lundi 16 mai 2022

Mois H. G. Wells en juin 2022 (jusqu'à fin juillet!)

== Ne cherchez pas pourquoi on parlerait spécialement d'Herbert George Wells (H. G. Wells) en juin 2022. Notre auteur est né le 21 septembre 1866 et mort le 13 août 1946, il n'y a donc aucune raison de calendrier. Juste, faites-le! ==

Sibylline, du blog La petite liste et moi-même (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) vous proposons, sur toute la durée de ce mois de juin 2022 (non seulement dès à présent, mais jusqu'au 22 jusqu'à fin juillet en fait...), un "Mois Wells", occasion de lire ou relire son oeuvre (y compris les titres moins connus que la demi-douzaine des plus emblématiques) ou de visionner les adaptations de celle-ci au cinéma, et de rédiger un billet sur vos blogs respectifs. C'est La petite liste qui prendra en charge leur centralisation. 

wells_NOIR
Dessin créé par Sibylline pour l'événement sur son blog

== Pour ma part, je m'occuperai de prendre en compte vos billets sur les adaptations en films, ou en bandes dessinées, qui en ont été tirées (ou qui mettent en scène H. G. Wells lui-même). Il vous suffit de m'informer de votre intention de rédiger un billet, et/ou de m'en indiquer le lien lorsque cela est fait, via un commentaire sous le présent billet. ==

Vous pourrez trouver quelques idées sur les pages wikipedia consultées le 14 mai 2022, les films tirés d'une oeuvre d'H. G Wells (la page est-elle exhaustive?) ou plus largement la liste de ses oeuvres sur la page qui lui est consacrée. Et si vous voulez aussi lire l'oeuvre romanesque, j'empiète sur les platebandes de la co-organisatrice en référençant ce qui est aujourd'hui disponible en "Folio" ;-)

Nous n'avons pas encore décidé qui s'occuperait de recenser les chroniques sur les "suites" et "continuateurs" des livres de Wells. Je suppose qu'on verra à l'usage (quitte à les référencer sur nos deux blogs!). On vous tiendra au courant *.

Pour ma part, c'est sous le présent billet que j'ajouterai durant toute la période les participations qui me seront signalées dans le cadre ci-dessus.

A vos claviers!

* (Edit du 1/05/2022) Pour les "suites", nous avons adopté la même logique: La petite liste prend les romans, je prends ce qui est films et BDs.

***************************************************************************************************************

 Films: 

* dasola (20/05/2022) : Nicholas Meyer - C'était demain (Time after time)

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 7 mai 2022

Exposition "Tignous Forever" à Montreuil (avril-mai 2022)

C'est une information entendue sur France Inter la semaine dernière par dasola qui l'a amenée à me signaler cette exposition Tignous Forever. Du coup, je (ta d loi du cine, squatter" chez dasola) suis passé il y a quelques jours au Centre Tignous d'art contemporain, à Montreuil (93100).

P1140329
Deux affiches obtenues via l'accueil de l'exposition

Tignous ("petite teigne"), c'était le surnom affectueux donné par sa grand-mère à Bernard Verlhac, comme le rappelle l'un des panneaux explicatifs de cette exposition. Chloé Verlhac, la veuve de Tignous (dont le vrai nom était Bernard Verlhac) est la commissaire de l'exposition, qui a débuté le 21 avril et dure jusqu'au 21 mai 2022 (accès gratuit). Qu'y trouve-t-on?

Des dessins, beaucoup de dessins (je ne les ai pas comptés!), souvent petits, parfois sous verre, classés par thèmes. Ceux qui connaissent déjà l'oeuvre de Tignous peuvent y reconnaître certains dessins déjà vus ou parus dans Ni dieu ni eux ou dans Comment rater ses vacances, entre bien d'autres. Mais l'exposition propose également des témoignages d'autres dessinateurs, dont certains qui avaient bénéficié des conseils de Tignous à leurs débuts (Catherine, Aurel, ...). Les salles enchevêtrées offrent bien des murs servant de supports.

Sur un écran mural passe une interview par des étudiants (si j'ai bien compris les quelques minutes où je m'y suis arrêté?), sur un autre écran, la série de dessins animés des pandas de Tignous (série dérivée de Pandas dans la brume). Dans un recoin, on trouve aussi des photos panoramiques de son atelier, pendant que la voix de Chloé Verlhac évoque la manière dont elle a dû annoncer la mort de leur père à ses enfants, après son assassinat à Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.

Après avoir demandé l'autorisation, j'ai pris quelques photos (pas assez, selon dasola).  

P1010585 La photocopieuse... comme instrument de travail dans l'atelier?

P1010595 Tignous interviewé... (en vrai, il parle et il bouge!)

P1010594 Une des salles en perspective  P1010593

P1010592 Dessin en noir et blanc, puis couleurs aquarelle (sur une photocopie en papier cartonné)

P1010591   P1010590   P1010586

P1010589   P1010588   P1010587

Même avec l'aide de l'accueil sur place, je n'ai pas trouvé dans les accrochages un dessin figurant dans le catalogue de l'exposition (ci-dessous): aurait-il risqué de heurter certaines sensibilités?

