En cette période de disette cinématographique (encore que la situation s'améliore), j'ai voulu voir L'économie du couple du réalisateur belge Joachim Lafosse dont j'avais bien apprécié A perdre la raison. Je suis quand même étonnée que le film soit sorti en plein mois d'août, le public de ce genre de film risquant de ne pas être au rendez-vous. Le sujet est prenant et le réalisateur nous plonge tout de suite dans l'intimité de cette famille: Marie, Boris et leurs deux filles jumelles, Jade et Margaux. Dès les premières images, on sent tout de suite une certaine tension. En effet, Boris est relégué (comme un chien dans sa niche) à vivre et à dormir dans la pièce qui sert de bureau. Boris et Marie partagent le même toit en attendant que Boris trouve à se loger. Ils sont en train de se séparer mais Boris ne lâche pas l'affaire: il veut la moitié du prix de la maison qui appartient à Marie par héritage, considérant qu'il a donné de la plus-value à cette maison en faisant des aménagements: il est architecte d'intérieur mais ne gagne pas beaucoup d'argent. C'est là où le bât blesse. Marie est celle qui fait "bouillir la marmite" du ménage. La cause de la séparation tourne autour de cette gestion du foyer que Marie ne veut plus assumer toute seule. Les quelques échanges vifs entre Marie et Boris portent sur ce problème et sur la confiance qu'elle n'a plus en Boris. En revanche, ce dernier s'occupe bien de ses filles. Par intermittence, on sent qu'il pourrait y avoir une réconciliation entre ces deux adultes. Dans le rôle de Boris, j'ai découvert un acteur assez exceptionnel, Cédric Kahn, qui est aussi réalisateur. Il crève l'écran, et j'avoue que si on me demandait de choisir, je prendrais son parti à lui. Bérénice Bejo avec ses grands yeux noirs est émouvante dans le rôle de Marie, mais je suis arrivée à trouver son personnage presque antipathique (sans raison précise). En tout cas, c'est un film que je conseille. Lire le billet d'Alex.