lundi 5 mai 2008

Exposition "Le mystère Lapérouse" - Musée de la marine (Paris)

J'ai entendu parler pour la première fois de Jean-François Galaup de la Pérouse lors d'un séjour à Albi (où il est né en 1741). D'ailleurs, un petit musée lui est consacré dans cette ville. Pour les parisiens et tous les autres (si vous passez par Paris), allez voir l'exposition Le mystère Lapérouse qui a lieu au musée de la marine (au Trocadéro) jusqu'au 20 octobre 2008. L'exposition se passe dans un sous-sol qui doit presque faire toute la surface du Musée que l'on traverse. Pour ceux qui ne connaissent pas le musée, y sont rassemblées un nombre impressionnant de maquettes plus ou moins grandes de bateaux français et étrangers (une des plus belles collections au monde). A l'entrée de l'exposition proprement dite, sont proposés des audiophones (sans supplément de prix) qui permettent d'avoir les explications nécessaires et de bien comprendre l'expédition qu'effectuèrent le capitaine Lapérouse et 226 hommes répartis sur deux flûtes à coques larges, "la Boussole" et "l'Astrolabe", pendant plus de trois ans entre le 1er août 1785 et le 10 mars 1788 (date des dernières nouvelles de l'expédition). Des cartes maritimes, des textes, des lettres, des grands panneaux où sont inscrites les dates importantes des escales, des objets recueillis dans les épaves ou alors des instruments scientifiques similaires à ceux embarqués, permettent de retracer le long périple semés d'embûches et qui s'est tragiquement terminé près de l'île de Vanikoro au large de l'Australie. Cette expédition à caractère scientifique et géographique devait durer quatre ans, jusqu'en 1789. C'était une sorte de continuation des explorations de James Cook (tué par des indigènes à Hawaï en 1779). Les Français ont permis de faire et de confirmer la cartographie de la côte nord-ouest de l'Amérique et de la côte nord-est de l'Asie. Cette exposition prend en compte les découvertes archéologiques sur l'île de Vanikoro, y compris lors des dernières expéditions en 2005. Je déconseillerais aux personnes intéressées d'emmener de très jeunes enfants (comme c'était le cas le jour où j'y suis allée), ils se lassent vite et ont du mal à se concentrer sur les explications audiophoniques. Les personnes ayant des problèmes avec la station debout prolongée doivent savoir que, pour bien profiter de l'exposition, il faut rester presque deux heures, à cause de la longueur des commentaires à écouter devant chaque vitrine. Pour éviter de se ruiner dans l'achat du très beau livre aux Editions Musées Nationaux, achetez le petit fascicule à 6 euros à l'entrée du musée qui est très bien fait et l'essentiel y est.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 13 mars 2008

Le Guide Rouge Michelin

Je profite du fait que Tietie007 a écrit récemment un billet sur la dégustation de la grande cuisine chez des chefs étoilés pour parler de mon expérience personnelle sur la mise à jour du guide. En effet, il y a 15 ans, je travaillais en intérim et j'ai eu une mission de deux mois à Paris, au siège de Michelin, pour faire une mise à jour du Guide Rouge entre septembre et novembre 1993. Cela consistait à saisir informatiquement une centaine de fiches par jour sur lesquelles étaient indiquées le nom, le lieu, le prix de menu, les prix des chambres, etc. Nous avions passé un test de vitesse de saisie et 4 heureux "élus" dont je faisait partie ont été choisis. Nous travaillions dans une grande salle où plusieurs autres personnes (uniquement des messieurs) remplissaient des fiches papier et nous les communiquaient. Employés par Michelin, ils étaient tous issus d'écoles hôtelières diverses. J'ai discuté avec eux. Ils me disaient qu'ils partaient sur les routes de France pour des missions de trois semaines chaque fois, sans revenir chez eux, en mangeant et couchant dans les hôtels qu'ils recensaient et notaient. Inutile de vous dire que quand ils revenaient, ils allaient à la cantine et c'était régime "jambon/coquillettes". Pendant leur tournée, ils essayaient de se modérer le plus possible pour le vin, les plats, etc. D'ailleurs, ceux que j'ai vus étaient tous minces. En ce qui concerne les restaurants "étoilés", ils alternaient pour avoir le privilège de manger à une "grande table". Quand j'ai terminé ma période de deux mois, les responsables de l'équipe allaient se réunir dans les jours qui suivaient pour décerner ou enlever les étoiles tant convoitées. Chaque inspecteur faisait son travail avec méthode et conscience, mais, de mon point de vue, on doit s'en lasser au bout d'un certain temps.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 13 février 2008