P1140328

Pour visiter à votre tour l'exposition, vous trouverez les informations pratiques sur le site du Centre (adresse, horaire). Voici aussi le lien vers le catalogue de l'exposition (ses 24 pages sont aussi disponible sur place en version imprimée gratuite). Le programme des animations annonce, entre autres choses intéressantes, une visite commentée par Chloé Verlhac samedi 14 mai 2022 à 17 h, suivie d'une séance de dédicace et vente de dessins de Tignous. Je tâcherai de my rendre. 

Pour finir, je vais citer les derniers mots du catalogue, signés Chloé Verlhac: "Lorsqu'ils sont entrés le 7 janvier, Tignous demandait à la cantonade: «Quelle est notre part de responsabilité dans la souffrance de ces jeunes qui partent faire le djihad et pour qu'ils en arrivent là?»... Ils ont tué un mec bien. Donner à voir ses dessins est notre plus belle revanche. L'intelligence contre la connerie, le rire contre l'obscurantisme et la vie plus forte que la mort. Nous te continuons. Nous te continuerons."

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 1 avril 2022

Bilan du challenge martien / Le virus acquitté - N°24

Pour ce premier avril-ci, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) vais mixer (ou mixter?) deux thèmes: d'abord, le billet de bilan de mon Challenge de la planète Mars (1er mars 2021 au 31 mars 2022), puis, dans un second temps, quelques mots (mensuels...) sur le fameux virus qui nous avait amené à finir mars 2020 confinés. Deux ans déjà, une éternité... et bientôt, nous votons (mais cela est hors sujet).

Le Challenge de la planète Mars s'est achevé hier sur un bilan honorable. Merci à tous les participants et commentateurs. Finalement, ce sont treize participants qui ont pris la peine d'inscrire au moins un de leurs billets dans le cadre du Challenge que je proposais, pour un total de 21 billets, ce qui a (re)présenté au moins 16 oeuvres différentes. Mention spéciale à Pativore qui en a écrit 5 en plus du fait d'avoir créé le logo "Planète Mars", suivie par Erwelyn (4 billets), puis par Zoé Lucaccini (2 articles). Le billet organisant le Challenge a, lui, reçu 28 commentaires de 12 blogueurs différents (dont 6 de Pativore et d'Erwelyn, et 2 pour A girl from Earth, Dominique, Girlymammie, Keisha, Titi70, Vincent, plus quatre autres blogueurs). Et s'il n'y en a pas eu davantage, ce n'est pas faute d'avoir signalé, dans de nombreux blogs, sous tel ou tel de leurs billets, qu'il aurait tout à fait sa place dans le Challenge (mais je n'ai inscrit que ceux qui ont fait une démarche en ce sens).

Si l'on regarde du côté des oeuvres chroniquées, le film Total Recall (1990) et le livre Curiosity de Sophie Divry ont eu le plus de présentations (3), suivis par Martiens, go home! (2, dont moi). Pour le reste, la palette s'est donc avérée très étendue! Merci spécial à Erwelyn (du blog Chroniques terriennes), qui a pris la peine d'actualiser son billet qui présentait le Challenge et d'en faire un article de bilan.

Pour ma part, j'ai rédigé, sur le blog de dasola, 20 billets totalisant 98 commentaires. Parti tard, j'ai accéléré sur la fin avec 6 billets en mars 2022, ce qui fait qu'avec mes 8 billets dans les derniers 40 jours, j'ai donc fini par moyenner à 1,5 billets par mois sur toute la durée du Challenge, cependant que certains de mes billets présentaient plus qu'une oeuvre (j'en compte 25... en comptant les recueils de nouvelles pour un?). J'ai pu aussi inscrire certains de mes billets sur d'autres Challenges (cf. colonne de droite - ou les billets eux-mêmes): 9e puis 10e Challenge de l'Imaginaire; Challenges Classiques en 2022; Challenge Winter short series in SFF, ... Par contre, j'ai eu un peu de mal à sortir de ma "zone de confort" (à découvrir des titres récents dont je n'aurais jamais entendu parler sans la blogosphère). 

Il m'a été suggéré de prolonger le Challenge. Si l'on entend par là que je devrais continuer à rédiger moi-même des billets sur le thème "planète Mars" ainsi qu'à m'efforcer de proposer à toute la blogosphère de venir participer (inscrire tel ou tel billet dont je découvre l'existence...), je crois que ça ne va pas le faire. Disons que, le cas échéant, je pourrais continuer à mettre à jour les liens (avec date du billet) et à tenir à jour la liste dans le billet du Challenge pour tous ceux qui me le demanderaient expressément! Mais je suppose que je vais laisser passer un certain temps avant de relancer activement quelque chose, puisque, comme dit plus haut, il me reste pour ma part suffisamment d'oeuvres à découvrir pour envisager d'ores et déjà de relancer une nouvelle édition (dans 11 mois d'ici, le 1er mars 2023?). Peut-être que je devrais réfléchir, d'ici là, à un nom qui ne fasse pas apparaître monsieur Elon Musk parmi les premiers résultats sur moteur de recherche!

