dimanche 24 octobre 2021

Le dernier duel - Ridley Scott

Le dernier duel de Ridley Scott qui dure 2H30 ne m'a pas paru trop long. L'histoire, inspirée de faits réels, se passe au XIVème siècle vers 1380, au temps de Charles VI le fol, marié à Isabeau de Bavière. On est en pleine guerre de 100 ans. Un chevalier, Jean de Carrouge (Matt Damon), et un écuyer, Jacques Le Gris (Adam Driver), vont s'entretuer dans un duel judiciaire d'une rare violence. On assiste à leur affrontement dans la dernière partie du film. Le film se décompose en quatre parties avec le récit de Jean de Carrouges, puis le récit de Jacques Le Gris et enfin le récit de Marguerite de Thibouville, épouse de Jean de Carrouges. On apprend assez vite que de Carrouges et Le Gris ont été amis et puis ils sont devenus rivaux pour atteindre les faveurs du Comte d'Alençon (Ben Affleck que je n'ai pas reconnu tout de suite avec ses cheveux teints en blond et ses joues creusées). De Corrouges a des problèmes financiers et en épousant Marguerite, il espérait récupérer un lopin de terre qui malheureusement va revenir à Jacques Le Gris. De Carrouges part combattre en Ecosse et revient vaincu. Pendant ce temps là, Le Gris en a profité pour forcer Marguerite à lui accorder ses faveurs. Entre le récit du viol de Le Gris et celui de Marguerite, je n'a pas trouvé beaucoup de différences à part que Marguerite n'était pas consentante. Elle montre un certain courage quand elle avoue ce qu'elle a subi à son mari. En effet, elle risque d'être condamnée à mort en étant brûlée vive si elle a menti. La seule manière de venger son honneur, ce fut un duel judiciaire, le dernier à être autorisé par le Parlement de Paris. Le film m'a plu malgré sa violence. Les acteurs dont Jodie Comer (une inconnue pour moi) sont tous parfaits dans leur rôle. Lire les billets de Pascale et Selenie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 21 octobre 2021

Le nouveau - Keigo Higashino

P1140094

Avant de revenir en Lituanie, je veux vous conseiller un roman policier japonais, Le nouveau de Keigo Higashino (Actes noirs, Actes Sud, 329 pages). J'ai aimé comment l'écrivain a structuré son roman. Kaga Kyoichiro, "le nouveau" policier, vient enquêter sur le meurtre d'une femme divorcée de 45 ans qui a été étranglée dans son appartement situé à Tokyo. Elle venait d'emménager pour se rapprocher de son fils. Kaga n'est pas un policier ordinaire, il mène une enquête de voisinage en restant affable. Il m'a fait penser par moment à l'inspecteur Colombo même s'il ne trouvera pas immédiatement le ou la coupable. Le mobile du crime n'est pas évident. On n'a rien volé à la victime qui devait connaître son meurtrier. Il interroge des employés de restaurants ou une vendeuse d'un magasin de biscuits, ou bien encore une employée d'un magasin de vaisselle. Ce sont des endroits où était passée la future victime avant d'être tuée. Le policier est un fin observateur qui avance plus vite que nous dans l'enquête, mais pas tant que cela. Ce roman est aussi une description d'un Japon traditionnel. Les chapitres courts font que l'on lit ce roman très vite. J'ai passé un très bon moment au coeur de Tokyo avec ce roman que je recommande.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 19 octobre 2021

Pays baltes - Lituanie - 1

Après la Lettonie, nous sommes arrivés en Lituanie en commençant pas un site étrange que, pour ma part, j'ai trouvé lugubre et pas intéressant: la colline des Croix, un lieu de pélérinage national recouvert de milliers de croix, en souvenir, notamment, des Lituaniens tués ou déportés.

