mardi 21 août 2007

La nuit des tournesols - Jorge Sanchez-Cabezudo

Ne tenez pas compte des critiques des journaux pas toujours tendres pour ce film et allez le voir quand il sortira dans votre ville pour vous faire une idée par vous-même. La Nuit des tournesols de Jorge Sanchez-Cabezudo, production espagnole, se passe dans les Pyrénées. Malgré la couleur jaune ocre de la photo, le film dégage une noirceur certaine. Le film est découpé en 6 séquences qui ont chacune un titre et se chevauchent dans le temps. La première donne le ton général du film. On assiste à une agression par un violeur en série, voyageur représentant en aspirateur, marié, au physique banal. Il s'en prend à une jeune femme noire très jolie. Elle sera "sauvée" par ses compagnons que l'on entend de loin. Justement, la deuxième séquence présente la jeune femme et ses compagnons spéléologues. Un pauvre homme pris pour l'agresseur par erreur sera leur victime expiatoire dans la troisième séquence. Un jeune flic, pas très honnête, qui aimerait se sortir de sa vie médiocre, joue un rôle moteur dans la suite de l'histoire dans laquelle intervient son beau-père, flic lui aussi. Il n'y a aucun personnage véritablement sympathique. La Nuit des tournesols montre bien des personnes plutôt ordinaires voire médiocres face à une situation extraordinaire. La vie reprendra son cours pour certains mais pas pour d'autres. Tous les comédiens inconnus en France sont très bien dans leur rôle. Film à voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 24 juillet 2007

Deux films américains sortis en salle en juillet 2007

Le Contrat de Bruce Beresford (2005). Je suis restée pour regarder le générique de fin et exceptés les acteurs et le réalisateur, toute l'équipe technique est russe ou bulgare. J'ai été très étonnée. A part ça, le paysage est magnifique, mais le film est tout à fait oubliable. Il fait partie de ces longs-métrages de fonds de tiroir que l'on sort l'été. Je préfère Morgan Freeman dans d'autres films ainsi que John Cusack.

Half Nelson de Ryan Fleck: Ryan Gosling ("nominé" aux Oscar cette année pour son rôle dans ce film) est bien, mais je dois dire que je n'ai pas été convaincue par le scénario qui n'explique rien ou pas grand-chose. Si vous êtes prof, n'allez pas voir le film, vous allez sortir déprimé. Sinon je n'ai été ni touchée, ni émue, seule la jeune Shareeka Epps, remarquable, donne un peu d'optimisme à l'ensemble. Heureusement qu'elle est là.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 23 juillet 2007

Le Jardin des Finzi-Contini - Vittorio de Sica

A l'occasion de sa ressortie en salle, ces jours-ci, je conseille vivement le Jardin des Finzi-Contini de Vittorio de Sica, tourné en 1970. Il reçut l'Oscar du meilleur film étranger en 1971. Le film est adapté d'un roman de Giorgio Bassani natif de Ferrare. Le récit semble assez autobiographique. L'histoire se passe de 1938 à 1943, année de la chute de Mussolini. Les Finzi-Contini, famille juive de l'aristocratie plutôt aisée, habitent dans une magnifique demeure entouré d'un parc. La soeur, Micol (Dominique Sanda), et le frère, Alberto (Helmut Berger), derniers descendants de cette famille, vivent leurs ultimes moments d'insouciance, d'autant plus qu'Alberto souffre de phtisie. Entourés de jeunes de leur monde, leur seul souci est de gagner au tennis et d'organiser des "surprise-parties". Les tragiques événements du monde extérieur ne semblent pas les atteindre. Giorgio, juif lui aussi, jeune étudiant issu de la petite bourgeoisie, faisant partie du cercle d'amis, est amoureux de Micol qui ne partage pas les mêmes sentiments. Elle sera assez cruelle envers lui. Les lois anti-juives commencent à frapper en Italie, avec l'interdiction pour les Juifs d'aller dans certains lieux publics comme les cinémas et les bibliothèques. Certains s'enfuiront, mais d'autres, comme les Finzi-Contini, seront victimes de rafles pour être déportés. Le film, tourné à Ferrare même, bénéficie d'une belle photo. Les acteurs aussi sont très beaux, Dominique Sanda avait 20 ans à l'époque et venait de tourner Le Conformiste de Bernardo Bertolucci. Vittorio de Sica montre la fin d'une époque avec beaucoup de nostalgie. Le plan final est poignant car rien n'est montré mais ce n'est pas nécessaire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 20 juillet 2007

