mercredi 1 juillet 2020

Déconfusion finale (mes ironies) - N°4

Le 2 juin 2020, je me disais qu'il y avait de fortes chances que la plupart de mes notes prises "au jour le jour" soient obsolètes au 1er juillet.
Le 30/06/2020, j'identifie deux points d'actualité brûlante: un laboratoire de biologie multi-sites se plaint de devoir bientôt se débarrasser de 700 000 tests du Covid-19 inutilisés et arrivant à obsolescence. Comme quoi, les "patients" citoyens ne se sont pas précipités pour leur permettre de réaliser le business attendu... D'autre part, l'armée chinoise va commencer à vacciner ses soldats contre le Covid-19. Terrible angoisse: si "la guerre" est pour tout à l'heure, va-t-on seulement pouvoir leur envoyer les marins du Charles-de-Gaulle?

Pour l'entre-deux [dates], c'est ci-dessous, noté au jour le jour!

Mardi 2 juin, sortie quasi-estivale (bras et jambes nus). Dans mon quartier, 1/3 sans masque, 1/3 avec masque sur le menton, 1/3 avec masque correctement mis... Est-ce que nous verrons le verre aux deux tiers plein ou au deux tiers vide?

Dans une pharmacie, le masque lavable n'existe qu'en deux couleurs: en blanc, ou en noir. Je n'irai pas jusqu'à dire que le noir est plus cher.

Affaires en cours début juin: le masque bientôt remboursé par la sécurité sociale?

Lu les deux pages du "mode d'emploi" du masque gratuit. C'est de la C... ie (avec un grand RIE).
On comprend pourquoi il n'y a pas eu de masques plus tôt: la norme AFNOR avait besoin d'être réécrite...

Qu'est-ce que cela paraît loin... Vous vous rappelez, à la mi-mars 2020, quand on avait tous la trouille de tomber malade et de mourir, ici en France métropolitaine?

Après la déclaration de guerre, on n'aspire plus qu'à l'armistice. C'est reparti comme en 40?

Quand ça change, ça change: il n'y a plus à s'attester, on prend le métro hors heures de pointe...

Duplicité de ma propre stratégie. Je dois mettre le masque pour prendre le métro? Je mets le masque, afin d'avoir le droit de l'utiliser. Ensuite, je le range dans ma poche (le masque, pas le métro). Je n'en ai pas besoin pour marcher dans la rue? Je ne le mets pas.

Il faut avoir vu ce qui se passe au terminus du métro parisien: cette nuée d'employés qui se hâte d'essuyer consciencieusement d'un bref coup de chiffon hydroalcoolisée chaque barre métallique, ...le tout non sans un certain soupçon de nonchalance. Encore, ça, c'était au tout début du déconfinement...

Sur Wikipedia, "le coronavirus" est désormais relégué au 3e rang des "Evénements en cours" : Manifestations et émeutes aux États-Unis · Déversement de pétrole à Norilsk · Pandémie de Covid-19. Sic transit...

Les gens qui travaillent, quels gens-qui-qui-neurs !

Masques bleus (dits "jetables"), en majorité. Tiens, et les gilets jaunes, ils en sont à quels actes?
Gilets jaunes + masques bleus? La poussée verte était prévisible...

Je me disais dès le 2 juin: "désormais, sur ce qui était "voie publique", les piétons devront slalomer entre les terrasses de café et restaurants".

La lettre et l'esprit. L'intérieur des cafés est religieusement vide (au début en tout cas), mais dehors, les terrasses débordent sur la chaussée en toute convivialité. C'est jeune, ça bavarde et ça se rit au nez. Bientôt: tousse ensemble, tousse ensemble, tousse...?

On nous dit que seuls 5% des Français ont été en contact avec le virus (anticorps etc.). Nous devons donc nous masquer par "principe de précaution" envers 95% de personnes indemnes de tout contact?

Mon masque sur le menton? Je le remets sur ma bouche et mon nez quand je suis face à quelqu'un.

Suis-je seul à penser que nos dirigeants se sont quelque peu ridiculisés avec les consignes sur les "bonnes" manières d'utiliser nos fameux masques (une fois ceux-ci disponibles)?
Un peu comme si on leur avait fait confondre la manière d'utiliser un masque chirurgical en milieu, soit stérile, soit infectieux (bref, à l'hôpital), et le rôle de protection faciale contre les postillons envoyés aux vis-à-vis, dans un lieu recevant du public, ou même en extérieur.
Est-ce que vous en connaissez beaucoup, vous, des gens dûment masqués qui ne sont pas septiques?

Résistance passive? Obligation de moyens vs obligation de résultat.

Les autorités veulent toujours que je porte un masque? Très bien, je porte un masque. Imaginez le nombre de personnes que je connais (d'un certain âge?) qui m'ont dit "je n'arrive pas à respirer, avec ce truc"...

A la réflexion, je pense que s'affrontent deux logiques.
Celle des autorités: le "port du masque" est peut-être imaginé comme relevant du niveau de la protection / propreté chirurgicale (aucun miasme ne doit infecter le patient - hyperfragile par définition). Chacun des acteurs dispose donc d'un masque stérile, à usage unique ("durée de vie" limitée, considéré comme souillé après usage - aucune prise de risque). Bien entendu, une fois positionné, le moindre "toucher" annihile la protection apportée. Exigence maximale.
Et la logique du citoyen lambda: un masque quand je suis face à quelqu'un /un masque si je ressens un risque / un masque si je suis malade mais sors quand même / un masque pour être en règle en cas de contrôle et/ou dans un lieu où apparaître masqué est obligatoire. Mais au fond... A quoi ça sert?

