samedi 13 novembre 2010

The American - Anton Corbijn

J'ai adoré The American. Ce film est un thriller très élégant. Le héros, un fabricant d'armes de précision, se retrouve lui-même une cible pour des tueurs. Cela commence en Suède où Jack/Edward (je n'ai pas bien compris, on le connaît sous l'une ou l'autre identité?) tue deux ou trois personnes dont une jeune femme avec qui il venait de passer la nuit. Il s'enfuit en Italie dans les Abruzzes (aux paysages sublimes qui servent à quelques courses poursuite mémorables), au nord-est de Rome. Georges Clooney (Jack/Edward) y donne la réplique à deux femmes très belles: l'une est une prostituée, et l'autre est une tueuse à gages qui a le même employeur que lui. Les dialogues sont minimalistes et la photo très travaillée (visuellement, on en prend plein les yeux). Voulant se retirer des affaires, Jack/Edward se laisse quand même convaincre par son employeur, un Hollandais, de fabriquer encore une arme pour tirer sur une cible (dont on ne connaîtra jamais l'identité). Il reçoit ses instructions par téléphone. Ce que j'ai beaucoup apprécié dans le film, c'est que l'on ne sait rien, on ne nous dévoile rien ou presque, l'intrigue reste un mystère jusqu'au bout. On ne sait pas qui est Jack/Edward, quelles sont ses motivations. Pourquoi veut-on le tuer? A un moment donné, le réalisateur semble nous lancer sur une piste avec un curé un peu trop curieux, ce dernier est-il au courant de quelque chose? Clooney a une présence étonnante. Je n'ai pas vu Control du même réalisateur. Pour conclure, The American (adapté d'un roman de Martin Booth que je pense lire un jour) fut une belle surprise. Leunamme en dit beaucoup de bien.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 7 novembre 2010

No et moi - Zabou Breitman

Voici un deuxième film vu en avant-première (il sort le 17 novembre 2010). No et moi de Zabou Breitman est une adaptation du roman de Delphine Le Vigan (que je n'ai pas lu). No, c'est Nora, une jeune SDF de 19 ans abandonnée par sa mère depuis l'âge de 12 ans. Elle erre de gare en gare. C'est à la gare d'Austerlitz qu'elle rencontre Lou, une lycéenne précoce âgée de 13 ans qui est déjà en Seconde au lycée. Lou a décidé de faire un exposé (qui recueille les louanges du prof et de la classe) sur les SDF (surtout les femmes). No accepte d'être interviewée et pourtant même si elle parle beaucoup, elle dévoile peu d'elle-même et de sa vie. En revanche, elle boit pas mal (surtout de la vodka). Lou, qui vit entre sa mère dépressive et son père qui fait ce qu'il peut pour maintenir une vie de famille, se sent mal-aimée et n'a pas d'amis en classe. Leur rencontre va changer la vie de ces deux jeunes filles. Un garçon dans la classe de Lou (qui lui aussi a ses problèmes) va se lier avec No et Lou. Cette dernière arrive à convaincre ses parents d'héberger No pour un temps. Mais rien n'est simple, car No, qui a trouvé un travail de femme de chambre dans un hôtel, a des difficultés d'adaptation malgré l'attachement de Lou à son égard. En revanche, la mère de Lou semble sortir de son état dépressif. Au bout du compte, l'histoire qui se termine presque au même endroit où elle a débuté, dans une gare (la gare du Nord), a permis à quelques personnages d'évoluer, de se sentir moins seuls, de changer tout simplement, même si leur futur est dans l'incertain. C'est un beau conte triste et gai à la fois sur l'amitié. Je vous conseille ce film rien que pour les deux jeunes actrices, Julie-Marie Parmentier qui joue No et Nina Rodriguez qui interprète Lou. Elle a un sourire qui ferait fondre un iceberg. Zabou Breitman a réalisé un joli film qui mérite que l'on s'y attarde.

