samedi 29 juillet 2017

Une femme fantastique - Sebastian Lelio / I am not Mme Bovary - Xiaogang Feng

Le film chilien Une femme fantastique raconte l'histoire touchante de Marina, une belle jeune femme chanteuse dans un night-club qui est la maîtresse d'Orlando, un homme plus âgé. Ce dernier a tout quitté pour elle. Malheureusement, victime d'une rupture d'anévrisme, il meurt. C'est à la clinique où Orlando vient de mourir que les ennuis de Marina commencent. Selon ses papiers d'identité, elle s'appelle Daniel. Marina est en effet une transgenre. Elle se retrouve harcelée par beaucoup de monde, dont la police et la famille qui n'avait bien évidemment pas admis cette relation scandaleuse. Marina est surtout peinée d'être empêchée d'assister aux obsèques du défunt. La famille dont l'ex-femme et le grand fils du défunt l'humilient, lui mettent des bâtons dans les roues. Qu'à cela ne tienne. Marina pourra tout de même faire un dernier adieu à Orlando. C'est un film un peu bancal, surtout la deuxième partie, il y a des scènes qui s'enchaînent sans qu'elles soient vraiment reliées mais ce n'est pas trop grave. On peut trouver quelques plans surréalistes comme celui où l'on voit Marina penchée à cause du vent sans qu'elle tombe. Un film à voir. Lire le billet de ffred.

Je passe à I am not Mme Bovary de Xiaogang Feng, film chinois de 2H10 qui m'a semblé un peu long, très bavard avec un procédé visuel pas banal. Pendant plus d'une heure, on voit le film avec une image ronde comme si on était au bout d'un tube et que l'action se passait à l'autre bout. Par la suite, l'image devient carrée et puis elle s'élargit vers la fin. Pendant plus de deux heures, on suit l'obstination et l'entêtement de Li Xuelian qui, divorcée "pour de rire" de son mari Qin (afin d'obtenir un plus grand appartement,) se rend compte qu'elle s'est "fait avoir": le divorce est entériné par le tribunal de la ville et son mari s'est remarié. A partir de là, pendant 10 ans, Li Xuelian n'aura de cesse de faire annuler le divorce devant différentes juridictions (uniquement des hommes). Elle ira jusqu'à Pékin. L'ensemble est assez répétitif. Sans succès. Même si l'on apprend ses vraies motivations à la toute fin du film, le personnage de Li Xuelian est crispant. Cela m'a empêchée d'adhérer à l'histoire. Lire le billet de Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 26 juillet 2017

La table du roi Salomon - Luis Montero Manglano

P1050460

La table du roi Salomon de Luis Montero Manglano (Edtions Actes Sud, 515 pages haletantes) est le roman idéal si vous aimez le suspense, les énigmes, les jeux de pistes, les films d'Indiana Jones, l'Histoire. C'est divertissant et ludique avec des chausse-trappes (surtout à la fin). L'histoire racontée à la première personne nous fait découvrir une organisation quelque peu secrète: CNQ (Corps National des Quêteurs), dont les bureaux sont situés dans les sous-sols du musée archéologique de Madrid. Tirso Alfaro, le narrateur, un jeune espagnol de 30 ans, licencié en histoire de l'art mais n'ayant jamais réussi avoir un doctorat, se retrouve enrôlé suite à une sélection piquante dans cette organisation, après un court passage comme gardien dans un obscur musée à Canterbury en Angleterre. Ce groupe, composé seulement de six personnes avec des pseudos comme Enigma, Danny, Labulle ou Tesla, a pour but de récupérer des biens culturels volés à l'Espagne au XIXème et XXème siècles, et de les échanger contre des copies parfaites. Bien évidemment ils vont affronter un vrai méchant aux noirs desseins quand il s'agira de retrouver la table du roi Salomon, J'ai dévoré les 500 pages en un week-end. Un vrai plaisir de lecture que je compte bien prolonger quand paraîtra un 2ème tome car c'est a priori le tome 1 d'une série. Lire le billet de Brize.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 23 juillet 2017

Nuages épars - Mikio Naruse

AF_nuages

Avant de rechroniquer des films récents plus ou moins emballants,  je vous conseille absolument Nuages épars de Mikio Naruse (1905-1969). Nuages épars qui date de 1967 est le dernier long-métrage tourné par le réalisateur japonais aux presque 100 films dont beaucoup ont disparu. Il était resté inédit en France (et ailleurs en Europe sauf dans quelques festivals). Il vient de sortir en version restaurée dans 5 ou 6 salles à Paris le 19 juillet 2017. Nuages épars est un beau mélo comme on n'en fait plus, peut-être plus subtil que certains films de Douglas Sirk (c'est dire). C'est tout ce que j'aime au cinéma. L'image couleur est splendide et l'histoire m'a touchée.

