mardi 9 juin 2015

L'Enfer de Church Street - Jake Hinkson

P1020033   

Repéré chez La petite souris, L'enfer de Church Street de Jake Hinkson nous conte une histoire violente et sanglante mais où transparaît un peu de douceur par moment. Ce roman de 230 pages fait partie d'une nouvelle collection en semi-poche, Neo noir, éditée par Gallmeister (Sept titres sont déjà parus ou vont paraître). Malgré la noirceur du sujet, je me suis attaché au personnage de Geoffrey Webb, un homme très obèse, au bout du rouleau, dont on fait la connaissance quand il est braqué par un malfrat dans une station-service en Oklahoma. Qu'à cela ne tienne, Geoffrey Webb ne se laisse pas faire. Il a seulement besoin de compagnie pendant son trajet qui doit l'emmener à Little Rock en Arkansas. Pour ce faire, il promet au braqueur 3000 dollars pour qu'il l'écoute pendant les 3 ou 4 heures du voyage. Goeffrey raconte sa vie qui a été une descente aux enfers dès sa naissance (son père alcoolique le battait). Devenu aumonier au sein de l'Eglise Baptiste pour Une Vie Meilleure, Geoffrey se rend compte qu'il est à l'aise pour prendre la parole en public. Il découvre "une des vérités fondamentale de cette vie: la plupart des gens veulent seulement que vous leur disiez ce qu'ils ont envie d'entendre". Il sait manipuler les gens par la parole. Peu de temps après son arrivée dans l'Eglise Baptiste, Goeffrey, âgé d'une vingtaine d'années, croise pour la première fois Angela, seize ans, la fille du pasteur. Il en tombe amoureux au premier regard et à partir de là tout va de travers. Les morts s'accumulent. Mais on n'arrive pas à détester Geoffrey devenu un tueur suite à un enchaînement d'événements malheureux. Je n'ai pas réussi à le condamner malgré ses actes meurtriers. En arrière-plan, l'écrivain brosse un portrait grinçant de l'Eglise Baptiste. Un roman que je vous conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 6 juin 2015

Les douze tribus d'Hattie - Ayana Mathis

P1020032

J'avoue tout de suite que je m'attendais à autre chose du premier roman "éblouissant" (dixit la 4ème de couverture) d'Ayana Mathis (Editions Gallmeister, 300 pages). Hattie est une afro-américaine qui, en 1925, vient d'avoir des jumeaux à 17 ans. Arrivée de Georgie en 1923, elle s'est installée à Philadelphie avec son mari August. Les titres de chapitre qui composent le roman se réfèrent aux prénoms des onze enfants (cinq garçons et six filles) et une petite-fille d'Hattie. En 1925, les deux jumeaux d'Hattie, Philadelphia et Jubilee (un garçon et une fille), âgés de sept mois, souffrent d'un refroidissement. Ils sont gravement malades. Dans le chapitre suivant, en 1948, il est question de Floyd, joueur de trompette dans un "jazz band" à la sexualité trouble: il aime autant les garçons que les filles (situation pas évidente pour un Noir, à cette époque, aux Etats-Unis). Puis nous passons à Six, un garçon de quinze ans qui en 1950 va devenir un rêvérend prêcheur dans une église baptiste. Je m'arrête là, ne voulant pas évoquer chacun des chapitres. L'histoire s'arrête en 1980 avec Sala, la petite-fille d'Hattie. Hattie est réellement le personnage central de cette histoire, une femme, une mère et une épouse déçue par son mari. Elle restera marquée par la disparition de ses deux premiers enfants. Elle ne croit pas vraiment en Dieu et elle considère que le monde n'est pas gentil. Elle a un caractère difficile, effrayant parfois ses enfants quand ils sont petits. Elle ne semble pas très maternelle mais ses enfants ont été tout pour elle. Hattie a dû se battre jour après jour pour donner à manger aux siens. Le reproche principal que je ferais au roman est que tout est survolé. On ne sait pas ce que deviennent les enfants d'Hattie, les années passant. D'un chapitre à l'autre, on n'entend plus parler d'eux ou presque. Et certains chapitres ne m'ont pas touchée plus que cela. Enfin, j'ai trouvé que l'écriture d'Ayana Mathis n'avait rien d'exceptionnel. Une lecture pas vraiment indispensable selon moi. Lire les billets d'Alex-mot-à-mots, d'Anne, d'Evalire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 28 mai 2015

Meursault, contre-enquête - Kamel Daoud

 

