dimanche 9 mai 2021

Adultère - Yves Ravey

P1120391

Après le "pavé" de 634 pages de Laurent Mauvignier chroniqué le 3 mai, j'ai continué avec les éditions de Minuit en lisant un roman nettement plus court (140 pages), le dernier en date d'Yves Ravey. Adultère est le cinquième roman que je lis de cet écrivain au style bien à lui [cf., dans la col. de droite, l'Index des livres], avec toujours un narrateur qui est le "méchant" de l'histoire. Le narrateur, Jean Seghers gère une station-service qui vient d'être déclarée en faillite. Il a eu affaire avec Walden, le président du tribunal de commerce qui est en charge du dossier de la faillite. Seghers soupçonne sa femme Remedios (quel prénom étrange) d'avoir une liaison avec Walden et avec Ousmane (lui-même marié à Amina et père de deux enfants), le veilleur de nuit de la station-service. Ce même Ousmane attend de Seghers qu'il lui verse ses indemnités de licenciement. Comme il n'a pas l'argent nécessaire, Seghers donne à Ousmane, en gage de bonne volonté une gourmette en or, que sa femme Remedios lui avait offerte lors d'un voyage à Venise. En parallèle, Seghers lui signe une reconnaissance de dettes. Mais Seghers se sent floué et trahi et il commet un homicide, d'une manière que je vous laisse découvrir. C'est là qu'intervient Brigitte Hunter, une experte en assurances qui va mener à bien son enquête. Un roman qui se lit vite: peu de pages et des phrases relativement courtes. La trame de l'histoire ressemble assez aux romans précédents de Ravey. Il narre plus ou moins la même chose mais dans un contexte différent. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 7 mai 2021

Mai 68 - Wolinski, Cabu, Gébé, Siné, ...

Ce mois-ci, dans la série de mes hommages aux dessinateurs assassinés à Charlie Hebdo en 2015, je [ta d loi du cine, "squatter" chez dasola] vais présenter un livre plus ou moins anniversaire: Mai 68, vu par l'équipe de Hara Kiri. Je l'avais acheté (à prix bradé) en septembre 2020 sur une aire d'autoroute (je sais, c'est pas bien - c'était à l'époque où l'on pouvait voyager sans restrictions, ce qui n'excusait pas de prendre la bagnole).  

P1120314  P1120315

Nous sommes aujourd'hui cinquante-trois ans après les faits (lors desquels les vétérans fondateurs de Charlie Hebdo deux ans plus tard étaient déjà dans la force de l'âge, tandis que certains des participants à la seconde série étaient encore enfants [Tignous collégien et Charb sans doute porteur de couches!]), mais aussi 13 ans après l'édition originale, et 3 ans après la réédition que j'ai entre les mains. Voici le texte intégral de la présentation signée par l'éditeur (Michel Lafon): "En 2008, j'ai eu l'immense plaisir de publier ce Mai 68 d'anthologie, réunissant les extraordinaires dessins, mais aussi les textes de Cabu, Gébé, Reiser, Siné, Wolinski... Avec leurs mines acérées, ils ont observé, dépeint, critiqué, raillé, été les témoins de cette époque, sur laquelle un vent de révolution et de liberté a soufflé.
Aujourd'hui ils ne sont plus là pour nous croquer les cinquante ans de Mai 68, et depuis ce maudit 7 janvier 2015, leur liberté d'expression a été meurtrie. Cabu et Wolinski sont partis, les autres copains les ont précédés ou suivis... Mai 68 s'éloigne, mais le trait de ces dessinateurs de génie et la verve des irremplaçables Professeur Choron et Cavanna sont là pour nous empêcher d'oublier.
Alors nous avons décidé de rééditer ce Mai 68 sans changer un dessin, sans modifier un mot de ce que Cabu, Wolinski, Cavanna et les autres ont écrit. Pour leur rendre hommage à tous."