Yumiko doit accompagner son mari fraîchement promu à Washington. Peu de jours avant le départ, le mari de Yumiko est renversé par une voiture. Il meurt sur le coup. Le chauffard, Shiro Mishima, reconnu innocent, tombe amoureux de Yumiko. On le comprend, Yumiko est une très jolie femme et lui n'est pas mal non plus. Pendant presque 1H30, on voit ce couple qui se croise et se sépare. Yumiko ne pardonne pas à Shiro. Lui l'aide financièrement. A force, Yumiko ressent quelque chose pour lui, à son corps défendant. Une grande partie de leur histoire se passe dans le nord du Japon vers le lac Tazawa. J'ai adoré ce film. J'espère qu'il sera projeté dans quelques villes de province.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 juillet 2017

1700e billet - 21450 commentaires - plus de 10 ans et demi

Il n'y avait pas eu de célébration du 1600e billet paru sur ce blog fin septembre 2016: pour marquer l'entrée dans la XVIIIe centaine, je vais donc tâcher de renouer avec la tradition de présenter quelques statistiques...

En valeur absolue, les chiffres du blog continuent bien à augmenter (soyons clair: il ne pourrait guère en être autrement!): comme annoncé en titre, nous en sommes à 1700 billets (dont 54 signés par moi, "ta d loi du cine", et tous les autres par dasola...) et 21450 commentaires à l'aube de ce 20 juillet 2017 (plus de 10 ans et demi après le tout premier billet paru). Mais si l'on regarde les évolutions des statistiques, c'est un peu moins bon.

Le nombre de commentaires par billet est en nette diminution (désormais, rares sont ceux qui dépassent ou même atteignent les 20 commentaires, la majorité des billets plafonnant à une dizaine de commentaires). Le nombre de "nouveaux commentateurs" baisse aussi. Il est vrai -pour rappel- que j'ai cessé depuis bien longtemps de fournir à dasola des listes de nouveaux blogueurs à visiter et commenter, ce qu'elle a fait durant des années (en espérant réciprocité). Ainsi, en 2016 (cette année étant complète, c'est une meilleure référence que 2017), le blog a vu passer seulement 35 nouveaux commentateurs, qui ont fait un total de 45 commentaires en 2016 et 15 en 2017. En 2017, en presque 7 mois, il y a eu seulement 14 nouveaux commentateurs, qui ont fait 17 commentaires.

Si la fréquentation du blog de Dasola reste tout à fait honorable, c'est surtout grâce aux "fidèles" blogueurs/lecteurs/commentateurs. Le "top 40" des blogueurs venus en 2017 représente déjà un total cumulé de 9323 commentaires. Le dernier de ces 40 a rédigé tout de même 107 commentaires (il est vrai que ta d loi du cine et dasola figurent aussi dans ce "top 40"). Par comparaison, en 2016, les 133 billets parus (dont 7 de ta d loi du cine) ont eu un total de 1837 commentaires (70 commentateurs parmi ces commentateurs 2016 ne sont pas [encore] revenus en 2017). Pour 2017, à ce jour, nous en sommes à 73 billets (dont 9 ta d loi du cine), et 1014 commentaires par 127 commentateurs différents. A noter aussi que les billets anciens ne sont pratiquement plus jamais commentés.

Consolation 2017: dans le "top 10" des fidèles commentateurs, le premier billet-portrait de blogueur ayant atteint les 500 commentaires rédigés chez dasola a été publié il y a quelques semaines (merci encore, Dominique!), et d'autres devraient suivre, s'ils acceptent de témoigner bien entendu, lorsque viendra leur tour (dans les 18 mois à venir, voir colonne de droite).