Il était une fois dans l'Ouest - Sergio Leone

Réalisé en 1969 et difusé mardi dernier 17 juillet 2007 à la télévision, Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone est un film que j'ai vu pour la première fois, il y a quelques semaines, en DVD, grâce à mon ami qui voulait le revoir, lui. Il dure presque trois heures et pourtant, je ne me suis pas ennuyée une seconde. Henri Fonda joue pour la première fois un rôle très antipathique. Claudia Cardinale est la touche féminine du film. Charles Bronson est l'homme à l'harmonica. Le film est violent mais très stylisé et Ennio Morricone a fait une musique inoubliable. Sergio Leone a vraiment remis au goût du jour le western qui était un genre moribond. Par la suite, Clint Eastwood dont la carrière d'acteur doit beaucoup à Sergio Leone a en quelque sorte repris un peu le flambeau en devenant à son tour réalisateur de western. On lui doit L'Homme des hautes plaines en 1972, Pale Rider en 1985 et aussi Impitoyable en 1992 qui a obtenu 4 Oscars dont celui de meilleur réalisateur. Qu'en aurait pensé Sergio Leone, qui lui ne l'a jamais eu?

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 17 juillet 2007

Délice Paloma - Nadir Moknèche

J'avais beaucoup aimé le film précédent de ce réalisateur, Viva Laldjerie (2004) avec déjà Biyouna dans un petit rôle. Dans Délice Paloma, elle tient le rôle principal et elle est sensationnelle. Délice Paloma, dans le film, est le nom d'un dessert à base de glace au jasmin et amandes pilées. Mais ce n'est pas du tout un film culinaire. L'histoire se situe à Alger de nos jours. Mme Aldjeria (Biyouna) sort de prison après trois ans de détention. Elle raconte comment elle en est arrivée à ce qu'on la surnomme "la bienfaitrice nationale". Elle rend des services, fournit des permis de construire grâce à des chipas (pots-de-vin), provoque des flagrants délits pour adultère, fait fermer temporairement des salons thé-glaciers pour favoriser la concurrence, sert d'entremetteuse, etc. Elle a un fils Riyad qui élève des oiseaux en cage, une soeur sourde et muette et une collaboratrice zélée, Shérazade. Elle accumule un joli pactole. Cet argent doit lui servir à acquérir un établissement thermal qui tombe en ruine appelé "Les Thermes de Caracalla" à Fouka (près d'Alger). Elle y venait petite fille. Cela sera l'affaire de trop. Le film est chatoyant et plein de soleil. On peut admirer Alger en panoramique. Je recommande Délice Paloma car l'Algérie décrite est y chaleureuse loin des drames liés aux faits divers tragiques provoqués par les islamismes intégristes.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 juillet 2007