En le feuilletant, on y remarque beaucoup de Siné et de Wolinski avec un tout petit peu de Reiser (non mentionné sur la couverture). Une fois de plus, il s'agit d'un recueil de dessins ne comportant pas de numéros de pages! Cela ne m'a pas empêché de m'attacher à compter les dessins respectifs. En me fiant aux têtières des pages et au style de chaque dessinateur, voici les chiffres auxquels je suis arrivé (sachant que certaines "dessins" s'étalent sur plusieurs pages (jusqu'à six pour Wolinski) à raison d'une "case" par page. Pour Siné, j'ai compté 43 pages avec un seul dessin, 5 dessins sur deux pages et une série courant sur 4 pages (total 49 oeuvres en 57 pages). Avec Cabu, j'arrive à 11 dessins monopages, 5 sur deux pages, et une série sur 5 pages (total 17 oeuvres en 26 pages). Concernant Wolinski, j'ai trouvé seulement 6 dessins monopages (les autres courent de 2 à 6 pages - dont quelques bandes "Monsieur..."), mais un total de 20 oeuvres couvrant 67 pages. Figurent encore dans l'ouvrage deux oeuvres signées Gébé (4 et 1 pages), deux dessins signés Topor, 4 apparitions de Reiser (dont une sur 4 pages), un dessin avec la Marianne de Jean Effel (?), un de Sempé (sur deux pages), et une couv' d'Hara Kiri (octobre 68). Mais aussi (mais encore) 55 pages d'affiches (?) non signées (ou dont la signature est pour moi illisible, dans au moins deux cas!). Je ne sais pas si un certain nombre ne sont pas dues à Gébé, mais je suppose qu'il en aurait été crédité dans ce cas! On en a donc pour son argent puisque j'arrive à quelque 250 pages: 171 pages de dessins, plus une quinzaine de pages de témoignages écrits des quatre dessinateurs signataires (Cabu, Siné, Gébé, Wolinski), mais aussi de Cavanna, chacun sur 2 ou 3 pages, précédés d'un dessin de Cabu... et avec, par raccroc le Professeur Choron... sur une petite page et précédé d'un dessin de Reiser. 

Après ces quelques phrases un peu (ch...) austères, place à ce qui est le plus attendu par mes lecteurs je suppose: ma petite sélection subjective de dessins...

P1120297 Horrible, ou comble de l'erreur ?...

P1120301 Siné fait écho à Cabu... à moins que ce soit l'inverse! P1120299 

P1120304 Ce dessin de Reiser évoque pour moi deux échos particuliers, datant de l'occupation de la Sorbonne en... décembre 1986, avec des textes identiques ("il y a 18 ans, papa occupait la Sorbonne"). Premier écho (un père, visage sévère et lunettes aveugles): "Petit con!". Second écho (un CRS anonyme): "Papa aussi!". 

P1120298 Bravo pour l'image Siné... graphique. 

P1120307  P1120308 Wolinski: une, deux, une, deux... 

P1120302 Siné, encore (rien à voir, mais en 1968, Albert Dubout était toujours vivant...) 

P1120306  P1120310 Wolinski et Siné. Ah, ce dégaulisme primaire, qu'est-ce que ça apparaît daté en 2021...

P1120313 Reiser et le mot de la fin

P1120300  P1120303  P1120305  P1120309  P1120311  P1120312 Je termine par les auteurs de Hara Kiri / Charlie. Dans l'ordre: Cavanna, Wolinski, Siné, Géné et Cabu (croqués par ce dernier), et même le Professeur Choron croqué par Reiser. 

Comme ce n'est pas une année-anniversaire en "zéro" ou en "cinq", il y a peu de chances qu'on s'intéresse beaucoup à "mai 68" cette année...

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 6 mai 2021

La piscine - Jacques Deray / Max et les ferrailleurs - Claude Sautet

Dans treize jours, les salles de cinéma devraient rouvrir, hip hip hip, hourra!!!

En attendant, je continue à revoir quelques films qui sont devenus des classiques. Ce billet est une sorte de mini-hommage à Romy Schneider (disparue le 29 mai 1982) qui joue dans les deux films chroniqués.

P1120370

La piscine de Jacques Deray, sorti en France en janvier 1969 (il a été tourné en 1968), a permis à Romy Schneider de relancer sa carrière. Elle interprète Marianne qui file le parfait amour avec Jean-Paul (Alain Delon), un agent publicitaire. Ils passent des vacances idylliques dans une superbe villa au-dessus de Saint-Tropez. Ils reçoivent un coup de fil inattendu d'Harry Lannier (Maurice Ronet), qui a l'intention de venir avec sa fille Pénélope (Jane Birkin).  Harry, au sourire charmeur, arrive en Maserati, accompagné de Pénélope. Harry est le meilleur ami de Jean-Paul et l'ancien amant de Marianne. Petit à petit, un malaise s'installe au sein de ce quatuor, dans lequel Pénélope, qui parle peu va provoquer le chaos. Quelqu'un est assassiné, noyé dans la piscine, l'enquête n'aboutit à rien (dans la version que j'ai vue). Mais il existe une fin alternative. J'ai beaucoup aimé revoir ce film pour les acteurs qui sont tous magnifiquement filmés sous le soleil de Saint-Tropez dans une villa de rêve. Voir le billet d'Armelle. Le film a été redifffusé récemment sur Arte en hommage à Jean-Claude Carrière qui a co-écrit le scénario.

