samedi 30 janvier 2021

Film vu en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (7)

  P1120184

Lors d'une émission Le Masque et la Plume où les critiques donnent leur opinion, une semaine sur deux, sur des films plus ou moins récents, il a été question des deux versions de Elle et Lui (Love Affair en VO) de Leo McCarey. Je me suis empressée de me procurer les deux versions. La plus récente (avec Cary Grant et Deborah Kerr) date de 1957 (An Affair to Remember en VO). C'est la version la plus connue. Je préfère pour le moment évoquer la version de 1939 en noir et blanc avec Irene Dunne et Charles Boyer. Avec mon ami, on eu la larme à l'oeil à la fin. En préambule, je dirai que la copie disponible en DVD est magnifique. C'est grâce au MoMa (Museum of Modern Art) de New York, qui possédait une vieille copie du film en 35 mm, qu'une restauration a pu se faire, assez récemment. Je ne me rappelais plus bien l'histoire. Terry McKay (Irene Dunne) et Michel Mornayn (Charles Boyer, avec un accent irrésistible), tous les deux fiancés chacun de leur côté, se rencontrent sur un paquebot naviguant vers New-York. Terry est chanteuse et Michel artiste-peintre pas très riche. Ils tombent amoureux et se donnent rendez-vous dans six mois en haut de l'Empire State Building à Manhattan. Six mois plus tard, Michel qui a annulé ses fiançailles, est au rendez-vous, Terry, qui est prête à se marier avec Michel, n'y sera pas... J'ai découvert qu'Irene Dunne avait une très belle voix et j'ai trouvé que Charles Boyer était touchant. Il ne faut pas oublier un troisième personnage qui apparaît dix minutes dans le film, la grand-mère de Michel qui vit à Madère. Elle est en possession d'un beau châle que l'on retrouvera à la fin du film. Un très beau mélo pas mièvre que je vous recommande vivement. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 27 janvier 2021

Film vu en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (6)

 P1120179 

Avec Robert Mitchum, Paul Newman a été mon grand béguin de cinéma dès mon adolescence. Dans Luke la main froide (Cool Hand Luke en VO) de Stuart Rosenberg (1967) que je n'avais pas vu depuis très longtemps, Paul Newman interprète Luke Jackson, un homme condamné à deux ans de travaux forcés pour avoir vandalisé des parcmètres. A priori, l'histoire se passe dans les années 50. Luke ne quitte jamais son petit sourire en coin. Il est rebelle à l'autorité, il ne supporte pas d'être en prison. Il n'a de cesse de s'évader pour mieux être rattrapé. Comme punition, il va connaître le cachot et ensuite, il va être enchainé à d'autres prisonniers qui se mettent à l'admirer pour sa tenacité. Il devient un héros sauf aux yeux de sa mère qui vient le voir. La scène entre le fils et la mère, qui décède peu de temps après, est un moment fort du film, tout comme le pari de Luke d'avaler 50* oeufs durs en une heure. Face à Luke et aux autres prisonniers, il y a le directeur du camp et ses adjoints qui sont particulièrement retors et sadiques. A un moment donné, le directeur parle d'échec dans sa communication avec Luke quand celui-ci s'évade pour la énième fois. Bien entendu, l'histoire se termine mal pour Luke. Mais pendant la durée du film, on aura passé un bon moment. Paul Newman est magnifique avec ses beaux yeux bleus. 

*Et non 70, comme Laurent et Ronnie me l'ont fait justement remarquer.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 24 janvier 2021

Film vu en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (5)

