vendredi 11 juillet 2008

Du cinéma à la campagne

Afin de relativiser la vision parisiano-centriste d'un grand choix hebdomadaire de films à voir en salle, je voudrais analyser six semaines (du 25 juin au 5 août 2008) de programme d'un petit cinéma de province, dans une ville presque millénaire d'aujourd'hui 5 à 6000 habitants. Elle n'a ni caserne, ni tribunal, ni maternité, mais (encore) une gare, ainsi qu'une bibliothèque de + de 17 000 volumes ouverte 18 heures par semaine (fermeture annuelle en août).
Le cinéma ("Art & essai CNC", et "label jeune public") comporte 2 salles, et propose un maximum de 6 séances par jour (15 h, 17 h, 21 h [ou la 1/2 h précédente], exceptionnellement 23 h), qui vont couvrir les 4 à 6 films différents proposés chaque semaine (avec un billet à 6,70 euros, soit seulement les 2/3 du tarif de certaines salles parisiennes).
Dans la semaine du 25 juin au 1er juillet 2008, il y a eu: Narnia, le prince Caspian (11 séances, précédées d'une avant-première le mardi 24); Sagan (9); Jackpot (5); Le grand alibi (5); 2 jours à tuer (4); Bienvenue chez les Ch'tis (2). Ce dernier film passera jusqu'au 29 juillet, toujours à raison de 2 séances par semaine. Du 2 au 8 juillet, nous avons: Le journal d'une baby-sitter (6 séances); Indiana Jones IV (6); L'heure d'été (5); Mèche blanche (5). Du 9 au 15/07: Kung-Fu Panda (15 séances, et un total de 17 lors des 2 semaines suivantes); Il y a longtemps que je t'aime (6); Phénomènes (8 séances, et 4 la semaine suivante); Seuls two (5). Du 16 au 22/07: Narnia (5 séances, + au total 5 lors des 2 semaines suivantes); Le mariage chez les Bodin's (5). Du 23 au 28 juillet: Hancock (9 séances); Shine a Light (6). Et enfin, du 30 juillet au 5 août: Wall-E (11 séances); L'incroyable Hulk (8); Ciao Stefano (7).
Il s'agit là d'un programme pour les vacances, donc plus varié qu'à l'ordinaire. Voilà comment est lotie la province profonde. Pour ma part, c'est sans commentaire. Mais j'attends les vôtres (Parisiens ou non) avec impatience!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

lundi 7 juillet 2008

Jouer les touristes à Paris

Une fois de plus, c'est mon ami qui m'a sortie de ma routine de Parisienne, métro, boulot et ballades à pied. L'autre jour, flânant sous la Tour Eiffel (j'aime bien me promener vers le Champ de Mars), il a avisé un "Car rouge" à impériale à l'arrêt. Ni une ni deux, nous nous sommes renseignés auprès du chauffeur sur les tarifs et la durée du trajet. La promenade dure presque deux heures. Le circuit est rodé depuis quelques années déjà.
Pour une somme qui est supérieure à 20 euros, les touristes en goguette peuvent, pendant une ou deux journées, monter et descendre à des arrêts spécifiques, pour prendre les photos de rigueur, faire du shopping ou faire le tour du pâté de maison (si je peux m'exprimer ainsi). Pour le prix, ils ont aussi droit à un commentaire par audiophone énoncé en 5 langues. Bien évidemment, nous nous sommes installés au premier étage à l'air libre. Le départ se fait donc au pont d'Iena, au pied de la Tour Eiffel. L'étape suivante se fait aux Invalides (tombeau de l'Empereur Napoléon Ier oblige). Le car se dirige ensuite vers la Concorde après avoir traversé le Pont Alexandre III, le plus beau pont de Paris (dixit la voix dans les oreilles). De là, nous avons longé le musée du Louvre, côté Seine. De notre premier étage, on regarde et admire les monuments avec un oeil différent. J'ai pu découvrir la façade du plus grand musée du monde avec attention. Petit arrêt de rigueur à Notre-Dame (à l'heure où nous sommes passés, il y avait la messe diffusée sur grand écran). Puis nous revenons sur nos pas. On contourne l'Opéra de Paris et on s'arrête juste derrière l'édifice, pas loin des magasins des grands boulevards (je ne ferai aucune publicité). Avant de retourner au point de départ, on a remonté les Champs-Elysées avec le commentaire ad hoc. C'est intéressant de prendre conscience de ce que voient les touristes qui visitent Paris (ou, du coup, de penser à ce que nous ne voyons pas en suivant les balises des "parcours organisés" dans les capitales étrangères). On ne voit pas la Rive Gauche (Panthéon etc.), ni le Sacré Coeur ni l'Est Parisien, etc. Le parcours reste concentré sur des endroits intéressants, certes, mais où la notion de "shopping" est très présente. Il est vrai que le public des "bus rouges" est composé de touristes ne faisant pas partie d'un groupe.