Voir la bonne critique d'Ariane.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 3 novembre 2010

Vénus Noire - Abdellatif Kechiche

Je dois dire tout de suite que ce film est une épreuve émotionnelle et visuelle mais je ne la regrette pas. En effet, on n'oublie pas de sitôt ce film qui dure 2H48 dont plus d'1H assez insoutenable pour le spectateur qui assiste à l'humiliation d'une femme, Saartjie (Sarah) Baartman, traitée tour à tour comme un animal de foire, un objet sexuel et un sujet d'étude pour des savants français fascinés par les attributs sexuels hors norme et les fesses proéminentes de cette femme hottentote. Le cadavre de cette dernière (morte à 25 ans) finit disséqué comme une (pauvre) grenouille par ces mêmes savants/anatomistes du musée d'histoire naturelle de Paris à la fin de 1815. Le film commence d'ailleurs par la fin, avec un exposé fait en 1817 par Georges Cuvier dans un amphi "démontrant" que cette femme était un être inférieur apparenté au singe.
Pendant le reste du film, le spectateur assiste impuissant à la lente descente aux enfers de Saartjie, née dans une tribu d'Afrique du Sud, d'abord exhibée à Londres en 1810
, dans une sorte de mini-salle de spectacle obscure, par son "maître", Ceasar (un Afrikaaner). Pour elle et surtout pour gagner de l'argent, il a quitté femme et enfants (dont Saartjie fut la nourrice). Pour tenir le coup, Saartjie a pris la mauvaise habitude de boire de l'alcool. Elle parle peu et uniquement l'afrikaaner. On apprend qu'elle a perdu son petit garçon de deux ans quelques années auparavant. Quelques Londoniens s'étant émus de la condition de Saarttjie, elle et Ceasar (devenu persona non grata à la suite d'un procès) quittent Londres pour Paris en compagnie d'un Français, Réaux (Olivier Gourmet), montreur d'ours. Les scènes des spectacles de foire et plus tard celles dans un salon parisien sont longues (interminables?) et mettent le spectateur mal à l'aise. Et je vous épargne les scènes de bordel. En revanche, je m'arrêterais sur celle, édifiante, où Sarah, à qui on demande de se déshabiller entièrement devant un anatomiste comme Cuvier, refuse énergiquement en s'accrochant à son pagne qui cache sa nudité.
Je trouve que le film vaut la peine d'être vu, rien que pour l'actrice Yamina Torres qui joue Saartjie. Elle est magnifique. Pour le reste, on peut reprocher au réalisateur le côté complaisant de certaines scènes qui se répètent sans se renouveler. On pourrait dire au réalisateur "on a compris le message, c'est bon, stop". Il nous martèle trop les choses. On se lasse. C'est un film que j'ai vu une fois. Je ne le reverrai pas car il est trop perturbant. Je rappelerai pour finir que le réalisateur, Abdellatif Kechiche, est connu pour avoir réalisé La graine et le mulet.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 31 octobre 2010