Atelier d'écriture

Il y a quelque temps, j'ai vécu une expérience intéressante avec mon ami (mais je crois que je ne la retenterai pas de sitôt). Nous sommes partis à l'autre bout de Paris pour participer à un atelier d'écriture. Blogueuse depuis un an, vous pensez bien que j'étais curieuse d'apprendre (peut-être) quelques techniques qui pourraient me servir. L'écriture n'est pas un exercice facile. Je ne savais pas du tout comment cela se passait. L'expérience tentée, je me permets d'en faire état. Cet atelier se passe dans un café, une fois par semaine. Un écrivain est l'animateur en charge de l'atelier, et un responsable de l'endroit où se passe l'atelier participe à l'ensemble (lui-même rédige des articles dans un petit journal de quartier). Nous étions 8 (mon ami et moi compris). J'ai éprouvé dès le début un sentiment étrange vis-à-vis des participants. Les 4 autres personnes viennent depuis pratiquement un an mais sans que l'on sache pourquoi: pour le plaisir, pour un motif professionnel, que sais-je? En effet, mon ami et moi sommes les seuls à nous être présentés en indiquant que nous étions des néophytes. En ce qui me concerne, j'ai précisé que j'étais plus à l'aise avec une souris et un clavier d'ordinateur qu'avec un crayon. J'ai même parlé de mon blog. L'atelier dure 2h30. Au bout de la première heure, on nous a laissés écrire ce que l'on voulait pendant trois quart d'heure en s'inspirant ou non de petits papiers tirés au sort. Pour ma part, j'ai été inspirée par les mots que j'avais tirés au sort. Mais j'ai écrit des phrases sans articulation particulière et qui n'avaient surtout rien de personnel. Mon ami, lui, avait joué avec les lettres des mots pour en tirer des mots croisés. L'écrivain-animateur (gaucher comme moi) nous a dit pour sa part qu'il n'était pas arrivé à écrire. Après chaque lecture des textes, les auditeurs étaient invités à donner leurs impressions personnelles. Et alors là, je suis tombée un peu des nues. A part une dame qui a dit que les mots ne l'avaient pas inspirée, d'autres personnes avaient rédigé soit un chapitre d'un livre (une histoire très autobiographique), soit une historiette très triste (avec paraît-il rien de personnel), soit une confession d'un intime qui confinait à l'autoanalyse (la personne l'a écrite sans faire une rature). Il s'est avéré que cet atelier est plus un confessionnal qu'autre chose, ce jour-là en tout cas. J'étais presque mal à l'aise. Personnellement, je m'attendais à plus de fantaisie, à plus de ludique. Mon ami m'a fait une remarque qu'il a lue en son temps et que j'ai trouvée assez appropriée. Cela venait de quelqu'un qui parlait des cafés philo: on y arrive avec son problème, et on repart avec les problèmes de tous les autres. J'en aurai retenu en tout cas un mode d'expression sur lequel insistait l'animateur à chaque fois: quand on parlait de l'oeuvre d'un autre, ne pas la juger de manière "absolue" en disant "C'est [ceci ou cela]", mais "Je pense que c'est..." ou "A mon avis, ...", ou "Je trouve que..." (en marquant bien qu'il s'agit d'une opinion purement personnelle).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 25 janvier 2008

Petit coup de chapeau amical...

... pour saluer le retour sur la Toile de M. Claude Le Nocher, qui était hébergé jadis comme moi chez aceblog, et dont le blog y a donc connu les mêmes soucis que moi (jusqu'au "scratch" final). C'était un des premiers blogs avec lesquels j'avais noué relation (visite, lecture, commentaire réciproques). J'y avais découvert deux livres lus avec plaisir (mes billets du 25/04/2007 et du 12/07/2007). Et bien, il re-naît courageusement sur over-blog. Il s'agit toujours d'un blog spécialisé sur les polars et la littérature "de suspense".

