Vous l'attendiez (presque) tous, mon top cinéma 2013. J'ai vu 109 films en 2013. Rétrospectivement, je suis plutôt satisfaite de cette année cinématographique qui m'a fait passer de très bons moments dans les salles obscures.

Voici 20 films (dont deux reprises) que je vous recommande si vous pouvez les voir un jour (je les ai listés par ordre alphabétique).

L'Attentat
de Ziad Doueiri, d'après le roman de Yasmina Khadra. J'ai préféré le film.

Blancanieves
de Pablo Berger: un film muet en noir et blanc et avec pas mal de musique: j'ai adoré cette réinterprétation du conte de Blanche-Neige.

Blue Jasmine de Woody Allen, pour Cate Blanchett qui fait une performance mémorable.

Django Unchained
de Quentin Taratino, pour Leonardo Di Caprio et Christoph Waltz (Oscar 2013 du meilleur acteur dans un second rôle, amplement mérité).

Fedora de Billy Wilder, cette reprise a été enthousiasmante en ce qui me concerne, avec le plaisir de revoir Marthe Keller et William Holden. Un genre de film comme on n'en fait plus.

Foxfire, Confessions d'un gang de filles de Laurent Cantet : Ce film très intéressant avec des jeunes actrices canadiennes pas connues toutes remarquables est sorti en tout début d'année. Je n'ai pas voulu l'oublier.

Hannah Arendt de Margarethe Von Trotta: passionnant et bouleversant. On n'oublie pas de sitôt le visage du vrai Eichmann assez neutre et banal.

Heimat, l'exode d'Edgar Reitz, j'ai choisi la deuxième partie du dyptique qui m'a plus intéressée que la première partie.

Highjacking de Tobias Lindholm: une confrontation et des négociations haletantes entre des responsables d'une entreprise danoise et quelques pirates somaliens, et des otages au milieu...

Inside Llewyn Davis
de Joël et Ethan Coen pour la musique, les chansons, le chat roux et New-York l'hiver.

La grande Bellezza de Paolo Sorrentino: que la ville de Rome est belle dans l'oeil du réalisateur, et Toni Servillo est génial. Le film est un des grands oubliés du festival de Cannes de 2013.

La Vénus à la fourrure de Roman Polanski, pour Emmanuelle Seigner, épatante. Et ce film prouve une fois de plus le grand talent de réalisateur de Roman Polanski.

Le mur invisible de Julian Roman Pölsler: film très prenant, et je vous recommande aussi le roman dont il est adapté.

Prisoners
de Denys Villeneuve, un excellent film à l'atmosphère pesante et menaçante.

Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier: très drôle, enlevé, et j'ai retenu que les portes du ministère n'avaient pas été blessées: c'est l'essentiel.

Shokuzai (1ère partie - Celles qui voulaient se souvenir) de Kiyoshi Kurosawa : je dirais même plus, le chapitre 1 de cette première partie qui m'a beaucoup marquée.

Snowpiercer - Le transperceneige de Bong Joon Ho: pour l'histoire, pour le côté visuel et pour Tilda Swinton, sidérante.

The Lunchbox de Ritesh Batra: joli film mélancolique.

Tuez Charley Varrick de Don Siegel, un très bon film policier avec un Walter Matthau en grande forme: assez jubilatoire. Je ne l'avais jamais vu.

Wadjda de Haifa Al Mansour: un film qui a bénéficié d'un joli succès très mérité. On espère que Wadjda va pouvoir faire du vélo pendant longtemps.

Vous noterez que je n'ai mentionné ni La vie d'Adèle (1) d'Abdelatif Kechiche ni 9 mois ferme (2) d'Albert Dupontel, ni enfin A Touch of Sin (je ne l'ai pas chroniqué car il ne m'a vraiment pas plu), tant pis pour moi. Et je n'ai encore vu ni Le Loup de Wall Street (3) de Martin Scorsese ni Tel père, tel fils (4) de Hirokazu Kore-eda.

(1) Chroniqué le 30 octobre 2013.
(2) Chroniqué le 24 octobre 2013.
(3) Chroniqué le 21 janvier 2014.
(4) Chroniqué le 4 janvier 2014.