P1020034

Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud (Actes sud, 150 pages) est un roman intelligent, riche et très bien écrit qui m'a beaucoup plu. C'est un livre écrit par un "Arabe", un Algérien qui fait honneur à la langue et à la littérature françaises. Journaliste vivant à Oran, Kamel Daoud, né en 1970, est un écrivain sur lequel on devra compter (enfin je l'espère). Ce roman (le premier de l'écrivain), publié d'abord en Algérie en 2013, évoque des thèmes qui ont créé une polémique en Algérie. En revanche, dans ce pays où les livres sont peu diffusés, Meursault, contre-enquête a été vendu à près de 6000 exemplaires (un vrai succès). Le titre très évocateur renvoie bien évidemment au Meursault dans l'Etranger de Albert Camus qui (dans ce roman camusien) tue en 1942 sur une plage, près d'Oran, un Arabe dont on ne sait jamais le nom. Dans le roman de Daoud, le narrateur de l'histoire s'appelle Haroun, il s'agit du frère de l'"Arabe". Avec sa mère M'ma, Haroun a vécu dans le souvenir de cette tragédie. 68 ans après, Haroun, devenu un vieil homme en attendant peut-être la mort, revient sur ces événements. Grâce à lui, on apprend que son frère l'"Arabe" s'appelait Moussa. Haroun ne s'est jamais marié mais il a néanmoins aimé. Devenu fonctionnaire à l'inspection des domaines, il a mené une vie terne en vivant au côté de sa mère. Ce roman permet surtout à Kamel Daoud d'évoquer l'Algérie plus contemporaine qui n'a pas su se moderniser, où la religion prime sur tout le reste. Haroun, qui est devenu athée, déteste la religion qui est pour lui "... un transport collectif que je ne prends pas. J'aime aller vers ce Dieu, à pied s'il le faut mais pas en voyage organisé...". Je le fais rarement, mais j'ai lu une partie du texte à haute voix pour m'en imprégner. Un roman passionnant (qui a été récompensé du Goncourt du 1er roman 2015 et du Prix François Mauriac 2014) que je vous conseille. Il faut noter la première phrase de chacun des deux romans. Dans L'Etranger, « Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » Dans Meursault, contre-enquête, « Aujourd'hui, M'ma est encore vivante ».

Lire le billet plus négatif de Malika.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 22 mai 2015

Le jardin de bronze - Gustavo Malajovich

Estimant que les sorties cinématographiques intéressantes se font rares en ce moment, je n'ai jamais autant lu. Les périodes de "pont" du mois de mai m'ont aussi beaucoup aidée.

P1020030

J'ai trouvé Le jardin de bronze (Actes noirs / Actes Sud, 2014) de l'Argentin Gustavo Malajvich très réussi. Quand on commence ce roman bien construit, on ne le lâche plus, j'ai été captivée par ses 500 pages sans temps mort. L'intrigue, au suspense haletant, nous entraîne de Buenos Aires en Argentine jusqu'à Parana dans la province d'Entre Rios, à 470 km au nord de la capitale. Tout commence en avril 1999: Fabian, qui est architecte, son épouse Lila et leur petite fille Moira âgée de quatre ans mènent une vie a priori tranquille.... jusqu'à ce que Moira et sa baby-sitter péruvienne Cecilia disparaissent sur le parcours qui devaient les mener à un goûter d'anniversaire d'une copine de Moira. L'enquête policière piétine très vite. Mais grâce à l'aide de César Doberti, un enquêteur privé, Fabian reprend espoir malgré des fausses pistes et pas mal d'impasses dont une tragique. On découvre le cadavre de Cecilia tuée avec une arme étrange que je vous laisse découvrir. Pendant presque dix ans, Fabian convaincu que Moira est toujours vivante, va continuer de vivre vaille que vaille, on ne peut pas en dire autant de Lila... Une petite araignée en bronze et son alliage très particulier parmi les affaires de Moira va faire avancer l'enquête qui prend un tournant décisif. A Parana, un homme mystérieux, sculpteur de grand talent mais à l'esprit dérangé vit reclus dans une demeure au milieu d'un jardin fait de statues de bronze. Ces statues représentent une femme, toujours la même. J'espère vous avoir convaincus de lire ce roman qui semble avoir été peu chroniqué sur les blogs. Voici néanmoins deux avis, celui de Richard et celui de La petite souris, qui partagent mon enthousiasme. J'attends avec intérêt de lire le prochain roman de cet écrivain. Le jardin de bronze est le premier d'une série.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 16 mai 2015

Plus haut que la mer - Francesca Melandri / Je refuse - Per Pettersson

Voici encore deux romans que je n'aurais certainement pas lus si d'autres blogs avant moi n'en avaient pas fait des éloges.

