P1120146

Je sais que Noël est passé mais si vous voulez faire un joli cadeau à des gens que vous aimez, je conseille de vous procurer Coquelicot et autre mots que j'aime (Editions Points, 215 pages). Je n'étais pas familière des chansons d'Anne Sylvestre mais avec ce livre, je me suis rendue compte que Mme Sylvestre avait une jolie plume et qu'elle aimait les mots pour eux-mêmes, leur signification et ce qu'ils lui rappelaient de sa vie, en particulier son enfance en Bourgogne. Il y a environ 90 mots: verbes, noms communs, préposition (Hormis) et adverbe (Pourtant). Pour "Escogriffe", elle raconte qu'elle n'en connaissait pas de petit. L'expression courante est "un grand escogriffe" comme l'était le cher Jacques Brel. Elle nous dit aussi que quand elle était petite, elle aimait l'"édredon" de son lit même si désormais, elle est adepte de la couette. Elle décortique ce mot ("E-dre-don", ce "é" ouvert comme un bâillement, dre-don, deux fois le "d", consonance douce et délicate, dre-don, dre-don, comme un ronronnement, un fredon, une berceuse). L'édredon était gros, rebondi, lourd même s'il était rempli de plumes. (En Bourgogne, on l'appelait un "plumon"), il venait par-dessus en plus des couvertures bordées pour mieux nous clouer, nous condamner à sa chaleur... (p.49 et 50) Pour "Frangipane", elle nous annonce, que "des mots existent que l'on doit expliquer, recoiffer, mettre en scène avant de les présenter... "Frangipane", lui, n'est pas de ceux-là. Il vous saute aux narines et au palais, sans ambages, il éclate de sucre, d'amandes et de fleur d'oranger, se faufile sous les croustillances, se cache sous les pâtes quadrillées qu'on effeuille, il vous enrobe, ou mieux vous remplace le coeur, et le sourire qu'il vous façonne ferait penser au paradis s'il existait" (p.57).

Tout l'ouvrage est de cette qualité. C'est un très bel hommage à la langue française. Merci Mme Sylvestre.