P1120369

Je passse à Max et les Ferrailleurs dont Strum a tiré un très beau billet. J'ai eu envie de revoir ce film de Claude Sautet sorti en 1971 et qui réunit une brochette d'acteurs français comme il n'y en a plus beaucoup: Bernard Fresson, François Périer, Georges Wilson, Phlippe Léotard, Bobby Lapointe (dans un petit rôle). Et bien entendu le couple de Les Choses de la vie, Michel Piccoli et Romy Schneider. Max (Michel Piccoli) est un inspecteur de police qui rêve d'attraper des gangsters en flagrant délit lors d'un casse. C'est un homme d'un abord froid au visage blafard à l'air inquiétant qui porte un chapeau et un costume sombre. Il rencontre fortuitement Abel, un ancien camarade de régiment (Bernard Fresson) qui est ferrailleur, pillant les chantiers avec toute une bande de petits truands aux casiers judiciaires plus ou moins chargés. Abel vit avec Lily (Romy Schneider), une prostituée d'origine allemande. De manière préméditée, Max fait la connaissance de Lily, dont il devient un des clients sans jamais coucher avec elle. Il se fait passer pour un banquier et arrive à influencer les ferrailleurs, par l'intermédiaire de Lily, pour organiser un futur hold-up. Michel Piccoli est absolument remarquable dans le rôle de Max et Romy Schneider est bien charmante. Un film à (re)voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 3 mai 2021

Histoires de la nuit - Laurent Mauvignier

P1120329

Je viens de terminer les 634 pages d'Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier (Editions de Minuit). Quel formidable roman superbement écrit! Je n'avais encore rien lu de cet écrivain français. J'ai été éblouie par son style, des phrases parfois longues avec une ponctuation atypique. L'histoire en elle-même peut se résumer en peu de phrases. Dans un hameau appelé La Bassée quelque part en France, il y a trois maisons: celle de Patrice Bergogne, son épouse Marion et leur fille Ida âgée de 10 ans, une maison vide à louer et une troisième où vit Christine, une peintre sexagénaire aux cheveux rouges qui vit avec un berger allemand appelé Radjah. Depuis quelque temps, Christine reçoit des lettres anonymes dont on ne connaîtra pas la teneur. Patrice est éleveur et possède plusieurs vaches. Il est marié depuis quelques années avec Marion dont on va découvrir le passé agité. On devine que le couple formé par Patrice et Marion n'est pas très harmonieux, mais Ida est le ciment de leur relation. L'histoire se passe sur environ une demi-journée. On va fêter les 40 ans de Marion. Patrice, Christine et Ida s'occupent des préparatifs de la soirée qui s'annonce bien. Mais des éléments perturbateurs surgissent, en les personnes de Denis, Christophe et Le Bègue, trois frères qui ont des comptes à regler et vont apporter la violence. Le chien est rapidement éliminé. Par petites touches, Mauvignier nous dévoile pourquoi les trois frères sont là. Ils ont préparé leur venue depuis un certain temps. 634 pages pour raconter cette histoire peut paraître long? Et bien, pas du tout, en ce qui me concerne. L'écrivain prend son temps mais je n'ai pas trouvé de longueurs, une vraie gageure! Pour information, "Histoires de la nuit" est un livre de contes que Marion lit à Ida.

Lire les billets de Krol, Choup, Keisha, Pierre D, Une comète, Christw, dominique, Sandrion et Shangols

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 1 mai 2021

Non mais "Au vaccin!" quoi - N°13

Le mois dernier, ça a été un peu l'inflation (en terme de nombre d'items relevés dans la presse puis à remettre en forme), entre la situation, la vaccination, la déconfination (pardon, le déconfinage). D'où le loooong billet qui suit (signé ta d loi du cine, squatter chez dasola). Espérons que ce 13ème billet de "rebuts de presse" nous portera chance (enfin, ça dépend de quel pied on le lit). Au travail et... bonne lecture! 