L'homme qui tua Liberty Valance - John Ford

A l'occasion cette année du centenaire de la naissance de John Wayne, je voudrais évoquer un de ses meilleurs films, L'homme qui tua Liberty Valance de John Ford, qui date de 1962. Il partageait l'affiche avec James Stewart et le rôle de Liberty Valance est tenu par Lee Marvin. L'histoire est un long flash-back raconté par Ransom Stoddard (James Stewart) devenu Sénateur de l'Etat. Il vient assister à l'enterrement de Tom Doniphon (John Wayne), accompagné par sa femme Hallie (Vera Miles). Il se remémore les événements qui lui ont fait rencontrer Tom. Attaqué au cours d'un voyage en diligence par la bande à Liberty Valance, Stoddard est laissé pour mort. Il sera recueilli et soigné dans une ville voisine. Parmi ses sauveteurs figure Tom Doniphon. On ne saura qu'à la toute fin qui a tué Liberty Valance. Ce n'est pas très important. En revanche, Tom Doniphon aime Hallie mais il la laisse partir car elle est tombée amoureuse d'un autre, Ransom Stoddard qui lui apprend à lire. Beau film classique qui mérite d'être acheté en DVD. D'ailleurs, un grand nombre de films de John Wayne viennent de paraître en DVD. Même si je ne suis pas une immense fan de cet acteur, il faut reconnaître qu'il a tourné dans des films qui appartiennent à la légende du 7ème Art, comme la Chevauchée Fantastique de John Ford (1939).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 14 juillet 2007

Films vus au Cinéma et en DVD non commentés depuis le 28 avril 2007

[ce billet fait suite à celui du 28/04/2007]

Troie de Wolfgang Petersen en DVD (2004) : relisez plutôt l'Illiade d'Homère c'est beaucoup mieux et nettement moins ridicule.

Lucky you de Curtis Hanson (2007) : très regardable mais il faut aimer le poker.

La maison dans l'Ombre (On Dangerous Ground) de Nicholas Ray (1952) : film méconnu du grand Nicholas, a beaucoup vieilli malgré la présence d'Ida Lupino et Robert Ryan.

Delirious de Tom DiCillo (2006) : le film est bruyant, "trash", l'image est surexposée exprès, cette laideur esthétique reflète peut-être le monde des Paparazzi. En tout cas, la fin aurait pu être saignante et sauver le film, elle n'est que banale. Un gâchis !

The Lookout de Scott Frank (2007) : un peu flemmarde pour en faire un billet, je recommande ce bon petit polar très bien mené au scénario original avec Joseph Gordon-Levitt. A voir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 13 juillet 2007

The Bubble - Eytan Fox

A ne pas confondre avec Bubble de Steven Soderbergh (cf. billet du 22/06/2007), The Bubble (surnom donné à la ville de Tel Aviv), le nouveau film du réalisateur du très remarqué Tu marcheras sur l'eau, est une oeuvre très recommandable. Pour ceux qui se diraient que c'est encore une histoire d'amour homosexuelle, ils auraient raison, mais on peut élargir le propos en disant qu'un jeune et beau Palestinien tombe amoureux d'un jeune et bel Israélien, et malheureusement cela va mal finir. Ils s'éclateront au sens propre et figuré. L'histoire se passe à Tel Aviv où les habitants vivent repliés sur eux-mêmes avec leurs problèmes de coeur ou peut-être d'argent. Le conflit israélo-palestinien n'est pas leur préoccupation première. Et pourtant, la scène d'ouverture est très symbolique. A la frontière israélo-palestinienne, lors d'un des nombreux contrôles d'identité, une femme très enceinte perd les eaux et malheureusement le bébé par la même occasion car elle n'a pas pu arriver à temps à l'hôpital. C'est là que Noam l'Israélien et Ashraf le Palestinien se rencontreront pour la première fois. Le film est gai et triste à la fois et quand il se termine, il laisse un goût amer car le conflit n'est pas près d'être terminé.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 juillet 2007