******************** 

Venons-en maintenant à ma 24e "chroniquette", que j'ai titrée plus haut Le virus acquitté, pour parler du coronavirus qui a bouleversé la planète (certains pays dont le nôtre, tout au moins) il y a deux ans.

Il semble que tout focaliser sur ce sujet ou même en débattre soit désormais has been: "un clou chasse l'autre", selon le vieil adage (élection ou guerre? Faites votre choix). Celui que l'on jugeait si dangereux il n'y a pas si longtemps serait-il aujourd'hui bien négligeable?

03/03/2022: fin du passe vaccinal annoncée par M. Castex pour le 14 mars 2022. Bientôt le retour des soirées cinoche-resto ;-) ... Ah non, zut, on en revien(drai)t au pass "sanitaire"! Oui, ben finalement, non, on a largement arrêté de nous... bassiner avec ça.

03/03/2022: ça y est, on a enfin passé le cap des 23 millions de contaminations. Ouf, je m'inquiétais, le compteur devenait poussif... et quelques jours après, enfin, le cap des 140 000 morts est aussi dépassé. Même observation, j'avais peur que le comptage des morts en Ukraine mobilise toutes les ressources de nos statisticiens au détriment de ce comptage-ci... Fin mars, on en est à combien? Une centaine de morts par jour? Misère.

21/03/2022: on sent que c'est le printemps. Dans la rue, les jupes raccourcissent. Et dans le métro, les nez émergent des masques (si, si!)... cependant que retentissent les avis rappelant que le port du masque y est obligatoire "sous peine d'une amende de 135 euros".

==  Précision: [même ailleurs que dans le métro et quelques autres lieux,] depuis la mi-mars, il est permis, il est autorisé, de continuer à porter le masque, il n'est surtout pas interdit de (continuer à) le porter. Cela devient un choix personnel et non plus une obligation. == 

24/03/2022 - une seule solution pour s'en sortir: mangez des brocolis! D'où vient donc ce légume? De Sicile, semble-t-il (?)

C'est tout? C'est tout ce que j'ai noté. Le clou, vous disais-je...

Et pour boucler avec ce que je disais plus haut concernant les élections: quoi qu'en dise l'adage "au premier tour on choisit, on second tour on élimine", j'ai un peu l'impression que beaucoup de ceux qui voteront au premier tour (seront-ils nombreux?) élimineront, parmi les candidats disponibles, ceux qui leur conviendront le moins, pour se rabattre par défaut sur l'un de ceux susceptibles de leur déplaire le moins... Rien de bien enthousiasmant dans tout ça!

On verra bien où en seront le virus, le monde et la France après la date prévue pour le second tour de nos élections législatives (juin 2022).

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 7 janvier 2022

Coronavirus: on est les champions! - Charlie Hebdo HS N°22H (juillet-septembre 2020)

N'ayant rien préparé à l'avance pour "marquer le coup" du 7ème anniversaire du massacre de Charlie Hebdo, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) vais vous présenter un de leurs Hors-Série "d'actualité" que j'avais acheté il y a 18 mois, en fin juin 2020 (une fois levé le premier confinement "Covid-19").

P1140175
Coronavirus: on est les champions!
- Charlie Hebdo HS N°22H (juillet-septembre 2020)
La crise du Covid-19 vue par Charlie Hebdo, 80 pages, juin 2020.

Selon la présentation en 4e de couv', "durant le confinement, l'équipe de Charlie Hebdo a observé avec attention l'évolution de cette crise inédite. Chaque semaine, les dessinateurs, chroniqueurs et journalistes ont cherché à rendre compte de la gestion de la pandémie, en France et dans le monde. Pour prendre du recul sur ces événements, Charlie Hebdo a compilé une sélection des meilleures publications du site internet". On ne trouve évidemment dans ce numéro aucun dessin de Cabu, Charb, Honoré, Tignous ni Wolinski, ni de chronique d'Elsa Cayat ou Bernard Maris. 

Différents articles ou interviews rappellent utilement que, durant des années et sous des gouvernements successifs, l'hôpital public a été géré "à la calculette" (masse salariale gelée conduisant mécaniquement à des suppressions de postes, hôpitaux managés comme des "entreprises" avec pour objectif, sinon la "rentabilité", du moins l'absence de "déficit" budgétaire...). Les angles des articles sont très variés, comme le montrent les 31 entrées du sommaire sur deux colonnes p.3. Ils présentent une recension critique de pas mal des discours qui avaient été donnés précédemment sur le virus (diverses antivérités à large spectre - l'expression est de moi). Je relève que Riss comparait (p.61) l'impréparation de notre système médical avec celui de l'armée française en 1940 - dans les deux cas, on était convaincus d'avoir la meilleure armée, ou le meilleur système médical, du monde. Mais ce hors-série comporte aussi des articles de réflexions sur les aspects non seulement sanitaires, mais aussi politiques ou en termes de libertés publiques. Parmi les quelque 112 dessins (environ: j'ai compté les planches de BD pour "un", les colonnes de trois dessins de Bitche avec trois signatures pour "trois" et celles avec une seule pour "un"...), j'ai relevé 34 fois "le journal de Félix [date]". Ci-dessous quelques-uns de ceux qui m'ont le plus interpellé ou fait sourire.