L'homme qui voulait vivre sa vie - Eric Lartigau

L'homme qui voulait vivre sa vie (sortie le 3 novembre prochain), que j'ai vu en avant-première lundi dernier, n'est pas nul, mais je le trouve raté. Il dure 1H55, je pense qu'1H30 aurait suffi. Le thème est pourtant passionnant (l'usurpation d'identité), mais je n'ai pas été captivée car la mise en scène est très plate, sans invention ni originalité. Il n'y a pas une idée originale mais les ellipses sont nombreuses, terminées par des "fondus au noir" pour faire avancer l'action. De plus, si vous êtes allergique à Romain Duris, passez votre chemin, il est présent de la première à la dernière image. Personnellement, je ne l'ai pas trouvé très à l'aise dans ce rôle. Il n'a pas la carrure pour interpréter cet avocat, Paul Exben dans le film. Paul vit dans une partie de la région parisienne huppée. Marié à Sarah et père de deux enfants (dont un bébé de 9 mois), il dirige un cabinet d'avocats avec comme associée Anne (Catherine Deneuve) qui lui apprend qu'elle va bientôt mourir. Le scénario est adapté d'un roman de Douglas Kennedy qui situe son histoire aux Etats-Unis. Paul mène une vie heureuse jusqu'au jour où sa femme le quitte et lui demande le divorce dans la foulée. Paul tue par "accident" l'amant de Sarah, se débarrasse du corps et lui prend son identité (sans qu'on sache comment il a réussi à se faire faire de faux-papiers). Il devient donc Grégoire Kremer (photographe de profession) et disparaît quelque part en Europe sans regarder derrière lui. A partir de ce moment-là, sans crier gare, il se met à faire de la photo. Et en effet, il est dit à la 4ème de couverture du roman (et ce n'est pas assez montré dans le film) que le personnage principal est un passionné de photo qui déteste son métier d'avocat. Je trouve que le réalisateur n'a pas su tirer parti de cette histoire et nous y intéresser. Au bout d'un moment, le film dégage un certain ennui, mon voisin de fauteuil s'est éclipsé presque une demi-heure avant la fin. Pour conclure, lisez le roman.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 27 octobre 2010

La mort au cinéma - Questionnaire

En cette période de pré-Toussaint, d'Halloween, de feuilles mortes et de début de froidure, je viens de trouver ce très intéressant questionnaire cinéphilique macabre et morbide à souhait sur le blog de Ludovic (cinématique).

 

1 - Quel est le plus beau meurtre cinématographique ? Dans Le crime était presque parfait d'Alfred Hitchcock, Grace Kelly tue son agresseur avec des ciseaux; un autre exemple, quand Paul Newman se débarrasse de son poursuivant dans Le rideau déchiré d'Alfred Hitchcock.

2 - Quel est à vos yeux le cinéaste le plus morbide ? David Lynch. 

3 - Et le film le plus macabre ? No country for old men des frères Coen et pourtant beaucoup des cadavres sont "hors champ".

4 - Quel est le personnage dont la mort à l'écran vous a le plus ému ? La mort du pingouin dans Batman le défi de Tim Burton, et Elephant Man (John Merrick) de David Lynch.

5 - Celle qui vous a le plus soulagé ? Gérard Depardieu à la fin d'Uranus de Claude Berri. Son jeu d'acteur était insupportable. J'étais soulagée de ne plus l'entendre.

6 - Quel est votre zombi favori ? (je n'ai jamais vu de film de zombie).

7 - Pour quelle arme du crime, gardez-vous un faible ? Les paroles. On peut commettre un crime avec des mots.

8 - Quelle personnification de la mort vous a le plus marqué ? La mort dans le 7ème sceau d'Ingmar Bergman.

9 - Quelle séquence d'enterrement vous a semblé la moins convenue ? Je ne vois pas.

10 - Quel est votre fantôme fétiche ? Le fantôme de Mrs Muir (The Ghost and Mrs Muir de Joseph L. Mankiewicz).

11 - Avez-vous déjà souhaité la mort d'un personnage ? Non, comme dans la vie réelle, je ne souhaite la mort de personne. Et s'il s'agit d'un "méchant" dans un film et qu'il meurt trop vite, l'histoire n'a plus d'intérêt.

12 - A l'approche de votre mort, si vous aviez le temps de mettre en ordre vos affaires, quel film souhaiteriez-vous avoir la possibilité de regarder une toute dernière fois ? Aucun, je serais incapable de faire un choix.

13 - Pour quel tueur en séries avez-vous de la fascination ou à défaut de l'indulgence ? Dexter (le héros de la série TV) qui tue des malfaisants pire que lui.

14 - Quel est votre vampire de chevet ? Dracula de F.F. Coppola.