P1020027

Je commence par le plus récent, paru en janvier 2015, Plus haut que la mer de l'Italienne Francesca Melandri (Editions Gallimard, 200 pages), chaudement recommandé (une fois de plus) par Dominique. Il aurait pu être sous-titré "Drôle d'endroit pour une rencontre". Luisa et Paolo prennent un ferry qui les emmène vers une île où se trouve une prison de haute sécurité. Le mari de Luisa et le fils de Paolo y sont incarcérés pour y purger de lourdes peines et ils sont considérés comme dangereux. Luisa, une paysanne qui élève ses cinq enfants est presque soulagée de voir son mari violent derrière les barreaux. Paolo, professeur de philosophie à la retraite culpabilise devant les actes de terreur commis par son fils. Il se sent responsable. L'histoire se situe pendant les "années de plomb". A la fin de la visite, au moment de reprendre le ferry, le mistral s'est levé, la mer est démontée et Luisa et Paolo sont obligés de passer la nuit sur l'île sous l'oeil vigilant mais bienveillant d'un gardien, Pierfrancesco Nitti. Ces personnages vont converser, se confesser. Luisa et Paolo vont se tenir la main. Ils partageront la même cabine sur le chemin du retour. J'ai trouvé cette histoire lumineuse pleine de pudeur et d'empathie. Personne n'est jugé. Un très beau roman.

 

P1020028


Je passe à Je refuse du Norvégien Per Petterson (Editions Gallimard, 265 pages) dont on a écrit beaucoup de bien sur quelques blogs, dont ceux d'Aifelle, Eeguab et Clara.

En 2006, Jim et Tommy, deux amis d’enfance, se revoient par hasard trente-cinq ans après s’être perdus de vue. Ils sont nés à deux mois d’intervalle en 1952. Employé habituellement dans une bibliothèque, Jim est en arrêt maladie depuis plus d’un an: il souffre d’une grave dépression chronique. Tommy, lui, a réussi dans la finance, il est trader. Tommy a des problèmes avec l’alcool. Quant à Jim, il fume trop. Les retrouvailles éphémères entre Tommy et Jim font ressurgir des souvenirs s’étalant de 1966 à 1971. Des fragments de la vie de Jim et Tommy nous sont révélés. Jim qui n’a pas connu son père, a été choyé par sa mère, qui n’a jamais levé la main sur lui. En revanche, Tommy, ainé de quatre enfants, a été battu par son père, abandonné par sa mère et séparé de ses trois sœurs, Siri et deux jumelles, quand le père a disparu à son tour du jour au lendemain. Jamais Tommy ou Jim ne s’apitoient sur eux-mêmes malgré les aléas de leur vie. Composé en courts chapitres, le texte est pour la plus grande part écrit à la première personne, ce qui rend les personnages proches du lecteur. C’est peut-être pour cela que j’ai éprouvé de la tristesse et un sentiment de pesanteur quand j'ai terminé ma lecture. Un roman que je conseille malgré tout.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 10 mai 2015

Miniaturiste - Jessie Burton

P1020019

Une fois de plus, je remercie Dominique pour ses bons conseils de lecture. J'ai "dévoré", le week-end dernier, Miniaturiste (Editions Gallimard, 490 pages), le premier roman (déjà un grand succès en Grande-Bretagne) d'une jeune Anglaise qui est aussi actrice. Jessie Burton a imaginé une histoire prenante autour d'une maison miniature ayant vraiment appartenu à Petronella (Nella) Oortman. Cette maison est aujourd'hui exposée au Rijksmuseum à Amsterdam. L'histoire nous fait remonter dans le temps, à la fin de 1686 (entre mi-octobre et fin décembre) à Amsterdam. Nella Oortman, 18 ans, mariée depuis un mois, arrive chez son mari, Johannes Brandt. C'est un mariage arrangé et pas encore consommé. Johannes, assez bel homme et âgé de 39 ans, est un riche marchand très en vue dans cette ville dans laquelle règne une grande intransigeance religieuse et morale et où les guildes sont puissantes. Johannes est en affaire avec la VOC (la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales, qui faisait naviguer des centaines de bateaux de part le monde). Dès son arrivée, Nella doit affronter la froideur de Marin, soeur cadette de Johannes. Le frère et la soeur n'ont à leur service que deux domestiques (Cornelia et Otto) alors que la demeure, située au bord d'un canal, est très grande. Johannes, s'absentant souvent pour ses affaires, offre à Nella un cadeau pas banal (pour éviter qu'elle ne s'ennuie): une magnifique maison miniature exacte réplique de leur demeure. Nella est un peu vexée car elle considère ce présent comme un jouet. Puis elle décide de jouer le jeu et commande à un miniaturiste de quoi meubler cette maison. Les créations de l'artisan, que Nella n'arrive pas à rencontrer (toutes les commandes sont passées par écrit), sont très réussies et certaines sèment le trouble chez Nella (je vous laisse découvrir pourquoi). A partir de là, l'histoire prend un tour différent: les personnages se dévoilent, des secrets sont mis au jour. Nella montre beaucoup de maturité, malgré ses 18 ans. Un roman que vous ne lâcherez pas dès que vous l'aurez commencé.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 4 mai 2015