P1120180

Je me rappelle très bien quand je suis allée voir Les trois jours du Condor (Three Days of the Condor en VO) de Sydney Pollack. Ma maman qui m'a donné le virus du cinéma m'accompagnait. Le film est sorti en France en novembre 1975. J'avais 13 ans et demi. Je sais que je n'avais pas tout compris de l'histoire à l'époque mais c'était le plaisir de voir Robert Redford à l'écran. Et l'histoire se passe à New-York... Je rappelle, pour ceux qui l'ignorent, que l'histoire est inspirée du roman de James Grady Les six jours du Condor, paru en 1974. Joseph Turner travaille avec le nom de code "Condor" pour une unité clandestine de la CIA. Ses six collègues et lui sont installés dans une maison de ville avec l'enseigne "American Literary Historical Society" dans une rue de Manhattan. Ils épluchent journaux, livres, diverses publications, afin de découvrir des messages secrets et/ou des informations utiles. Un jour, à l'heure du déjeuner, Joseph part chercher à déjeuner pour tout le monde. Quand il revient, il constate que ses collègues ont tous été assassinés. Il s'enfuit immédiatement. Il se rend compte qu'il est poursuivi en particulier par un tueur froid et méthodique, Joubert (Max Von Sidow). Dans sa fuite, Joseph va enlever Kathy Hale (Faye Dunaway), une photographe indépendante qui est plus ou moins forcée à l'aider. Cela va déboucher sur une relation amoureuse qui n'apporte pas grand-chose et qui ralentit le rythme. Dommage car l'intrigue est haletante, et New-York bien filmée (on voit les tours du World Trade Center). C'est un fim américan comme on n'en voit plus beaucoup. Je conseille et je constate qu'après Yakuza, c'est le deuxième film de Sydney Pollack que je chronique en trois jours.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 21 janvier 2021

Film vu en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (4)

P1120181

Parmi mes films préférés avec Robert Mitchum, je vous conseille Yakuza de Sydney Pollack (1974), sorti en 1975 en France. Robert Mitchum interprète Harry Kilmer, un ancien policier militaire pendant la Seconde guerre mondiale devenu ensuite détective privé (mais il est maintenant à la retraite). Il a quitté le Japon vingt ans auparavant après y avoir vécu quelques années au côté d'une Japonaise, Eiko et de sa fille Hanako, dont il avait sauvé les vies quand la ville de Tokyo avait été bombardée. Quand l'histoire débute, Georges Tanner (Brian Keith), un ami d'Harry, demande à ce dernier de partir au Japon. En effet, la fille de Tanner a été enlevée par un gang de yakuzas car Tanner n'a pas respecté son engagement de livrer des armes alors qu'il a été payé. Arrivé à Tokyo, Harry commence par aller voir Eiko et Hanako avant d'aller jusqu'à Kyoto pour revoir Tanaka, le frère de Eiko. Tanaka a été yakuza pendant plusieurs années après la guerre, mais il ne l'est plus. Cela ne l'empêche pas d'aider Harry dans son entreprise. Je ne me rappelais pas que l'image était si belle. Pollack donne envie d'aller visiter le Japon. Il y a des plans d'intérieurs superbes. Robert Mitchum est très bien et il n'écrase pas ses partenaires japonais qui sont tous excellents. La fin du film est très émouvante. J'ai bien apprécié la musique de Dave Grusin qui donne un côté jazzy au film. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 18 janvier 2021

Film vu en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (3)

Grâce au DVD, on peut (re)voir des films devenus des classiques.

P1120178

Je recommande vivement La maison du Diable (The Haunting) de Robert Wise. Ce film datant de 1963 et tourné en Angleterre en noir et blanc est une adaptation filmique d'un roman de Shirley Jackson. Il s'agit d'une sorte de huis-clos horrifique qui se passe dans un vieux manoir dans le Massachussetts sur la côte est des Etats-Unis. Dans les années 1870, Hugh Crain fit bâtir une demeure pour sa femme qui mourut quand l'attelage où elle se trouvait s'est renversé juste à l'entrée du manoir. La deuxième femme de Crain mourut en tombant dans des escaliers. Abigail, la fille unique de Crain resta confinée dans la nursery pendant toute sa vie sans sortir. Elle eut une dame de compagnie qui faisait office d'infirmière. Cette dernière se pendit en se servant de l'escalier en colimaçon menant à la bibliothèque. Après tous ces tragiques événements, la maison resta inhabitée jusqu'au jour où, 90 ans plus tard, un certain Professeur Markway décide de mener des expériences de parapsychologie pour vérifier si ce manoir est hanté. Il est accompagné par trois personnes : Luke (Russ Tamblyn), le neveu de la propriétaire, Théodora (Claire Bloom), une médium, et Eleanor (Julie Harris), une femme très perturbée après la décès de sa mère.

