Comme les années précédentes, voici mon palmarès des 20 (très bons) films de l'année 2014. J'espère que vous les avez vus ou que vous les verrez un jour. Je les ai choisis parmi les 112 films que j'ai vus à ce jour en 2014. Je constate que dans cette liste, il y a seulement quatre films en langue française (dont un film suisse, un belge et un québecois). Ils ne sont pas classés par ordre de préférence (sauf les deux premiers).

Winter sleep de Nuri Bilge Ceylan pour l'histoire et les paysage de la Cappadoce en hiver (sublime) et puis le film est quand même la Palme d'or de Cannes de 2014.
Leviathan de Andrey Zvyagintsev pour le scénario, l'histoire est terrible. Cela vous marque. Prix du scénario à Cannes amplement mérité.
Les grandes ondes (à l'ouest) de Lionel Baier, une "petite" comédie sympathique et très amusante avec des comédiens épatants.
Only lovers left alive de Jim Jarmusch : pour l'ambiance, pour Tilda Swinton, pour la musique, pour l'image. C'est un tout. C'est "planant".
Nebraska d'Alexander Payne : beau film en noir et blanc qui raconte un rapprochement entre un père et son fils dans un "road movie".
Pas son genre de Lucas Belvaux pour Emilie Dequenne qui crève l'écran (un César?).
My sweet pepper land de Hiner Saleem, ce film kurde laisse une impression durable d'autant plus que les femmes ont le beau rôle.
Les Trois soeurs du Yunnan de Wang Bing : un documentaire qui laisse sans voix devant le dénuement dans lequel vivent trois soeurs à 3000 m d'altitude en Chine.
The Homesman de Tommy Lee Jones pour une autre vision du "Far West" nettement plus tragique, surtout pour les femmes (en compétition à Cannes en 2014).
Les poings contre les murs de David Mackenzie pour le sujet âpre et l'interprétation de Jack O'Connell (que l'on voit dans 71').
Jersey Boys de Clint Eastwood pour la musique, les chansons, l'histoire et Clint a encore fait des merveilles.
Le procès de Viviane Amsallem de Ronit et Schlomi Elkabetz pour la détermination d'une femme, Viviane, qui veut à tout prix divorcer de son mari.
Un homme très recherché d'Anton Corbijn parce qu'il y a Philip Seymour Hoffman dans un de ses derniers rôles et que l'histoire est vraiment bien.
Mommy de Xavier Dolan : pour l'actrice Annie Dorval qui crève l'écran (Prix du jury à Cannes 2014).
Pride de Matthew Warchus : pour la bonne humeur et l'humanité qui se dégage de l'ensemble. Le film vient d'être nommé aux "Golden Globes".
Night Call de Dan Gilroy : pour Jake Gyllenhaal halluciné.
La French de Cédric Jimenez : excellent film policier très bien interprété.
Timbuktu d'Abderrahmane Sissako : une petite déception mais comme certains plans sont magnifiques et qu'il n'est pas courant de voir un film venu d'Afrique, je l'ai quand même mis dans cette liste (en compétition à Cannes, Prix oecuménique).
Retour à Ithaque de Laurent Cantet : parce que Cuba et Padura.
71' de Yann Demange : pour la réalisation nerveuse et Jack O'Connell (que l'on peut voir aussi dans Les poings contre les murs).

Je me rends compte après coup qu'il y a 5 de ces films qui ont été en compétition officielle au dernier festival du film de Cannes. Sinon, je n'ai pas l'intention de lister mes "flops" de l'année. Je n'en vois pas l'intérêt.