Les Français ont fini par s'apercevoir que leur propre peau de leur propre petit nombril, seule à leur importer vraiment, était restée indemne au bout de 3 mois. Alors forcément, l'attention se relâche...

Suis-je le seul à me rappeler les experts qui nous annonçaient 100 000 morts si rien n'était fait (avec des trémolos dans la voix en faveur du confinement)? Nous en sommes à trente mille, et personne ne rappelle plus qu'il "aurait pu" y en avoir 70 000 de plus?

Je suis aussi assez vieux pour me souvenir de l'époque où devenir séropositif au VIH signifiait une mort inéluctable à plus ou moins brève échéance... (je pense à l'affaire du sang contaminé, bien sûr!). Et, à part dans la tête de Donald, il n'existe toujours aucun vaccin en 2020 (une trumperie de plus, lâchée en conférence de presse...).

Grâce à la pénurie initiale de masques et à la fabrication tous azimuts, on en admire aujourd'hui de toutes formes et de toutes couleurs. 
Vous le saviez, vous, que l'on nomme "maschérophilie" la collection et l'étude des masques, mmmh? Allez, soyez sincère...

Cinémas réouverts depuis 8 jours. dasola a fini de trépigner (était dans les startings-blocks depuis des semaines). 

Aujourd'hui, quand vous entrez dans un magasin, le vigile vous impose un jet de gel hydroalcoolique, il ne souhaite plus fouiller votre sac (vigipirate, c'est fini...). 

Je me rappelle aussi le temps où "voiler" son visage pouvait être puni de par la loi. Il en va différemment, désormais. Il existe une raison fondamentale, cependant, pour cette différence. Il y en a même au moins dix-sept, mais je ne vais en citer que quelques extraits. "Nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'[en] émane expressément [de la Nation]". "[La loi] doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse". "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi".

Et encore deux poids, deux mesures. Le petit toutou à sa mémère: ne sert à rien, coûte (et rapporte!) un pognon de dingue à nourrir. Le grand chien dressé [pour guider les aveugles, renifler la drogue... ou le coronavirus]: coûte cher à former, est plutôt utile, est nourri comment?

500 milliards, par-ci, qu'aurait coûté à la France le confinement. 100 milliards, par-là, qu'auraient bêtement "épargné" les Français, au lieu de les dépenser pour leur "consommation". Maintenant, j'attends que monsieur Thomas Piketty me décortique un peu ces chiffres et leur signification, dans une somme (un livre) qui fera autorité...

Bon, maintenant, à part rédiger des bouts-rimés, je ne sais pas trop ce que je pourrrais rajouter en un mois de plus.
Il faut savoir clore une rubrique.

PS: il paraît que le virus reparaîtra en septembre, plus fort que jamais? Bon bah si c'est le cas, rendez-vous au 1er octobre 2020 (après les vacances)!
Quoi qu'il arrive, on ne reconfinera sans doute pas la France entière. Ca coûte trop cher.

*****

Billets précédents (chaque 1er du mois):
Rions un peu avec le coronabidule (quelques c...) - N°1
Ricanons un peu avec le Cotruc-19 - N°2
Le virus en déconfiture? Quelle mascarade - N°3

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 1 juin 2020

Le virus en déconfiture? Quelle mascarade - N°3

Le mois passé fut hybride, mi-confiné mi-réouvert. Au risque de me faire graffigner une fois de plus, allons-y pour quelques notations inspirées... [(s) ta d loi du cine]

I - Solutions de continuité

Quand j'ai vu passer le constat déconfiné "Grosbide-19", ça m'a fait rigoler (même si je ne l'ai pas inventé).

Je présume qu'il y a eu au moins 150 000 naissances durant ces 10 semaines de confinement (mars, avril et mai sont habituellement des mois chargés). Je serai curieux de voir la courbe pour janvier-février-mars 2021...

Cette année 2020: passer à l'an caustique? Repartir de nouveau vers nos confins intérieurs? (OK, je sors...)

On sent que certains n'ont guère l'occasion de parler... Quand les petits vieux sont seuls à l'intérieur de la boulangerie, ils en profitent. Et je fais mine de sortir, et je me retourne pour quelques phrases... Dehors, on soupire, et la queue s'impatiente. Vivement qu'on les vaccine tous.

La France envahie par une locution: "Salut, ça va toujours bien?" (helvétisme)

Un "cluster"? Un "cluster"? Est-ce que ça a de la gueule, "un cluster"?? 'Pourraient pas causer de "foyereau" ou de "foyeton", tant qu'à nous enrichir avec de nouveaux mots?
Si je parle de "vider nos barillets", je vais me faire flinguer...

Pour l'hôpital: clap-clap-clap, c'est bien. Mais fric-fric-fric, quand même?

Grande nouvelle. On a découvert le secret de l'immortalité. Il suffit de respecter la distanciation sociale. 

On n'a pas fini d'en entendre parler, des 55 jours de Paris.

Je suis sûr que d'ici quelque temps, évoquant l'époque du confinement, on soupirera : "c'était le bon temps"...

C'était pas si mal, dodo-boulot et boulot-dodo sans passer par la case métro... Que de temps en plus!

J'étais bien, moi, dans mon confinement douillet. C'est vrai que dans un appart' à partager à deux, avec deux chambres, deux ordinateurs et deux télés, ça a passé dans des conditions très confortables.