Ah, j'allais oublier une "mention spéciale" pour cathulu, qui, si elle n'a rédigé "que" 50 commentaires chez dasola durant les 9 ans écoulés, a de son côté célébré récemment son 11ème bloganniversaire!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :
lundi 17 juillet 2017

La chronique de Tallinn - Indrek Hargla

P1050443

J'ai eu grand plaisir à retrouver l'apothicaire Melchior dans ce cinquième tome, La chronique de Talinn (Editions Gaïa, 411 pages). Les quatre tomes précédents ont été chroniqués ici, ici, ici et . Ce cinquième tome se passe en juin 1432, un an après le tome précédent. Melchior se remet doucement de la disparition de sa femme. Son fils Melchior (on s'appelle Melchior de père en fils dans la famille) est parti à Lübeck terminer sa formation d'apothicaire. Il va lui arriver des mésaventures qui va l'amener à être enrôlé dans une confrérie secrète mais il va aussi croiser celle qui sera peut-être la femme de sa vie. A Tallinn, un moine découvre un vieux manuscrit qui va lui coûter la vie. D'autres morts violentes suivront. Tout se passe autour d'un hospice et d'une léproserie. Grâce à l'écrivain et au texte (bien traduit), j'ai encore été passionnée par les us et coutumes du XVème siècle d'une ville que l'on connaît peu, régie par des guildes religieuses ou autres, et par l'évocation des villes hanséatiques comme Lübeck, qui furent si importantes pour le commerce. J'ai vu qu'un sixième tome avait été écrit en 2017. J'attends sa sortie française avec impatience. J'aime vraiment beaucoup cette série.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 14 juillet 2017

Le Caire confidentiel - Tarik Saleh

Tourné à Casablanca (l'équipe de tournage a été interdite d'entrée sur le territoire égyptien), Le Caire confidentiel de Tarik Saleh (un réalisateur suédois d'origine égyptienne) est un excellent thriller avec en arrière-plan la révolution égyptienne qui a débuté le 25 janvier 2011. Le 15 janvier, Noredin, flic corrompu mais plutôt moins que d'autres, est appelé pour enquêter sur le meurtre d'une chanteuse dont le corps est retrouvé dans une chambre dans un grand hôtel du Caire. Elle a été égorgée. Dans le poste de police auquel Noredin est rattaché, la corruption règne en maître, ce n'est que bakchich à tous les étages, et l'oncle de Noredin, Kammal, chef du poste, trouve que Noredin n'en rapporte pas assez. Un témoin, une jeune femme de ménage soudanaise payée à la journée, sait qui a tué la chanteuse. Peu de temps avant le meurtre, un homme proche du fils du président Moubarak est sorti de la chambre, la victime était sa maîtresse. Au fur et à mesure que l'histoire se déroule, Nouredin se met à dos sa hiérarchie et quelques-uns de ses collègues, car bien que l'affaire ait été classée (la victime se serait "suicidée"), il continue d'enquêter. Nouredin devient l'homme à abattre et il n'est pas tout seul. Le film se termine avec les premières manifestations anti-Moubarak et pour la libéralisation du régime. Il y a un très beau travail sur le cadrage et la photo. Les acteurs, Fares Fares en tête, sont remarquables. Je le répète, un très bon film qui semble rencontrer son public. Le bouche-à-oreille est excellent. Lire le billet enthousiaste de Pascale.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 11 juillet 2017

Le merveilleux saloon de McSorley (Récits new-yorkais) - Joseph Mitchell

P1050430        P1050432

Joseph Mitchell (1908-1996) est peu connu des lecteurs français (enfin il me semble). Il a été écrivain et journaliste, et a influencé Paul Auster et même Woody Allen. Ses chroniques furent publiées dans l'hebdomadaire new-yorkais The New-Yorker. C'est la première fois que ces textes sont publiés en français. Le merveilleux saloon de McSorley (Editions Diaphanes, 527 pages) rassemble 27 chroniques parues entre 1938 et 1955. Toutes ne m'ont pas passionnée, mais j'ai aimé le style vivant et certains personnages haut en couleur. Car Joseph Mitchell évoque les habitants de la ville de New-York. Des gens modestes ou hors du commun (comme une femme à barbe dans Lady Olga). Mazie, la propriétaire d'un petit cinéma dont elle est aussi la caissière nourrit tous les clochards alentour. Dans Un vieux de la vieille, Mitchell nous présente Dutch, un vieux qui organise un bal annuel à son propre bénéfice car, comme il dit si bien: "Je n'ai pas beaucoup de bon sens, mais j'ai trop de bon sens pour travailler". Dans Le club des sourds-muets consacré à la communauté importante des sourds-muets à New-York, on apprend qu'ils se réunissaient souvent dans un club et dialoguaient en langage des signes. Un autre texte, Les troglodytes, raconte l'histoire d'un couple qui a vécu dans une genre de grotte dans Central Park. J'ai aussi bien aimé l'évocation depuis l'arrivée de l'homme blanc des Indiens Mohawks (Les Mohawks sur les hauteurs d'acier) dont certains ont construit les gratte-ciel new-yorkais ou d'autres villes. Mais si je disais que mon texte préféré est le premier The old house at home qui évoque l'histoire du plus vieux saloon de New-York ouvert en 1854 ouvert par John McSorley dans le bas de Manhattan? Les chroniques n'ont en tout cas pas de lien entre elles, et donc vous pouvez en lire deux ou trois puis passer à d'autres lectures avant de reprendre le livre. 