6925B67E-7118-42DF-B90F-4F2A9AF5A8DB        A782E1B0-C00D-4EAE-8442-9E6BEF377A6B

F9E736B1-FB8F-4804-B3CA-0050A60C2582    62BAE919-35DE-471C-888B-5F2C2E369EED

60F44136-A751-4678-BDCD-F8034DE77364

Des trois capitales visitées, Vilnius est la seule capitale à ne pas être au bord de la mer. Mais cela ne nous a pas empêchés de nous retrouver vers la mer Baltique en allant sur la presqu'île de Neringa, un étroit cordon littoral qui forme une réserve naturelle. Cet étroit cordon se trouve entre la Baltique et la lagune de Courlande. Sur la presqu'île, à côté de Juodkrante, on se promène dans la Raganu Kainas (la colline des Sorcières), parsemée de sculptures en bois évoquant les contes lituaniens. Il faut faire attention quand on marche, car les racines des arbres peuvent faire tomber (c'est ce qui m'est arrivé).

88106C17-E1B8-41B7-B8B4-82BE4781A8F7

390CB2A9-A8AB-422F-8F3E-57C7F4A1ECE6        6460D15F-7401-4A69-A7BE-6D5F224EA82C

5AF1B839-BC93-4C0B-8471-D908DD156622        1FD589D3-58FB-4307-AD8F-B048B53A6126

On a été au bout de la presqu'île, où d'un côté on voit la lagune du Courlande et de l'autre la Baltique, et tout au fond, Kaliningrad, l'enclave russe en Europe.

E8B6B8BC-00B1-4448-AE99-3A99767D76A4 La lagune

9EBEBA24-B8DF-4668-88DE-968760FE6269 La Baltique

La ville principale de Neringa s'appelle Nida où l'on peut admirer de jolies maisons en bois.

CC885016-6F1F-4FDA-88F8-3151E2824E3A       19C578C2-40A7-4724-8832-1F44E3EB0EDB

Et une maison en particulier, celle où Thomas Mann et sa famille ont passé les étés de 1930 à 32. C'est là que l'écrivain, Prix Nobel de littérature, a écrit Joseph et ses frères paru en 1933.

0FA24909-BBF6-446A-B817-360545D25472        B660A31D-5A78-4F7F-9D10-6B2BE7C8A049

9BB48E49-B747-4CBB-BF1A-2AE126CD96BC 73E13FB4-4FEB-458F-9CBB-7A956F47D09E Vue de la terrasse de la maison

On a eu la chance d'avoir un temps très agréable.

On a repris notre chemin pour se diriger vers la ville de Kaunas et son château qui date du XIIIème siècle.

B27B98FB-DCCF-4899-8F19-D252AE8468B1

8C5CB8A6-7266-4D3F-968E-2A55D3CA97A3

F2907857-6C03-4187-9F45-08905F922ED2 Et voici le fleuve Niemen qui traverse la ville de Kaunas. Il se jette dans la Baltique. Sa source se trouve en Biolorussie à Minsk.

Dans un prochain billet, Krakaï et Vilnius. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
samedi 16 octobre 2021

Boîte noire - Yann Gozlan/ Shang-chi et la légende des dix anneaux - Destin Daniel Cretton/ Gaza mon amour -Tarzan & Arab Nasser

Je viens de me rendre compte que je suis allée "pas mal" au cinéma et j'ai du retard dans mes billets.

Boîte noire de Yann Gozlan prouve que l'on peut être à la hauteur du cinéma américain dans le cinéma d'action sans temps mort. Matthieu est acousticien au BEA. Après la disparition mystérieuse d'un de ses collègues, on lui demande d'enquêter sur le crash d'un avion dans les Alpess. Il s'agissait d'un vol Dubaï-Paris. L'enquête conclut assez rapidement que cela pourrait être un attentat terroriste dans lequel le terroriste fait partie des victimes. Matthieu n'est pas convaincu par cette conclusion car dans la boîte noire de l'avion, il entend des voix et des bruits qu'il n'arrive pas à identifier. Pierre mène une enquête qui remet en question beaucoup de choses et qui implique sa femme et son meilleur ami. Le film est très bien mené et bien interprété par un Pierre Niney convaincant. André Dussollier qui joue son supérieur hiérarchique est toujours impeccable. Il faut noter le personnage intéressant interprété par Olivier Rabourdin. Lire les billets de Choup, Géraldine, Pierre D, Selenie, Wilyrah, Pascale.