II - Vers un retour progressif à de nouvelles normes sociales

Déconfiquoi? C'était comment, déjà le confimachin?

J'ai encore en mémoire l'époque (dans mon enfance) où j'adorais les lundi matin suivant les élections: pas cours, puisque consacrés à la "désinfection" des locaux qui avaient servi de bureau de vote...

Toujours pas compris dans quel sens sert ce foutu masque (oui, celui qui ne servait à rien quand on n'en avait plus en stock). Me protéger des autres? Protéger les autres de moi?

Sous le masque, personne ne vous voit rigoler (étranger... aux autres).

Un vaccin? On s'en fiche. Fera fortune celui qui inventera le masque qui change de couleur au contact du virus.

Vertus du masque: je suis masqué, voici ma gloire, mon espérance et mon soutien...

Nos concitoyens déconfinés sont dégueulasses. A Paris en tout cas, c'est plein partout par terre de masques et gants (en latex) jetables... Parlez-moi plutôt de beaux masques en tissus, lavables quelques dizaines de fois, comme un bon vieux mouchoir...

Hâte de découvrir les nouvelles collections "Eté 2020". Ah, les défilés en trikini. Mais c'est vrai qu'on ne sera peut-être pas autorisés à fréquenter les plages!
...Mesdames, ne me dites pas que vous ignorez ce que cache ce mot de "trikini"? Enfin, le masque assorti au biki...!

L'hexadécimal en force! Gel hydroalcoolique à 60 degrés minimum, tout comme le lavage machine des masques lavables... Pendant une heure, je suppose?

Et j'en ai encore une bien bonne: l'étiquette du "masque barrière" lavable acheté chez mon potard. Combien de fois? LAVABLE 20 FOIS (en gros). Laver au maximum 10 fois pour assurer son efficacité (en petit).

100 000 tests par jour? C'est merveilleux. En gros, chaque Français pourra donc être testé un peu plus fréquemment qu'une fois tous les 20 mois...

Bonheur de pouvoir fréquenter de nouveau: bibliothèques municipales, librairies, cinéma, restaurants...
Relancer la consommation en achetant une voiture? Ca va pas, non?

Culture et Ministère: "Il y a des librairies qui vont fermer leurs portes", s'inquiète le 24 mai 2020 ...Françoise Nyssen (sur Europe 1). Qu'en dit Jack Lang?

Eclaté de rire à la vue d'un dessin de Willem p.13 de Charlie Hebdo N°1453 (sauvons le tourisme). "Les touristes se foutent de la culture!" "Tais-toi et danse." Macron et Philippe (le French Cancan).

Rendez-vous le 1er juillet?

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 24 mai 2020

Déconfinement, vous dis-je.

Juste avant d'aller chez le coiffeur, le 13 mai dernier (presque quatre mois sans y aller, mes cheveux ne ressemblaient plus à rien), mes premiers achats du déconfinement, le 11 mai 2020, furent des livres dans ma librairie de quartier derrière chez moi. Vous ne pouvez pas imaginer comme j'étais heureuse de pouvoir dépenser pour autre chose que de la nourriture. J'en ai acheté cinq dont Mothercloud. Comme d'autres à Paris, cette librairie, qui accorde habituellement une remise de 5% à ses clients fidèles, ne la fera plus pendant quelques mois. Je le comprends très bien. Il faut noter que cette crise sanitaire a beaucoup profité à des entreprises comme Am...on qui ont encore augmenté leur CA. Donc, je vous le demande, allez acheter vos livres dans les librairies indépendantes même si elles ne font pas de remise. Voici mes quatre autres achats livresques. Tant pis pour mes PAL qui dégringolent dans tous les sens.

P1110779

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 1 mai 2020

Ricanons un peu avec le Cotruc-19 - N°2

Je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) ne sais pas si j'aurai l'occasion de rédiger un troisième monument de mauvaise foi, la situation finissant par évoluer. Mais je ne vais pas me priver de publier ce deuxième travail aujourd'hui.

Je prête attention au nombre des décès affichés chaque jour. J'attends avec impatience qu'on me donne le supplément de naissances, d'ici 8 ou 9 mois...

Bien savoir ce que représentent nos sacro-saints chiffres (contaminés, décédés...): ce qui est "mesuré", en hôpital. Ca me rappelle ce qu'on peut dire des hôpitaux: des lieux à fuir, car on y meurt énormément...

Vu passer dans la presse que les autorités se sont aperçu qu'il pouvait être difficile de dépister les personnels travailant en chambre froide: vous avez dit température corporelle plus élevée que la normale?

Synthèse de l'action de l'Etat: on fait ce qu'on peut avec les moyens qu'on a. Ensuite et surtout, il faut la vanter...

Apprécions l'assonnance: vers un pistage massif suite aux carences dans le dépistage pour tous...

Et hop, une étude dit que le virus pourrait voler jusqu'à 4 mètres autour d'un malade (merci, hôpital préfabriqué à Wuhan). Et hop, la durée d'incubation pourrait être bien plus longue que prévu (merci, Charles de Gaulle en croisière). Et hop, on pourrait tomber malade une deuxième fois...

Et vlan: à peine on aura un vaccin, vous allez voir qu'il deviendra non seulement absolument indispensable, mais encore obligatoire (sous peine de quoi?). Ad majorem laboratoriorum gloriam...

Prédiction (paraît-il?): au 11 mai 2020, seulement 5,7% (cinq "virgule" sept) de la population française aura été en contact avec le virus, et donc (bla-bla-bla...). Expertise, ou l'art de raisonner juste sur des données fausses...