Extraits des couriels reçus:
"Bonjour à toutes et à tous !
Mon premier blog a "explosé". Renoncer ? Ce serait mal connaître la fierté d'un pur Breton. Je vous invite donc à découvrir ma nouvelle adresse blog (et à la référencer dans vos favoris) : http://action-suspense.over-blog.com/ (...). Cette nouvelle adresse sera toujours une source d'infos sur la Littérature Policière d'aujourd'hui (et un peu d'hier), avec des "coups de coeur" et autres articles divers. N'hésitez pas à le visiter et à la faire connaître autour de vous. (...).
Amitiés,
Claude LE NOCHER"

Tous mes voeux de bonne continuation pour l'année 2008 et les années qui suivront!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 9 janvier 2008

Premier anniversaire

Cela fait déjà un an, le 9 janvier 2007, que j'ai créé ce blog. A l'époque, j'étais souffrante, et même en arrêt maladie chez moi, ce qui m'arrive très rarement (heureusement que mon état s'est amélioré assez vite). Je n'avais pas d'idée précise sur les sujets que je voulais aborder. Au début, j'ai surtout voulu parler de mes coups de coeur des mois précédents sur le cinéma, la littérature, le théâtre, etc. Le rythme d'un billet par jour n'était pas une évidence pour moi. Avec l'enthousiasme de la débutante, j'en ai même rédigé deux, parfois trois, dans une même journée. C'est mon ami qui m'a suggéré de publier un billet par jour, et de m'y tenir. Et voilà. J'y suis arrivée. Pour 2008, comme je l'avais annoncé dans mon 300ème billet, j'ai décidé de ralentir la cadence (le manque de temps, faire des commentaires chez les autres blogueurs, la panne d'inspiration, etc.). C'est pourquoi je publie, pour le moment, un billet tous les jours impairs ce qui fera deux billets d'affilée quand les mois seront de 31 jours (ou de 29).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

lundi 24 décembre 2007

C'est mon dernier billet...

... de l'année 2007. Depuis le 9 janvier 2007, j'ai rédigé 328 billets sur des sujets divers et variés (enfin j'espère). Je compte bien revenir en 2008 avec d'autres idées de billets. Pendant mes vacances, j'espère avancer dans mes lectures et dans les films à voir. Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année 2007 et une bonne et heureuse année 2008. Je remercie tous mes blogueurs fidèles (et les autres). A très bientôt.
PS : N'hésitez pas à continuer de mettre de gentils commentaires, je ne manquerai pas de continuer à en poster moi-même auprès de mes blogueurs amis.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 16 décembre 2007

Suite à It's a free world... - Questions / Réponses à Ken Loach

Suite à mon billet du 15/12/07, j'ai trouvé intéressant de faire un résumé sur la séance questions / réponses avec le réalisateur qui a suivi la projection du film It's a free world... (très applaudi). Ken Loach a répondu avec une grande simplicité, pendant presque une demi-heure, aux quelques questions posées (6 ou 7). Ne parlant pas le français, ses réponses étaient traduites. En préambule, je dirais que ceux qui ont posé les questions n'étaient pas forcément les plus enthousiastes après avoir vu le film : peut-être le traitement du sujet a-t-il gêné? La preuve en est qu'une jeune femme, trouvant que la vision de Ken Loach était pessimiste sur le monde du travail, a demandé pourquoi choisir une femme pour incarner le personnage principal. Ken Loach a répondu que c'était l'originalité du film, il a montré que les femmes étaient aussi capables que les hommes de faire ce travail et d'avoir cette attitude de personne sans état d'âme. Il a évoqué Margaret Thatcher pour la dureté dans son comportement. Suite à une autre question, à savoir pourquoi raconter l'histoire du point de vue des exploiteurs, et non des exploités, Ken Loach a redit que c'était justement une autre façon originale de traiter ce sujet. D'ailleurs, pour trouver des sujets de films, il travaille en étroite collaboration avec son scénariste Paul Laverty (qui vit à Madrid). Ils ont l'habitude de se parler longuement au téléphone. Et Ken Loach lit régulièrement les journaux. En ce qui concerne It's a free world..., il a étudié de nombreux témoignages. On a senti que Ken Loach est désabusé sur le parti actuellement au pouvoir en Grande-Bretagne. Il dit qu'il faut changer le gouvernement. Dans une dernière question, on lui a demandé s'il allait au cinéma, et quel genre de film il aimait voir. Il n'a pas répondu en détail, mais le dernier film français qu'il avait vu était La Graine et le Mulet. Je dirais que ce genre de séance questions / réponses entre un cinéaste et des spectateurs est intéressante et enrichissante. Il devrait y en avoir plus souvent. Merci M. Loach. Comme je l'ai déjà dit : allez voir le film, on ne l'oublie pas.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 7 décembre 2007

Représentations de petites catégories (sans commentaires)

Cette «compilation» parachève mon retour sur mes billets «sans commentaires» par les catégories les moins représentées sur mon blog (cf. mon précédent billet du 16/11/2007).
Petite satisfaction: tous ceux de la catégorie «Réalisateurs» ont été abondamment commentés. Et, fort heureusement, tous ne consistent pas en hommages après décès. Par contre, pratiquement tous les billets sur le théâtre (ceux ci-dessous) n’ont eu aucun succès. Peut-être est-ce une question de public, soit sur ce blog, soit en général (la sortie au théâtre est bien plus onéreuse qu’une place de cinéma)?

