vendredi 30 août 2013

Prix du roman Fnac 2013

Hier soir, jeudi 29 août 2013, j'ai assisté à la remise du prix du roman Fnac qui se passait à Paris, au Théâtre du Châtelet, au 4ème étage dans un espace pas assez grand pour le grand nombre d'invités; mais il y avait une terrasse d'où l'on a une belle vue sur la Tour Saint-Jacques, le Théâtre de la Ville, les tours de Notre-Dame. Il a fallu attendre une heure un quart debout pour avoir le nom du gagnant (de la gagnante), Julie Bonnie, dont c'est le premier roman: Chambre 2 (Editions Belfond). Alexandre Beaupain a interprété deux chansons au piano, accompagné par une violoncelliste - j'avoue que je ne connais pas du tout cet artiste -. Tout de suite après, le nom de la lauréate a été annoncé par Claire Chazal. D'autres personnalités des média étaient présentes: Marc-Olivier Fogiel et Nicolas Demorand (il devait y en avoir d'autres). Tout ceci m'a paru trop "people" à mon goût, clinquant, très bruyant. Je m'attendais à autre chose pour une remise de prix littéraire, plus de simplicité, mais la lauréate était très très émue pendant son discours. L'histoire de son roman se passe dans une maternité avec les expériences que vivent plus ou moins bien les femmes devenues vulnérables après l'accouchement. Le roman semble assez autobiographique pour partie. En partant (j'ai quitté la cérémonie après avoir bu ma deuxième coupe de champagne), on avait droit au roman en version numérique ou papier. J'ai pris la version papier. Et un roman de plus dans ma PAL!

Voici quelques photos:

P1040457  La Seine et les Tours de Notre-Dame

P1040459 La Tour Saint-Jacques

P1040458  Théâtre de la Ville

P1040460 Le Tribunal de commerce

 

Je n'ai pas éprouvé le besoin de photographier Claire Chazal.

En revanche, voici la lauréate.

P1040477  P1040479

 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 août 2013

Elysium - Neil Blomkamp / Insaisissables - Louis Leterrier / Les flingueuses - Paul Feig

J'évoquais dans mon billet cinéma précédent le fait que le cinéma américain d'avant, c'était quand même autre chose surtout au vu de quelques productions américaines sorties cet été dont voici quelques exemples:

Elysium de Neill Blomkamp (District 9) se passe en 2154 (heureusement, je ne serai plus là pour le voir!). La terre est à l'agonie, la majorité de la population vit dans la misère, la pollution, le béton, ils ne peuvent plus se soigner. A Los Angeles, les "Latinos" sont majoritaires. Mais dans l'espace, pas très loin (18 minutes de navette), dans un engin spatial rond et transparent appelé "Elysium", vivent quelques humains privilégiés, en sécurité et en autarcie dans l'opulence et la verdure. De plus, ils possèdent, dans chaque maison, une machine qui est capable de guérir en 10 secondes n'importe quelle maladie. Tout ça pour dire que Matt Damon, irradié à mort sur son lieu de travail sur Terre, va tout faire pour partir sur Elysium. Face à lui, il a deux "très méchants": une femme, Delacourt (notez le nom français) interprétée par Jodie Foster (son rôle est odieux et elle veut devenir "calife à la place du calife"), et Kruger (notez le nom allemand) qui est le bras armé de Delacourt. Comme on est dans un film américain, les méchants sont punis et tous les terriens auront accès à Elysium (je vous passe les péripéties). Le scénario de District 9 du même réalisateur était plus original et nettement plus sombre, pessimiste. Matt Damon fait le minimum syndical. Vous pouvez attendre de le voir en DVD. Lire le billet nettement plus enthousiaste de Géraldine.

Insaisissables de Louis Leterrier raconte l'histoire de quatre illusionnistes qui se servent de leur talent pour dévaliser des banques. Ils semblent qu'ils obéissent à une cinquième personne dans l'ombre qu'ils n'ont jamais vue. Il y a de grands mouvements de caméra, des mouvements de foule, de l'esbroufe, du clinquant. Ca bouge beaucoup, je ne suis pas sûre d'avoir tout compris, si ce n'est que les personnages joués par Morgan Freeman et Michael Caine vont être les "dindons" de cette farce. Tout ça est creux et même pas drôle. Lire le billet d'Oriane pas très convaincue non plus. Captain Navarre est plus enthousiaste.