15 - Quel film retenez-vous parmi tous ceux dont le titre (original ou traduit) évoque la mort ? Assurance sur la mort de Billy Wilder ou La mort en ce jardin de Luis Bunuel.

16 - Rédigez en quelques lignes la future notice nécrologique d'une personnalité du cinéma. Un des derniers grands, son oeuvre cinématographique fut incomprise par le grand public. Peut-être sera-t-il redécouvert dans 50 ans (si le cinéma existe encore). 

17 - Quelle représentation d'exécution capitale vous a semblé la plus marquante ? Dans La dernière marche de Tim Robbins avec Sean Penn et Susan Sarandon; autre exemple, la pendaison de Dick Hicock et Perry Smith dans Capote de Bennet Miller d'après Truman Capote (De sang froid).

18 - Quel est votre cimetière préféré ? Celui dans The Crow d'Alex Proyas.

19 - Possédez-vous un bien en rapport avec le cinéma que vous pourriez coucher sur votre testament ? Mes 5000 photos de cinéma et 500 affiches sans compter mes dossiers de presse que je léguerai à un passionné.

A qui le tour?

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

samedi 23 octobre 2010

The Housemaid - Im Sang-soo

Sorti le 15 septembre 2010, The Housemaid est un film coréen de Im Sang-soo, qui a réalisé aussi Le vieux jardin (2006) [mon billet du 29/04/2007], The President's Last Bang (2005) et Une femme coréenne (2003). Dès la première séquence, le ton est donné: un soir, une jeune femme se jette d'un immeuble et s'écrase dans une rue fréquentée. Dans la séquence suivante, Euny, une jeune femme, est engagée comme aide-gouvernante chez un couple très riche. Elle est chargée de s'occuper de leur petite fille car la maman (très jeune) attends des jumeaux. Le mari, peut-être un homme d'affaires, joue très bien du piano. C'est un homme sensuel qui aime les plaisirs de la chair. Euny reçoit aussi des ordres de la gouvernante en place, femme torturée qui observe tout ce qui se passe autour d'elle. On ne sait pas ce qu'elle veut, ce qu'elle pense. C'est le personnage le plus intéressant de l'histoire (elle saura néanmoins partir à temps). Mais c'est à cause de ses indiscrétions que le sort d'Euny est scellé. En effet, Euny devenue très vite la maîtresse du mari, tombe enceinte. Le film distille une angoisse sourde tout du long. On devine que l'histoire va mal se terminer. La fin brutale m'a paru outrée par rapport au reste du film qui n'était que violence feutrée. Exceptée la petite fille qui avait de l'affection pour Euny, les maîtresse de la maison, mère et grand-mère de la petite fille ont un comportement abject; quant au mari, je l'ai trouvé particulièrement antipathique. Pour résumer, j'ai aimé, sauf les 5 dernières minutes, ce film d'une grande cruauté. The Housemaid est une réinterprétation d'un film coréen de Kim Ki-young de 1960, Hanyo.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 19 octobre 2010