Je passe à Shang-chi et la légende des dix anneaux. Le personnage de Shang-chi est issu des Marvel Comics. Il a été créé dans les années 70. Vous avez l'histoire complète narrée sur Wikipedia. Ce qui m'a plu, ce sont les effets spéciaux assez époustouflants. Un gros serpent surgit de l'eau et tournoie dans le ciel, tandis que le père de Shang-chi fait tout pour abattre une montagne, derrière laquelle il croit qu'il va récupérer sa femme décédée depuis des années. Les dix anneaux du titre lui donnent une force incroyable et la vie éternelle. Tout est chorégraphié avec maîtrise. Visuellement, l'ensemble est superbe et j'ai été très contente de revoir Michèle Yeoh qui joue la tante de Shang-chi, et Tony Leung Chiu Wai en "méchant". Il joue le père de Shang-chi. J'ai trouvé qu'il avait pris un "coup de vieux" depuis In the Mood for Love et 2046. Lire le billet de Wilyrah.

Je termine avec Gaza mon amour, réalisé par deux frères jumeaux, Tarzan et Arab Nasser, qui ont d'ailleurs dédié le film à leur père. Issa, un vieux pêcheur gazaoui, est toujours célibataire mais il est bien décidé à enfin se marier avec Siham, une couturière dont il est tombé amoureux. Siham (Hiam Abbass) est veuve et elle vit avec sa fille, elle-même divorcée. Tous les jours, Issa part pêcher dans les eaux pas très étendues qui sont allouées aux Gazaouis. Sa pêche lui permet de gagner sa vie. Un jour, au lieu de poissons, Issa trouve dans ses filets une belle statue d'Appolon en bronze avec un phallus bien visible. Rentré chez lui avec la lourde statue, il la fait tomber et le phallus se détache de la statue. Les autorités du Hamas se mettent à persécuter Issa et s'emparent de la statue sans son appendice. J'ai aimé le ton du film qui est une comédie sentimentale. La conclusion du film est charmante et sympathique. Lire le billet de Chris.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 13 octobre 2021

Pays baltes - Lettonie - 3

Suite et fin des visites en Lettonie avant de passer à la Lituanie.

Comme je l'ai écrit à la fin de mon billet précédent, nous avons été faire un tour au très grand marché de Riga dont où de nombreux stands et étals sont abrités sous les anciens hangars de zeppelins. Comme on a fait tout très vite, je n'ai pas pu faire autant de photos que je voulais.

B1DBAAA4-423C-4558-8F36-CE704191D961 L'extérieur du marché

EC3A50F3-AF88-4346-B67E-FEF29270CFBA L'intérieur d'un des hangars (il y en a 4 ou 5)         E1DFA43A-E6F0-4D25-8AE9-7B57F424149B Un hangar légumes, un hangar viandes, un hangar poissons

 2A0BF9AA-D1FD-48EA-849A-F5CF95F51D8A   

2657F711-AA27-4971-87E5-6734F3735FC3             AD0A9E04-3224-490A-A4C8-68B7EBB3F354

F25BE461-69EA-4BCC-828E-F2B97013B003         F969AB51-4F83-4C58-B06C-F9A8401F697E

3E132DC4-24D3-4B32-B9D9-DBA6A6933939

Entre deux hangars, on trouve des fruits et puis des fleurs.

4B86E1D3-AEDF-4F67-9221-18E05104B7B2          A7931265-3589-48A9-9E52-25D00EF2BD10

F597546D-874A-4214-9B74-BFBB31B170EE

Avant de quitter la vieille ville, voici des photos des restes des remparts de la ville qui datent du Moyen-Âge, ainsi que la poudrière.