P1140179 p.47, pour illustrer un entretien titré "La crise de la biodiversité favorise les maladies infectieuses émergentes".

P1140178 p.45

P1140177 p.32 (un dessin qui demeure d'actualité en 2022?)

P1140180 p.64-65. Vous noterez le titre de l'article p.65...

P1140185 p.76 (au nez!).

Et pour finir... à tout seigneur tout honneur (j'ai pas dit "soigneur"). 

P1140176 p.18 (en janvier 2022, il a employé un langage plus... franc [au sujet des non-vaccinés]).

P1140181 p.68. P1140183 p.72-73.

Précisons qu'on peut aujourd'hui encore acheter ce hors-série en ligne (8 euros) sur le site de Charlie Hebdo

*******

Dans Charlie Hebdo N°1543 du 15 décembre 2021, p.3, j'ai relevé dans l'hommage rendu par la rédaction du journal à Maryse Wolinski, décédée le 9 décembre 2021 des suites d'un cancer du poumon, sous le titre "Au revoir Maryse", le paragraphe de conclusion: "On ne pouvait pas parler de Georges sans Maryse et de Maryse sans Georges. Elle était souvent présente dans les dessins de Wolinski. Lorsque Charlie publia, durant l'été 2020, une série de dessins de Wolinski, Maryse nous dit à quel point cela l'avait touchée de voir Georges à nouveau dans les pages de son journal, qu'il avait contribué à créer et à faire vivre de son humour et de son esprit uniques. A notre tour de saluer Maryse. Nous adressons nos vives condoléances à Elsa, Frederica et Natacha. Tant que Charlie vivra, il y aura toujours une place pour les dessins de Georges". 
Pour rappel, figurent déjà dans mes propres "hommages du 7" plusieurs livres de Maryse et Georges, ou de Maryse seule (cf. Index des livres sur le blog).

*******

PS: pas énormément d'intérêt, de la part de la presse, pour ce 7e anniversaire de l'attentat chez Charlie Hebdo (malgré le déroulement du procès du 13 novembre)... Cependant, dasola m'a signalé quelques mots, sur France Inter, d'hommage à Bernard Maris (qui y tenait une chronique), en rappelant que "cela fait sept ans aujourd'hui".

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 20 décembre 2021

Revue Epsiloon (créée en 2021)

Après une interruption de plus de trois mois (l'automne, les jours qui diminuent, tout ça...), je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) tâche de reprendre la rédaction de mes billets "Challenge de la planète Mars", avec cette fois-ci une chronique un peu particulière.

Tout d'abord, merci à Mamaragan (blog l'Arène d'airain) qui a signalé sur la page du Challenge un intéressant billet. Ensuite, encore une fois un grand merci à Pativore (qui a créé le logo du Challenge). Car c'est sur son blog à elle que j'avais pris conscience (sinon connaissance) de la parution de la revue Epsiloon, lancée en 2021. La rédaction de cette jeune revue est constituée d'"anciens" de  Sciences & Vie, qui ont quitté ce dernier journal par suite de désaccords éditoriaux avec le groupe Reworld Media. Ce dernier a racheté durant l'été 2019 ce vénérable titre (S&V) avec ceux du groupe Mondadori France (j'avais sans doute vu passer quelques communiqués de presse à l'époque, mais sans suivre le dossier...). Le premier numéro de la nouvelle revue (Epsiloon) est sorti cet été (daté de juillet 2021), mais je ne l'ai pas acheté à l'époque où il était disponible en kiosque.

Quel rapport avec la planète Mars, me direz-vous? J'y arrive.

Epsiloon se présente sous la forme d'une revue mensuelle de 100 pages, au format plus carré qu'allongé, et vendue 4,90 euros. Cherchant à rendre compte de l'actualité scientifique, les journalistes "conteurs de science" ont réussi à citer la planète Mars dans chaque numéro, à ma connaissance. Dans le numéro 6 (décembre 2021), la page 14-15 publie, un peu recadrée, une photo de trois cratères martiens prise par la sonde européenne Exomars au printemps dernier. 

P1140143

Dans le numéro 5 (novembre 2021), une brève nous informait que Mars avait connu des méga-erruptions volcaniques... il y a 4 milliards d'années (sans doute). Et citait juste le nom de la planète dans un article décrivant la "famille" des astres.

P1140095

Le numéro 4 (octobre) "analysait" que le retour sur la Lune annoncé en 2024 dès 2019 par Donald Trump a pour véritable objectif un voyage humain vers Mars, chose à peine mentionnée dans le N°3 (p.45). Dans le numéro 2 daté d'août 2021, il fallait attendre la p.93 pour une "idée neuve": coloniser Mars avec des cerf-volants. 