Posté par dasola à 01:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 8 juillet 2017

Sans pitié - Sung-hyun Byun / Le jour d'après - Hang Sang-Soo

Voici deux films coréen, le premier que j'ai beaucoup aimé (j'ai suivi le conseil de Pascale) et le deuxième qui m'a un peu ennuyée.

Sans pitié de Sun-hyun Byun fait penser au film de Martin Scorcese Les Infiltrés (2006), qui était lui-même un remake du film hong-kongais The Internal affairs (2002). Dans Sans Pitié, un jeune flic, Hyun-soo (j'ai cru à un adolescent) accepte une mission d'infiltration, qui consiste à passer trois ans en prison et à se rapprocher du "caïd" Jae-ho qui fait la loi dans la prison. On apprend que Hyun-soo est flic bien après le début du film, quand il l'avoue à Jae-ho. Sans pitié joue avec la chronologie: 2 ans avant, 3 mois après, etc. Cela permet aux spectateurs de se repérer dans les méandres de l'intrigue. J'ai été intéressée par les relations entre le jeune n'ayant peur de rien, se battant avec plus fort que lui, et l'ainé. C'est une relation père-fils voire plus si affinités. Je me suis posé la question. Il y a un doute qui plane jusqu'au bout. Quand les deux sortent de prison, ils s'associent. Ils court-circuitent un autre Coréen, ce qui leur permet de faire affaire avec un gang de Russes lors d'un achat de cachets de méthamphétamine. Par ailleurs, une femme-flic pas sympathique (la chef de Huyn-soo) s'en mêle. Elle n'a aucun état d'âme et compte bien "coincer" tout le monde. Je le répète, le rythme du film est haletant grâce à sa rupture dans la chronologie de l'histoire. Pour un presque premier film, le réalisateur a fait du bon travail. Lire le billet enthousiaste de Pascale.

Je n'en dirais pas autant pour Le jour d'après réalisé par Hang Sang-Soo. Ce film en noir et blanc m'a paru statique bien qu'il y ait aussi des flash-back: quatre personnages sont à l'écran (pas forcément en même temps). Le décor se résume pratiquement à l'intérieur d'une maison d'édition. Bongwan, éditeur et écrivain primé, est marié. Il a une maîtresse qui vient de le quitter. Elle était son employée dans la maison d'édition. Areum, une jolie jeune femme prend sa place, et c'est elle qui est giflée par la femme de Bongwan qui croit qu'il s'agit de l'amante de Bongwan. Cette gifle arrive largement au tiers du film. Avant, il ne se passe pas grand-chose, ça parle, ça crie, ça pleure. Et Bongwan ne réagit pas beaucoup. Il m'a paru sans épaisseur. On se demande comment deux femmes ont pu lui tomber dans les bras, sans compter que la nouvelle ne semble pas non plus le laisser indifférent. Le noir et blanc est certes beau, mais c'est un peu long, et j'ai trouvé la fin (où Bongwan ne se rappelle plus d'un visage) assez étrange. Lire le billet de Strum.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 juillet 2017

Murs murs - Tignous

Encore un livre de Tignous (pour le second mois consécutif), me direz-vous? Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola] pense qu'on n'en parlera jamais assez. Je viens pour ma part tout juste de me procurer Murs murs, sous-titré "La vie plus forte que les barreaux" (Glénat, 2015, 119 pages). 

    P1050420-2

Alors que la presse va bientôt commercer à nous parler de la montée en température estivale au sein des prisons françaises, avec surpopulation carcérale, absence de perspective pour les détenus (le temps de la grâce présidentielle du 14 juillet est loin!), et grogne des personnels pénitenciaires, ce peut être le moment de mettre à l'honneur cet ouvrage - posthume - de Tignous. Ce livre était encore en cours de mise en forme quand notre dessinateur a été assassiné avec ses collègues et amis de Charlie Hebdo. L'avant-propos de la compagne de Tignous et la préface de Christiane Taubira (alors Ministre de la justice) en contextualisent la réalisation.