2170F662-2E3C-473E-98AB-0FEAC5794F99 Remparts

486B0270-940D-44CF-9022-98A4DACD9CA8 La poudrière

6013035E-C8E1-4F0E-8AC7-F5FD0CDFE888 

6C667FE2-B59C-44B9-B686-85700E8798C1

64F62664-C824-4EFB-B22B-E83CDEF72C71

A nouveau les remparts.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

La guide nous a aussi emmenés vers la seule synagogue qui n'ait pas été détruite pendant la deuxième guerre mondiale à Riga. Elle a été restaurée en 2006. On a pu la visiter moyennant une somme modique. Avant 1940, on comptait environ 95000 Juifs en Lettonie. Beaucoup ont été déportés en Sibérie et d'autres ont subi la shoah par balles. En 1937, Riga comptait 72 synagogues...

128C4803-38D5-4006-9898-9D56E0A3951F      EF7CCE4F-6AAE-45DC-B8E0-468AA2AC13FC

EDD80E3A-C01D-4522-A417-D41E7D1101AB                     60679582-D3EE-44BE-ADE1-0A6D0A1CFC64

6814257D-F993-47FE-948E-BFB6502CFA3C          A3A7320D-0113-46A3-859C-430D1FB4FDDB

La synagogue a été restaurée en 2007. 

------------------------------------------------------------------------------

 Avant de quitter la région de Riga, on a passé une soirée très sympathique à Jurmala, une station balnéaire à côté de Riga.

Comme on était en fin de journée, j'ai trouvé la couleur du ciel au-dessus de la mer baltique 

       9BFD0DCD-5A12-48FD-A7D2-89C30D717056    E0F2C1F6-7AB3-4750-A659-2D01709FFAC1

2AC15D63-B108-4324-9093-4627BF5BAD9B

Dans un prochain billet, la Lituanie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

samedi 9 octobre 2021

Pays baltes - Lettonie - 2

Me voici à nouveau à Riga avec ses immeubles Art Nouveau et ses grandes églises. Un centre ville que l'on sillonne beaucoup à pied. Comme il y a beaucoup de pavés, les bonnes chaussures sans talon sont recommandées.  Concernant l'Art Nouveau, on a visité le musée où l'on peut admirer un très bel escalier.

F01324DC-4DFB-40E0-951E-7FC96E1C95E1

Et le musée comporte des objets et des meubles de l'époque.

8B656A50-4D02-4085-8D64-AAB31A014AFD

8405EA0C-FCA2-41C1-A93B-48891CAA4C85                  F8669FE7-7482-4CF9-AF3B-71DB809F3B5A 

Voici d'autres façades d'immeubles.

6DA34E80-7986-4DA8-8176-77E3ACE87F1A

965C9498-5A1D-43D3-AB84-C3C43846CEF3

F8DB6A76-F12C-4B31-8FBE-6ECAB8D2FAFB

3A31973F-2EA2-40CB-91BE-B2F19636CEE8

Mais Riga, c'est aussi des maisons plus anciennes bâties au temps du Moyen-Age au temps de la guilde des Têtes Noires.

BCE0FEC9-D077-4474-A255-19CCB2FA657D            343C0E2D-5930-449F-9001-E03584611C2B

    9D6CEFFD-B1DC-4234-A7CF-0659F88AF943       A9D07413-08C0-44A6-8020-358CB0F9F907 Détails

Sur la place où se situe ces bâtiments face à l'hôtel de ville, on peut voir une statue de Roland (celui de Roncevaux).

C48CF3E4-AD86-4C2A-9DBF-008856BFE9CB

Il y aussi "Les trois frères" (comme à Tallinn les Trois soeurs)

Ce sont trois maisons représentant le complexe immobilier le plus ancien de Riga. Elles ont été bâties à partir du XVème siècle.

 FCC14CE5-A550-4BF2-8C55-7920B736D098   E7F60CCE-C64B-4075-B8B3-6F6A889511FE    068744BD-F9E5-469B-BB6D-9C83485B5C9E     

Devant la maison de droite, les deux musiciens jouaient les hymnes nationaux des touristes qui passaient devant eux. On a eu droit à la Marseillaise.

Voici maintenant Riga vue du clocher de l'Eglise Saint-Pierre.