Je voudrais quand même terminer par un film très amusant (si, si), j'ai nommé Les flingueuses de Paul Feig qui réunit un duo de choc formé par Sarah Ashburn (Sandra Bullock) et Shannon Mullins (Melissa McCarthy), une "dodue harmonieuse" qui a une pêche d'enfer, un vocabulaire de charretier, une descente d'alcool assez remarquable, et une famille complètement "barje". Ashburn, agent du FBI à Chicago, est, elle, plutôt coincée, seule, intelligente, et a des problèmes relationnels avec ses collègues tous masculins. Mullins est simple agent de terrain. Elles se retrouvent à enquêter ensemble à Boston, là où travaille Mullins, sur un réseau de trafiquants de drogue. Ce n'est pas toujours très subtil mais j'ai passé un excellent moment et on rit bien. Lire le billet de ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 26 août 2013

La fabrique de crimes - Paul Féval / Tu peux crever! - Howard Fast

En ce dimanche pluvieux de 25 août 2013 pré-rentrée, je [ta d loi du cine] viens de m'avaler successivement ces deux livres, chinés cette semaine pour 2 euros chacun à Bécherel, village breton comportant une douzaine de libraires d'occasion (première cité du livre en France). Hé bien, c'est une expérience extraordinaire, et que je souhaite partager avec les lectrices et lecteurs de ce blog sur lequel il m'arrive parfois de squatter (au grand dam de ses statistiques de commentaires). En fait, je ne parlerai même que tout à fait accessoirement de l'intrigue de chacun des bouquins.

Quand, par la lecture du premier titre évoqué, vous vous êtes bien surexcité vos neurones jusqu'au paroxysme, et avant la "descente", plongez-vous donc (ou replongez-vous) ensuite dans un ce ces polars à l'ancienne (2ème moitié du XXème siècle), avec un héros ou une héroïne (honni soit qui mal y pense!) improbable mais "identifiant(e)" et pétillant(e) d'intelligence, une intrigue réglée comme du papier à musique (invraisemblable bien que plausible, si vous voyez ce que je veux dire), et beaucoup de dialogues "ping-pong". Je pense par exemple à Compartiment tueur (Sébastien Japrisot), ou même aux Agatha Christie avec Tuppence et Tommy, ou encore à du William Irish (que je découvrais il y a plus de 30 ans via le recueil de nouvelles Du crépuscule à l'aube - mais ceci est une autre histoire), ou tout autre choix de revisite répondant aux critères ci-dessus. Et savourez votre nouvelle "grille de lecture".

Pour commencer, sachez que dans La fabrique de crimes rédigé en 1866, Paul Féval (1816-1879) parodie ouvertement le roman feuilleton dont il a été l'un des maîtres incontestés. Au prétexte des aventures d'Elvire et de Fandango, on trouve, à l'excès, tous les rebondissements rocambolesques (Ponçon du Terrail), quelques développements d'ambiance misérabiliste (Hugo), des scènes épiques auprès desquelles les dumasiennes font pâle figure (encore que, dans Le Capitaine Pamphile...). A chaque page et même parfois plus souvent, un coq-à-l'âne jette aux oubliettes l'action en cours pour des péripéties plus incroyables encore, jusqu'à la chute finale de cette pochade, chute par laquelle je vous interdis de commencer (non mais!). Accroché(e) jusqu'au bout, vous serez alors dans l'état d'esprit adéquat afin de savourer votre livre suivant.