Le blues du braqueur de banque - Henning Jensen / Rouge est le sang - Sam Millar

P1020022

C'est en lisant un billet de Cathulu et au vu de la couverture que j'ai lu ce roman assez savoureux. J'avertis tout de suite que le titre Le blues du braqueur de banque d'Henning Jensen (Editions Babel, 220 pages) est assez trompeur. Le braqueur n'est que le narrateur de cette histoire rocambolesque d'un crime presque parfait (mais pas tout à fait). Max est le conseiller politique de Tom, le Premier ministre danois en place. Ils sont amis d'enfance. Cela n'empêche pas qu'à la suite d'une dispute dans un hangar à bateaux, Max tue Tom en lui assénant un coup sur la tête avec une bouteille de whisky. Max, sachant normalement se sortir de situations de crises politiques et diplomatiques avec brio, tombe sur un "os" en la personne de Signe, une jeune femme qui été témoin (indirect) du meurtre. On suit avec intérêt les péripéties qui vont amener Max à rencontrer le braqueur de banque. Un roman distrayant qui se lit vite.

P1020020

Je passe maintenant à un roman très noir et violent de Sam Millar, Rouge est le sang (Point Seuil, 275 pages). C'est le troisième que je lis de l'écrivain après Les chiens de Belfast et Poussière tu seras. Après un prologue où un homme est exécuté comme traître pendant le conflit nord-irlandais, l'histoire se passe vingt ans plus tard. Paul Goodman, âgé d'une vingtaine d'années, se fait engager dans un abattoir après une période de chômage. Cet abattoir est dirigé par Shank, un homme peu recommandable. Shank est épaulé par ses deux filles, Violet, un être très violent au visage défiguré, et Geordie, qui souffre d'une myopathie. Avec son meilleur ami Lucky (avec qui il joue au billard) et qui est témoin involontaire d'un crime, Paul va se retrouver en fâcheuse posture. Je vous laisse découvrir les liens qui unissent Paul et l'homme exécuté vingt ans auparavant, et comment un certain Philip Kennedy va devenir une sorte de justicier et sauver Paul. J'avoue que j'aime le style de l'écrivain, donc je conseille malgré la noirceur de l'histoire.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 25 avril 2015

Un membre permanent de la famille - Russell Banks / Attention au parquet! - Will Wiles

Je viens d'achever coup sur coup, un recueil de nouvelles de l'Américain Russell Banks (je n'avais encore rien lu de cet écrivain) et le premier roman d'un écrivain britannique Will Wiles, né aux Indes.