A7B11E65-472F-42FC-A5BC-D19F500E72C8 E3A310E2-14BE-43EA-92DF-ED02AEECBD17 3553B999-7BD1-4E93-AB9B-9D8AD399C700  

5D476E3D-3D45-4B73-B7BC-8719EA3E8C93

Sur cette photo, on voit des entrepôts arrondis, ce sont les anciens hangars qui abritaient des zeppelins. Aujourd'hui, ils font partie du Marché central, l'un des plus grands de la Baltique. On les a visités.

Photos dans le prochain billet. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 7 octobre 2021

Du goudron et des plumes - Collectif

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) rends hommage ce mois-ci à Charlie Hebdo en citant un ouvrage paru il y a 10 ans. Du goudron et des plumes est sur-titré Charlie Hebdo fête les 100 ans de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

P1120342   P1120365
Editions Les Échappés, 2011, 143 p.

On peut découvrir dans cet ouvrage un large panel (ou éventail) de plumes, avec même des dessinateurs anciens collaborateurs de Charlie hebdo que je n'avais encore jamais eu l'occasion de mentionner dans d'autres billets, pas forcément tous mentionnés dans la.présentation sur le site de la Maison d'édition, qui dit: "À quoi sert l’oiseau ? se demande Allain Bougrain-Dubourg, à l’occasion des 100 ans de la LPO. Marc Jolivet, Albert Jacquard, Luc Jacquet, Laetitia Barlerin, Maud Fontenoy, Patrick Pelloux, Laurent Baffie, Pierre Rabhi et François Cavanna ont pris la plume pour lui répondre et accompagner les meilleurs dessins d’oiseaux parus dans Charlie Hebdo, signés Bernar, Cabu, Catherine, Charb, Coco, Gébé, Honoré, Jul, Luz, Riss, Tignous, Willem, Wolinski. Dans ce livre à thème, c’est toute la société qui passe sous la « plume » des dessinateurs, au gré des marottes de chacun. Un regard d’aigle sur des problématiques toutes politiques, un angle original et ébouriffant sur notre société !". Comme l'écrit A. Bongrain-Dubourg dans sa préface de l'ouvrage (p.4-5), les dessins ont été ressortis de leurs cartons ou tracés, au gré de l'émotion. 

Voici ma propre sélection subjective, piochée sur 22 pages, parmi les plus de 240 dessins que comporte l'ouvrage.

P1120346 p.23, Gébé se payait l'appeau de Jospin.

P1120345 p.10, Honoré, le dodo.

P1120344 p.8, un magnifique dessin de Coco!

P1120343... précédé d'un autre (p.6).

P1120347 p.29, Tignous et Charb.

P1120348 p.35, sur le thème des colombes, Cabu et Gébé.

P1120349 Honoré brocarde p.44.

P1120350 Riss, en deux mots, beaucoup de bruit pour rien? (p.49).

P1120351 p.55, Jul, Cabu et Honoré.

P1120353 p.57, Bernar (très joli dessin!), Charb, et Wolinski (thème récurrent...).

P1120355 p.61 (Wolinski et Tignous)

P1120354 p.60, Honoré (je ne sais pas coment le prendre, si ce n'est qu'il ne faut pas confondre fiction et réalité?).

P1120356 p.62 (Tignous): déjà un virus asiatique effrayait la planète...

P1120357 p.66, Charb et Wolinski

P1120358 Willem, p.81.

P1120359 Gébé, p.93.

P1120360 Cabu, piquant... (p.98).

P1120361 p.105 (Riss, Willem, Catherine).

P1120362 Cabu, p.106 (Juppé hors contexte?).

J'en profite pour dire que la page de texte de Laurent Baffie, p.107, m'a fait rire.

P1120363 Charb (prémonitoire?) p.117.

P1120364 p.134, Lagarde en autruche, par Mougey (?).

P1120368 Kamagurka (p.79)

Bien entendu, on peut trouver des dessins d'oiseaux dans d'autres ouvrages de nos dessinateurs. 

P1120446 Mes fidèles lecteurs reconnaîtront le dessin de gauche, qui provient de Une vie compliquée...  P1120447 ... de Wolinski (chroniqué le mois dernier)... Je ne sais pas si les deux dessins sont contemporains ou non? 