Pour ne rien vous cacher (et même si bien d'autres titres peuvent faire l'affaire), Tu peux crever! (titre en français) fait partie de la série d'une douzaine de romans policiers avec comme titre un prénom féminin rédigés par Howard Fast sous le pseudonyme de E.V. Cunningham, à une époque où il figurait sur la liste noire du maccarthysme. Shirley, l'héroïne éponyme (dans la version anglaise), est une secrétaire de 20 ans qui attend plus ou moins le prince charmant. Mais, intelligente comme elle est, elle le démasque rapidement, à peine a-t-il achevé de se présenter. Là, il sort un flingue... avant qu'ils se sauvent par les toits. La fille n'a pas sa langue dans sa poche et fait tourner ces messieurs de la jaquette en bourrique en les ridiculisant (le roman est daté...). Mais tout est bien qui finit mieux, et, après moult aventures, elle renonce à son cri de guerre (j'aimerais assez connaître l'expression anglaise qui a inspiré le titre français de 1965!) pour finir par dire d'accord à son brave chef de service. Mais ça n'en fait pas une harlequinade pour autant (ce n'est pas de la chick lit non plus - à mon avis), il y a eu des morts.

Voilà, j'aimerais bien connaître, maintenant, d'autres récits de "voyages" causés par la lecture à la queue leu leu de livres ayant une influence sur l'humeur et l'état d'esprit... Pas besoin de recourir à des substances illicites, on peut se droguer avec des bouquins (outre l'addiction), si, si!


*****************************************************************************************

P1040456

La fabrique de crimes, Paul Féval, Ouest France, Coll. La crème du crime, 125 pages.

Tu peux crever! (Shirley), Howard Fast (E.V. Cunnigham), Folio Policier, 248 pages.

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 25 août 2013

Fedora - Billy Wilder

Parmi les ressorties à ne pas louper avant la rentrée, on trouve Fedora, l'avant-dernier film de Billy Wilder, qui date de 1978.

Produit par la France et l'Allemagne (Wilder n'avait pas trouvé le financement à Hollywood), Fedora parle de cinéma, d'une actrice mythique appelée Fedora (une star - allusion à Greta Garbo - qui vit recluse car elle ne supporte pas de vieillir), des ravages de la chirurgie esthétique, d'usurpation d'identité, de folie, du temps qui passe, de l'Hollywood d'antan qui se meurt (nous sommes à la fin des années 70), d'une époque révolue où l'argent ne primait pas sur le reste (en particulier la qualité), où l'on produisait un film sur le seul nom d'un acteur. Dans Fedora, on sent que Billy Wilder, qui est aussi l'un des scénaristes, dévoile son amertume et sa rancoeur envers le "Nouvel Hollywood" des "barbus" (comme il les appelle). Le film, tourné en Grèce et en France (au musée Jacquemart-André), bénéficie d'une musique sublime de Miklos Rozsa. Les quatre acteurs principaux, Marthe Keller, William Holden, Hildegarde Knef et Jose Ferrer, sont remarquables. Il y a aussi une apparition d'Henry Fonda en président de l'académie des Oscars. J'avais vu ce film à sa sortie, en 1978. 35 ans après, je le trouve toujours aussi bien si ce n'est que c'est un film qui file "le bourdon". Il m'a presque donné envie de pleurer, surtout quand on voit l'état du cinéma hollywoodien actuel. Sans être nostalgique, je dirais que c'était quand même autre chose, le cinéma américain "d'avant". Qu'en pensez-vous?

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 23 août 2013

Des adhésifs dans le monde moderne - Marina Lewycka

 P1040358

Voici un roman plaisant, le deuxième que je lis de de Marina Lewycka. Paru en 2011, Des adhésifs dans le monde moderne (Editions des 2 Terres, 504 pages) se trouvait dans ma PAL depuis au moins un an et il vient de paraître en édition de poche. A Londres, Georgie Sinclair écrit des articles pour une revue, Les adhésifs sur le monde moderne. Son mari, Rip, vient de la quitter; son fils se pose des questions existentielles sur Dieu et la fin du monde, tandis que sa fille vit au loin. Un jour, Georgie fait la connaissance par hasard d'une vieille dame juive et excentrique, Naomi Shapiro (elle ne veut pas dire son âge), et de ses 7 chats qui lui tiennent compagnie dans une grande maison qu'elle habite depuis 60 ans. L'histoire se passe sur 6 mois et beaucoup de choses vont survenir: Georgie prend un amant (agent immmobilier) pendant que Mme Shapiro se retrouve à l'hôpital plusieurs fois suite à des chutes. Georgie, qui se prend d'amitié pour la vieille dame, s'acharne à éviter qu'une assistance sociale ne place Mme Shapiro dans une maison de retraite, et que des agents immobiliers n'achètent la maison à vil prix. Georgie engage des artisans malheureusement pas très compétents pour retaper des pièces mal entretenues. Je vous dirais que les chats sont des personnages essentiels à l'histoire, l'un (une chatte) s'appelle Violetta, et un autre, Wonder Boy se comporte comme "un vrai caïd". Le récit, qui est enlevé, évoque pas mal la grande Histoire (la Seconde guerre mondiale, la création d'Israël et l'attitude courageuse des Danois qui ont sauvé des Juifs). J'ai lu ce roman en 3 jours et je l'ai même préféré à Une brève histoire du tracteur en Ukraine. Lire le billet de Luocine.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 20 août 2013

