Voici un billet sur un des deux films américains vus coup sur coup que je ne conseillerais pas pour un jeune public bien qu'ils soient plutôt réjouissants (la chronique du second est à venir) [chroniqué le 30/10/2012].

A condition de faire abstraction de l'humour gras qui ponctue le film (personnellement, ça ne me fait pas rire), Ted de Seth MacFarlane est un film plutôt drôle dont le héros est un nounours en peluche qui pète, jure, drague (et plus si affinités), fume (pas des cigarettes), sniffe à l'occasion, conduit (mal) une voiture, etc. A l'âge de 8 ans, Johnny, qui n'avait aucun copain, a fait un voeu pour que son ours (cadeau du Père Noël) devienne son meilleur ami. Le voeu s'est réalisé et Ted animé. 27 ans plus tard, John Bennett (Mark Walhberg) vit toujours avec son ours, exerce un boulot qui l'ennuie (dans un magasin de location de voitures) et connait une jolie histoire d'amour depuis 4 ans avec Lori (Mila Kunis). La cohabitation avec Ted perturbe la vie du couple. Je ne vous décrirai pas toutes les péripéties de l'histoire, dont des rencontres avec l'acteur qui jouait "Flash Gordon" dans les années 60 et avec un père et son fils qui n'ont de cesse de kidnapper Ted (car c'est un ours célèbre). Sinon, il y a une scène mémorable au cours de laquelle on assiste à un pugilat homérique entre Ted et John dans une chambre d'hôtel qui se trouve complétement dévastée. L'animation de l'ours Ted est remarquable, on en oublie presque que ce n'est qu'un ours en peluche (auquel on s'attache très vite malgré tous ses défauts). Les spectateurs ont applaudi à la fin de la projection. C'est vraiment un film à voir.