Je n'avais pas encore mis en exergue l'impossible quête du "Patient zéro Covid-19" en France... Il semble que l'expression vienne de celui du Sida aux Etats-Unis (échantillon de sang du steward étiquetté "O" [O majuscule] pour Outsider of California, et non "0" [zéro]). Bon, ça aura au moins abouti à une bande dessinée... (la vérité est alliée...?)
Le virus remonterait dans le temps? Il paraît qu'il circulait déjà en France en novembre 2019 (mais peut-être que l'info a été démentie depuis, j'ai pas vérifié...)? D'ici à ce que soit bien l'Occident qui ait contaminé les Chinois, il y a quand même de la marge.
En tout cas, si je comprends bien, avant que la vague médiatique déferle et qu'on commence à nous affoler avec la pandémie mondiale due à cet abominable virus, un certain nombre de malades seraient morts à bas bruit. Diagnostiqués comme décédés d'une banale pneumonie. Voilà qui change tout. Non?

27/04/2021: "350 000 contaminations par jour en Inde, un record mondial" annonce 20 minutes. En valeur absolue, soit (ça va de soi). On frémit. Ou encore: "3600 morts en 24 h, un nouveau record" selon BMFTV le 29/04/2021. On tremble (chaque défunt étant une personne ayant droit à la vie, bien individualisée parmi les 7 ou 8 milliards que nous sommes sur terre). Maintenant, rappelez-moi combien ils sont, en Inde? un milliard et trois cents vingt-six millions? Soit... quasiment vingt fois plus que nous en France (à 14 millions près...)? Alors, si on fait une petite règle de trois, cela correspondrait à 17 500 nouvelles contaminations ou 180 morts en France. Il me semble vaguement que nous avons connu voire connaissons encore des journées pires que ça, chez nous. Par exemple, lundi 2 novembre 2020, nous avions comptabilisé 52 518 contaminations et 418 décès (qui, multipliés par 20, donneraient respectivement 1 050 360 et 8 360) - et je ne suis même pas sûr que ce "record" n'ait pas été battu depuis. Oui, Messieurs-dames, avec une simple petite règle de trois (petite inquiétude sur la baisse de notre niveau en maths...). Maintenant, j'aimerai bien savoir pourquoi on nous a donné en pâture ce chiffre concernant l'Inde? Pour nous faire peur afin qu'on se vaccine?

14/04/2021 - Faut-il craindre l'apparition d'un Coronid pour le variant brésilien, va-t-il naître au bois de Boulogne? Non, je ne vais pas rire avec ça: en 2021, c'est politiquement incorrect. Mais quand on entend dire que "le variant sud-africain s'avère capable de "traverser" le Pfizer", ce coup-ci, c'est une image parlante...

16/04/2021: ça y est, il a avoué! "Coronavirus: une troisième injection "probablement" nécessaire, selon le PDG de Pfizer" ... suivie, bien entendu, d'une injection annuelle. Vous avez dit vaches, allez?

"Qui sont les 100 000 personnes décédées du Covid-19 en France?": Yahoo News ou l'art journalistique de parler pour ne rien dire. Aucune information nouvelle, aucune analyse (et pas le moindre humour). Donnez-moi les données brutes, et je compilerai le même article, à la virgule près (énumérations...). Ici, par contre, j'ai découvert "l'effet moisson". Humour, toujours?

La pauvreté, une comorbidité sous-estimée : tel que c'est parti, après-demain ou juste encore un peu plus tard, certains proposeront d'abréger leurs souffrances (aux pauvres), en affichant des préoccupations humanitaires bien entendu (libéral, nous voilà!)! OK, c'est pas drôle...

12/04/2021: un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme donnerait un argument juridique pour rendre obligatoire la vaccination, selon Euronews?

L'alternative de se faire ou non vacciner, ça va bientôt donner: "Ou bien tu te fais vacciner... parce que c'est raisonnable!". "- Ou bien... quoi?", que je rétorquais, quand j'étais gamin, à ce genre de "fausse alternative" assénée par mes parents. BON MAINTENANT CA SUFFIT, TU OBEIS, TU ENTENDS! Les arguments d'autorité à la c..., ça m'énervait déjà à l'époque, alors maintenant...!

15/04/2021: les personnes immuno-déprimées (greffées, sous dialyse, etc.) devraient avoir une troisième piqure pour être bien protégées par le vaccin (ou par le fait d'avoir été vaccinées...). Après-demain, le vaccin sous forme d'abonnement-rappel mensuel face aux nouveaux variants apparus le mois précédent?

Dérivé de la méthode de monsieur le pharmacien Emile Coué, pour le gouvernement, le mantra pourrait donner: "tous les soirs, à tout point de vue, je dis tout et son contraire!" (je ne sais pas s'ils utilisent une cordelette à 20 noeuds?).