 P1120559

Comme dit plus haut, je n'avais pu me procurer en kiosque le N°1, déjà épuisé le 14 août (mais dont il paraît qu'on le trouvait encore à Ajaccio à cette date?). J'ai pu cependant en prendre connaissance, et je sais donc qu'un article (p.38) y était titré "Quand Mars devient un terrain de rivalité" (entre la Chine, les Emirats arabes unis, l'Inde, les Etats-Unis et l'Union soviétique).

Mais mis à part ces aspects martiens, quelques mots plus généraux sur la revue. 

La création de ce nouveau titre de presse conte une histoire sympathique par bien des aspects. C'est une levée de fonds auprès du public, via Ulule, qui avait rassemblé 24 236 contributeurs pour de la prévente ou de l'abonnement: un bon moyen d'assurer la promotion du (futur) titre et de vérifier l'intérêt des futurs lecteurs! La page Epsiloon sur Wikipedia (consultée le 19/12/2021) contient des détails et des liens pour en savoir davantage sur cette aventure. 

Les plus militants des lecteurs potentiels regretteront peut-être qu'il ne s'agisse pas d'une SCOP de presse comme Alternative Economiques par exemple, ni d'un journal véritablement "engagé".

J'ai relevé avec intérêt, en fin d'article 5 de la Charte éditoriale d'Epsiloon (9 juin 2021), que la Rédaction "s’engage à ne pas se cantonner aux modèles de pensée dominante et à traiter de points de vue innovants ou originaux, sous réserve qu’ils soient étayés par des arguments scientifiques robustes." Mais ce souhait ne risque-t-il pas d'entrer en conflit avec la troisième phrase de l'article 3, qui dit "Ils ont également collectivement la charge d’assurer dans la mesure du possible la réussite financière du Titre, suivant les meilleurs standards de rentabilité, qui sera le gage de son indépendance, de sa pérennité, et de la rémunération de la Rédaction, des Dirigeants et des Actionnaires, mais aussi de l’assurance de pouvoir réaliser les investissements nécessaires pour assurer son avenir."?

Ce que, à titre personnel, j'attends du journaliste, et notamment du journaliste spécialisé: c'est, d'abord, de ne pas se contenter de résumer des communiqués ou des dossiers de presse et autres "fils d'agence", en se dépêchant de publier sur des sujets à la mode, ceux dont parlent tous les confrères. De ne pas faire du "placement de produits", bien sûr. Et, plus généralement, de croiser les informations et de varier les informateurs et les "experts" interrogés (autant que possible), d'être force de proposition pour des sujets, et de les suivre sur le long terme. 

J'ai appris pas mal de choses dans ces centaines de pages lues au fil des mois, sur des sujets bien variés (histoire, astronomie, ... covid-19, etc.). Au bout de cinq numéros lus, j'ai tout de même un léger a-priori sur le fait que ce journal peut avoir tendance à donner le point de vue "majoritaire" (dans le monde de l'industrie ou de l'entreprise), en tout cas à mettre seulement sur le même plan des opinions "pour" et "contre". Par exemple, dans le numéro 6 de décembre, quand il est question du "mur de rendement" du "bio", c'est davantage du bio "labelisé" (le bio industriel, à cahier des charges et obligations de moyens, orienté vers la vente en grande surface dans une approche "business") qu'il est question, plutôt que de la "bio-dynamie" ou des fermes en "bio holistique" (en polyculture-élevage...) ciblant les circuits courts. Et parler "contre" le bio, n'est-ce pas objectivement avantager l'agriculture "raisonnée" ou même "conventionnelle"? Epsiloon laisse au lecteur le monopole de l’engagement et de l’opinion... et ne s'en cache pas. Bref, nous voici bien loin de Mars encore!

Début septembre 2021, un échange de mail avec le service commercial m'avait informé qu'on devrait pouvoir se procurer les numéros en ligne d'ici la fin du mois. Je ne suis pas certain que cela ait bien été le cas fin septembre, mais, à ce jour (deuxième moitié de décembre), la vente au numéro sur leur site internet cible tous les numéros parus (précaution est prise de préciser "dans la limite des stocks disponibles"). Je continuerai en tout cas à lire les prochains numéros, même si je ne suis pas dans une démarche d'abonnement.

Je termine avec les liens vers les articles de Pativore sur les numéro 1 et numéro 2. Et, tout de même, le lien vers le site-vitrine de la revue Epsiloon!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 2 novembre 2021

Pays baltes 9/9 - Lituanie - 3

Voici mon neuvième et dernier billet sur les pays baltes dont je garderai un très bon souvenir. 

A Vilnius, on est passé devant le parlement:

7A5DA162-2371-438F-9D44-FD2D5D536E52

On a pu voir l'ambassade de France:

B084D7CF-4B73-4049-B205-868A5051EE97

EB1CB774-4CDB-44A2-A235-8571C4E3D28E 

...située juste à côté de l'ancien quartier juif devenu ghetto pendant la 2ème guerrre mondiale. Les Juifs de Vilnius ont payé un lourd tribu en victimes. 