Je commence par douze nouvelles écrites par Russell Banks, rassemblées dans un recueil portant le titre de la seconde des nouvelles, Un membre permanent de la famille (Actes sud, 240 pages). Leur longueur est variable mais elles ne dépassent pas une trentaine de pages. J'ai vraiment beaucoup aimé huit nouvelles sur douze (ce qui n'est pas mal). Parmi elles, mes deux préférées sont Un membre permanent de la famille (il s'agit d'une chienne) et Blue (assez horrifique). Dans Un membre..., un couple, parent de trois filles, vient de se séparer. La garde alternée pour les trois filles ne posent pas de problème. En revanche, pour les animaux de la famille, les choses ne se déroulent pas aussi simplement: autant le chat mâle appelé Scooter est considéré comme le chat du père (et il s'installe chez lui), autant Sarge, la vieille chienne arthritique, à moitié aveugle et presque sourde, n'arrive pas à s'habituer la séparation de cette famille qu'elle considère comme sa meute. La fin de la nouvelle laisse un sentiment de tristesse. Dans Blue, à Miiami, Ventana, une femme noire, ayant économisé pendant trois ans, a bien l'intention de s'acheter une voiture pour être un peu plus indépendante. Ventana, 47 ans, va dans un concessionnaire de voitures d'occasion qu'elle a repéré depuis un moment avec 3500 dollars cachés dans son corsage. Ventana étant arrivée en fin d'après-midi va jusqu'au fond du parc pour regarder les voitures. Personne ne fait attention à elle et la voilà enfermée. Tout à coup, elle se retrouve face à face à un énorme pitbull, toutes babines dehors. Je vous laisse découvrir ce qui va se passer. Personnellement, l'histoire m'a fait peur. Comme d'autres nouvelles du recueil, Russell Banks termine son histoire de manière abrupte alors qu'on aimerait savoir ce qu'il va se passer. J'ai aimé le style très concis de l'écrivain. Lire le billet d'Eva.

P1020014

Et maintenant, je passe à Attention au parquet! (Liana Levi, 295 pages) qui est un roman loufoque, ordonné (il se passe sur une période de huit jours), un peu long au démarrage, mais au final, j'ai beaucoup aimé cette histoire dans laquelle le narrateur va vivre un cauchemar éveillé. Ce narrateur, dont on ne connaîtra pas le nom, quitte Londres pour un pays d'Europe de l'ancien bloc de l'Est afin d'occuper temporairement un bel appartement appartenant à son ami musicien Oskar, maître du bon goût. En effet, l'appartement respire la propreté et il est meublé avec goût. Il est clair, bien agencé. Le sol est entièrement recouvert d'un parquet en chêne français sans défaut. Les locataires de l'appartement sont deux chats joueurs que le narrateur doit nourrir. Il doit les empêcher d'aller sur le sofa et les fauteuils du salon. Tout est luxe et volupté. Oskar, quant à lui, est parti à Los Angeles afin de régler son divorce. Il a laissé à son ami plein d'instructions sur des feuillets disséminés dans tout l'appartement. Les recommandations sont particulièrement précises concernant le parquet en cas "d'accident": tâches, rayures, etc. J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt à partir du cinquième jour (p.145) la descente aux enfers vécue par la narrateur. Je vous laisse découvrir comment il en est arrivé là. C'est un roman grinçant mais somme toute assez drôle malgré la fin tragique d'un chat et d'une femme de ménage (mais chut!).

Lire les billets de Clara et Cathulu.

P1020015

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 19 avril 2015

Guatemala - 4 / Les producteurs - Antoine Bello

Quel est le rapport, me demanderez-vous, entre le nouveau roman d'Antoine Bello et les photos de mon voyage au Guatemala? Et je répondrai: les Mayas.

P1020013

En effet, dans Les producteurs d'Antoine Bello (Gallimard, 520 pages), la suite surprise des Falsificateurs et des Eclaireurs (mais qui peut tout à fait se lire indépendamment), l'essentiel de l'intrigue porte sur un scénario imaginé par deux agents du CFR (Consortium de Falsification du Réel), la Danoise Lena Thorsen épaulée par l'Islandais Sliv Dartunghuver: la découverte d'un peuple maya, les Chupacs, ainsi que d'une épave de bateau renfermant des objets mayas dont un codex. L'histoire se passe à partir de 2008, année qui va voir l'élection de Barack Obama aux dépens de John McCain et de sa co-listière Sarah Palin. Grâce à ce livre, on apprend que des agents du CFR ont joué un certain rôle dans les résultats de cette élection. Pour en revenir aux Mayas, on suit, heure par heure, la découverte de l'épave sous plusieurs mètres d'eau au large de la ville mexicaine de Veracruz. Le scénario est brillant. Grâce à Internet et aux réseaux sociaux, l'événement fait le tour du monde. Pour ceux qui l'ignorent (comme moi jusqu'à il y a peu de temps), les codex mayas sont des assemblages de feuilles ou cahiers en écriture maya (des glyphes) rédigés par des scribes. Seuls quatre codex nous sont parvenus dont l'un a une authenticité constestée. Les codex ont reçu les noms des villes dans lesquelles ils sont désormais conservés. Le plus célèbre est le codex de Dresde dont j'ai vu une copie dans un musée privé à Guatamela city. Un deuxième est conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris et le troisième est à Madrid. Quant au quatrième, celui qui est contesté, il est appelé le codex Grolier (il est mentionné dans Les producteurs), et il est conservé dans un musée au Mexique.

Le roman se lit d'une traite: l'intrigue est assez passionnante (même si j'ai préféré les nombreuses péripéties des Falsificateurs et des Eclaireurs). En revanche Antoine Bello écrit toujours d'une plume alerte, il emploie beaucoup le style direct. Un roman plaisant dans lequel Lena Thorsen est décrite sous un meilleur jour que dans les deux romans précédents qui sont résumés en préambule du livre.

Je reviens maintenant pour la dernière fois sur le Guatemala avec des photos prises dans le musée privé Popol Vuh situé dans une annexe d'une université qui recèle une belle collection d'urnes funéraires, de masques et de statuettes diverses.

P1010940  P1010944 La copie du codex de Dresde

P1010947  P1010950

P1010854  P1010856

P1010876 Quelques masques

P1010885 Une coupe avec un couvercle et des piquants

P1010900  
P1010880 Une coupe avec l'effigie d'un bassaris (mammifère d'Amérique centrale de la famille des ratons laveurs)

P1010898

P1010902  P1010913  Un être mythologique

P1010926 Déesse du cacao

Je termine avec des photos du lac Atitlan (à 100 km à l'ouest de Guatemala city) entouré de volcans. C'est le lac le plus profond d'Amérique centrale (jusqu'à 340 m de profondeur). Il fait 18 km de long par 8 de large. Comme il faisait assez brumeux, on ne s'est pas assez rendu compte de beauté du lieu. Mais on a fait une belle promenade en bateau.

P1010766  P1010767

P1010770 P1010793

 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 7 avril 2015

Temps glaciaires - Fred Vargas / De l'importance d'avoir sept ans - Alexander McCall Smith

P1010998

Je n'ai pas résisté longtemps à lire Temps glaciaires (490 pages), le nouveau roman de Fred Vargas: on en trouve des piles dans toutes les librairies. La nouveauté réside d'abord dans le fait que Fred Vargas a changé d'éditeur. C'est maintenant Flammarion qui l'édite, en gardant la même conception de visuel sur la couverture: une photo en noir et blanc entouré de noir. Je le dis tout de suite, j'ai été moins séduite que par L'armée furieuse. L'intrigue qui (à mon avis) traîne en longueur nous entraine sur un îlot islandais, où 10 ans auparavant un groupe de Français ont vécu un drame épouvantable. De nos jours, une enseignante à la retraite, Alice Gauthier (qui faisait partie du groupe de français en Islande), est découverte inanimée dans sa baignoire: elle s'est ouvert les veines. Elle faisait partie de l'"Association d'étude des écrits de Maximilien Robespierre" comme les deux ou trois autres personnes qui vont connaître aussi une mort tragique (suicide? Meurtre maquillé?). Le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg et toute son équipe mènent l'enquête jusqu'en Islande. Par ailleurs, ils se plongent dans la période de la Terreur en 1794, époque trouble où Robespierre et ses partisans ont fait condamner Danton et Camille Desmoulins avant d'être eux-même guillotinés. C'est un roman qui aurait gagné à être resserré. J'ai trouvé les 100 dernières pages haletantes, les presque 400 pages précédentes nettement moins.

P1050226

Et maintenant, je passe au sixième tome de la série "44 Scotland street" d'Alexander McCall Smith, De l'importance d'avoir sept ans (Editions 10/18, 355 pages). Je suis fan de cette série depuis le premier. A Edimbourg, on retrouve Bertie Pollock qui a hâte d'avoir enfin sept ans, son petit frère Ulysse, sa maman Irène (toujours aussi horripilante) et son papa Stuart. Matthew et Elspeth apprennent qu'ils vont avoir des triplés (trois garçons!). Quant à Angus (flanqué de son chien Cyril), Domenica et Antonia, ils vont se rendre en Toscane, dans la région de Florence. Antonia va souffrir du "syndrome de Stendhal" devant tant de beauté. Le roman composé de courts chapitres se lit d'une traite. J'ai encore pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Bertie, petit garçon sérieux, poli et attachant qui mériterait d'avoir une autre maman qu'Irène, femme insupportable (je vous laisse découvrir pourquoi cette dernière disparaît momentanément du paysage écossais). Vivement la suite. Les six tomes peuvent se lirent indépendamment même si c'est mieux (selon moi) d'avoir lu les cinq romans précédents. Lire les billets ici, ici, ici et .

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,