Le point commun de ces deux films est qu'ils sont sortis cette semaine, le mercredi 23 avril 2014.

Je commence par 96 heures de Frédéric Schoendoerffer que j'ai voulu voir pour la confrontation entre Niels Arestrup et Gérard Lanvin. Le film est pratiquement un huis-clos qui se déroule dans une grande maison blanche, dont l'architecture m'a fait penser à celle d'un Le Corbusier. Carré (Gérard Lanvin), commissaire de police, est retenu prisonnier par Kancel (Niels Arestrup), qui est libre pendant 96 heures (le temps d'une garde à vue). Je vous laisse découvrir comment. Kancel veut que Carré lui dise qui est la "balance" qui a permis son arrestation trois ans auparavant. Jusqu'au dernier quart d'heure du film qui dure 1H30, il y a peu d'action et de violence, et puis tout s'emballe. Le film se laisse voir. On ne s'ennuie pas. Les rôles féminins sont en retrait mais ont leur importance: Laura Smet joue la fille de Kancel, Anne Consigny la femme de Carré, et Sylvie Testud, la fliquette qui est la collègue de Carré. C'est vraiment un film d'acteurs.

Maintenant je passe au film Dans la cour de Pierre Salvadori (qui a co-écrit le scénario), dans lequel Gustave Kervern et Catherine Deneuve joue Antoine et Mathilde, deux êtres seuls et dépressifs. Ils se rencontrent quand Antoine devient le gardien de l'immeuble où vit Mathilde. Antoine, qui est insomniaque, fait ce qu'il peut pour surmonter sa déprime ainsi que celle de Mathilde quand cette dernière devient, du jour au lendemain, obsédée par une très grosse fissure apparue dans le mur de son salon. Serge (Feodor Atkine), le mari de Mathilde, ne sait pas quoi faire et songe même à la faire interner semble-t-il. Mathilde et Antoine mis à part, certains habitants de l'immeuble ont des manies ou des comportements étranges. Le film bénéficie de dialogues souvent drôles. Il y a de la tristesse qui se dégage de l'ensemble mais ce n'est jamais larmoyant. Le film vaut surtout pour les deux acteurs principaux, Gustave Kervern, vraiment excellent, et Catherine Deneuve qui assume son âge et trouve un beau rôle. Après le film d'Emmanuelle Bercot Elle s'en va, elle continue d'avoir une carrière digne d'intérêt. Lire les billets d'Alex-6, de ffred et d'Alain.