Courez voir Visages, villages d'Agnès Varda (89 ans cette année) et JR (34 ans). Sorti cette semaine, ce film se place entre la fiction et le documentaire. La cinéaste et le plasticien, réalisateurs et acteurs du film sont partis sur quelques routes de France du nord au sud en passant par la Normandie. Ils ont décidé d'aller à la rencontre des gens, comme des anciens mineurs, des dockers et leurs épouses, des éleveurs de chèvres, des ouvriers d'une usine chimique, ainsi qu'un cultivateur ou tout un village. A partir de la rue Daguerre dans le XIVème où vivent Agnès Varda et son chat, JR et Agnès roulent en "camion photo". En effet, ce camion fait du tirage de photos très très grand format que JR colle sur des murs de maisons, de grange, d'usine, sur des entrepôts, des conteneurs, ou même des wagons de marchandises. Les photos représentent les gens qu'ils croisent et à qui ils parlent. C'est le sujet principal du film, et ces rencontres sont magnifiques et touchantes. Pendant leur périple, Agnès et JR n'arrêtent pas de se taquiner sur la finalité de leur projet. Agnès a des problèmes de vue, elle voit flou. Mais elle prend des photos avec son petit appareil numérique. Elle demande souvent à JR d'enlever les lunettes noires qu'il porte en permanence. J'ai du mal à parler de ce film qui m'a tellement plu et m'a tant émue. Quand JR tient la main tremblante de sa grand-mère centenaire, j'ai eu la larme à l'oeil. Autant qu'à la fin du film, quand Agnès Varda et JR prennent le train pour aller en Suisse afin de rencontrer Jean-Luc Godard. Agnès Varda est fébrile. Elle n'a pas vu Godard depuis 5 ans. Ils resteront devant une porte close et un message sybillin sur une vitre de la maison fait fondre en larmes Agnès Varda. M. (Mathieu Chedid) a composé une très belle musique. Ce film est un pur bonheur à ne pas rater. Les spectateurs dans la salle (plutôt plus jeunes que moi) avaient l'air de cet avis.