Le Christ s'est arrêté à Eboli - Francesco Rosi

Suite à mon billet d'hier (mardi 10 juillet 2007), Le Christ s'est arrêté à Eboli de Francesco Rosi (1979), projeté pendant le Festival Paris Cinéma, est l'un des films les plus connus de son réalisateur, et c'est justifié. Adapté d'un récit autobiographique de Carlo Levi, l'histoire se passe en 1935. Mussolini est au pouvoir depuis 13 ans. Le Duce s'apprête à faire la guerre pour conquérir l'Ethiopie. Tous les opposants politiques ou considérés comme tels, comme les militants communistes, les peintres, les écrivains "subversifs", ne sont pas emprisonnés mais déplacés dans des villages comme Eboli dans le Sud de l'Italie. Même les Essais de Montaigne sont interdits. La signification du titre du film nous est rapidement donnée. Eboli est un endroit au bout du bout du monde, dans un paysage quasi désertique. Le modernisme n'est pas arrivé jusque là. Mais que l'endroit est beau. Carlo Levi, peintre avec des notions de médecine, arrive en train puis en voiture. Un chien dénommé "Baron" devient son compagnon. Logé pendant tout le début du film chez une veuve, sa grande chambre aux murs de pierre comprend une  fenêtre. Il dort dans un des lits au matelas fait de paille. Assigné à résidence et obligé de signer un registre tous les jours, il rencontre le podestat du village très imbu de sa personne. Sinon pendant la première heure du film, Carlo Levi observe les femmes et les hommes, la plupart vêtus de noir. Ils vivent de l'élevage des chèvres, des poules et des cochons. L'oeuvre quasi documentaire est illustrée d'une très belle musique. On entend les discours de Mussolini en arrière-plan. Carlo Levi n'est pas le seul assigné dans le village mais il est tenu de ne pas rencontrer les autres. Il croise seulement deux communistes qui ne disent pas un mot. Après la visite de sa soeur, il acquiert une très belle demeure avec une terrasse d'où la vue magnifique laisse sans voix. Il engage une femme qui lui fait le ménage. Le marmot qui l'accompagne ressemble à un angelot. On sent une immense tendresse de la part de Rosi. Gràce à ses connaissances médicales, Carlo arrivera à se faire accepter par toute la population. Son assignation sera levée après la victoire laborieuse de Mussolini en Ethiopie en mai 1936. Le Christ s'est arrêté à Eboli, coproduction franco-italienne, a bénéficié de techniciens de grands talents : Tonino Guerra (scénariste avec Rosi), Pasqualino de Santis (photo admirable) et Ruggero Mastroianni (montage). J'émetttrai un petit bémol en ayant constaté quelques ellipses ou raccourcis dans le récit. On sent qu'il y a des manques. Francesco Rosi a monté une version télévisée de 3 heures et demie. Cela vaudrait la peine qu'elle soit rediffusée un jour.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 9 juillet 2007

Mickey et Nicky - Elaine May

J'avais appris une très bonne nouvelle, Mickey et Nicky, ce bijou du cinéma indépendant, ressort sur les écrans parisiens. A voir pour le duo John Cassavetes (Nicky) et Peter Falk (Mickey), amis dans la vraie vie depuis plus de 10 ans. Le film, tourné en 1976, est sorti en dans une version tronquée à l'époque. En 1987, il est projeté dans la version voulue par la réalisatrice et celle que j'avais vue (20 ans déjà!). J'en étais ressortie enthousiaste. Je dois dire que 20 ans après, j'ai été un peu déçue. Le film est toujours le même mais c'est moi qui ai changé. Ce n'est pas grave car quel bonheur de revoir John Cassavetes, disparu en 1989. Mickey et Nicky fait très "cassavetien", le son direct pas toujours audible, des plans sous-exposés, tout est fiévreux parfois hystérique. Quand le film commence, Nicky est dans une chambre d'hôtel et il appelle à l'aide son copain Mickey car il a un "contrat" contre lui. Cela se passe à Philadelphie, la nuit est bien commencée. Le film se terminera à l'aube avec la mort de l'un trahi par l'autre. Entre-temps, ils auront rencontré quelques personnages dont une femme plus ou moins prostituée et un tueur qui remplira avec difficulté son contrat. Cette histoire d'amitié et de trahison est très bien menée. On voit l'unité de temps (une nuit), de lieu (Philadelphie) et d'action (la fuite de l'un des deux).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,