Je me souviens d'un temps (que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître) où l'armée française expliquait à tous ses braves petits appelés qu'en cas de guerre chimique, les agents neurotoxiques adverses (sarin, soman, tabun et autres VX) pouvaient être létaux à partir d'une simple gouttelette effleurée à main nue... Pour s'en protéger, on avait des tenues NBC (nucléaire - bactériologique - chimique), des masques ANP (appareil normal de protection).

Je porte un masque, qu'est-ce que cela veut dire? "Ne m'approchez pas!".

Pas de courrier dans ma boite aux lettres, mais de la pub, oui. Voilà qu'une agence de l'organisation régionale des professionnels de l'immobilier propose ("Spécial COVID-19") une "estimation précise et à distance, sans aucun déplacement", pour une "vente à distance"! Engagez-vous, rengagez-vous, qu'ils disaient...

Le virus aurait une action sur le cerveau! Mourir, la belle affaire! Mais devenir gaga, oh, devenir gaga...

Les premiers livres sur le Covid-19 et son coronavirus vont sortir incessamment (ou sont déjà sortis?). A venir ensuite: le film, la série TV, le manga, la BD franco-belge, le roman graphique et la chanson. Pour la pièce de théâtre, le ballet et l'opéra, il faudra encore attendre un peu...

Il me semble que les terriens que nous sommes sont en train de faire l'économie des destructions occasionnées par une guerre mondiale, tout en vivant le bouleversement des mentalités correspondant. Pas d'immeubles ou d'infrastructures ruinés à déblayer puis à reconstruire, quelques centaines de milliers de morts (et non des dizaines de millions), des prisonniers temporaires presque volontaires, pas d'incendies, pas de radiations... Mais bon sang, par rapport à 1914-1918 ou 1939-1945, de quoi se plaint-on? Plus qu'à mettre en application la stratégie du choc de Naomi Klein - mais vers quoi?

Du Président, après "nous sommes en guerre", on a entendu "le 11 mai". On attend avec impatience la suite des messages personnels ou de la phrase codée... Quels seront les mots-clés forgés ou martelés? "Gardons le moral"? "La sortie du confinement va être progressive"?

D'Edouard Philippe aux Français, devant les députés, mardi 28 avril, en substance: "si vous n'êtes pas sages, gare au coup de bâton!". Très Rooseveltien (Théodore!).

Je ne sais pas s'il y aura un 3ème billet, puisqu'on s'achemine sans doute, malgré tout, vers une fin de crise du confinement. Enfants comme adultes, la récréation est finie. Au boulot, fainéants! Il n'est de Dieu que l'économie capitaliste, et Macron est son prophète.

Pour finir, une petite devinette: d'où vient l'image ci-dessous?

Enigme

Réponse, sans doute, dans un prochain billet de dasola...

A la prochaine!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 1 avril 2020

Rions un peu avec le coronabidule (quelques c...) - N°1

Puisque dasola n'a pas assez eu le moral pour rédiger son billet à la date attendue, je (ta d loi du cine, squatter sur son blog) vais essayer de faire appel à mon légendaire sens de l'humour pour la dérider - et peut-être quelques lecteurs-trices avec?

* Message automatique de réponse d'une boite email, dans une administration:
"Bonjour
Je ne suis pas disponible jusqu'à nouvel ordre"
A chaque fois, ça me fait hurler de rire!

* "- ... Oh, moi, j'ai acheté 10 kilos de pâtes. De quoi tenir un mois, deux mois en me rationnant un peu, trois mois en me rationnant beaucoup.
- ... Mais qu'est-ce que ça sent, là?
- Ah M...! Mes pâtes qui brûlent!"
(d'après Morris)

* Surpris dehors sans attestation? Attention, y a pas pIIIIIIrrr(e)...

* 135 euros d'amende? La récidive à 200 euros, et 3750 euros pour le quarté dans le désordre en 30 jours?

* Embellie en vue pour Microb: d'un côté, le virus va régler le problème des retraites. De l'autre, les Français frondeurs vont régler celui des déficits.

* Ou alors, renationaliser la Française des Jeux, et lancer un nouveau produit: le pari sur les scores, dans tous les pays (atteints / décédés / guéris).

* Vivement le stade 4. Mais non, ce n'est pas celui où nous sommes tous morts, c'est juste le retour à la normale.
Vous me direz, à long terme, c'est la même chose (comme disait à peu près Keynes).

En voilà treize (phrases) à la douzaine. Je ne vais pas m'engager sur une fréquence ni sur une durée.

Si ça vous a fait rire: à déconfiner sans modération (et sans coup férir)!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 21 janvier 2020

Bug informatique sur canalblog

Bonjour à tous, je me fais l'écho d'Aifelle. En effet, depuis avant-hier soir, il est diffiicile de commenter sur canalblog. Quand vous voulez publier un commentaire, il se peut qu'un message rouge apparaisse disant qu'il y a trop de commentaires émis en même temps. Il faut insister au moins deux ou trois fois et miracle, le commentaire est publié! Désolé pour la gêne occasionnée mais décidément, la plateforme canalblog ne s'améliore pas. Très bonne journée à vous tous.

Posté par dasola à 06:22 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 9 janvier 2020

13 ans de blog (ô bonheur)

Pour ce treizième bloganniversaire célébré par le blog de dasola, je (ta d loi du cine, squatter - et statisticien - chez dasola) me suis demandé comment vous sortir quelques statistiques inédites de derrière les fagots.