The Social Network - David Fincher

Ayant entendu et lu de (très) bonnes critiques sur ce film, je suis allée voir The Social Network qui narre la genèse du réseau social Facebook (d'abord appelé TheFacebook, "trombinoscope" en français) créé par deux étudiants d'Harvard, Mark Zuckerberg et Eduardo Saverin, en 2003-2004. Le film commence très vite par une scène de rupture entre Mark et sa petite amie, Erica, dans un des bars de l'université. Cela ressemble plus à un dialogue de sourds. Mark, dépité, crée un programme avec son ami Eduardo où on doit voter pour la fille d'Harvard la plus canon. Il se venge d'Erica en l'humiliant via ce forum qui deviendra par la suite Facebook. L'histoire alterne entre l'extension de ce réseau social et les démêlés juridiques entre différents partenaires. En effet, Mark Zuckerberg est accusé d'avoir volé l'idée du réseau social à deux frères jumeaux, étudiants aussi à Harvard et rameurs émérites, et Eduardo Saverin se retourne contre Mark quand il se retrouve dépossédé des parts de Facebook qui devient très rapidement une entreprise florissante grâce à des actionnaires associés et des sponsors. Ce que je trouve remarquable de la part du réalisateur, David Fincher, et du scénariste, Aaron Sorkin, c'est d'avoir rendu passionnante une histoire où le héros n'est qu'un "pauvre type" asocial (ironie de l'histoire), incapable de se faire des amis, plus à l'aise derrière un écran que dans la vie réelle, et qu'on a envie de gifler pendant tout le film. On ne sait rien de lui ni de sa famille. C'est un jeune homme seul. Je n'envie pas sa vie même s'il est devenu le plus jeune milliardaire d'Amérique. Le film nous trace un portrait peu flatteur des universités américaines en général et d'Harvard en particulier, où sont formées les élites américaines. Pauvre Amérique! Sinon, je n'ai pas vu passer les deux heures que dure le film. La salle était très attentive. Je reconnais que c'est un grand film américain, comme je n'en avais pas vu depuis longtemps.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 15 octobre 2010

Elle s'appelait Sarah - Gilles Paquet-Brenner

J'ai vu ce très beau film mardi 12 octobre, la veille de sa sortie, en avant-première. A l'issue de la projection, le réalisateur, la romancière et la jeune fille qui interprète Sarah jeune ont répondu à des questions. Je n'ai rien à en dire de spécial, si ce n'est que beaucoup de spectateurs avaient lu le roman.

Le film est une adaptation du roman qui porte le même titre, Elle s'appelait Sarah, de Tatiana de Rosnay. Je ne l'ai pas lu mais j'en ai entendu et lu du bien (et parfois du moins bien) autour de moi et sur les blogs. Sarah vit avec son petit frère Michel et ses parents, juifs polonais, dans un appartement dans le quartier du Marais à Paris Nous sommes le 16 juillet 1942. Sarah et ses parents sont arrêtés. Michel, caché dans un placard fermé à clé (grâce à la présence d'esprit de Sarah), échappe à la rafle qui mènera les parents directement à la chambre à gaz à Auschwitz. En 2009, Julia Armond, une journaliste américaine installée en France depuis plus de 20 ans, fait une enquête sur la rafle du Vel d'hiv. Par un concours de circonstances liées à sa belle-famille, elle découvre l'existence de Sarah et cherche à savoir ce qu'elle est devenue elle ainsi que son frère. Le film alterne les deux époques habilement. L'histoire, très émouvante, ne sombre pas dans le larmoyant et les effets faciles. Les acteurs y sont pour beaucoup, Kristin Scott Thomas en tête. La jeune Mélusine Mayance qui joue Sarah est une révélation. C'est une film de facture classique et modeste. Je ne comparerai pas ce film avec celui de Roselyne Bosch La rafle (que je n'ai pas vu). J'espère que le public sera au rendez-vous car le film évoque une page très sombre de notre histoire où la police française n'a pas eu le beau rôle. Seul un gendarme montre de la compassion pour Sarah et une camarade (je vous laisse découvrir ce qu'il fait).
Pendant le débat, Tatiana de Rosnay nous a dit qu'elle n'avait jamais entendu parler du camp de Beaune-La Rolande dans le Loiret (jusqu'à ce qu'elle fasse des recherches pour son roman). J'ai été assez étonnée car ce camp d'internement est presque aussi tristement célèbre que celui de Drancy et de Pithiviers. C'est là qu'ont été emmenés les Juifs pris dans la rafle du Vel d'Hiv avant leur transfert pour Auschwitz en 1942.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 11 octobre 2010