P1140091 Et puisque je complète ce billet avec quelques autres dessins aviens, voici encore un dessin magnifique par Coco, dans son livre Dessiner encore que je chroniquerai un mois ou l'autre (il contient plusieurs autres images d'oiseaux). 

Pour cette fois-ci, j'espère que tout le monde aura bien noté que la LPO a 110 ans désormais? Quand j'étais jeune, pour moi, Allain Bougrain-Dubourg, c'était le masochiste qui allait une fois par an se faire casser la figure par les chasseurs de palombes. Ensuite, la LPO, ça a été le démazoutage médiatisé de quelques-uns des malheureux oiseaux touchés par les marées noires. Aujourd'hui, je suis davantage sensible à leurs actions de soutien au replantage des haies champêtres sur des terres agricoles...

J'ai trouvé mention de ce livre seulement sur quelques sites ou blogs de libraires, ou en rapport avec la LPO (partenaires, antennes locales...), mais pas sur des blogs de lecture. En tout cas, si vous avez des cadeaux à faire, Du goudron et des plumes est toujours en vente dans la boutique des éditions Les échappés...  

 *** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 6 octobre 2021

Au nom de la loi - Pietro Germi

P1140092

Avant de repartir à Riga, j'ai souhaité vous emmener en Sicile en 1948-1949 avec Pietro Germi (1914-1974). Avec mon ami, on vient de voir Au nom de la loi (In nome della Legge en VO), publié en DVD/Blu-Ray tout récemment. Nous ne l'avions jamais vu. L'histoire est adaptée d'un roman écrit par un magistrat et juriste, Giuseppe Guido Loschiavo (1899-1973). Il semble que c'est le premier film qui parle ouvertement de la Mafia. Le film commence dans une contrée désertique. Un homme attend le train qui doit le reconduire à Palerme. On ne saura pas pourquoi il s'en va. Son successeur Guido Schiavi (Massimo Girotti) vient d'être nommé juge dans la petite ville de Capodorso où les coutumes ont la vie dure. Face à lui, il va affronter un baron, propriétaire terrien qui a mis au chômage toute une partie de la population après avoir fermé une mine de soufre de la région. Ce baron qui est un être détestable (il bat sa femme) est épaulé pour défendre ses terres par des hommes à cheval et fusil à l'épaule, dirigés par Passalacqua (Charles Vanel, surprenant), le chef de la mafia locale. Guido ne reste pas insensible au charme de la femme du baron. Les paysages de ce film pourraient faire penser à certains décors de western et les hommes à cheval font penser aux cow-boys dans lesdits westerns. Le juge est un idéaliste qui aimerait changer les choses, mais il a du mal. Je ne vous dirai rien de la fin qui peut sembler optimiste. Il faut noter que le scénario adapté a été écrit par Pietro Germi lui-même, Mario Monicelli et Federico Fellini (si, si). Un très bon film à (re)découvrir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 octobre 2021

Pays baltes - Lettonie - 1

Ayant passé la frontière invisible entre Estonie et Lettonie, nous voici arrivés dans la ville de Cesis et son château fort, le mieux conservé de l'ordre teutonique en Lettonie. Il date du XIIIème siècle. La ville de Cesis, ou Wenden (en allemand), a été fondée par les chevaliers Porte-Glaive.

B1F736B8-9832-4123-A7D5-659AB5679637 Le château.

48AD72C6-05C0-4502-9105-C11CF800E71A Le château.

09A44263-6FA6-4FDF-8E28-2F00FD4EC261 Le plafond de la chambre du seigneur.

Avant de continuer notre route, nous avons dit bonjour à deux cygnes noirs qui nageaient dans un plan d'eau.

96B650C6-2A7A-4855-8FD7-FA110CA49898

Et nous voilà à Sigulda située dans un parc national où l'on trouve les ruines d'une forteresse de chevaliers Porte-Glaive.

CC76EC5A-5E41-48D2-96D4-829BC8B1F041

C7D15D93-EDEF-4AF1-9AA5-185DA1ACDB71

4EBC583A-8B7A-4BA1-B00C-167E027EC86C Le blason des chevaliers Porte-Glaive.