Je me suis donc intéressé (c'est la période!) aux voeux de nouvelle année qu'elle a publiés depuis le 31/12/2008 inclus jusqu'au 1er janver 2020 (sa 1ere année de blog, en 2007, est "hors catégorie", car le billet du 24 décembre 2007 souhaitait "Joyeux Noël et bonne année" avant une pause qui a duré jusqu'au 7 janvier 2008...).

J'ai concocté un petit graphique avec le nombre de commentaires le 31 décembre (pour les deux années où le "billet des voeux " a été publié dès ce jour-là), le nombre de commentaires obtenus du 1er janvier au 8 janvier inclus (avant le "bloganniversaire"), et les éventuels commentaires ultérieurs. Le plus tardif était intervenu en 2015 (le 27 janvier), tandis qu'en 2018 il n'y en a plus eu après le 6 janvier, mais je n'ai pas su intégrer cette donnée au graphique (la date de dernier commentaire pour le billet "Voeux" de chaque année...).

Stats_voeux_actualisees
[Graphique mis à jour le 01/02/2020]

Depuis le début de l'année 2020, à ce jour, ce sont 44 personnes différentes qui sont déjà revenues (dont, on l'a vu, 28 sur le billet des voeux).

Quelques autres informations sur cette année 2019 qui est désormais loin derrière nous (même si certaines choses commencées avant les fêtes se poursuivent aujourd'hui - la grève des transports, par exemple): 121 personnes différentes sont venues faire chez dasola un commentaire, sur l'un des 129 billets qui y ont été publiés et qui ont totalisé 1741 commentaires. Mais seuls 21 billets ont atteint ou dépassé le cap des 20 commentaires, et seul celui des voeux a dépassé les 30. On aura donc assisté, cette année encore, à une lente érosion du nombre total de commentaires comme de celui des commentateurs (c'est bien une décroissance, mais non un effondrement!).

Enfin, notons tout de même que le cap du 26 000e commentaire sur le blog a été franchi le 20 décembre 2019, cependant que celui du 2000e billet avait été passé le 3 septembre 2019 (déjà). Mais au rythme actuel, on n'est pas près d'atteindre le chiffre du 1200e commentateur! Aujourd'hui 9 janvier 2019, les compteurs du blog de dasola s'établissent respectivement à 2044 billets, 26 115 commentaires et 1176 personnes venues au moins une fois déposer un commentaire chez dasola.

Je ne peux que déplorer (comme déjà fait précédemment) que dasola ne veuille plus "travailler" (désolé si ce mot égratigne les yeux!) à "prospecter" des blogs (et leurs blogueurs!) qu'elle ne connaît pas encore (et qui ne la connaissent pas non plus!). Pour 2019, en l'absence d'efforts, nous avons trace de seulement 10 nouvelles personnes qui étaient venues découvrir le blog de dasola, dont 8 via un commentaire unique, une pour 3 commentaires, et une qui est devenue "fidèle" (plus de 5 commentaires, entraînant mention dans la colonne de droite): Céline, en l'occurrence. Les chiffres de fréquentation cumulés dans ladite colonne de droite permettent comme chacun sait de repérer les blogueurs et blogueuses avec lesquels les échanges ont été ou demeurent assidus.

Un petit coup de chapeau particulier: en terme de nombre de commentaire par un blogueur sur 12 mois, c'est Missfujii qui est aujourd'hui recordwoman toutes catégories (que ce soit de date à date, ou sur une année civile). Depuis son tout premier commentaire (cf. colonne de droite), il n'y a guère eu que 30 billets sous lesquels elle n'a pas mis au moins une petite phrase de commentaire. A ce rythme-là (et s'il se maintient), elle aura droit à un entretien pour se présenter en tant que blogueuse, à l'occasion de son 500e commentaire chez dasola, d'ici à fin décembre 2023!

Plus près de nous, en 2020 je pense, "les" Matchingpoints ne devraient plus tarder à passer sous les projecteurs de cette présentation. Pour rappel, en 2019, cela a été le tour de Keisha (au mois d'avril - déjà!).

Et voilà, c'est donc reparti pour le 14ème millésime du blog de dasola (où ma propre participation reste modeste - moins d'une centaine de billets signés "ta d loi du cine, squatter chez dasola", alors que celui-ci est le 2044e paru sur le blog - en 13 ans, comme titré).

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 3 septembre 2019

2000e billet

Voilà enfin que, quatre mille six cents dix-huit jours après sa création, le blog de dasola publie aujourd'hui son 2000e billet, ce que je qualifierais d'ampleur... intéressante. Signalons tout d'abord que sur ce nombre, avec celui d'aujourd'hui, 92 sont signés par moi [ta d loi du cine, squatter, statisticien et secrétaire de rédaction chez dasola]. Je ne m'étendrai pas sur ces derniers (qui veut y accéder peut cliquer sur le tag "Billet de ta d loi du cine" dans la colonne de gauche). Qu'il me suffise de relever qu'une quarantaine d'entre eux cumulent un total de 215 commentaires (par 75 blogueurs différents).

Honorons plutôt la propriétaire, fondatrice et rédactrice principale du blog. En ce qui concerne les 1908 billets signés dasola - allons-y donc pour quelques statistiques! -, ils se ventilent comme suit: 1039 "Cinéma" totalisent 13 501 commentaires; on a ensuite, par ordre décroissant, 530 billets "Livres" pour plus de 6768 commentaires; 128 "Divers - culture" <=> 1735 com'; 117 "Humeurs" = 1835; 30 "Acteurs / actrices" <=> 386 ; 27 "Théâtre" <=> 141 ; 19 "Télévision" <=> 201 ; 17 "Réalisateurs" <=> 197 (les chiffres des plus petites catégories n'ont guère bougé depuis mes relevés du 11e bloganniv' du 9 janvier 2018...).

Exercice littéraire

Comme déjà dit et répété au fil des ans, ce blog est né de l'envie de transformer ce qui était passe-temps personnel (lecture, cinéma, visionnage de séries TV...) en production de notes critiques partagée. Avec dasola, on se disait l'autre jour que, pour pratiquer cet exercice qu'on nomme "lecture" (d'un livre "papier"), il y a juste besoin d'un cerveau fonctionnel, et de l'envie d'affecter du temps à cette occupation. Cela doit expliquer qu'il y ait sans doute de moins en moins de lecteurs parmi la population.

Quel blogueur ou blogueuse se souvient encore de l'époque où un écrivain comme Georges Flipo parcourait la blogoboule? Cet auteur semble n'avoir plus rien publié depuis 2012 (il écrivait depuis 2002, 9 livres en 10 ans), il a aujourd'hui fermé son blog, mais son site rappelle la liste de ceux des quelque 500 blogs littéraires (chiffre estimé à l'époque) qui avaient parlé de ses livres. Et, dans un même ordre d'idée, qui se rappelle encore le "Club 300" d'avant la fermeture des blogs d'Allociné? Le "monde des blogs" serait-il moins vivace qu'il y a une douzaine d'années (c'est une fausse question, bien sûr)? Le livre est-il devenu produit de consommation à date de péremption rapide? Qui lit encore des livres de bibliothèque parus il y a cinq ou dix ans?

Un blog culturel tel que celui-ci continue tout de même à susciter de l'intérêt: actuellement, il existe 82 inscrits à la newsletter de dasola depuis décembre 2009 pour les plus anciens (on a connu une soixantaine de désinscriptions - dont une dizaine qui n'étaient en fait inscrits à rien du tout puisque aucune newsletter n'est envoyée, mais seulement l'information sur les parutions de billets).

J'en viens maintenant à parler de ce qui est "tangible": non pas les "pages vues" et autres virtualités, mais les commentaires laissés sous les billets. Cet été, chez dasola, bien des billets sont restés au-dessous des 10 commentaires... Est-ce que ce chiffre va remonter avec les retours de vacances? Sauf sursaut inespéré, je crains que les années fastes en nombre de commentaires par billets (supérieur à la moyenne actuelle, qui est de 25 436 / 2000 soit 12,72) soient derrière plutôt que devant nous.

Je ne vais pas cette fois-ci rajouter beaucoup de détails statistiques aux chiffres figurant dans la colonne de droite (juste quelques gloses). A mon regret, je ne suis encore jamais tombé sur un autre blog qui afficherait publiquement un "comptage" de ses commentaires, détaillé commentateur par commentateur...

Erosion de la diversité

On compte à ce jour 103 personnes revenues en 2019 (sur les 1172 identifiées au moins une fois depuis les débuts du blog). Je sais que, sur ce total, certaines ne repasseront jamais, pour cause de décès. Rien que parmi les 363 "fidèles" ayant fait au moins 5 commentaires chez dasola, nous avons eu l'information d'un deuxième décès (Claude Le Nocher) à regretter. Je relève en outre avec angoisse qu'il n'y a eu que 6 "nouveaux" à découvrir le blog de dasola en 2019.

Le blog de dasola (dasola elle-même, plutôt!) continue d'entretenir un petit réseau de "fidèles" ("vaches à lait" si j'utilisais des termes de marketing!) qui fournissent l'écrasante majorité des commentaires. Mais lorsque l'un-e (soyons inclusif!) de ces fidèles arrête de venir, c'est une perte qui se ressent dans les chiffres! D'où une érosion naturelle non compensée par la "prospection" de nouveaux blogueurs-blogueuses. Car j'ai le plus grand mal à pousser dasola à sortir de sa forteresse (de sa "zone de confort"?) pour se remettre à explorer de nouveaux blogs en espérant nouer une relation de réciprocité en terme d'échanges (de commentaires). Sans doute une certaine lassitude après plus de douze ans... Je le regrette, puisque les blogs de jeunes blogueuses ne parlent pas tous de romance ou de chick-litt (même si c'est quand même un peu la majorité du genre).

Dasola préfère donc se concentrer sur la fréquentation de ceux qu'elle connaît déjà (et qui le lui rendent bien)! Du coup, Aifelle, indétrônable, s'achemine gentiment vers son millième commentaire (à rapprocher de ces deux mille billets!). Mais 4 blogueurs et blogueuses ont d'ores et déjà passé les 400 commentaires et voient s'approcher le temps d'être interrogés en vue de leur portrait, à leur tour après les 5 entretiens déjà publiés, à l'occasion de leur 500e com' (en 2020 pour certains, en 2021 pour d'autres): Matching points, Alex mot-à-mot, Alice in oliver, A girl from earth... Enfin, même s'ils restent très largement minoritaires, je n'oublie pas que 11 commentateurs "sans blog", en ayant fait au moins 5 chacun, ont fait un total de 104 commentaires  au fil des ans. On peut donc surfer sur le web et sur la blosphère sans disposer soi-même d'un tel média.

Fracture numérique

Aujourd'hui, chaque plateforme de blog se positionne comme un "réseau social": wordpress, blogspot, over-blog, canalblog (et j'en oublie), chacun pousse à la création d'un "profil", même si le propriétaire du blog peut le paramétrer pour que les commentaires puissent être faits sans "profil" pré-enregistré. On est bien dans une logique, désormais, de "réseau social" privilégiant des gens qui se choisissent, et non plus d'offre de contenu à lire par n'importe qui et tout un chacun.

En ce qui me concerne, les paramétrages que je conseillerais à un blogueur souhaitant développer ses échanges sont donc de laisser la liberté de commentaire, mais d'activer l'option de validation des commentaires avant publication, et de s'y astreindre régulièrement (même si ça peut paraître fastidieux). Récemment, ce sont un ou deux commentaires par jour, en anglais, ou carrément incompréhensibles parce qu'en caractères cyrilliques ou en idéogrammes asiatiques, que dasola ou moi supprimons, en nous gardant bien de les valider. A noter que certaines options payantes de plateformes de blogs (dans wordpress par exemple) permettent même au propriétaire d'un blog de modifier le contenu des commentaires rédigés par d'autres!

En terme d'échanges, pour ma part, je m'efforce toujours de rendre les commentaires, même si ce n'est pas toujours facile. Tant qu'à faire, je tâche de commencer par regarder systématiquement les billets les plus anciens d'un bloc... De même, pour dasola, en tant que "gestionnaire de bases de données", je rêve d'un blogueur qui déciderait de regarder, chaque jour, tous les billets parus chez dasola pour un mois donné (153 mois désormais), pour y faire quelques commentaires... (j'avais déjà développé ce thème lors du billet "11ème anniversaire du blog"). Cela nécessiterait cependant un bon bagage (déjà acquis) en terme de culture cinéma ou littérature, pour ne pas répéter ad nauseam "Intéressant, je vais tâcher de le voir / de le lire", mais pour donner un avis éclairé.

Bon, une fois de plus, j'ai dû en écrire trop long. En espérant au final que le blog de dasola conservera tant qu'il continuera un lectorat fidèle et étendu, le voici donc, en route, déjà, vers la XXIe centaine! Et si le rythme se maintient, toutes choses égales par ailleurs, le 3000ème billet de ce blog devrait être rédigé vers 2029... pour susciter le 40 000e commentaire?

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 7 janvier 2019

Les victimes du massacre à Charlie Hebdo peu ou pas connues du public: M. Ourrad / F. Brinsolaro / F. Boisseau / A. Merabet

Quatre ans après le massacre à Charlie Hebdo, je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) souhaitais rendre hommage à ceux, assassinés ce jour-là, que je n'ai encore jamais évoqués parce qu’ils n’ont pas laissé derrière eux de livre ou d’œuvre que je puisse chroniquer. N’étant pas moi-même journaliste professionnel, j’ai suivi une suggestion qui m’a été faite en allant chercher ce que les collègues ou proches des uns et des autres avaient pu leur rendre comme hommage répercuté dans la presse à l'époque. Mes sources (secondaires, donc) sont indiquées en notes en fin d'article.

Mustapha Ourrad

Cet homme discret et érudit était de longue date (fin des années '90) intégré dans la rédaction de Charlie Hebdo, pour la fonction de lecteur-correcteur. Si je ne suis pas sûr qu'il comptait dans l'effectif salarié permanent de l'hebdomadaire le 7 janvier 2015, il continuait à y officier très régulièrement pour les "bouclages" du lundi. Ce mercredi-là, il s'était rendu à la rédaction pour travailler sur la prochaine publication d'un numéro Hors-série. Les tueurs l'ont assassiné en sortant de la salle de rédaction, avant de quitter les lieux.

Il était humain avant d'être algérien, français ou kabyle, analysait sa fille en 2015 (1). Sa compagne rappelait que le fait de rester à Charlie était une façon de militer, même s'il le faisait sans se montrer (1). D'après ses collègues du magazine Viva où il travaillait en parallèle à Charlie Hebdo, il n'aurait pas aimé d'hommage (2). Une de ses collègues à Viva se souvient d'une parabole qu'il aimait conter (3): "Deux hommes ont un différent, ils vont alors consulter un sage soufi pour les départager. Le premier expose son cas ; le sage lui dit : “Je te comprends, tu as raison.” Le second donne alors sa vision des choses ; “Oui, je te comprends, lui dit le sage, tu as raison.” Un témoin de la scène vient s’étonner face au sage : “Comment peux-tu dire à chacun qu’il a raison ? ce n’est pas possible…”  “Tu as raison”, répond le sage."

Enfin, en tâchant de faire le tri entre les articles qui publiaient des témoignages de première main et ceux qui se contentaient de reprendre des informations déjà parues ailleurs, j'ai été touché par l'article d'un blogueur, lui-même journaliste, qui disait notamment "Loin de moi l'idée de m'arroger le droit de rendre hommage à un homme que je ne connaissais pas. Mais (...)" (4).

M_Ourrad_LaLegerete Le voici représenté par Catherine...

P1100761

 ... et croqué par Cabu (avec moustache mais pas barbu!), si j'ai bien interprété la légende du "portrait de groupe" publié p.321 de Cabu, une vie de dessinateur, Jean-Luc Porquet, 2018.