Cabu, jadis, effectuait des "reportages dessinés" avec beaucoup de dessins et du texte. Aujourd'hui, dans Charlie Hebdo, Riss, Juin, Foolz, ... ont repris le flambeau. Le présent album de Tignous s'inscrit dans cette veine: du dessin illustratif, comme support aux phrases rapportées, et non du dessin de presse ou du dessin d'humour. Il est bâti autour de cinq "reportages dessinés - documentaires", concernant le centre pénitenciaire de Lannemezan, celui pour femmes de Rennes, l'établissement pénitenciaire pour mineurs de Porcheville, les maisons d'arrêt de Douai et de Fleury-Mérogis. On y voit des détenus, des "surveillants", des directeurs... (hommes ou femmes), qui s'expriment, plus ou moins librement... ainsi que leur cadre de vie tel que le dessinateur l'a capté.

Je ne vais "citer" qu'une dizaine de planches. En voici deux qui donnent juste un aperçu d'ambiance à Fleury Mérogis.

 P1050422    P1050421   

Mais surtout, pour ma part, dans cet album, ce qui m'a frappé, c'est le témoignage sur les jeunes en prison (et je ne parle pas des bébés qu'on laisse à leurs mères jusqu'à 18 mois, mais bien des mineurs incarcérés à l'EPM de Porcheville): c'est quelque peu désespérant à mon avis (impression d'un autre univers)... Je vous laisse vous faire votre propre opinion d'après les extraits ci-dessous.

P1050425    P1050424    P1050423    P1050429  

  P1050428    P1050427    P1050426

A noter pour finir que, lorsque l'album est paru en novembre 2015, plusieurs blogs en ont parlé. Entre autres, vous pouvez lire les chroniques de Sabeli, Livrelibre, Bado, Jean-Luc Truc et même un blog "juridique", Sine lege.

Décidément, je ne serais sans doute pas capable de m'engager dans une association intervenant en prison, comme certains de mes proches avaient su le faire en leur temps. Tignous était vraiment bien plus courageurx que moi!

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 5 juillet 2017

Jules / Le retour de Jules - Didier van Cauwelaert

Voici deux romans charmants à lire cet été. Ils se suivent mais on peut lire le deuxième avant le premier: c'est ce que mon ami Ta d loi du cine et moi-même avons fait.

P1050419

Jules est un labrador, un chien dressé pour aider et accompagner les personnes non-voyantes. Dans Jules (Editions Albin Michel, 275 pages), la maîtresse de Jules, Alice Gallien (27 ans), va subir une opération de la cornée qui lui rendra la vue. L'opération est une réussite. Juste avant l'opération, Alice et Jules vont croiser la route de Zibal de Frèges (ça ne s'invente pas!), un vendeur de macarons à l'aéroport d'Orly, bardé de diplômes universitaires et chercheur scientifique chez lui. Par exemple, il place des électrodes sur les yaourts afin d'observer le comportement des ferments lactiques et leur interaction d'un pot à l'autre. Zibal n'a ensuite de cesse de retrouver Alice, mais c'est Jules qui permettra qu'Alice et Zibal soient réunis. Bien entendu, le fait qu'Alice retrouve la vue perturbe Jules qui se retrouve au chômage, et c'était la pire chose qui pouvait arriver à un chien guide. Heureusement, Jules se reconvertit en chien d'assistance auprès d'un jeune épileptique. Je ne vous raconte pas tout, bien entendu. A la fin du roman, Didier van Cauwelaert avoue sa passion pour les chiens d'aveugle (et il est aussi membre de la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie).

On retrouve avec grand plaisir Jules, Zibal, Alice et quelques-uns de leurs proches dans Le retour de Jules (Edtions Albin Michel, 166 pages). "Jules ... a été recruté par l'ESCAPE, l'Ecole supérieure des chiens d'alerte et de protection pour épileptiques créé tout récemment à Nancy. Il a obtenu haut la patte son diplôme d'assistant niveau A, tout engrossant la plupart de ses consoeurs en dehors des heures de service" (p.14). Néanmoins, Zibal apprend avec horreur que Jules est condamné à être euthanasié. On découvre pourquoi assez vite. Jules tombe amoureux pour de vrai avec une braque de Weimar (voir les photos des couvertures). Ils vont s'enfuir tous les deux. Un vrai suspense. J'ai appris grâce à ce roman, et selon l'écrivain, que 10% des chiens sont capables de prévoir une crise d'épilepsie. Ils se mettent à aboyer. Les proches du malade sont capables alors de prévoir le nécessaire pour enrayer la crise. Van Cauwelaert a une plume alerte et vous allez craquer pour Jules. A lire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,