Bien entendu, dès la première nuit, des coups sourds, des portes dont les poignées tournent, des voix d'enfant et des rires vont effrayer nos quatre personnages ainsi que le (télé)spectateur. Quand une force surnaturelle pousse une porte menant au salon jusqu'à ce qu'elle se torde vers l'intérieur, cela fait très peur. Il y a un travail admirable sur les ombres et la lumière, sur la manière dont sont filmés les acteurs. Il n'y a pas d'effets spéciaux à proprement dit mais tout est dans les sons. Les coups sourds et sonores avec la caméra qui suit le mouvement restent toujours effrayants. Je ne vous dévoilerai rien de plus de l'histoire, mais si vous ne connaissez pas ce film, essayez de le voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 15 janvier 2021

Films vus en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (2)

 P1120173

Je ne suis pas une grande fan de John Wayne, mais après que mon ami Ta d loi du cine a beaucoup insisté, j'ai vu deux films avec lui que je ne connaissais pas ou peu, Chisum d'Andrew McLaglen (1970) et Le barbare et la Geisha de John Huston (1958), et un troisième sans lui (sans John Wayne, je veux dire).

Chisum est un film qui se passe dans le comté de Lincoln dans le territoire du Nouveau Mexique à la fin des années 1870. John Chisum a vraiment existé, Il a possédé plus de 100 000 têtes de bétail dont certaines ont servi à nourrir l'armée. Dans le film, Chisum (John Wayne) doit affronter Lawrence Murphy, un homme avide qui aimerait s'approprier les terres de Chisum, entre autres acquisitions. Il ne recule devant rien. Heureusement, Chisum reçoit de l'aide de Billy the Kid et Pat Garrett qui sont des personnages plutôt sympathiques dans l'histoire. Le film se laisse voir agréablement ainsi que le documentaire sur John Wayne et Chisum. On voit des moments du tournage. John a coproduit le film par l'intermédiaire de sa boîte de production Batjac créée en 1952.

Le barbare et la Geisha de John Huston nous fait découvrir un John Wayne surprenant. L'histoire se passe en 1856 au Japon, qui, après 200 ans d'isolement, s'ouvre à l'Occident. Il interprète Townsend Harris (1804-1878) qui doit devenir le premier ambassadeur américain au Pays du Soleil Levant. Il est accompagné par Henry Heusken (Sam Jaffe) qui lui sert d'interprète. L'accueil des Japonais dont le gouverneur de la province est glacial. Townsend n'est vraiment pas le bienvenu mais il ne se laisse pas intimider. Les Japonais croient que cet Américain va provoquer la colère des Dieux et ils décident de l'espionner en lui envoyant une Geisha, qui doit rapporter tout ce qu'elle voit et entend. Une épidémie de choléra va changer la donne. Townsend montre son courage à cette occasion. Il va devenir un héros aux yeux des Japonais. Une découverte filmique intéressante. 

Je termine avec Victor Victoria de Blake Edwards, un film de 1982 vu à l'époque de sa sortie. C'est à nouveau mon ami Ta d loi du cine qui a insisté pour qu'on le revoie. Je ne le regrette pas. Ce film musical se passe à Paris dans les années 30, Victoria Grant (Julie Andrews), une chanteuse sans le sou, n'arrive pas à trouver du travail, et pourtant elle a un joli brin de voix. C'est grâce à un homosexuel quinquagénaire appelé Toddy (Robert Preston, très bien) qu'elle va se travestir et devenir "Victor". Elle fait sensation dans les cabarets jusqu'au jour où un producteur américain qui assiste à un de ses spectacles est attiré par celle qu'il croit être un homme. Presque 40 après l'avoir vu, je trouve que le film n'a pas vieilli. Il est plein d'allant. Julie Andrews, Robert Preston et James Gardner sont excellents, et il faut noter la musique d'Henry Mancini et trois des chansons du film: "Gay Paree", "Le Jazz Hot" et "The Shady Dame From Seville". 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 12 janvier 2021

Films vus en DVD en attendant la fin du couvre-feu et la réouverture des cinémas (1)

P1120172

Voici trois films que je n'aurais pas forcément (re)vus sans le confinement. 