Les salauds - Claire Denis / Michael Kohlhass - Arnaud des Pallières

Les salauds de Claire Denis est un film noir, très noir (Le Bison en parle, en bien, ainsi que Neil et Princécranoir; en revanche, Wilyrah en dit beaucoup de mal). Vincent Lindon qui interprète Marco Silvestri, un marin officier au long cours, revient à Paris suite à un appel de sa soeur. Il va essayer de comprendre pourquoi son beau-frère qui était directeur d'une usine de chaussures vient de mourir (Suicide? Mort accidentelle?) et pourquoi sa nièce se retrouve dans une clinique suite à de graves abus sexuels. Par bribes, on découvre qui est le "méchant" de l'histoire, Edouard Laporte (Michel Subor). Pour ce faire, Marco séduit la maîtresse (Chiara Mastroianni) de Laporte. Mais les apparences sont trompeuses. J'ai aimé l'ambiance générale du film. C'est assez clinique, il n'y a pas de sentimentalisme. Certaines scènes suggèrent beaucoup de choses terribles, au spectateur de se faire son opinion. Vincent Lindon est très sobre, je trouve que c'est au moins une raison d'aller voir ce film qui divise. Mon film préféré de la réalisatrice reste le premier que j'ai vu: Beau Travail (2000).

Ce week-end, comme je l'ai écrit chez Alex-6, je suis allée voir Michael Kohlhass d'Arnaud des Pallières (qui a été en compétition à Cannes cette année). Le scénario est tiré d'une nouvelle de Henrich Von Kleist. Le réalisateur qui est aussi le scénariste a transposé l'histoire dans les Cévennes, au 16ème siècle. Michael Kohlhass est un marchand de chevaux prospère, heureux dans sa vie famililale. Un jour, il se retrouve la victime de l'injustice d'un seigneur. Deux magnifiques chevaux que Michael Kohlhass avait donnés comme caution lui reviennent dans un état épouvantable. Michael Kohlhass demande en vain réparation et il décide de lever une petite armée pour rétablir son droit. C'est un film très rugueux, il n'y a pas de morceau de bravoure, pas d'émotion. Le réalisateur va droit à l'essentiel en faisant des raccourcis. C'est le reproche que je ferai au film, c'est un peu elliptique, sauf la fin. Mads Mikkelsen qui interprète Michael Kohlahass est excellent (comme souvent) et j'ai été très contente de revoir David Bennent, 34 ans après Le Tambour de Volker Schlöndorff. Petite remarque, Volker Schlöndorff avait aussi réalisé, en 1969, un film adapté de la nouvelle intitulée Michael Kohlhass

