Philomena de Stephen Frears raconte une histoire qui touchera la plupart des spectateurs qui verront ce film (mouchoirs recommandés). Philomena Lee (magnifique Judi Dench), une Irlandaise septuagénaire, pense tous les jours à son petit garçon, Anthony, qu'elle a abandonné bien malgré elle dans les années 50. "Fille-mère", elle a accouché dans un couvent du type "Magdalene sisters" où les filles travaillaient 7 jours sur 7 dans des conditions épouvantables. Elle n'avait le droit de voir Anthony qu'une heure par jour. Anthony sera "acheté" par un couple d'Américains pour 1000 livres. A moins d'avoir un coeur de pierre, on ne peut pas rester de marbre à cette histoire. C'est tiré de faits réels. En 2002, accompagnée d'un journaliste, Martin (Steve Coogan, très bien), Philomena part aux Etats-Unis pour essayer de retrouver Anthony qui devrait fêter ses 50 ans. On sait assez rapidement ce qu'est devenu Anthony. On peut parler de mélo mais il y a beaucoup de retenue. Philomena est restée très attachée à la religion, elle ne condamne personne. En revanche, Martin est moins conciliant sur ce qu'a subi Philomena. Le film n'est jamais outrancier même si, sous l'oeil de Stephen Frears, le catholicisme en prend pour son matricule. Comme Aifelle, je vous conseille vraiment d'y aller; par ailleurs, Keisha parle du livre dont le film est adapté. Steve Coogan qui interprète Martin est aussi co-scénariste et co-producteur du film.