Je commence avec Le dernier train du Katanga (1968, titré The Mercenaries en VO) de Jack Cardiff qui a été aussi un chef opérateur reconnu (Pandora, Les chaussons rouges, Le Narcisse noir, Les Vikings ou L'odyssée de l'African Queen). Le dernier train du Katanga s'appuie sur des faits réels : la décolonisation du Congo Belge, et la rébellion Simba. Des mercenaires dont un ancien nazi et un médecin alcoolique sont chargés par le nouveau président de la République démocratique du Congo d'aller chercher en train des colons menacés de morts et 50 millions de dollars en diamants entreposés dans le coffre d'une compagnie minière. Autant le voyage à l'aller se déroule sans anicroches ou presque, autant sur place et au retour, rien n'ira comme prévu. J'ai bien apprécié ce film assez violent pour l'époque qui a été tourné à la Jamaïque. En revanche, la fin m'a déconcertée.

Je passe au film de Don Siegel sorti en 1970, Sierra Torride (Two mules for Sister Sara en VO) avec Clint Eastwood et Shirley Maclaine. L'histoire se passe au Mexique durant l'intervention des Français entre 1861 et 1867. Ces derniers souhaitaient installer un régime favorable à leurs intérêts. Hogan (Eastwood) est un mercenaire payé par les Mexicains (Juaristes). Il doit trouver les failles d'un fort tenus par les Français. Sur son chemin, il sauve Sara (McLaine), une religieuse qui allait être violée par trois individus. Elle déclare qu'elle est aussi pourchassée par les Français. Ce couple improbable mais sympathique va faire route ensemble. Sara va montrer sa débrouillardise et on va découvir qu'elle n'est pas ce que son habit fait croire. Le film est une comédie qui se laisse voir.

Avec Police Fédérale Los Angeles de William Friedkin (1985), on est assuré de voir un film haletant. A l'époque, Willem Dafoe, John Turturro ou William L. Petersen n'étaient pas encore très connus. A Los Angeles, Rick Masters (Willem Dafoe), peintre et faux-monnayeur, fait tuer Hart, un agent fédéral qui était sur ses traces. Richard Chance (William L Petersen), le co-équipier de Hart, décide de venger son collègue. Tout va très vite comme une course poursuite en voiture d'anthologie. Je ne me rappelais pas que ce film était si bien. Je vous le recommande.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 9 janvier 2021

Mon blog a 14 ans aujourd'hui...

66671252-14-ans-d-anniversaire-nombre-avec-la-bougie-de-fête-pour-le-gâteau-de-vacances-quatorze-anniversaire