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 août 2013

Trilogie - Bill Douglas

Parmi les autres ressorties de l'été, il y a la trilogie "Bill Douglas". Il s'agit de trois moyen-métrages. Les deux premiers sont projetés en une seule séance. Ce sont ceux que j'ai vus. Le premier, My Childhood (Mon enfance, 1972) dure 45 minutes. Le deuxième, My Ain Folk (Ceux de chez moi, 1973), 55 minutes. Ces films sont autobiographiques, ils ont été tournés sur les lieux où a (sur)vécu le réalisateur enfant à la fin de la deuxième guerre mondiale en Ecosse. Les films tournés en noir et blanc dégage tristesse, misère et abandon. On fait la connaissance de Jamie (8 ans) et Tommy (âgé d'une dizaine d'années), deux frères qui vivent dans le dénuement avec leur grand-mère maternelle dans une maison mitoyenne située dans une petite ville minière d'Ecosse. La maman des deux garçons est en train de mourir dans un hôpital. Dans My Childhood, en 1946, Jamie va un peu à l'école mais il traîne beaucoup dehors: il se lie d'amitié avec un prisonnier de guerre allemand. La grand mère presque grabataire fait ce qu'elle peut pour les deux garçonnets mais on peut constater que Jamie, un garçon malingre, a des vêtements troués et qu'il ne mange pas à sa faim. Sans tomber dans le misérabilisme, Bill Douglas montre la pauvreté matérielle et affective que fut son enfance. Les choses vont empirer dans le deuxième film qui est la suite immédiate du premier. Dans My Ain Folk (qui commence avec une scène en couleur) Jamie, après la mort de sa grand-mère, va se réfugier chez l'autre, la mère de son père, une femme méchante et alcoolique qui lui donne souvent une pomme en guise de repas. Cette femme n'a aucune affection pour son petit-fils. Le père de Jamie est remarié et a une maîtresse, c'est un "pauvre type". Les relations familiales ne sont que cris et pleurs. Je n'ai pas encore vu le 3ème volet, My Way Home. J'attends un peu car tout ça n'est pas très gai, mais je ne regrette pas car cela m'a donné l'occasion de connaitre une partie de l'oeuvre d'un réalisateur disparu à l'âge de 57 ans en 1991. Pour l'anecdote (si je puis dire), les deux jeunes acteurs des films sont aussi décédés, en particulier Stephen Archibald: celui qui joue Jamie est mort à 38 ans en 1998.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 15 août 2013

Tuez Charley Varrick - Don Siegel

En ce jour du 15 août, j'ai voulu écrire un billet court. Il s'adresse plus particulièrement aux Parisiens. En ces temps de disette cinématographique, je vous conseille d'aller voir une reprise, un film qui date de 1973, Tuez Charley Varrick de Don Siegel, avec dans le rôle principal Walter Matthau. Il est projeté dans une salle à Paris avec succès.

C'est un excellent film policier, haletant. Le film commence dans une petite ville du Nouveau-Mexique, dans une succursale d'une grande banque. Suite à un braquage qui tourne mal, il y a plusieurs morts dont deux des quatre malfrats: un homme et une femme. Cette dernière, Nadine, qui attendait les autres dans la voiture (c'était la conductrice), était l'épouse de Charley Varrick. La somme dérobée, 750000 dollars, est nettement supérieure à ce qu'attendait Charley Varrick qui devine que cet argent est "sale", il appartient à la Mafia. S'ensuit une traque où Charley Varrick ne perd jamais son flegme. La fin est assez jubilatoire. Le film est assez "macho" mais pas trop. En revanche, les femmes ne sont pas que des faire-valoir et elles n'ont pas "froid aux yeux". Un film à (re)voir. Les spectateurs dans la salle du Quartier Latin où j'ai vu le film avaient l'air aussi contents que moi.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 12 août 2013

En vrac...

J'ai intitulé ce billet "En vrac" car je rentre de trois semaines de vacances assez occupées et diversifiées puisque, étant partie de Paris pour aller dans le Limousin (à Limoges, racines maternelles), je suis allée jusqu'en Gironde, au sud de Bordeaux (racines paternelles). Après un retour sur Limoges (où j'ai été rejointe par mon ami) nous sommes partis vers le Puy en Velay (une des nombreuses cités d'où part le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle) avant d'arriver en Ardèche, but de notre voyage puisque mon ami tenait à aller voir Ardelaine (j'en reparle en fin de billet).

****************************************************************************************************

Près de Limoges se trouve un parc animalier que je vous recommande, Le parc du Reynou. Les animaux sont beaux et bien traités semble-t-il, et le public assez nombreux. Il y a en particulier deux tigres magnifiques. Le parc est divisé en zone géographique: zone africaine, asiatique, etc.

P1040403  P1040402 Un cerf et un rhinocéros "raplapla".