Ci-dessous, le plan du grand et du petit ghetto qui existèrent de 1941 à septembre 1943 où les deux ghettos furent liquidés, soit plus de 40 000 personnes. En Lituanie, en 1941, il y avait 265 000 Juifs, et plus de 95% d'entre eux furent assassinés, soient 254 000 personnes.

C5E1E5C5-930A-4C02-9396-88A1626EF233

5D21D4F5-4680-49C8-AB9A-956B049FB86A

 Dans ce quartier pratiquement piétonnier, j'ai remarqué une pâtisserie (moi qui suis gourmande). On ne pouvait pas la louper. La preuve par l'image. 

52C1043D-ED92-42AE-8FAA-75202BA102A9

 

BD744640-DCE5-4F51-B342-73A45F1B5C00

J'ai acheté quelques macarons dont j'ai fait aussi profiter mes collègues de travail. Ils les ont trouvés très bon.

Et toujours dans le même quartier, on est passé devant une plaque commémorative, qui rappelle le fait que Stendhal est venu à Vilnius en 1812 au moment où l'armée napoléonniene, enfin ce qu'il en restait, était en train de revenir de Russie.

16E4C9B2-53E6-42EC-BFE2-98DA29B0AFE9

Et en parlant de l'armée napoléonienne, la dernière matinée fut l'occasion d'aller dans un cimetière où sont rassemblés les restes de plus de 3000 soldats morts à Vilnius.  

E0CB8C75-D814-4483-8257-D9EE4214CE79

522A9838-E594-436C-A90B-6D7E59C64A43

CDFA05D1-4DBE-4A8A-9451-79EBBBA609ED

78F5D197-CBD8-46B1-82C2-DB92639AE3A8

 En plus du cimetière, on a visité l'église baroque (toute blanche à l'intérieur) Saint-Pierre-et-Saint-Paul. 

61205805-7B8D-4209-9F9B-8C3539EC9746

E597CAD3-C4B0-4514-AD91-291F6BD303FB

91EBBA7E-DA61-46E1-A6DB-F99343A5DB3C L'orgue

EAE94650-4A76-46CB-9E34-02E6816A7151 Une barque pendue au plafond

Et je termine par quelques vues panoramiques de Vilnius depuis la tour du Palais des souverains de Lituanie.

90BAD609-5FA8-4061-A00A-A2837B5D1FF8 

8BA91E52-3C07-421C-9EB6-F58EA6346F51

DE3370CB-9CFA-466B-AF75-8112CBBA49B2

D1040CE4-CE39-44EE-AC4A-AEA6B48A4175

61AC3FFF-1362-49D5-A406-93A134AF028F

 ************ 

J'espère que le voyage vous aura plu.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 27 octobre 2021

Pays baltes 8/9 - Lituanie - 2

Je repars en Lituanie où, avant Vilnius, on a fait une halte à Trakai qui fut capitale de la Lituanie au XIVème siècle. Trakai abrite le château le plus photographié de Lituanie. Il faut dire qu'il est beau situé au milieu d'une presqu'île sur le lac de Galvé.

20D007AD-F5F7-474E-8C1E-B0EEC99743C6

D8A0F1C9-12CA-4C46-8BDF-C5C5BA01ABDD

42F8B434-0E7F-494A-BE93-D4728BE8887F Une longue passerelle permet aux touristes d'atteindre le château.

2C5F7306-9EFC-45E1-A279-AE9385C87BBD

11ED3083-327B-42CA-9339-AFC5153F1084 La cour intérieure.

3F127B88-4D30-439A-B232-87826EECB0E0 La cour intérieure.

D1390987-25E4-4A82-8ACA-0F62147EC536 

D9516A40-783D-4F73-91AF-30884158CEC2 Une partie des remparts du château.

A Trakai, on peut aussi admirer de jolies maisons en bois de toutes les couleurs.

101DB64A-97FB-4541-B2B2-3037CBFB85A4

9E1BF240-6C63-4990-B86B-ACB946B9BD8B

6B433EB0-D629-49F1-95A7-1C5982D59283

17526C1E-35E7-42EC-BAEA-D5148DCD3A8E

Nous voici arrivés à Vilnius. Pour visiter la vieille ville, on entre par une des portes de la ville comme celle ci-dessous.

B7D3674E-97C5-4DC5-B378-CB29F9EB2454

FE979F3C-DDA1-4711-B708-8F2FB7B5D5B7 La porte (détail).

05F7404B-C98B-4F4C-8DB9-D42214540615 La rue la plus étroite de Vilnius qui si situe pas loin du l'immeuble où Marie Trintignant a été battue à mort en août 2003.

 5CFB8FA6-14E8-40BB-ADB0-B226C643C3BD C'était un hôtel qui, depuis, ne l'est plus.

A924195C-577B-4C36-8F43-BC38ABBBB4A3 La place principale de la vieille ville...

CE12AAF7-39CE-42C3-B800-90CDC1AA9566 ...où l'on trouve la cathédrale et son beffroi.