Une autre façon, très touristique aussi, de voir Paris est de prendre le bateau. Mon ami, pour mon anniversaire (il y a déjà trois mois!), m'avait offert un dîner-croisière sur un long bateau couvert. Pendant deux heures, nous avons navigué sur la Seine entre le pont de Bir-Hakeim dans le 15ème arrondissement jusqu'à Bercy dans le 12ème. C'est une autre façon de voir Paris (par en-dessous, si je puis dire) puisque nous sommes au niveau de l'eau. Là, à la différence des bateaux-mouches, nous n'avons pas eu de commentaire mais comme c'était le soir, Paris "by night" tout illuminé vaut le coup d'oeil (même pour les Parisiens).

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 26 juin 2008

Plaintes et gémissements

[Billet intermédiaire publié un jour pair]
Que s'est-il passé ce mercredi 25 juin 2008? Est-ce qu'il y avait (déjà) la finale de l'Euro? Est-ce que tous les blogueurs qui ne se reposent pas entre deux épreuves du Bac ou deux partiels sont en train de corriger les copies des précédents? La moitié des fournisseurs d'accès ont-ils été hackés et ne fonctionnent-ils plus? Ou bien est-ce que les soldes se prolongeaient jusqu'à minuit?
Pas un seul commentaire en ce jour funeste: cela fait depuis le 14 décembre 2007 que ça ne m'était plus arrivé! Je suis restée scotchée devant mon écran jusqu'à minuit et 1 minute, à espérer en vain... Bouh!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
samedi 14 juin 2008

Billet intermédiaire: mes problèmes d'ordinateur

Depuis 2 jours, ma vie est très perturbée. Je suis en possession d'un ordinateur portable et d'un fixe. L'un est un PC, l'autre est un Mac. Le premier a 2 ans, le deuxième a 8 ans. Au démarrage, le PC se bloque sur une image. Je n'ai même pas la main pour le réinitialiser, c'est dire. J'ai une image fixe qui me nargue. Un cauchemar et je pèse mes mots. Internet, je ne peux plus m'en passer, c'est une drogue. Je me suis donc réintéressée à mon Mac que j'avais acheté en 2000 (avec OS 9, puis passé vers le 1er OS X). Non sans mal, j'ai réussi à le connecter à ma livebox. La connexion ADSL fonctionne très bien, mon souci c'est que j'ai le système d'exploitation Mac OSX (version 1) avec Internet explorer intégré version 5.1. C'est totalement obsolète. Il ne reconnaît pas certains scripts. Sur des sites sécurisés comme ma banque, je suis "jetée" sans autre forme de procès. Concernant canalblog, ma plate-forme de blog, au niveau des statistiques, les diagrammes n'apparaissent pas. Pour les billets, je ne peux changer les dates, etc. J'ai téléchargé "Safari", mais je ne peux rien en faire sur mon poste (l'OS X dont je dispose est trop ancien pour le supporter). Je suis désespérée. Je ne sais pas comment faire. Tout compte fait, je pense que je vais aller me racheter un ordinateur. En attendant, merci de ne pas m'en vouloir si je ne fait pas ou ne rends pas autant de commentaires que d'habitude. J'en suis désolée.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 11 juin 2008

Livres en gros caractères

Une amie de ma mère (depuis le lycée), dame d'un âge certain, et qui a des problèmes et d'yeux et de locomotion, ne peut plus lire que ligne à ligne et munie d'une énorme loupe, en tenant le livre tout près. Or elle adore la lecture depuis toujours. C'est une championne de l'orthographe. Récemment (il y a quelques semaines), en retournant à la bibliothèque de notre quartier où je ne mettais plus les pieds depuis longtemps, mon attention a été attirée sur un rayon de livres en gros caractères. J'en ai d'abord emprunté sur la carte de mon ami, et l'amie s'est montrée ra-vie! En plus, elle était à l'hôpital à ce moment-là (elle est revenue chez elle depuis), et n'avait donc guère que la lecture pour passer le temps. Depuis, j'ai vérifié: on ne trouve pas ces livres dans toutes les bibliothèques municipales de Paris, nous avons eu de la chance. Chaque semaine, je lui en apporte 5 nouveaux qu'elle s'empresse de lire à toute allure. Par bonheur, j'ai constaté qu'il y a un bon "turn-over" dans ce qui est disponible: biographies, romans policiers ou non, romans contemporains. Certains partent, d'autres reviennent. Je ne sais pas, par contre, quelle est la cadence d'acquisition par la bibliothèque. Il semble exister au moins deux éditeurs pour ce genre de publication (peut-être y en-a-t-il d'autres): les Editions Feryane http://www.feryane.fr et A vue d'oeil http://www.avuedoeil.fr. Ces deux maisons d'éditions ont une politique éditoriale intéressante. Elles font paraître en gros caractères des nouveautés, comme, par exemple, Mille soleils splendides de Khaled Hosseini, La route de Cormac Mc Carthy [billet du 09/03/08] ou Chagrin d'école de Daniel Pennac [billet du 06/11/07]. Chacune édite environ 60 nouveaux titres par an. Il y a de quoi lire!