Acteurs/Actrices
Cécile de France - Marion Cotillard (15 mars 2007)

Laurel et Hardy (26 mai 2007)
Jean-Claude Brialy (1er juin 2007)

Télévision
Théâtre filmé (29 janvier 2007)

Les Mystères de l'Ouest - Série TV (6 février 2007)
Suspect n°1 avec Helen Mirren (6 avril 2007) (1)

Théâtre
L'affaire de la rue de Lourcine - Eugène Labiche - mise en scène Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff (18 mars 2007)

Délit de Fuite - Jean-Claude Islert (8 mai 2007)
La Tempête - William Shakespeare (mise en scène Dominique Pitoiset) (11 mai 2007) (1)
Les temps difficiles - Edouard Bourdet (4 juin 2007)
Mars et Vénus au théâtre (14 novembre 2007)

(1) Commentaire suscité par le présent billet durant le mois où il est resté en page d’accueil de mon blog.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
lundi 26 novembre 2007

300ème billet - Comment faire vivre un blog - Petits trucs et questions existentielles

300 billets sur ce blog, qui aura un an dans 6 semaines. Le présent billet sera le plus long que j'aie écrit pour le moment. Je l'ai vu arriver de loin. Je me disais «j'en ai fait 100, puis 200, j'arriverai bien à mon 300ème». Mais qu'est-ce que j'ai peiné! J'ai connu les moments d'angoisse: «plus qu'un seul billet d'avance: de quoi vais-je parler après-demain? J'ai pas le temps d'aller au cinéma, j'aurai pas fini de lire mon bouquin en cours...». Et heureusement que j'avais un soutien moral pour ne pas laisser tout en plan. C'est là que débarquaient les idées d’«Humeurs» et de «Divers», ou des «compil» diverses et variées, listes de films ou DVD vus, billets anciens sans commentaires, dont la rédaction me demandait tout de même beaucoup d'efforts parfois. Maintenant, comme pour une dissertation, je vais annoncer le plan du présent billet: les statistiques de ce blog (bilan positif, de quoi me regonfler le moral); mes trucs et astuces pour en arriver là; et enfin, le futur.

 

Je précise d'emblée que je trouve totalement inintéressant le nombre de «visiteurs» ou même de «lectures», vu le nombre de personnes qui arrivent par une recherche sur Google (parfois aberrante) et repartent, sans vraiment lire, dès qu'ils ont vu que mon billet n'était pas ce qu'ils cherchaient. Je me rappelle par exemple une requête «jeune couple cochon» dont il m’avait étonné qu’elle aboutisse sur mon blog! En la testant, j’ai découvert que Google combinait le «jeune couple» de mon billet du 12/10/07 (Opéra Garnier) avec le «cochon» cité dans le juge Feng (billet du 16/10/07). J’ai aussi repéré que sont cherchées des «analyse» ou même des «commentaire composé» sur, au hasard (des programmes scolaires?), Claude Gueux (Victor Hugo), Maupassant (La parure), Le dictateur (Chaplin). Alors, mes presque 15 000 pages vues (par le «grand public»), ça ne signifie rien pour moi. Je pense que ce sont surtout d’autres blogueurs, ayant les mêmes centres d’intérêts, qui peuvent être intéressés par mes modestes billets. Mon critère, c'est donc le nombre de commentaires reçus, 675 à ce jour (non compris les miens). Une grosse trentaine de blogueurs «fidèles» (selon mes critères, c'est-à-dire m'ayant fait au minimum 5 commentaires lors d’au moins 2 jours de visites différents) m'en a fait 540, les autres viennent de quelque 50 autres blogs (dont certains ont déjà disparu, depuis le début du mien) m'ayant fait de 1 à 4 commentaires, d'internautes sans blogs (11) ou même d'anonymes (une dizaine, sur mon ancienne plate-forme de blog, aceblog). J’ai cru remarquer que la plupart des commentaires viennent de blogueurs cinéphiles, même si mes billets sur le cinéma n’atteignent pas la moitié des 300. Pour les blogs qui s’arrêtent, certains annoncent un jour «dernier billet», d’autres se disent «en pause» (indéfinie). Ou bien, il n’y a plus de nouveau billet. C’est déprimant, on ne sait pas ce qui a pu arriver à l’auteur. Et enfin, certaines adresses ne fonctionnent tout simplement plus (erreur 404). Malgré tout, pour moi, ce mois de novembre, qui n’est pas fini, aura déjà battu tous mes records (138 commentaires, égalant la totalité d’octobre, et dépassant les 125 de septembre).