Franck Brinsolaro

Il a été la deuxième personne touchée par les balles une fois les tueurs entrés dans les locaux de Charlie. Il s'agissait de l'un des deux policiers affectés à la protection de Charb, se relayant une semaine sur deux. Je cite sa femme, rédactrice en chef de L'Eveil normand, interviewée par Ouest France (5): "Même s'il n'était pas du tout politisé, Franck aimait l'actu, l'info. Notre métier lui parlait... Et il est mort pour la liberté de la presse. (...) Vous savez, discret comme il était, Franck n'aurait sans doute pas aimé se retrouver dans un article. Mais je le fais pour qu'il reste une trace. Pour les enfants, plus tard. Et parce qu'il n'y a pas eu que des dessinateurs célèbres qui sont tombés. D'autres gens aussi."

P1100763

Le plan ci-dessus est extrait du numéro spécial de Charlie Hebdo publié "1 an après" (p.4). On y voit la table où était assis le policier, dans la salle de rédaction. Même si, bien entendu, comme tous les policiers des services de protection, il se devait d’être « professionnel » donc transparent (donc, je suppose, sans jamais interagir avec les activités professionnelles de ses « protégés »).

Frédéric Boisseau

Ce chef d'équipe de maintenance travaillait depuis 15 ans chez Sodexho, c'était la 1ère fois qu'il se rendait dans cet immeuble, il ne savait même pas que c'était le siège de Charlie Hebdo, a raconté son épouse à RTL. Il a été la première victime, dans le hall de l'immeuble, avant que les tueurs forcent la porte de la rédaction (6). 

Ahmed Merabet

Gardien de la paix, c'est un de ceux qui ont essayé d'arrêter les assassins dans leur fuite en voiture. Blessé dans l'échange de tirs, il a été froidement achevé avant qu'ils s'évaporent dans les rues de Paris.

 

Sources:

(1) Elsa Maudet, Mustapha Ourrad, l'érudition discrète de "Charlie", Libération, 15 janvier 2015

(2) https://www.vivamagazine.fr/au-revoir-mustapha-170318 [extrait des "Mentions légales" du site internet: VIVA est un magazine de santé mutualiste indépendant. Diffusé à 460 000 exemplaires, principalement auprès d’adhérents à des mutuelles de santé, VIVA bénéficie d’une audience qui dépasse largement les frontières du mouvement mutualiste]

(3) Mustapha, un dernier mercredi chez "Charlie", Blog des correcteurs du Monde, 9 janvier 2015

(4) Blog GrandeurServitude d'Olivier Queulier, https://grandeursrvitude.wordpress.com/2016/01/09/a-la-memoire-de-mustapha-la-moindre-des-corrections/

(5) François Chrétien, Franck Brinsolaro, policier tué en protégeant Charb, Ouest France, 9 janvier 2015

(6) Nous sommes Frédéric. "Ne l'oubliez pas", L'Obs, 10 janvier 2015

Autres articles consultés en ligne:

https://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Mustapha-Ourrad-correcteur-a-Charlie-Hebdo-avait-la-France-au-caeur-2015-01-09-1264921

https://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Attentat-a-Charlie-Hebdo-Qui-sont-les-douze-victimes-711022

https://www.rtl.be/info/monde/france/jeremy-a-survecu-a-l-attentat-de-charlie-hebdo-pas-son-ami-et-collegue-on-s-est-leves-pour-aller-bosser-et-il-s-est-pris-une-balle--691486.aspx

J'ai aussi relu le numéro 1224 de Charlie Hebdo (daté du 6 janvier 2016) dont le plan ci-dessus est extrait.

Les quatre personnes auxquelles j'ai pensé aujourd'hui ont été massacrées par les mêmes tueurs que les dessinateurs ou journalistes. J’assume mon choix de dire qu’eux sont morts parce qu’ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment, même si c'est le cas de tous ceux qui ont croisé la divaguation ciblée des assassins. Pour ma part, je ne m'étais jamais rendu qu'une seule fois "chez Charlie", à l'époque de la rue de Turbigo, il y a quelque 20 ans.

Ce 7 janvier-là, d'autres victimes ont été blessées par les balles des tueurs. J’ai déjà parlé de Fabrice Nicolino, je m’efforcerai d’écrire sur d’autres auteurs dans les prochains mois. Je suis conscient, par ailleurs, que la liste des cibles des "fous de Dieu", assassins téléguidés depuis je ne sais quelle montagne (prétendant que ça irait à M*h*m*t...), ne se cantonnait pas à la rédaction de Charlie Hebdo, en cette année 2015, ni depuis.

Pour finir, une petite considération personnelle. J'ai vu passer le chiffre des ventes en kiosque de Charlie Hebdo en 2018 (AFP). Il y a un peu moins de 4 ans, j'étais un moineau (ou poisson rouge...) sur 7 millions; je reste aujourd'hui un éléphant sur 30 000. C'est plus valorisant, je trouve.

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 janvier 2019

Meilleurs voeux 2019

Nicoline (une vache jersiaise que mon ami a vu naître en février 2018 dans une ferme où il faisait un stage) et moi-même, nous vous souhaitons une très belle année 2019.

Qu'elle vous apporte tout ce que vous pouvez désirer, bonheur et santé.

P1080055
Nicoline en mai 2018
et

P1100524
Nicoline en octobre 2018.

PS: Pour répondre à la question de Maggie (son commentaire ci-dessous), elle ne vit pas avec nous. Elle rumine dans la ferme où elle est née en Seine-et-Marne. Elle va devenir une vache laitière dès qu'elle aura eu son premier veau dans plus d'un an encore.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags :