Voici deux romans dont une autobiographie fictive surprenante.

P1030420

Je commence par le roman de Michelle Richmond, Le carnet de la mathématicienne (Editions Buchet-Chastel, 400 pages). C'est le troisième roman de cet écrivain traduit en français et le premier que je lis. Ce roman m'a procuré un agréable moment de lecture. Il y est un peu question de mathématiques (surtout de la conjecture de Goldbach: "tout nombre entier pair supérieur à 3 peut s’écrire comme la somme de deux nombres premiers"). Mais il s'agit surtout de l'enquête que mène, 20 ans après, Ellie Enderlin (elle travaille comme goûteuse de café dans une grande entreprise caféière) sur la mort de sa soeur, Lila, jeune et brillante mathématicienne. Le corps de cette dernière fut découvert recouvert de feuilles dans un bois. Cette enquête fait suite à la rencontre d'Ellie (au Nicaragua) avec Peter McConnell, amant de la jeune morte et qui fut soupçonné d'être responsable de sa mort sans qu'il y ait eu de preuve tangible. C'est un roman très facile à lire, écrit à la première personne, Ellie étant la narratrice. L'écrivain nous tient en haleine jusqu'au bout. A ce jour, la conjecture de Goldbach fait partie des assertions mathématiques non démontrées.

 

P1030418

Maintenant, voici Autobiographie de la mort (Editions Rivages, 400 pages), un ouvrage étonnant dans lequel la mort en personne se confie à George Pendle (un jeune écrivain anglais né en 1976). La mort n'est ni plus ni moins que l'enfant de Satan et du Péché. Je rappellerais aux non-anglicistes que la mort est un mot masculin en anglais. J'avoue que le début de l'ouvrage m'a fait un peu peur, je trouvais que cela partait dans tous les sens, cela m'a paru un peu délirant; et puis, à partir du moment où la mort croise le chemin de Dieu, des prophètes, de l'Archange Gabriel et même des humains, je me suis beaucoup distrait en sa compagnie. Ce n'est pas une sinécure d'être monsieur la mort, surtout quand il décide de sauver la vie de certaines créatures ou quand il tombe amoureux d'une certaine Maud. Ce roman est assez caustique et irrévérencieux et souvent drôle ("very british"). Il ne faut pas oublier que sans la vie, la mort n'existerait pas et inversement. Je vous conseille cette lecture.