PS: Suite aux commentaires de Cuné et 4nn3 (ci-dessous), je signale que j'avais fait, les 3 et 4 mai 2007, deux billets sur les livres audio.
PS2: Lors de mon dernier aller-retour à la bibliothèque (samedi 28 juin 2008), j'ai noté, en plus de celles rajoutées dans les commentaires, trois autres maisons d'édition dans ce secteur:
les Editions de la loupe, http://www.editionsdelaloupe.com;
les Editions Corps 16, http://www.editionscorps16.com;
et Libra diffusio, http://www.editionslibradiffusio.com.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 26 février 2008

C'est terrible d'être "gogolisée" à cause des Oscars

[Billet intercalaire publié un jour pair]
Samedi 23 février, j'ai eu l'idée, en passant, d'écrire et publier un p'tit billet tout simple sur mes états d'âme concernant la diffusion restreinte de la cérémonie des Oscars en France (au passage : bravo Marion! [cf. mes billets de 2007 sur La Môme ou sur Marion Cotillard]). Et voilà-t-y pas que j'ai su (grâce à l'outil statistique de canalblog) que 415 pages de mon blog avaient été vues par 337 visiteurs dont 302 nouveaux visiteurs et 35 visiteurs connus
dans la seule journée du dimanche 24 février. Tous les records étaient battus. Les recherches principales sur "google" concernaient l'heure de diffusion et quelle chaîne retransmettait la cérémonie. J'étais contente, je me suis dit "chouette, je vais avoir plein de commentaires". Et bien pas du tout, pas la queue d'un. J'étais toute triste. Mon ami, pour me consoler, m'a dit que ce qui intéressait les visiteurs, ce n'était pas mon blog mais les Oscars. Ce qui est tout à fait vrai, mais quand même...

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
samedi 23 février 2008

La cérémonie des Oscars diffusée sur Canal+

Depuis 1990, Canal+ a l'exclusivité de la diffusion de la Cérémonie des Oscars diffusée dans la nuit de dimanche à lundi prochain. Je l'ai vue dès cette année-là et j'ai gardé les enregistrements des émissions depuis lors, sauf les deux dernières années. En 1990, c'était même en "clair". A l'époque, Isabelle Giordano était Mme Cinéma de Canal+. Depuis 1991, la cérémonie est diffusée en "crypté" et une synthèse des meilleurs moments est donnée le lendemain soir avec une voix off ou des sous-titres (La France est l'un des rares voire le seul pays où la Cérémonie est accessible à un public restreint). Et je dois dire que je suis de plus en plus déçue de la façon dont Canal+ traite cet événement. On a droit à la cérémonie, certes, mais noyée sous des commentaires ou des pitreries pas toujours drôles de personnalités n'ayant pas forcément un rapport avec le cinéma. L'autre inconvénient est la traduction simultanée (ni très audible, ni très correcte syntaxiquement) qui empêche d'écouter les voix originales. Je conçois que tous les spectateurs ne sont pas anglophones, mais là on en arrive à ne comprendre ni le français, ni l'anglais. Je dirais que ce n'est pas très grave de ne pas tout comprendre, la cérémonie est suffisamment visuelle pour y prendre du plaisir, quitte à ce qu'au moment des publicités, un traducteur résume ce qui s'est passé (or ce n'est pas le cas). J'ai vu une fois la cérémonie au Danemark : c'était l'année d'American Beauty en 2000. L'émission était donnée sans aucun commentaire ni aucun sous-titre et c'était très bien. Sinon, je me permets d'être un peu chauvine: j'espère que cette année, les Français(es) seront récompensé(e)s.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
samedi 22 décembre 2007