390851D3-48EB-4288-B245-0DB70087D707 La première cathédrale a été construite au XIVème siècle et a été mainte fois reconstruite jusqu'au XVIIIème siècle.

FA3477B7-0E2F-4643-B596-F130C449F08F Le beffroi date du XVIème siècle.

Suite et fin dans un prochain billet. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 19 octobre 2021

Pays baltes 7/9 - Lituanie - 1

Après la Lettonie, nous sommes arrivés en Lituanie en commençant pas un site étrange que, pour ma part, j'ai trouvé lugubre et pas intéressant: la colline des Croix, un lieu de pélérinage national recouvert de milliers de croix, en souvenir, notamment, des Lituaniens tués ou déportés.

6925B67E-7118-42DF-B90F-4F2A9AF5A8DB        A782E1B0-C00D-4EAE-8442-9E6BEF377A6B

F9E736B1-FB8F-4804-B3CA-0050A60C2582    62BAE919-35DE-471C-888B-5F2C2E369EED

60F44136-A751-4678-BDCD-F8034DE77364

Des trois capitales visitées, Vilnius est la seule capitale à ne pas être au bord de la mer. Mais cela ne nous a pas empêchés de nous retrouver vers la mer Baltique en allant sur la presqu'île de Neringa, un étroit cordon littoral qui forme une réserve naturelle. Cet étroit cordon se trouve entre la Baltique et la lagune de Courlande. Sur la presqu'île, à côté de Juodkrante, on se promène dans la Raganu Kainas (la colline des Sorcières), parsemée de sculptures en bois évoquant les contes lituaniens. Il faut faire attention quand on marche, car les racines des arbres peuvent faire tomber (c'est ce qui m'est arrivé).

88106C17-E1B8-41B7-B8B4-82BE4781A8F7

390CB2A9-A8AB-422F-8F3E-57C7F4A1ECE6        6460D15F-7401-4A69-A7BE-6D5F224EA82C

5AF1B839-BC93-4C0B-8471-D908DD156622        1FD589D3-58FB-4307-AD8F-B048B53A6126

On a été au bout de la presqu'île, où d'un côté on voit la lagune du Courlande et de l'autre la Baltique, et tout au fond, Kaliningrad, l'enclave russe en Europe.

E8B6B8BC-00B1-4448-AE99-3A99767D76A4 La lagune

9EBEBA24-B8DF-4668-88DE-968760FE6269 La Baltique

La ville principale de Neringa s'appelle Nida où l'on peut admirer de jolies maisons en bois.

CC885016-6F1F-4FDA-88F8-3151E2824E3A       19C578C2-40A7-4724-8832-1F44E3EB0EDB

Et une maison en particulier, celle où Thomas Mann et sa famille ont passé les étés de 1930 à 32. C'est là que l'écrivain, Prix Nobel de littérature, a écrit Joseph et ses frères paru en 1933.

0FA24909-BBF6-446A-B817-360545D25472        B660A31D-5A78-4F7F-9D10-6B2BE7C8A049

9BB48E49-B747-4CBB-BF1A-2AE126CD96BC 73E13FB4-4FEB-458F-9CBB-7A956F47D09E Vue de la terrasse de la maison

On a eu la chance d'avoir un temps très agréable.

On a repris notre chemin pour se diriger vers la ville de Kaunas et son château qui date du XIIIème siècle.

B27B98FB-DCCF-4899-8F19-D252AE8468B1

8C5CB8A6-7266-4D3F-968E-2A55D3CA97A3

F2907857-6C03-4187-9F45-08905F922ED2 Et voici le fleuve Niemen qui traverse la ville de Kaunas. Il se jette dans la Baltique. Sa source se trouve en Biolorussie à Minsk.

Dans un prochain billet, Krakaï et Vilnius. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 13 octobre 2021

Pays baltes 6/9 - Lettonie - 3

Suite et fin des visites en Lettonie avant de passer à la Lituanie.

Comme je l'ai écrit à la fin de mon billet précédent, nous avons été faire un tour au très grand marché de Riga dont où de nombreux stands et étals sont abrités sous les anciens hangars de zeppelins. Comme on a fait tout très vite, je n'ai pas pu faire autant de photos que je voulais.

B1DBAAA4-423C-4558-8F36-CE704191D961 L'extérieur du marché

EC3A50F3-AF88-4346-B67E-FEF29270CFBA L'intérieur d'un des hangars (il y en a 4 ou 5)         E1DFA43A-E6F0-4D25-8AE9-7B57F424149B Un hangar légumes, un hangar viandes, un hangar poissons

 2A0BF9AA-D1FD-48EA-849A-F5CF95F51D8A   

2657F711-AA27-4971-87E5-6734F3735FC3             AD0A9E04-3224-490A-A4C8-68B7EBB3F354

F25BE461-69EA-4BCC-828E-F2B97013B003         F969AB51-4F83-4C58-B06C-F9A8401F697E

3E132DC4-24D3-4B32-B9D9-DBA6A6933939

Entre deux hangars, on trouve des fruits et puis des fleurs.

4B86E1D3-AEDF-4F67-9221-18E05104B7B2          A7931265-3589-48A9-9E52-25D00EF2BD10

F597546D-874A-4214-9B74-BFBB31B170EE

Avant de quitter la vieille ville, voici des photos des restes des remparts de la ville qui datent du Moyen-Âge, ainsi que la poudrière.

2170F662-2E3C-473E-98AB-0FEAC5794F99 Remparts

486B0270-940D-44CF-9022-98A4DACD9CA8 La poudrière

6013035E-C8E1-4F0E-8AC7-F5FD0CDFE888 

6C667FE2-B59C-44B9-B686-85700E8798C1

64F62664-C824-4EFB-B22B-E83CDEF72C71

A nouveau les remparts.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

La guide nous a aussi emmenés vers la seule synagogue qui n'ait pas été détruite pendant la deuxième guerre mondiale à Riga. Elle a été restaurée en 2006. On a pu la visiter moyennant une somme modique. Avant 1940, on comptait environ 95000 Juifs en Lettonie. Beaucoup ont été déportés en Sibérie et d'autres ont subi la shoah par balles. En 1937, Riga comptait 72 synagogues...

128C4803-38D5-4006-9898-9D56E0A3951F      EF7CCE4F-6AAE-45DC-B8E0-468AA2AC13FC

EDD80E3A-C01D-4522-A417-D41E7D1101AB                     60679582-D3EE-44BE-ADE1-0A6D0A1CFC64

6814257D-F993-47FE-948E-BFB6502CFA3C          A3A7320D-0113-46A3-859C-430D1FB4FDDB

La synagogue a été restaurée en 2007. 

------------------------------------------------------------------------------

 Avant de quitter la région de Riga, on a passé une soirée très sympathique à Jurmala, une station balnéaire à côté de Riga.

Comme on était en fin de journée, j'ai trouvé la couleur du ciel au-dessus de la mer baltique 

       9BFD0DCD-5A12-48FD-A7D2-89C30D717056    E0F2C1F6-7AB3-4750-A659-2D01709FFAC1

2AC15D63-B108-4324-9093-4627BF5BAD9B

Dans un prochain billet, la Lituanie.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 9 octobre 2021

Pays baltes 5/9 - Lettonie - 2

Me voici à nouveau à Riga avec ses immeubles Art Nouveau et ses grandes églises. Un centre ville que l'on sillonne beaucoup à pied. Comme il y a beaucoup de pavés, les bonnes chaussures sans talon sont recommandées.  Concernant l'Art Nouveau, on a visité le musée où l'on peut admirer un très bel escalier.

F01324DC-4DFB-40E0-951E-7FC96E1C95E1

Et le musée comporte des objets et des meubles de l'époque.

8B656A50-4D02-4085-8D64-AAB31A014AFD

8405EA0C-FCA2-41C1-A93B-48891CAA4C85                  F8669FE7-7482-4CF9-AF3B-71DB809F3B5A 

Voici d'autres façades d'immeubles.

6DA34E80-7986-4DA8-8176-77E3ACE87F1A

965C9498-5A1D-43D3-AB84-C3C43846CEF3

F8DB6A76-F12C-4B31-8FBE-6ECAB8D2FAFB

3A31973F-2EA2-40CB-91BE-B2F19636CEE8

Mais Riga, c'est aussi des maisons plus anciennes bâties au temps du Moyen-Age au temps de la guilde des Têtes Noires.

BCE0FEC9-D077-4474-A255-19CCB2FA657D            343C0E2D-5930-449F-9001-E03584611C2B

    9D6CEFFD-B1DC-4234-A7CF-0659F88AF943       A9D07413-08C0-44A6-8020-358CB0F9F907 Détails

Sur la place où se situe ces bâtiments face à l'hôtel de ville, on peut voir une statue de Roland (celui de Roncevaux).

C48CF3E4-AD86-4C2A-9DBF-008856BFE9CB

Il y aussi "Les trois frères" (comme à Tallinn les Trois soeurs)

Ce sont trois maisons représentant le complexe immobilier le plus ancien de Riga. Elles ont été bâties à partir du XVème siècle.

 FCC14CE5-A550-4BF2-8C55-7920B736D098   E7F60CCE-C64B-4075-B8B3-6F6A889511FE    068744BD-F9E5-469B-BB6D-9C83485B5C9E     

Devant la maison de droite, les deux musiciens jouaient les hymnes nationaux des touristes qui passaient devant eux. On a eu droit à la Marseillaise.

Voici maintenant Riga vue du clocher de l'Eglise Saint-Pierre.

A7B11E65-472F-42FC-A5BC-D19F500E72C8 E3A310E2-14BE-43EA-92DF-ED02AEECBD17 3553B999-7BD1-4E93-AB9B-9D8AD399C700  

5D476E3D-3D45-4B73-B7BC-8719EA3E8C93

Sur cette photo, on voit des entrepôts arrondis, ce sont les anciens hangars qui abritaient des zeppelins. Aujourd'hui, ils font partie du Marché central, l'un des plus grands de la Baltique. On les a visités.

Photos dans le prochain billet. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,