... Et je commence à sentir un certain essoufflement. Il faut dire que l'année 2020 n'a pas contribué à me motiver: manque de films, manque de sorties au théâtre, manque d'expositions même s'il reste les livres à acheter ou à emprunter. En 2007, je me revois créer mon blog sur aceblog (aujourd'hui disparu). Je tapais sur mon petit ordinateur, sur un canapé dans ma salle-à-manger. Quand j'ai eu mon premier commentaire, j'avais été étonnée et contente que quelqu'un me lise et prenne la peine de me commenter. C'est mon ami qui m'a encouragée à créer ce blog et je me suis mise à écrire un billet tous les jours. Et puis je suis passée à un billet tous les deux puis trois jours. Mais ces derniers temps, j'ai du mal à tenir le rythme. Déjà parce que je ne peux plus aller au cinéma, et puis, je ne lis pas très vite. Lire un livre tous les trois jours, ce n'est pas possible pour moi. Par ailleurs, les blogs dignes de ce nom sont de moins en moins nombreux sur la blogosphère. Beaucoup ont malheureusement disparu. Des blogueurs cessent de publier sans explication. Les blogs sont soit supprimés, soit ils restent en ligne abandonnés dans le cyber espace. C'est un peu triste. Et concernant les plates-formes de blogs, j'ai de plus en plus souvent du mal à commenter, avec "erreur sur le commentaire", et cela devient de plus en plus récurrent. Je ne parle même pas de la plateforme canalblog qui n'arrête pas de nous jouer des (mauvais) tours: blog en maintenance, blog qui ne fonctionne plus, etc. Au bout d'un moment, c'est crispant. Je devrais changer de plate-forme mais je n'ai pas le courage de le faire.

Tout ceci n'est pas bien gai mais pour le moment je continue car j'aime aller voir les blogueurs fidèles (ils sont en lien sur la colonne de droite de mon blog) qui me donnent beaucoup d'idées sur des lectures. Certains publient de belles photos de régions de France ou de l'étranger avec un texte/ reportage qui sort des sentiers battus. Je remercie aussi mes blogueuses cinéma comme Pascale et FredMJG qui me permettent de jouer à des jeux cinéma. J'aime le côté anonyme et en même temps familier des blogs. A force, on arrive à tisser des liens. C'est le côté sympathique des blogs. Même si on n'est pas d'accord sur tout, on se fait des commentaires qui restent mesurés et sans animosité. 

Merci encore à tous mes lecteurs!

********************

[Hé ho, et moi (ta d loi du cine)? Et les stats du statisticien? J'espère qu'il me reste un peu de place pour quelques considérations chiffrées...]

En 2020, 131 personnes ont laissé au moins un commentaire sur le blog de dasola (soit 1574 au total sur l'année - le plus faible chiffre excepté l'année de la création du blog en 2007 [897 commentaires], bien loin du record de 2615 en 2014). Depuis 2018, ce total annuel plonge avec 200 commentaires en moins chaque année.

Cependant, le nombre de primo-commentateurs est reparti à la hausse (15), certains suite à une visite de dasola sur leur blog. En tout, 9 blogueurs.euses sont venus ou revenus en 2020 suite aux "prospections" que j'ai réussi à convaincre la maîtresse de blog de reprendre (visiter de nouveaux blogs ou des blogs non visités depuis fort longtemps...).

A titre de comparaison, parmi les 10 internautes venus en 2019 faire un premier commentaire, 2 sont aujourd'hui devenus "fidèles" (au moins 5 commentaires chez dasola). Parmi les 21 de 2018, c'est le cas de 4 blogueurs. Sur les 28 arrivés en 2017, ils sont 6 (au vu de la situation trois ans après, donc, dans ce dernier cas), dont 5 blogs toujours actifs en 2020. Pour les 34 qui étaient venus pour la 1ère fois en 2016, 7 ont aujourd'hui atteint le statut de "fidèles" (parmi eux, 6 sont revenus en 2020)...

Par contre, 31 de ceux venus en 2019, contre 46 de ceux venus en 2018, 51 de ceux venus pour la dernière fois en 2017 (dont 21 étaient des "fidèles") ou 21 de ceux venus en 2016... ne sont pas revenus en 2020 (même si dasola est parfois retournée visiter leur blog en 2020 - pour autant que celui-ci soit toujours en activité, ce qui n'est pas forcément le cas).

Tout cela ne contredit malheureusement pas ce que disait dasola ci-dessus sur le déclin général des blogs... Pour mémoire, vous pouvez voir les billets "statistiques" précédents en passant par le tag "Vie du blog".

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 7 janvier 2021

Le Rire de Cabu - Exposition (à la Mairie de Paris) & Livre

En ce 7 janvier 2021, six ans se sont écoulés depuis le massacre de Charlie Hebdo. 12 personnes ont été assassinées ce jour-là. Je leur ai rendu, je leur rends et leur rendrai hommage le 7 de chaque mois. Mais cette fois-ci encore, mon billet concerne Cabu.

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) m'étais rendu à l'Hôtel de Ville de Paris pour visiter l'exposition Cabu quasiment dès son ouverture, le 9 octobre 2020. Et puis il y a eu le deuxième confinement (à partir du 30 octobre), ce qui m'a empêché d'en tirer un article pertinent. 

Exposition_LeRiredeCabu_MairiedeParis_2°21_070121

Dates_2021_Expo_LeRiredeCabu_070121

En ce début 2021, j'ai cru comprendre en regardant ce qu'il en était aujourd'hui que l'exposition, qui devait avoir lieu initialement du 9 octobre au 19 décembre 2020 (voire au 9 janvier 2021), serait relancée, ou réactivée, sur une nouvelle période, à compter du 12 janvier 2021. Mais avec le report plus ou moins sine die de la réouverture des "lieux culturels", pas sûr que ces dates soient toujours d'actualité...

Je n'ai en tout cas jamais reçu réponse du service de presse aux trois mails où je leur demandais des informations un peu plus spécifiques que ce qui figurait sur les outils de communications "officiels" (dossier de presse...). J'aurais aimé informer mes lecteurs sur l'historique de ce projet d'exposition (quand l'idée en est-elle née? Qui est à l'iniatitive du projet [Mairie, ou ayants droit de Cabu]? A quelle date le Conseil de Paris a-t-il eu à se prononcer sur cette exposition?), sur la synchronicité (sans doute volontaire) avec le procès des attentats de janvier 2015 (lui-même retardé par la crise de la Covid-19 [procès que la presse annonçait en juin 2019, sauf erreur de ma part, pour entre avril et juillet 2020]), et pouvoir donner de vrais éléments d'information chiffrés (nombre de visiteurs espérés ou attendus [avec ventilation entre scolaires et grand public], chiffres réels de fréquentation, comparaison avec d'autres expositions de ces dernières années à la Mairie de Paris [Exode de 1940, Libération de Paris...], et enfin budget de cet événement gratuit [c'est-à-dire payé par d'autres que ceux qui l'utilisent / le visitent]). Je dois donc me passer d'une réponse écrite dont j'aurais pu vous faire part. 

Par contre, je viens de découvrir la possibilité de visiter via internet, "virtuellement", l'exposition en ligne: la voix de Véronique Cabut nous y accueille en disant qu'Anne Hidalgo avait souhaité cette exposition dès janvier 2015. Bien entendu, pour ma part, j'ai préféré la visiter en présentiel (à la période où cela a été possible). 

*****************

En ce qui, maintenant, concerne le livre, je me le suis procuré la veille du deuxième confinement (fin octobre 2020).

P1120157   P1120159
Le Rire de Cabu, 194 pages, éditions Michel Lafon, 2020

Il se présente comme le catalogue de l'exposition. Parmi les différents textes introductifs (signés par Riss, par Jean-Luc Porquet [biographe], par Jean-François Pitet [commissaire de l'exposition]), je vais citer celui de Véronique Cabut: "Cabu était un homme libre. Il nous reste ses dessins, il me reste à construire sa mémoire. Visionnaire, il l'était. Il avait tout compris de notre époque et savait plus que personne anticiper les débats actuels. Le dessin de presse satirique est un élément essentiel de notre culture et de notre environnement démocratique. C'est sans doute pourquoi Cabu mettait autant de passion et d'énergie à le défendre avec talent, sans jamais sacrifier son humour. A travers cette exposition dont le principe était acté dès 2015 par Anne Hidalgo, la maire de Paris, une évidence commune s'est imposée: faire rire!". 

L'exposition débute avec la reconstitution de l'atelier de travail de Cabu, et nous présente sa célèbre (?) automobile "de collection", amenée sur place en tôle et en pneus.    

P1120158 le rabat de la 2e de couv' se déplie...  

P1120162 p.63, évocation de la "Trèfle" de Cabu

J'ai trouvé dans le livre les documents vus affichés en reproduction (ou "en original" dans des vitrines). Lorsque j'avais fait la visite, la circulation était suffisamment fluide pour qu'on puisse rester devant chaque dessin plus longtemps que devant la Joconde au Louvre. Je pense que j'avais bien dû y passer 90 minutes. Je vous cite ci-après quelques-uns des dessins que j'avais appréciés "en vrai". 

P1120160 p.21. C'est vrai que ce dessin date un peu (1986 - 35 ans): aujourd'hui, les habitants de la France doivent être quelque 67 millions. Mais la question (im)pertinente reste inchangée. 

L'exposition donnait aussi à voir et à entendre "en boucle" le témoignage d'un des protagonistes du canular Strasbourg-Paris en 1959, monté en sa ville natale de Châlons par le jeune Cabu avec deux complices. 

Le montage de trois dessins ci-dessous m'a parlé: combien de bourgs ont été "tués" par la déviation de la route nationale qui les traversait? Mais les conséquences vont encore plus loin, pour Cabu... 

 P1120164 p.97.

L'exposition comme le livre ambitionnent de rappeler tous les aspects d'une carrière de dessinateur de presse débutée dans les années 1950.   

P1120163 p.72. Cette seconde partie de "calendrier selon Cabu" était restée inédite car elle n'avait pu être diffusée dans l'émission Récré A2 (faute de temps) le 31 décembre 1981 (il y a près de 40 ans). 

P1120161 p.23. En 2022, la question de savoir quelle France nous voulons (celle des Beauf, ou pas) se posera sans doute une fois encore...

En conclusion, un livre (à défaut d'exposition) qui ambitionne de faire découvrir Cabu et ses sujets de prédilection à qui ne le connaissait pas, avec entre 300 et 350 documents et dessins, dont quelques inédits. La plupart sont "copyright V. Cabut", bien sûr.

A toutes fins utiles, je vous renvoie au dossier de presse officiel de l'exposition. Enfin, nettement plus intéressant, on peut aussi trouver la mise en ligne de ses planches exclusives pour la Mairie de Paris (collaboration à 50 numéros du magazine A Paris, entre 2002 et 2014). 

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 4 janvier 2021

Les chemins de la haine - Eva Dolan

P1120156

Je ne connaissais pas cette romancière. Je viens de réparer cette lacune grâce à son premier titre paru en français en 2018, Les chemins de la haine (Points - Seuil, 524 pages). L'histoire se passe de nos jours à Peterborough, une ville de l'est de l'Angleterre. Jaan Stepulov, un Estonien, est retrouvé mort brûlé dans un abri de jardin des Barlow, un couple presque sans histoire mais aux opinions un peu extrêmes comme certains Anglais qui ne supportent pas les migrants venus chercher un travail et une meilleure vie après avoir quitté leur pays d'origine. L'enquête pour savoir ce qui s'est passé est menée par l'inspecteur Dushan Zigic (immigré de troisième génération) et sa coéquipière, le sergent Melinda Ferreira (ses parents sont portugais). Tous les deux appartiennent à la section des crimes de haine. Grâce à leurs investigations, ils vont faire face à une réalité peu reluisante: l'esclavage humain dans le BTP (et dans d'autres corps de métier). Des hommes et femmes issus de l'immigration sont traités comme du bétail, exploités sans espoir de s'en sortir à quelques exceptions près, et à quel prix! J'ai trouvé que ce roman avait un rythme soutenu sans temps mort et que les personnages étaient bien campés. Il m'a tellement plu que je viens de commencer Haine pour haine, le roman suivant de Mme Dolan. Un troisième est paru, Les oubliés de Londres. Une romancière à suivre.

Lire les billets d'Encore du noir, de Jostein, de Pierre Faverolle, de Cannibales Lecteurs et de Jean-Marc Laherrère.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,