jeudi 10 octobre 2019

Propriété privée - Julia Deck / La clé USB - Jean-Philippe Toussaint

P1110519P1110520

Voici deux romans achetés compulsivement. Ils étaient côte à côte sur un présentoir. Ils font partie des nouveaux romans parus cet automne. J'ai déjà lu un ou deux romans dont La vérité sur Marie de Jean-Philippe Toussaint et j'avais bien apprécié Viviane Elisabeth Fauville de Julia Deck. 

Toujours est-il que j'ai apprécié ces deux romans même si j'ai été frustrée sur la manière dont les récits évoluent.

Pour La clé USB de Jean-Philippe Toussaint (Editions de Minuit, 190 pages), je m'attendais à lire un roman d'espionnage. Le narrateur travaille à la Commission européenne à Bruxelles. Il s'intéresse à la "Blockchain" et aux "Bitcoins". Il publie un rapport sur ces sujets et cela l'amène à être approché par des lobbyistes. Sur le chemin qui l'emmène vers Tokyo pour intervenir dans une conférence, il fera une halte en Chine qui provoquera un blanc de quarante-huit heures (1) dans son emploi du temps. Dans la dernière partie du récit, l'histoire bifurque sur la vie personnelle du narrateur avec la maladie de son père qui est en train de mourir. Quant à la clé USB du titre, c'est un des lobbyiste qui la fait tomber (volontairement ou non) de sa poche. On reste avec plein de questions quand on referme ce roman agréable à lire mais je n'ai pas forcément compris ce que voulait nous dire l'écrivain.

Je passe à Propriété privée de Julia Deck (Editions de Minuit, 173 pages). Cette fois ci, c'est une narratrice qui nous raconte à sa manière comment elle et son mari ont décidé de devenir propriétaires d'un pavillon dans un éco-quartier de la banlieue parisienne. Leur pavillon fait partie d'un ensemble dans une allée résidentielle pour ménages aisés. Une semaine après qu'ils se soient installés, un couple, Arnaud et Annabelle Lecoq, s'installent avec leur petit garçon dans le pavillon voisin de l'autre côté du mur. Et puis, d'autres personnes s'installent au fur et à mesure. La narratrice se rend compte très vite que la vie avec des voisins n'est pas facile d'autant plus qu'Annabelle Lecoq n'est pas sympathique. Cette dernière peut être déplaisante et vulgaire. Malgré tout le temps s'écoule et au moment d'une rentrée des classes, Annabelle et son petit garçon ont disparu. Une enquête de voisinage entraîne l'arrestation du mari de la narratrice. Je pourrais résumer l'histoire à "L'enfer, ce n'est pas les Autres, ce sont les voisins". Comme pour La clé USB, le roman se lit vite. A vous de juger! A emprunter en bibliothèque, à mon avis.

(1) Merci Alex-mot-à-mot!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,