Un exemple de la surenchère industrialo-sécuritaire! Au secours... Trop de science tue la science.

Dimanche 25 avril 2021, monsieur Castex a assuré que les variants avaient tendance à régresser en France et que toutes les précautions sont prises. Retenez-le ou il fera un malheur, celui-là...

Un an après les promesses présidentielles, il semble que les masques chirurgicaux "de fabrication française" n'aient pas réussi à trouver toute leur place dans les marchés publics (trop chers, qu'ils disent?). Salauds de consommateurs... Au fait, vous continuez à en acheter, vous, ou bien vous lavez vos masques?

La convivialité au "don du sang", c'est de pire en pire. Maintenant, c'est "collation à emporter, plus de restauration sur place". Et si jamais on s'hydrate d'un café ou d'un thé chaud, c'est "à la paille", sous le masque chirurgical obligatoire même à l'espace restauration. Quand j'ai demandé si "on" se fichait de moi lorsqu'il m'a dit ça, l'infirmier m'a montré l'affichette officielle et les instructions écrites à l'appui... Je pense qu'il devait y avoir un énarque qui s'ennuyait, et qui a pondu une circulaire sur l'accueil dans les centres de don du sang. A bas l'énarchie! Comment ça, je fais de l'ENAbasching? Ah bah désolé, l'exemple vient d'en haut, par les temps qui courent...

23/04/2021: Vladimir Poutine déclare dix jours fériés en mai pour lutter contre l'épidémieNos candidats aux Présidentielles savent sur quoi il leur reste à surenchérir!

Décès: en avril 2021, on aura tourné sur un petit 300 pépère par jour, en France. Une simple règle de trois (voir plus haut), "toutes choses égales par ailleurs", pourrait donner quelque 120 000 morts supplémentaires d'ici aux élections présidentielles de mai 2022. Je ne prendrai de paris ni dans un sens ni dans un autre.

Information médicale: un tiers des patients guéris après avoir subi une forme grave de la Covid développeraient des séquelles psychiatriques (tant mieux pour les psychiatres!). Question candide: et si celles-ci n'étaient pas les séquelles du virus en lui-même, mais des soins apportés aux patients pour les empêcher d'y succomber? (mourir sain d'esprit ou vivre fou? Mon choix est fait...).
Le 07/04/2021, ça commençait déjà à canonner: les psychiatres s'attendent à être encore plus débordés dans les mois à venir à cause de la Covid-19. Qui faut-il plaindre? 

Au moins trois facteurs en faveur de l'installation endémique de l'épidémie: cf. fin de l'article ("ainsi que... ainsi que..."). Youpi.

Salarié de plus de 55 ans, je suis bombardé de messages "no-reply" de mon centre de Médecine du travail m'informant que j'ai le "droit" de me faire vacciner (avec ou sans l'accord de mon employeur, d'ailleurs). Oui, c'est bon, ça va, j'ai compris, je suis pas intéressé, fichez-moi la paix, merci.

Et le fameux "variant breton" dont la presse commençait à parler vers la mi-mars? "De moins en moins épargnés, le Finistère et les Côtes d'Armor imposent de nouvelles mesures". On n'en parle plus? Les Bretons avaient obtenu la fermeture de leurs frontières? Les Korrigans y avaient patrouillé?

11/04/2021, gros titres dans la presse pour reprendre une déclaration de M. Véran: "dès demain, tous les plus de 55 ans pourront être vaccinés". Exégèse personnelle: "auront le droit de"? "Auront tous la possibilité de"? "Seront prioritaires pour"? "Auront la possibilité de demander, à condition qu'ils le souhaitent, à"? "Ne pourront se soustraire à"? "On pourra les vacciner de force"? Ce verbeux "Pouvoir" représente décidément un grand mot (j'ai pas dit gros!).

Ecartelé (ou crucifié?) entre l'épouvante face aux messages anxiogènes (l'épidémie est toujours là; les soignants n'en peuvent plus de voir mourir tant des patients qui arrivent jusque dans leurs lits trop rares; les variants se développent d'autant plus dangereusement que la vaccination est trop lente; d'ailleurs les vaccins, qui empêchent surtout les formes les plus graves, il faudra les renouveler chaque année, voire aussi vite que les laboratoires pourront les produire et les écouler...)... et l'impatience voire l'énervement qui grandit face aux contraintes collectives corsetant nos sociétés depuis début 2020. Pas moyen d'avoir une case à cocher pour dire "Bon écoutez, fichez-moi la paix maintenant, si je tombe malade d'une manière suffisamment grave pour que mon p'tit organisme ne puisse s'en tirer seul, foutez-moi en coma artficiel si nécessaire, mais il sera inutile de m'en sortir ensuite pour revenir dans votre monde restreint, merci!"?