 

Amorcer les échanges, quel boulot! C’est vrai que c’est une joie renouvelée que de revenir sur mon blog après des heures au boulot (professionnel), le soir, ou après une nuit (il est des blogueurs noctambules – ou en tout cas nocturnes!), et de trouver plusieurs commentaires attendant que je les «publie». Le plus souvent, ils viennent de mes «liens d’amis» que je visite régulièrement. Parfois, d’autres blogueurs que je ne connais pas encore. Bien entendu, je leur rends la politesse (sauf les rares cas où rien ne m’inspire chez eux et où ils se sont manifestement égarés chez moi). Je me suis en tout cas fixée comme règle (générale) de ne parler, chez les autres blogueurs, que de films que j'ai déjà vus ou de livres que j'ai effectivement lus (à moins que je les aie dans le collimateur à brève échéance).

 

Et en outre, comme je l'avais déjà dit, je visite entre 15 et 20 nouveaux blogs par semaine (mais tous ne m'inspirent pas au point d'y laisser un commentaire). Contrairement à certains blogueurs, je fréquente différentes plate-forme de blogs (canalblog, allocine, over-blog sont les plus représentées dans mes commentateurs), sans me cantonner à une seule. Je les repère par les "liens d'amis" ou par les commentaires laissés chez ceux que je revisite régulièrement. J’hésite en tout cas à parcourir les skyblogs, car j’y ai trop vu de commentaires ineptes, nombrilistes, disant "texto": "slt, super, ton blog! Viens vite voir le mien [adresse]".

 

Ensuite, certains ou certaines répondent directement sur leur propre blog, soit à chacun des messages, soit en groupant, avec chaque destinataire interpellé pour ce qui le concerne (on voit @un nom, et une ligne; puis @un autre nom, etc.). D'autres vont rendre les commentaires chez les blogs des autres. Et certains font les deux! C'est intéressant en tout cas de regarder les liens qui se tissent sur la toîle (J & K, ou que sais-je...). Je n'ose pas penser au temps que cela représente, quand on reçoit des dizaines de commentaires par jour (je n'en suis pas encore là!). Moi-même, je ne réponds, dans mon blog, que lorsque je suis directement interpellée (avant, sur mon ancienne plate-forme aceblog aujourd’hui inaccessible, je rajoutais le blog des commentateurs qui ne pouvaient pas indiquer le leur).

Pour finir, après réflexion, je pense que je vais un peu baisser le rythme afin de garder du temps «hors blog» et conserver du plaisir en rédigeant et étant lue. Peut-être pas renoncer tout de suite à mon billet quotidien, mais prévoir de prendre des aménagements pour 2008 (après la pause hibernale des fêtes) et ma 2ème année de blog. Je ne sais pas encore si ce sera 5 billets par semaine (hors WE et aussi jours fériés), ou bien, plus drastiquement, un jour sur deux (les jours pairs? Les jours impairs? Cela fait une différence de 7 ou 8 par an).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 23 novembre 2007

Christine Masson, journaliste radio

J'ai eu l'occasion d'être interviewée en 2004 par Christine Masson, excellente journaliste à France Inter. Elle a su garder la "substantifique moelle" de ce que j'avais dit suite à ma énième vision du film italien La Meglio Giovientù (Nos meilleures années) de Marco Tullio Giordana (2003). Plus tard dans l'année, elle est venue à mon domicile et cette fois-là avec un caméraman afin de me filmer parmi mes objets personnels. Le tournage a duré plus de deux heures pendant lesquelles elle m'a interrogée. J'étais debout et déambulais dans mon appartement.  Son ambition était de faire un documentaire sur des personnes pour qui un film en particulier a changé leur vie. Depuis, Mme Masson continue son métier sur cette radio en faisant des émissions sur le cinéma. Courant 2007, je l'ai rencontrée par hasard dans un cinéma à Paris. Je lui ai demandé des nouvelles sur le documentaire. A priori, elle est en attente d'un financement pour poursuivre cette entreprise. Dans tous les cas, elle est productrice et animatrice d'une très bonne émission sur le cinéma tous les vendredis en fin d'après-midi de 17h à 18h sur France Inter et je vous recommande de l'écouter au moins une fois.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :