jeudi 15 novembre 2007

Millenium 3 - La reine dans le palais des courants d'air - Stieg Larsson

Je viens de terminer le tome 3, La Reine dans le palais des courants d'air, de la trilogie Millenium (voir mon billet du 21 janvier 2007) qui est en train de faire du bruit. Des panneaux immenses dans le métro parisien annoncent qu'un coffret des trois volumes est disponible. Et en cadeau, les lecteurs ont la chance d'avoir un fascicule "collector" d'une vingtaine de pages contenant les derniers mails échangés entre l'écrivain Stieg Larsson et son éditrice. L'auteur est mort subitement d'une crise cardiaque juste avant que les romans ne sortent en librairie. Tout cela pour dire que ce troisième et dernier volume termine en beauté cette entreprise. Il est la suite et fin de Millenium 2. C'est un roman à suspense où se mêlent des journalistes d'investigation, des "hackers", des policiers, des hommes politiques et des services secrets, et des proxénètes. Certains personnages comme la journaliste Erika Berger sont plus étoffés, d'autres font des apparitions. On s'attache à tous les protagonistes qui sont inspirés parfois par des personnages existants ou ayant existés. Stieg Larsson était lui-même rédacteur en chef d'une revue très semblable à Millenium. La trilogie est à lire dans l'ordre, même si le premier tome peut se lire séparément. Ne lisez pas le troisième avant le second. Mais lisez la trilogie, je pense que vous ne regretterez pas.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 6 novembre 2007

Chagrin d'école - Daniel Pennac

Dans la lignée de Comme un roman (cité dans mon billet du 19/04/2007), le dernier livre de Daniel Pennac (de son vrai nom Pennaccioni) est très autobiographique. Chagrin d'école permet à DP de raconter comment, petit dernier d'une fratrie de 4 frères, enfant de militaires, cancre de son état avec d'énormes problèmes en orthographe et mauvais dans presque toutes les matières, il a été "sauvé" grâce aux livres (surtout ceux qui n'étaient pas imposés en classe). Il adorait lire. Et il rend aussi grâce à quatre professeurs, en math, en philo, en histoire et en français, qui ne se sont pas posés de questions et ont tout fait pour le sortir de sa "cancritude". Puis l'ouvrage part un peu dans tous les sens mais j'ai retenu qu'il chante les louanges de tous ces enseignants qui ne laissent pas tomber ces enfants en difficulté. Lui-même, devenu professeur de français pendant 25 ans, a tout fait pour que des élèves dans des classes aménagées et non pas "à ménager" deviennent bons en orthographe ou qu'ils puissent apprécier la poésie sans qu'elle reste pour eux de la récitation imposée. Cela m'a ramené à ma scolarité personnelle. Moi qui étais une élève excellente en primaire, j'ai connu une désillusion dès la 6ème où je me suis retrouvée dans les dernières et j'ai eu le niveau "Passable" pendant mes 7 années de collège-lycée. Et sauf amnésie partielle ou totale, je n'ai malheureusement pas connu de professeur aussi proche de ses élèves que M. Pennac. J'aurais bien aimé l'avoir comme enseignant. A mon avis, il fait une description un peu idyllique (l'exception plutôt que la règle) sur le métier de professeur au collège et lycée.
PS: je viens d'apprendre que ce livre, dont j'avais rédigé la chronique d'avance (après l'avoir lu la semaine dernière), a obtenu le Prix Renaudot lundi 5 novembre 2007.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 30 octobre 2007

Martine à travers les âges

L'autre jour, j'ai été invitée chez un couple qui a une petite fille de presque 5 ans. J'ai décidé d'apporter quelques livres d'enfants (plutôt que le traditionnel bouquet de fleurs!), et j'ai choisi "comme pour moi" à la FNAC. Notamment, j'ai découvert que la série que je lisais il y a près de 40 ans, "Martine", continue à être éditée et rééditée, et j'ai choisi les éditions reproduisant les couvertures d'époque. Eh bien, la gamine connaissait déjà la série par le "centre de loisirs" où elle va! Elle a feuilleté son exemplaire avec intérêt, et quelques jours plus tard sa maman m'a transmis quelques photos numériques de couvertures de livres, premières tentatives spontanées de sa fille en photographie paraît-il. Si elle y marque son nom comme recommandé (dès 5 ans, les enfants apprennent les lettres de leur nom à l'école!), j'espère au moins qu'elle utilisera un crayon et non un stylo pour ne pas abîmer définitivement ses bouquins. En tout cas, j'avais été amusée de voir que le papa connaissait lui aussi Martine.
PS: ce n'est pas pour faire de la pub, mais après une recherche sur internet, je viens de vérifier que le 57ème album (en 53 ans!) venait de paraître! Moi, j'en avais offert que je connaissais déjà. Les albums de Martine font 17 pages avec une jolie illustration par page accompagnée d'un texte très bien écrit qui raconte ce qui arrive à Martine (jolie petite fille aux cheveux auburn) dans des situations précises : Martine au théâtre, en bateau, aux sports d'hiver, en avion, etc. Martine a un papa, une maman, un chien (Patapouf), et un chat, Minet. Et elle a quelques camarades de jeu. Les auteurs de ces histoires sont Gilbert Delahaye (Textes) et Marcel Marlier (Aquarelles). Je suis contente que cette littérature enfantine de qualité perdure d'une génération à l'autre.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 24 octobre 2007

Addiction à la lecture: symptômes et vocabulaire

Ayant découvert récemment sur des blogs la signification des sigles LAL, PAL et LCA (cf. le billet de Flo (2)), j'en profite pour porter à la connaissance de mes lecteurs une liste de 25 (vingt-cinq) titres choisis parmi ma PAL (pile à lire). En ce qui concerne ma LAL (liste à lire), elle comporte surtout des titres que mon ami menace de me prêter, alors que je lui réponds que j'ai déjà, chez moi, plein de livres que je piaffe de lire. Quant à l'association des LCA (lecteurs compulsifs anonymes), je n'en fais pas encore partie. Pas plus que je n'ai encore participé à un "swap livres" (échange, entre blogueuses, autour d'un thème donné à l'avance, d'un ou deux livre(s) qu'elles aiment bien: on procède à un tirage au sort qui indique que A doit envoyer à B et B à C etc., sans que personne ne sache qui est son expéditeur, selon les explications de Flo) (1)(2)(3).

Gianni Biondillo : Pourquoi tuons-nous ? - Editions Joelle Losfeld
Michael Connelly : Deuil interdit - Seuil Policier
Ake Edwardson : Je voudrais que cela ne finisse jamais - Jean-Claude Lattès
Alain Fleischer : La hache et le violon - Points Seuil
William Stegner : Angle d'équilibre - Phébus
Steve Hamilton : Ciel de sang - Seuil Policier
Jim Harrison : La route du retour - Christian Bourgois
Arnaldur Indridason : La voix - Métailié Noir (chroniqué le 15/04/2008)
John Irving : Je te retrouverai - Seuil (chroniqué le 19/01/2008)
James Kelman : Le mécontentement - Métailié [abandon de lecture en 2014]
Douglas Kennedy : Une relation dangereuse - Belfond
Nicole Krauss : L'histoire de l'amour - Gallimard (chroniqué le 12/12/2007)
Asa Larsson : Horreur Boréale - Gallimard (Série Noire) (chroniqué le 15/04/2008)
Stieg Larsson : La reine dans le palais des courants d'air - Millenium 3 - Actes Sud (chroniqué le 15/11/2007)
David Lodge : Pensées secrètes - Rivages (chroniqué le 05/03/2008)
Haruki  Murakami : Kafka sur le rivage - Belfond
(chroniqué le 25/08/2008)
Jo Nesbo : Rouge-gorge - Gaia (chroniqué le 19/08/2008)
Orhan Pamuk : Neige - Gallimard
Elliot Perlman : Ambiguïté - Robert Laffont
Jean Potocki : Manuscrit trouvé à Saragosse - L'imaginaire Gallimard
Ian Rankin : La mort dans l'âme - Folio Policier
Théodore Roszak : La conspiration des ténèbres - Le Cherche midi
Adalbert Stifter : L'homme sans postérité - Phebus Libretto
Chantal Thomas : Les adieux à la Reine - Seuil
Nick Tosches : Le roi des juifs - Albin Michel (chroniqué le 04/12/2007)

Alors, dans quel ordre dois-je les lire? Ou, demandé autrement, par lequel commencer?

(1) J'avais initialement écrit "... un ou deux livres qu'elles aiment bien, qui seront mutualisés et redistribués", et Flo elle-même m'a signalé mon erreur, cf. son commentaire ci-dessous.
(2) Au 30/12/2008, les deux blogs de Flo que je citais dans ce billet (http://www.thetoietlis.com et http://meslectures.over-blog.com) ont disparu pour l'un, et ont été remplacé par celui d'une nouvelle blogueuse, pour l'autre. Je ne sais pas si Flo est toujours sur la blogosphère?
(3) Pour savoir combien j'ai finalement apprécié mon 1er "Swap" (en 2010!): cf. mon billet du 06/07/2010.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
lundi 22 octobre 2007

La femme en vert - Arnaldur Indridason

Deuxième roman policier de l'écrivain islandais Arnaldur Indridason paru aux Editions Metailié (et depuis peu en Livre de Poche) après l'excellent la Cité des Jarres, La femme en vert est tout aussi remarquable. Dans la banlieue de Reykjiavik, on retrouve l'inspecteur Erlendur menant une enquête suite à la découverte macabre d'un squelette enfoui à côté d'une colline. Côté personnel, il connaît des problèmes avec sa fille droguée et enceinte de sept mois, qui se retrouve dans le coma. Deux récits se déroulent en parallèle : l'enquête de nos jours et l'histoire d'une famille, un couple et leur trois enfants pendant la seconde guerre mondiale, époque où les Anglais, puis les Américains s'étaient installés en Islande. Le mari bat sa femme comme plâtre sous les yeux impuissants des enfants, deux garçons et une fille qui est devenue une "tordue" suite à une maladie d'enfance. Tout finira mal et on saura qui était ce squelette qui en cache un deuxième. L'histoire est prenante. La description des sévices physiques et le harcèlement moral et psychologique que fait subir le mari à sa femme sont insoutenables. On comprend comment la femme, Margaret, ne peut que subir. Les enfants, de témoins, deviennent acteurs de cette tragédie. On a la gorge nouée. A l'heure où, "dans la vraie vie", un chanteur est libéré pour bonne conduite après 4 ans de prison pour avoir tabassé à mort sa compagne, ce roman prend une résonance tragique. La violence conjugale a toujours existé et n'est pas prêt de disparaître. J'ai hâte de lire le troisième roman, La voix, du même auteur, qui fait partie de ma liste à lire [chroniqué le 15/04/2008].

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 20 octobre 2007

Le commissaire dans la truffière - Pierre Magnan

Sur les recommandations d'une amie bruxelloise, je viens de lire une des aventures du commissaire Laviolette, Le commissaire dans la truffière, de Pierre Magnan (paru en 1978). Ce commissaire vient d'être mandaté pour s'occuper de six mystérieuses disparitions de hippies aux alentours d'un village appelé Banon dans les Basses-Alpes aussi connue pour être une région de truffes vendues à prix d'or. Les suspects potentiels ont des prénoms pas courant de nos jours: Polycarpe, Alyre, Omer, Sidoine, Pascalon, Virgile et Albert. Une truie truffière appelée Roseline joue un rôle capital dans cette énigme. Le roman de 250 pages se lit en une journée, très agréablement. J'ai appris qu'un fayard était un arbre. J'ai apprécié les tournures de phrases qui sentent bon le terroir bas-alpin. Il y a un peu de sorcellerie, beaucoup de morts par accident ou non, pas mal de sang (humain) pour que les truffes soient plus belles, ainsi que de la folie et de l'envie. A part qu'il aime sa ville de Digne, et qu'il a une aventure avec La Raymonde, patronne de l'hôtel à Banon où il demeure, on ne connaît pas grand-chose de la vie privée du commissaire. Personnage attachant, je vais me procurer d'autres enquêtes de Laviolette.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 17 octobre 2007

Archi mortel - Pascal Jahouel

Après La Gigue des cailleras (voir mon billet du 12 juillet 2007 - avec un commentaire de l'auteur en personne!), je viens de lire, grâce à un ami, le roman écrit précédemment par Pascal Jahouel, Archi Mortel (en 2006, déjà aux éditions Krakoen) dans lequel apparaît, pour la première fois, l'inspecteur Bertrand-Hilaire Lejeune ou plus simplement BHL pour les dames. La lecture de ce roman situé à Rouen, avec une escapade à Varsovie, m'a procuré le même plaisir grâce à la verve et à la langue truculente qui me fait beaucoup rire. Pour cette première enquête, BHL s'intéresse au milieu des architectes qui font parfois du trafic d'art. Un membre de cette éminente profession se retrouve avec un trauma mortel, deux balles de 9 mm dans la tête. Un deuxième architecte (archi) subit le même sort. La région normande est en émoi. Notre inspecteur, qui cherche l'âme soeur, rencontrera peut-être l'amour dans cette enquête mais rien n'est moins sûr. Quelques personnages "secondaires", que l'on retrouve dans La Gigue..., sont déjà présents. Particulièrement, le supérieur hiérarchique de BHL, le commissaire Georges Chassevent, très infatué de lui-même, et qui prend souvent Lejeune comme tête de Turc. Leurs opinions politiques divergent quelque peu. Mais BHL ne se laisse heureusement pas faire. Tout cela pour dire que j'attends avec impatience [en service de presse?] la suite des aventures de BHL.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 14 octobre 2007

Et l'amour dans tout ça? - Kriss Graffiti et Chantal Pelletier

Mon ami vient de me faire découvrir un ouvrage (malheureusement épuisé), Et l'amour dans tout ça? Il date de 1989, déjà 18 ans ! Cela parle des hommes et des femmes, êtres très différents, nous ne fonctionnons pas pareil. C'est vu principalement, il faut bien le dire, sous un angle féminin à coups de plumes acérées. Les auteures commencent par provoquer en listant 7 "sexes" (hétéros mâle et femelle, télébaiseurs, abstinents, gays, lesbiennes, multisexuels). Mais le gros de l'ouvrage porte sur les relations homme-femme et leur changement par rapport aux décennies précédentes, évoquant le "nouveau couple" de cette fin des années 1980. Un couple, ce sont deux célibataires qui doivent vivre ensemble et ce n'est pas facile tous les jours et dans un couple, il y a le non-célibataire (souvent la femme) qui entretient la flamme (il en faut!). Mais 77% des divorces sont demandés par les femmes. Un court chapitre évoque les familles recomposées dans lesquelles les enfants se retrouvent avec 4 parents, 8 grands-parents, etc. Quelques "morceaux de bravoure" valent un bon fou-rire lors d'une lecture à haute voix, mais je ne peux pas tout citer: il faut lire "La force à dormir", p. 35. Ou, qui chouchoutera le jeune lycéen esseulé (puisque la jeune femme souhaite un homme "expérimenté", et la lycéenne un garçon nettement plus âgé qu'elle-même...)?
Dans l'ensemble, Et l'Amour dans tout ça? est très agréable à lire grâce à une impression en assez gros caractères et des chapitres courts au style enlevé qui distrait bien (même à lire aujourd'hui). Il serait intéressant de faire une mise à jour de ce livre avec de nouvelles données. Car, comme les moeurs ont pas mal évoluées depuis 1988 (mais si, mais si), l'inconvénient de cet ouvrage, c'est que c'est déjà un peu daté, pas de portables pour s'appeler n'importe où, n'importe quand. Il n'y avait pas non plus Internet mais seulement le minitel pour faire des rencontres. Qui se souvient encore de cet objet antique ? Les données ("Francoscopie" 1988, "L'Etat de l'opinion, clés pour 1987" et "...1988" de la SOFRES) ont autant vieilli que le papier ("J'ai Lu" de 1990 tout jauni). Et pour finir, je ne sais pas trop si ce qui était prédit, en 1989, pour le futur, correspond à notre réalité ?

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 8 octobre 2007

L'immense obscurité de la mort - Massimo Carlotto

Publié aux Editions Métailié, L'immense obscurité de la mort est vraiment très noir et on ressent un certain malaise en le lisant. Il a reçu le prix du meilleur roman noir étranger au Festival du film policier de Cognac. Le roman se compose de courts chapitre où le narrateur est, en alternance, Silvano ou Raffaello. Dans le prologue en 1989 dans une ville du nord-est de l'Italie, un braquage d'une bijouterie se termine tragiquement par la mort d'une femme et de son petit garçon tués à bout portant par un malfrat : Raffaello. Son complice s'échappe avec le butin. Raffaello est condamné à perpétuité. 15 ans plus tard, Silvano le mari et père des deux victimes du hold-up décrit la vie monotone qui est la sienne depuis le drame. Raffaello souffrant d'un cancer à un stade avancé demande une suspension de peine. Ivre de vengeance, Silvano, de victime, devient bourreau. Raffaello, sous la plume de l'écrivain, se sacrifiera. Il a sa rédemption. Le malaise que j'ai ressenti en lisant ce roman tient à ce que Silvano, par pure vengeance dérisoire qui ne lui donne aucun apaisement, devient excessivement antipathique dans la peau du justicier solitaire, alors que Raffaello devient presque sympathique. Ce sont deux êtres humains à la dérive concentrés sur leur douleur respective, l'une morale et l'autre physique. Un roman policier qui se lit d'une traite.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 4 octobre 2007

Train de nuit pour Lisbonne - Pascal Mercier

Je viens de lire avec passion Train de nuit pour Lisbonne de Pascal Mercier, paru en 2006 aux Editions Maren Sell, dont le héros est professeur de latin et grec et enseigne aussi l'hébreu. Raimund Gregorius donne ses cours dans un lycée de Berne, ville de la Suisse alémanique. Quand le roman commence, Gregorius se prépare à partir au lycée à pied comme d'habitude. En traversant un pont, sa rencontre avec une femme qui se dit être "portuguès" puis l'achat d'un livre "Um ourives das palavras" (Un orfèvre des mots) d'un dénommé Amadeu de Prado qu'il trouve dans une librairie va lui faire tout quitter, sa ville de Berne, le lycée, ses élèves et sa petite vie tranquille. Il se retrouve au Portugal, à Lisbonne. Là, il mène une enquête pour savoir qui était ce Amadeu de Prado. Au début, il se fait traduire le roman oralement puis au fur et à mesure, il se met à apprendre le portugais pour bien s'en imprégner. Il rencontre des personnes qui ont cotoyé Amadeu décédé 30 ans auparavant, dont ses soeurs Adriana et Mélodie et un ancien ami de lycée. Amadeu, devenu médecin, culpabilisera d'avoir sauvé un des sbires du terrible général Salazar. Comme Gregorius, il joue aux échecs. Homme brillant et d'une intelligence supérieure, Amadeu souffre de fêlures intérieures que l'on découvre peu à peu grâce à des lettres qu'il a écrites et à ce livre qui est une suite de pensées personnelles à tendance philosophique. J'ai été sensible à l'atmosphère de ce livre qui se passe hors du temps. Tout est figé. L'histoire se passe vers 2004 et pourtant, il n'y a pas de portable, pas d'internet. Il n'y a que le téléphone fixe. Le roman est très agréable sans être toujours très facile d'accès, mais on se sent intelligent quand on lit ce genre d'ouvrage. Le romancier, Pascal Mercier, que je ne connaissais pas, est lui-même professeur de philo et cela se sent. Un roman à lire si vous pouvez.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,