Maigrir, dit-elle

L'approche des Fêtes et des agapes qui vont avec m'amène à sortir des sujets habituels de ce blog. Je constate, sur les blogs littéraires, une floraison de billets sur des livres de cuisine, voire des recettes plus appétissantes les unes que les autres (Miam, le pain d'épices de Dijon chez Béatrix). Et pourtant, il faudrait que je sois raisonnable! Malgré le programme que je suis depuis le mois d'avril chez Weight Watchers (marque déposée), je n'arrive plus à diminuer mon poids, qui joue au yoyo chaque semaine depuis quelques mois (à + ou - un kilogramme près). En tout cas, en parler avec mon ami m'a rappelé un film, Nous maigrirons ensemble de Michel Vocoret (1979), avec Peter Ustinov, que j'ai vu il y a bien longtemps. Je me souviens d'une scène hilarante où, avant de se peser, il enlevait sa montre. Je n'en suis quand même pas à ce point!
En attendant, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes... en restant raisonnables côté table!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 9 décembre 2007

Lessivée par Blogger

Petit coup de gueule suite à une récente modification de l'enregistrement des commentaires sur les plates-formes over-blog et blogspot.
Jusqu'à tout récemment, lorsque je commentais des billets sur des blogs de ces plates-formes (où se trouvent 14 de mes "fidèles", une quinzaine d'autres blogueurs venus mettre au moins un commentaire chez moi, et d'autres que je visite), pour commenter, il suffisait de cliquer sur "autre" et on inscrivait son pseudo ainsi que son site web (lien automatique).
Maintenant (je m'en suis aperçue dimanche 2 décembre), il est seulement possible d'écrire, sous "pseudonyme", son pseudo, et je suis obligée de penser à indiquer mon adresse de blog en corps du commentaire (sans que le lien fonctionne, bien entendu!). J'ai même essayé de me créer un compte "blogger", mais ça ne suffit pas, il faudrait que je m'y crée un blog (encore!). Je déteste les systèmes "propriétaires" et exclusifs!

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
lundi 3 décembre 2007

Revenir vers une oeuvre au bout de quelques années

Comme je ne pense pas être toute seule dans mon cas, voici quelques réflexions sur le fait que les goûts changent ou évoluent en matière de cinéma, lecture, musique ou que sais-je, au bout d'un certain nombre d'années. Je n'en suis pas à brûler ce que j'ai adoré (j'en connais qui le font), mais j'éprouve une certaine indifférence, ou la passion n'est plus la même. Et inversement, certaines oeuvres que j'avais moyennement aimées à 20 ans, je les ai revues récemment et cela a été une révélation.
C'est peut-être pour cela que je ne relis pas les livres que j'ai aimés. Je les conserve mais j'en lis d'autres (j'en ai tellement à lire...). J'ai fait une exception pour Les Thibault de Roger Martin du Gard (voir mon billet du 20/01/07), chef-d'oeuvre de la littérature française qui m'avait beaucoup marquée en son temps. Je les ai relus en 2006 avec grand plaisir mais j'ai un peu calé sur la fin en sautant quelques pages. Je n'ai pas été aussi enthousiaste.
Quand j'avais 15 ans, les oeuvres de Baudelaire ou Hugo, je ne les ai ni appréciées ni comprises comme à 40 ans.

Pour le cinéma, j'ai vu Noblesse Oblige (Kind Hearts and Coronets) de Robert Hamer (1949), avec Alec Guinness, il y a plus de 25 ans à la télévision. Cela ne m'avait pas plu, je m'étais ennuyée à mourir (c'était un "vieux" film). Depuis, je l'ai acquis en DVD. Je l'ai revu l'année dernière, et encore cette année, et j'ai adoré. C'est absolument génial. Le film est l'incarnation de l'humour "british" (voir mon billet du 19/03/07).
Inversement, j'avais beaucoup aimé l'Appât (The Naked Spur), l'ayant vu il y a plusieurs années au cinéma, dans le cadre d'un cycle Anthony Mann. Je l'ai revu cette année, toujours sur grand écran (j'en parle dans mon billet du 25/11/07 sur quelques westerns en vrac), et bien j'ai été plutôt déçue. Je n'ai pas vraiment accroché.
Entre 1993 et 94, j'ai vu de multiples fois La Leçon de piano de Jane Campion (voir mon billet du 15/05/07). J'étais totalement "obsédée" par ce film. Depuis, je ne l'ai jamais revu et je ne suis pas sûre que je le reverrai. J'ai tourné la page. C'est ma façon de fonctionner. Je n'y peux rien.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :