo di Caprio. Je dirais que je ne me suis pas ennuyée. Peut-être m'attendais-je à autre chose de la part du réalisateur et j'avais gardé en mémoire le roman passionnant de Marc Dugain, La malédiction d'Edgar. Le film retrace une grande partie de la vie d'Edgar J. Hoover qui fut le premier directeur redouté du FBI pendant 48 ans. Eastwood s'attache à Hoover, homme colérique mais peu sûr de lui, ayant élevé été par une mère dominatrice. Le noyau central de l'histoire se rapporte à l'enlèvement du fils de Charles Lindberg, à son assassinat et à l'arrestation du coupable quelques années plus tard. La période "Kennedy" est peu évoquée (à la différence du livre de Dugain). J'ai été particulièrement intéressée par le personnage de sa secrétaire (qu'il a même voulu épouser) et qui lui est restée fidèle jusqu'au bout. On les voit vieillir ensemble. C'est une histoire sur le temps qui passe, et Leonardo di Caprio est vraiment bien.

La dame en noir de James Watkins constitue un bon film de genre (hommage au cinéma britannique des années 50) avec du suspense, une atmosphère angoissante, une maison victorienne perdue au milieu de nulle part, quelque part en Angleterre, des morts tragiques d'enfants, un clerc de notaire (Daniel Radcliffe), veuf et père de famille, une femme avec un voile noire sur la tête qui a des pouvoirs maléfiques, une épouse à moitié folle suite à la mort de son fils, des villageois peu accueillants. Les spectateurs dont je faisais partie ont souvent sursauté. Je ne m'attendais à rien de particulier, j'ai été agréablement surprise surtout que la fin (que je ne vous révèlerai pas) est inattendue. Daniel Radcliffe ne s'en tire pas trop mal.

J'ai gardé le meilleur (selon moi) pour la fin:

Apart Together (Ensemble, Séparé) du réalisateur chinois Wong Quan'an est une histoire qui se déroule en 2005 à Shanghaï. Les relations diplomatiques entre la Chine et Taïwan s'étant améliorées, des habitants de Taïwan peuvent rendre visite à leur famille restée en Chine. On assiste aux retrouvailles de Liu et Qiao séparés depuis plus de 50 ans. Liu, soldat dans l'armée nationaliste, avait abandonné Qiao, enceinte (elle a eu un garçon). La vie a continé. Qiao s'est remariée à Lu et a eu deux filles. Veuf de sa seconde épouse, Liu compte bien repartir avec Qiao et refaire sa vie avec elle à Taïwan. Bien entendu, ce projet ne pourra aboutir car le passé est le passé. Le réalisateur montre bien le changement de la Chine moderne (surtout à Shanghaï), les vieilles maisons qui disparaissent pour laisser place à des buildings, les liens qui se relâchent dans les familles, mais cela n'empêche pas le trio formé par Lu, Liu et Qiao de chantonner de vieilles chansons de leur jeunesse dans une séquence touchante. Il est dommage que ce film n'ait pas bénéficié d'une plus grande audience. Un très beau film.