Voici un film qui ne peut pas laisser indifférent de par son histoire. Quelque part en Israël, nous assistons à un procès qui se passe dans un tribunal rabbinique, situé dans une pièce pas très grande. D'un côté, nous avons Viviane Amsalem, accompagnée de son avocat Carmel: elle veut se séparer de son mari. De l'autre, Elisha, le mari de Viviane, est quant à lui accompagné par son frère, qui est aussi Rabbin. Ce sont des Juifs sépharades venus du Maroc. Pendant 1 heure 55, le spectateur suit avec passion (je parle pour moi, et, je pense, beaucoup d'autres) ce huis-clos, l'affrontement entre Viviane, mariée et mère de quatre enfants qui a quitté le foyer conjugal depuis trois ans et, face à elle, trois rabbins et un greffier qui ne font rien pour accélérer les choses. En Israël, le divorce comme le mariage ne peuvent être prononcés que par un tribunal rabbinique. J'ai oublié de dire que le procès va se passer sur cinq ans en tout, avec une séance tous les deux, trois ou six mois selon le bon plaisir et les possibilités des juges. Chaque séance donne des indications, permet de faire connaissance d'amis, de voisins du couple, qui témoignent pour ou contre Viviane. On sent que le tribunal est acquis au mari, non pas en tant que personne, mais parce que le divorce et l'éclatement d'une famille sont totalement inconcevables dans ce pays. Qu'une femme puisse vouloir sa liberté et rien d'autre, ces hommes ne veulent pas en entendre parler. Jusqu'au bout, Elisha refuse cette séparation. Il ne veut pas répudier sa femme. Il a trop peur qu'elle puisse trouver un autre homme un jour. Viviane se défend avec les paroles et parfois avec une attitude "provocante", comme laisser ses cheveux à l'air libre. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et je pense que je le reverrai avec plaisir. J'imagine très bien que cette oeuvre soit un jour adaptée au théâtre. Le film a été écrit et réalisé par un frère et sa soeur, Shlomi et Ronits Elkabetz. Cette dernière interprète superbement Viviane. Simon Abkarian dans le rôle ingrat du mari s'en sort très bien.

Lire les billets élogieux d'Aifelle, Ffred et Miriam.