Avril 2021, nouvelle procédure pour les visites en EHPAD: charlotte, surblouse et protège-chaussures à usage unique (et toujours le masque bien entendu). Par contre, on ne vous prend plus la température à l'accueil... 
Taux de contamination à la baisse en EHPAD. Grâce à la vaccination? En tout cas, ceux qui sont morts restent morts. Et je suppose qu'il y a exactement le même nombre de résidents en EHPAD aujourd'hui qu'il y a un an... (une place pour chaque personne et chaque personne à sa place - payante).

24/04/2021: scandale au Chili: près de 100 personnes vaccinées par un vétérinaire avec un vaccin pour chiens. Mais - quel dommage - l'histoire ne dit pas si certaines sont ou non tombées malades ensuite... 

19/04/2021: ai lu une analyse qui nuance (pour ne pas dire plus) ce qui me paraissait pourtant du bon sens (avec juste ma petite jugeotte personnelle...) concernant l'objectif d'une "immunité naturelle": plus le virus circule librement, plus il mute, et plus certaines de ces mutations peuvent s'avérer dangereuses? A l'heure où un certain nombre de pays sont en position de déconfiner, nous, en France, on resterait des cons finis (selon le mot de dasola)?

Le 19 avril, le robuste bon sens familial anticipait qu'on ne nous "libérerait" pas, en fait, avant le 15 mai, histoire de ne pas provoquer de "relâchement" pour le WE de l'Ascension. Mais on supposait aussi être trop bêtes pour que le gouvernement nous le dise franchement?

Tout de même, avec déjà 15 mois de recul, ce "petit joueur" de virus SARS-CoV-2, ce n'est ni le virus de la Peste noire de la grande époque (1347), qui aurait entraîné une baisse de population de 20 à 30% en quelques années (avec une forme aérobie systématiquement mortelle, tandis qu'on survivait parfois à la forme bubonnique), ni la "Peste écarlate" fictionnelle de Jack London (publiée en 1905), qui met fin à la civilisation de nos grands-parents dès l'aube du XXe. Va falloir attendre le suivant...

Je n'ai pas refait récemment le point sur la question, mais en septembre 2020, on découvrait que le virus et ses anticorps peuvent cohabiter un certain temps chez les enfants ("normalement", soit on détecte le virus, soit on détecte les anticorps qui empêchent sa présence - si j'avais bien compris). Et en plus, chez les jeunes, les filles restent positives plus longtemps que les garçons. Va-t-en donc comprendre quelque chose à ça... On n'arrête pas le progrès de nos connaissances scientifiques. 

J'ai mis un temps certain à y songer, mais... C'est vrai que maintenant que tout le monde (homme, femme ou ...autre) est masqué, au fil des mois, on a beaucoup moins prêté attention aux gamines qui voulaient "se faire remarquer" en portant un voile leur masquant les cheveux (si ce n'est le visage) pour des raisons de piété affichée! Banalisation... Chapeau Manu, bien joué.

Tous masqués à l'église, à la mosquée, à la synagogue ou au temple? "Dieu reconnaîtra les siens...".

Pour finir, rêvons un peu à un Sondage (une seule réponse possible):
De quoi me protège mon masque?
- des rares personnes pas encore vaccinées
- des variants (anglais, sud-africain, brésilien, indien, breton...)
- des postillons
- de la bave du crapaud
- des particules fines dues aux pneux et aux freins dans le métro ou en ville
- des caméras de télésurveillance
- d'une amende de 135 euros
- je n'en sais fichtre rien...
- [ah si!] de l'infection au Covid-19
question subsidiaire: donnez la date exacte à laquelle le mantra officiel "le masque est inutile et ne sert à rien" est devenu faux.

Dernière minute: ce 30 avril 2021, on apprend que le pays qu'on nous chantait naguère comme le plus avancé dans la vaccination totale de sa population, Israël, avec des projections de dates excessivement optimistes, plafonne à 60% de personnes vaccinées, en raison des réticences de certains clients citoyens de certaines catégories de la population. Le message "Vaccinez-vous!" s'avèrerait-il déjà un peu trop usé, comme si on criait de manière inappropriée "au feu!", "au fou!" ou "au loup!"?

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,