Et à quelques kilomètres de là, on peut visiter le musée-réserve de Turaida, avec encore les restes d'un château ainsi qu'une église luthérienne tout en bois datant de 1750.

04E16657-587D-4B9F-AF5E-9D21151A000C

022EC47B-4B45-4347-AF0C-206EA16B7087

28AEF9A1-CA6E-48EE-9E52-2AF377067F2C

E9312E83-5374-4624-90EC-1CF53FB5C7E6

F7E0C8E7-2CBD-4ACB-BB4D-A487E54D3E1F Le château de Turaida vu d'à une distance d'à peu près 3 ou 4 km.

61695FCF-9128-4389-8B7C-03FEE0CF64C2 L'église luthérienne tout en bois.

Et enfin, on est arrivés à Riga qui, comme Tallinn, se trouve en bord de mer. Comme Tallinn, Riga faisait partie des villes de la ligue hanséatique au XIIIème siècle.

Riga rassemble le tiers de la population totale de Lettonie pays dont le solde migratoire et négatif. 

J'ai trouvé que l'architecture de la ville était très belle avec ses nombreux immeubles "Art nouveau" (1897-1912), dont l'un des architectes était un germano-balte Mikhaïl Eisenstein, le père du cinéaste Sergueï Eisenstein.

Quelques photos de ces immeubles:

E6A5B9B4-282A-4FA4-8439-D007AE60F738

9CADB3CE-0992-4364-95ED-ED7771810FBE La maison du chat avec des éléments d'Art nouveau date de 1909 (il y a deux chats qui se tournent le dos tout en haut de l'immeuble).

F86BCFB0-9EC9-433F-9BCA-812B6FAFC587

852CC3AD-44FA-48B9-AEBF-528E2DA226FC

Dans un prochain billet, encore Riga.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
samedi 2 octobre 2021

Eugénie Grandet - Marc Dugain

Après L'échange des princesses d'après Chantal Thomas (récemment diffusé à la télévision), l'écrivain réalisateur Marc Dugain s'est attaqué à un des romans les plus connus de Balzac, Eugénie Grandet, paru en 1834. Marc Dugain s'est aussi chargé de l'adaptation. C'est après avoir vu la bande-annonce que j'ai eu envie de voir ce film tout public qui m'a beaucoup plu. L'histoire se passe pendant la période de la Restauration à Saumur. Dans une demeure austère et froide, on fait la connaissance d'Eugénie Grandet, une belle jeune femme d'une vingtaine d'année en âge de se marier, de son père, Félix Grandet, un homme avare, de sa mère et de la servante Nanon. Félix Grandet, tonnelier, amasse des années de l'argent sans que sa femme ou sa fille soient au courant, car la famille vit chichement. Félix a tout mis sous clé. Les repas se composent de peu de choses et de presque pas de viande. Marié depuis 24 ans, il n'exprime pas beaucoup ses sentiments à sa femme ni à sa fille, qui sans le savoir est le plus beau parti de la ville. Seuls le banquier et le notaire de Grandet connnaissent la situation financière de la famille. Eugénie rêve d'un mariage d'amour et elle croit trouver l'âme soeur quand Charles Grandet, son cousin qui vient de Paris, s'installe un temps chez eux. En effet, François Grandet, le père de Charles et le frère de Felix vient de se donner la mort car il est couvert de dettes. Eugénie irradie au contact de Charles. Cependant, pour Felix, ce neveu n'est pas un gendre valable puisqu'il est pauvre. Felix veut garder sa fille pour lui, il n'a aucune intention de donner une dot. Le film vaut pour l'interprétation magistrale d'Olivier Gourmet dans le rôle de Félix Grandet. Il est exceptionnel dans le rôle de ce personnage tyrannique. Joséphine Japy dans le rôle d'Eugénie Grandet n'est pas en reste. Son beau visage est très expressif. Ce film classique, avec une histoire un brin féministe (Eugénie ne se laisse pas faire et sait tenir tête à son père), devrait plaire aux spectateurs qui iront le voir.

Lire les billets de Wilyrah, Selenie, une interview de M. Dugain par Baz'art sur le film. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,