P1040671

Sur ta tombe de Ken Bruen (Editions Fayard, 300 pages) est la neuvième enquête de notre détective privé irlandais préféré de Galway. Et une fois de plus, c'est une réussite. On retrouve donc Jack Taylor plus amoché que jamais (sourd d'une oreille et la patte folle). Dans cette histoire, il va perdre deux doigts de la main droite. Un jour, comme deux autres personnes qui lui sont proches, il reçoit par la poste une petite stèle miniature (un avertissement menaçant). De là, il va affronter une bande de quatre néonazis (dont une jeune fille) qui se débarrassent des "inutiles" (des handicapés physiques et mentaux, des homosexuels, etc.). En même temps et d'un claquement de doigt, il retrouve la trace d'un ecclésiastique trésorier d'une association catholique qui était parti avec tout l'argent de ladite association. Jack boit toujours autant mais il a bon coeur. Il n'hésite pas à dépanner quelques déshérités et il garde toujours quelques amis proches qui l'aide. Mais sa vie privée reste un naufrage. Lire le billet très détaillé de Claude Le Nocher. J'attends la dixième enquête. Un petit mot de la traduction, ce n'est plus Pierre Bondil qui en a la charge depuis que Gallimard ne publie plus les romans de Ken Bruen. Ce traducteur a été remplacé par deux traductrices et ce n'est pas mal du tout.

P1040687

Dans la foulée, j'ai lu le roman précédent de Ken Bruen, Le Démon (Fayard noir, 350 pages). Il s'agit cette fois de la huitième enquête de Jack Taylor. Sur le point de quitter l'Irlande pour les USA, Jack Taylor est obligé (pour une obscure raison) de faire demi-tour. Dès l'aéroport, il croise le chemin d'un certain Monsieur K (Kurt) qui est un être malfaisant, suppôt de Satan. On apprend assez vite qu'il en veut à Jack (mais sans qu'on sache exactement pourquoi). A Galway, ce monsieur K sème la mort sur son passage, en particulier parmi des personnes que Jack a approchées pour une raison ou une autre. J'ai oublié de dire que Jack Taylor est le narrateur de ses histoires où la Guiness et le whisky coulent à flot. La plupart du temps, quand il n'est pas chez lui à lire des romans (surtout des polars), Jack fréquente les pubs et les églises, mais pas pour les mêmes raisons. Une fois de plus, j'ai lu le roman d'une traite. Bruen a un style bien à lui qui me convient bien.

Bien évidemment, je conseille ces deux romans tout comme les sept précédents.