Avant de refaire une pause vacancière (j'écluse mes congés que j'aime bien prendre en septembre), voici quatre romans très différents que j'ai lus tout récemment. Je ne me suis pas encore trop penchée sur la rentrée littéraire 2015. A bientôt vers la mi-septembre.

P1020290 P1020289 P1020288 P1020286

Je commence par celui qui m'a beaucoup déçue. Les Démons de Berlin d'Ignacio del Valle est une sorte de suite de L'Empereur des tènèbres. On retrouve Arturo Andrade et quelques-uns des ses compagnons dans Berlin en ruines, en avril 1945, quelques jours avant le suicide d'Hitler. J'ai trouvé l'intrigue confuse. J'avoue n'avoir pas compris grand-chose, mais j'ai lu le roman jusqu'au bout (400 pages, Editions Phébus) même si j'ai parfois "décroché". L'action n'avance pas, malgré le fait que l'auteur nous décrit au plus près la chute de la ville et tout ce qui s'ensuit. A Berlin, un scientifique est retrouvé mort assassiné à côté de l'immense maquette de Germania, ville qu'Hitler rêvait de construire sur le vieux Berlin. Arturo est chargé de l'enquête, qu'il mène au péril de sa vie car les Russes sont entrés dans Berlin, et ça canarde de partout. Hitler est enfermé dans son Bunker en attendant la fin. Arturo montre qu'il peut être sans pitié. Le roman ne dégage que de la noirceur et de l'horreur. Et Andrade est pas mal descendu dans mon estime. Lire les billets de Dominique et Ingannmic qui ont été nettement plus enthousiastes que moi.

Je passe à L'archange du chaos de Dominique Sylvain (Editions Viviane Hamy, 330 pages). C'est le premier roman que je lis de cette auteure et j'ai beaucoup aimé. Le ton du roman m'a fait penser aux romans de Pierre Lemaître (Robe de marié ou Travail soigné) en moins frénétique mais tout aussi noir. L'intrigue complexe est bien menée. L'histoire se passe à Paris et en proche banlieue. Le commandant Carat et son équipe composée entre autre de Franka Kehlman, une jeune lieutenant fraîche émoulue de 23 ans, vont enquêter sur un, deux puis trois crimes au même modus operandi. Il ne s'agit pas de crimes sexuels. A la toute fin, on découvre les liens qui relient les victimes. Je n'avais pas deviné qui était l'assassin. Dominique Sylvain s'attache surtout à la description des vies des policiers et des magistrats qui mènent l'enquête. On apprend par exemple pourquoi Carat ne conduit pas. Franka, elle, a eu une enfance difficile avec un père brillant universitaire mais alcoolique, et une mère chanteuse de talent qui s'est suicidée. Un excellent roman qui ne se lit pas forcément très vite et que je vous conseille, tout comme Richard et Oncle Paul qui en parlent très bien.

En lisant le billet d'Eimelle, j'ai eu envie de savoir ce qu'il en était de ces Meurtres à la pause-déjeuner (Edition Liana Levi, 247 pages), un roman italien écrit sous le pseudonyme de Viola Veloce qui a d'abord paru sur Internet. Francesca Zanardelli, la narratrice du roman, travaille au service "Planification et contrôle" d'une société milanaise de 300 personnes. Francesca a 34 ans et n'est pas très bien dans sa peau. Revenue de sa pause-déjeuner avec un collègue, elle s'apprête à se laver les dents dans les toilettes quand elle découvre dans le miroir le reflet de deux pieds dépassant sous une des portes de toilettes. Ces pieds, et le corps qui va avec, appartiennent à Marinella Sereni, sa collègue assez insupportable (et au demeurant une incapable qui passe son temps à faire des réussites sur l'ordinateur). Le corps de Sereni qui a une corde autour du cou a été disposé sur le dos, les mains sur la poitrine. Elle a été étranglée. Malgré sa nullité, Sereni ne pouvait être licenciée à cause de son contrat de travail en CDI établi plusieurs années auparavant, tout comme Savino Santi et Galli (aussi odieux l'un que l'autre), les deux autres futures victimes. Ils occupaient le même bureau que Francesca. Sinon, une grande partie de l'histoire s'attache à la vie morne de Francesca dont le mariage a été annulé (son ex-fiancé est parti avec une autre, la veille de la cérémonie). Francesca vit pas loin de chez ses parents trop protecteurs qui sont inquiets pour elle. Ils ont peur qu'elle reste "vieille fille", d'une part, et que le tueur s'attaque à elle, d'autre part. Un roman sympathique.

Je termine avec Le héros discret de Mario Vargas Llosa (Editions Gallimard, 478 pages) qui situe ses deux histoires de nos jours, au Pérou entre Lima et Piura. Le roman alterne deux récits qui arriveront à se rejoindre. A San Miguel de Piura, Felicito Yanaqué, patron (plus très jeune) d'une entreprise de transports, mène une vie paisible entre sa femme Gertrudis (qu'il n'a jamais vraiment aimé) et sa maîtresse Mabel, une femme nettement plus jeune que lui qui le surnomme "p'tit vieux" (j'ai trouvé la traduction étrange). Il la dédommage largement pour ses "services". Il a deux fils, Miguel et Tiburcio, très différents l'un de l'autre. Un jour, il reçoit une lettre assez menaçante: on veut le "racketter" de 500 dollars par mois pour que son entreprise soit protégée de toute menace de vauriens. Comme signature, il y a le dessin d'une petite araignée. Felicito ne se laisse pas intimider. Il est furieux et va tout de suite voir la police. A Lima, Ismaël Carrera, un fringuant octogénaire, directeur d'une compagnie d'assurances, décide de se marier avec Armida, sa femme de ménage, une créole âgée d'au moins 40 ans de moins que lui. Rigoberto, qui est son employé et à qui il apprend la nouvelle, n'en revient pas. Ismaël a le malheur d'être le père de jumeaux, Miki et Escobita, avides et désoeuvrés, qui n'attendent que l'héritage. Ils vont tout faire pour annuler ce mariage. Quant à Rigoberto, âgé de 62 ans, il mène une vie heureuse entre son épouse Lucrecia et son fils Fonfon, 15 ans, enfant épanoui mais qui semble perturbé depuis peu à cause de ses rencontres avec un certain Edilberto Torres. C'est un roman plaisant à lire malgré la traduction pas toujours à la hauteur. Lire les billets de Kathel et Sandrine.