Cinéma 3D - Billet de (très) mauvaise humeur

Je me réjouissais d'aller voir le dessin animé Moi, moche et méchant qui vient de sortir cette semaine. Je n'avais pas fait attention que le film était projeté en 3D dans TOUTES les salles (à Paris). Les films en 3D, pourquoi pas? Mais les films en 2D, c'est très bien aussi et cela évite surtout de porter des lunettes pendant la projection. J'avais presque récupéré mon billet (avec ma carte d'abonnement) quand ON m'a demandé de payer 1 euro de plus pour les lunettes (le tarif est de 2 [deux] euros quand on ne possède aucune carte). Je ne suis pas entrée voir le film (et je le regrette). Je comprends que les lunettes ont un prix (et on ne fait que les louer). Mais cela devrait être compris dans le prix de base du billet. Et je pense que l'on devrait avoir le choix de voir le film en 2D ou en 3D. Surtout que la bande-annonce que j'ai vue était en 2D. J'espère que toutes les futures projections des dessins animés ne seront pas systématiquement en 3D, je risque de ne plus y aller.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 7 octobre 2010

Joseph et la fille - Xavier de Choudens / Un poison violent - Katell Quillévéré / Crime d'amour - Alain Corneau

Comme annoncé à la fin de mon billet du 19/09/10, voici un billet concernant trois films français très différents. Je les ai vus, il y a plus d'un mois, je n'avais pas encore eu le temps de les chroniquer. Voici qui est fait.

Le premier film, Joseph et la fille, est raté malgré une intrigue originale. J'y avais été pour Jacques Dutronc que l'on voit trop rarement sur nos écrans. Il joue le rôle d'un cambrioleur tout juste sorti de prison qui prépare son dernier "gros coup", dont l'idée vient d'un co-détenu (décédé). C'est la fille de ce dernier, Julie (Hafsia Herzi), qui va devenir sa complice. Ils sont poursuivis par des malfrats qui aimeraient bien être dans le coup, en l'occurrence s'emparer de la recette d'un casino. Tout le film en clair-obscur baigne dans une lumière bleutée et le son est très travaillé (et pour cause - vous verrez...). Le film aurait pu être beaucoup mieux avec des personnages plus fouillés.

Le deuxième, Poison violent, le premier film d'une jeune réalisatrice, a reçu de très bonnes critiques (et le prix Jean Vigo 2010), et semble avoir trouvé son public. Il s'agit du portrait d'une adolescente confrontée en même temps à la séparation de ses parents, à ses premiers flirt et baiser, et au décès de son grand-père (qui lui demande quelque chose de très intime peu de temps avant), le tout baigné dans une atmosphère où la religion et l'église sont omniprésentes. C'est un film qui personnellement m'a laissée perplexe, il "ne me parle pas". Je le regrette d'autant plus que la jeune actrice (Clara Augarde), très bien, donne la réplique à Lio qui joue sa mère et à Michel Galabru qui interprète un grand-père attendrissant mais coquin. 

Quant au troisième, Crime d'amour du regretté Alain Corneau, je l'ai trouvé bancal (un des deux personnages principaux disparaît trop vite). Il s'agit d'un scénario original et cela se sent dans la deuxième partie du film où le spectateur voit une mécanique bien huilée dans laquelle le réalisateur nous entraîne. De temps en temps, on nous donne des indices pour que l'on ne perde pas le fil et on croit deviner ce qui se passe avant les enquêteurs, car il s'agit d'une histoire policière avec une meurtrière, Isabelle, et sa victime, Christine, morte poignardée. De son vivant, Christine fut un bourreau pour Isabelle, jeune femme maniaque de l'ordre et de la propreté. Christine était la supérieure hiérarchique d'Isabelle dans une grande multinationale. Elle l'a manipulée. Leur relation très ambiguë ne pouvait que mal se terminer. Je retiens de ce film la très belle musique. En revanche, l'un des problèmes de Crime d'amour réside dans l'interprétation mécanique de Ludivine Sagnier qui n'a pas de charisme. Elle joue un rôle qui demanderait plus de personnalité. En ce qui concerne Kristin Scott Thomas, elle est odieuse à souhait.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,