vendredi 1 mai 2015

Le labyrinthe du silence - Guido Ricciarelli

Je suis allée voir Le labyrinthe du silence car ce film traite d'un procès dont je n'avais jamais entendu parler. Et j'ai apprécié que ça soit des Allemands qui tournent un film sur un tel sujet. Comme à mon habitude, j'ai vu le film en VO. L'histoire débute en 1958, au moment du rapprochement franco-allemand initié par le chancelier Adenauer et le Général de Gaulle. L'Allemagne, treize ans après sa capitulation sans conditions, ne veut plus entendre parler de la période 1939-1945, comme si tous les nazis s'étaient évaporés après la disparition d'Hitler. Un jeune procureur, Johann Radmann, né en 1930, se donne la tâche de traduire en justice d'anciens SS ayant servi et sévi au camp d'Auschwitz. C'est la première fois qu'un procès concernant l'Holocauste se fait en Allemagne par un tribunal allemand. Dès le début, il est confronté à un mur d'incompréhension. On n'aime pas remuer le passé. Il ne reçoit pas de menaces directes mais l'administration ne fait rien pour lui faciliter le travail. Il a tout de même des soutiens comme ceux d'un journaliste et du procureur général. Le procès se déroulera entre 1963 et 1965. Il y aura 22 personnes "jugées pour des meurtres et d'autres crimes commis de leur propre initiative et non pour ceux qu'ils auraient perpétrés en appliquant des ordres reçus" C'est un film très classique dans sa forme. Certaines scènes sont poignantes (quand les anciens déportés témoignent devant le jeune procureur bouleversé). Les acteurs, que je ne connais pas du tout, jouent tous très juste. Il semble que le réalisateur germano-italien qui est aussi co-scénariste du scénario ait été respectueux des faits historiques. Un bon film que je vous recommande. Sur un sujet voisin, je vous recommande à nouveau L'affaire Collini de Ferdinand Von Schirach. Sinon, lire le billet d'Alex-6 sur le film.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,