P1040401   P1040397 Girafes et raton-laveur

P1040404  P1040405 Des bisons (dont deux bébés)

**********************************************************************************************

En Gironde, à une dizaine de kilomètres au sud est de Bordeaux, je vous recommande le Château de la Brède (celui de la famille de Montesquieu) qui est relativement petit (1000 m2 au sol) mais bien meublé (on ne peut pas prendre de photos de l'intérieur).

P1040373  P1040370

*************************************************************************************************

En Haute-Loire se situe donc la ville du Puy en Velay, célèbre pour ses lentilles, sa verveine (sous toutes ses formes: infusion, glace ou digestif) et son pélerinage.

Voici quelques photos prises à différents moments de la journée:

P1040416 P1040441  Le rocher et la Chapelle de l'Aiguilhe

  P1040426 Vue panoramique de la cathédrale et du rocher Corneille avec la statue Notre-Dame de France

P1040427 Une vieille maison du Puy

  P1040430

P1040431  P1040432     La cathédrale

P1040435 Notre-Dame de France qui est une statue faite grâce à la fonte de 213 canons pris aux Russes au siège de Sébastopol pendant la guerre de Crimée en 1855 (Un peu "mastoc" à mon goût).

************************************************************************

En Ardèche, avant d'arriver au but de notre voyage, nous avons fait une petite halte au Mont Gerbier de Jonc où naît la Loire. Il avait beaucoup plu avant qu'on arrive:

P1040442

P1040447  P1040448

**************************************************************************************

Qu'est-ce qu'Ardelaine? L'Ardèche au XIXème siècle était un département relativement industrialisé et l'industrie de la laine était importante. Les moutons y sont nombreux. Mais Saint-Pierreville était passé de 2000 habitants en 1850 à moins de 500 dans les années 1970, et les éleveurs jetaient la laine dont le prix s'était effondré. En 1972, quelques jeunes passionnés ont racheté le bâtiment d'une filature qui avait fermé 10 ans plus tôt. En 1982, ils ont fini par pouvoir créer une SCOP (une société coopérative), et l'aventure a commencé. Aujourd'hui, Ardelaine (fidèle exposant au salon Marjolaine à Paris chaque année en novembre), c'est toujours la fabrication de matelas et de couettes sur place (avec une "filière laine" intégrée depuis la tonte jusqu'à la vente de produits finis - vêtements compris), une boutique et une librairie (axée économie sociale et solidaire, écologie... et moutons), deux musées de la laine... et 47 salariés. Une belle aventure humaine, qui a croisé la route des CIGALEs dans leurs débuts.

P1040450  P1040453

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 9 août 2013

Keep smiling - Rusudan Chkonia

Keep smiling de la réalisatrice Rusudan Chkonia est un film géorgien que j'ai vu en avant-première et qui sort le 14 août 2013. En 2010, à Tbilissi, lors une émission de télévision, une dizaine de femmes concourent pour remporter le titre de mère de l'année avec des prix somptueux à la clé (un appartement et une belle somme d'argent). Ce concours se déroule en plusieurs étapes (il y a 4 épreuves) pendant quelques semaines. Ces femmes, mariées, veuves, divorcées ou mères célibataires, mènent une vie difficile dans cette république de l'Ex-URSS devenue indépendante. La réalisatrice, par l'intermédiaire de ces femmes, nous brosse un portrait peu flatteur de la Géorgie, dont la situation économique semble assez catastrophique. Les gens vivent dans la promiscuité et la précarité. Entre elles, ces dix femmes ne se font pas de cadeau car l'enjeu est important. Pour ma part, je ne peux pas dire que j'ai été enthousiasmée plus que cela par ce film qui m'a paru brouillon. Malheureusement, je ne me suis pas attachée au destin de ces femmes même si une d'entre elle (au moins) a un destin tragique. A l'issue de la projection, il y a eu une séance de questions/réponses avec la réalisatrice et une des actrices (qui vit en France) qui a laissé les gens assez frustrés semble-t-il, car la traductrice n'était pas très douée. J'ai été contente d'aller voir ce film, mais je m'attendais vraiment à mieux, vu qu'il a reçu quelques prix dans des festivals.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,