jeudi 10 mai 2007

Dates de sortie des films

Faisant suite à mon billet du 30 avril 2007 sur le festival de Cannes, je voudrais faire remarquer que peu de films sortent juste avant le festival. Pendant pratiquement un mois, la pénurie de long-métrages dignes de ce nom est notable. Pourtant tous les films de Cannes ne sortent pas systématiquement à la suite du Festival et même parfois jamais. L'autre "grand" moment, pendant lequel peu de films intéressants sont distribués, est l'été, c'est-à-dire du 15 juillet à fin août. Et pourtant, tout le monde ne part pas pendant ce laps de temps. Au contraire, ils sont souvent plus disponibles pour apprécier des films autres que les fonds de tiroirs que les distributeurs français imposent aux spectateurs. Je dois noter quand même que la situation s'est améliorée depuis quelques années.

Posté par dasola à 20:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 9 mai 2007

Editions de l'Avant-Scène

Les publications bimensuelles de l'Avant-Scène que l'on trouve dans toutes les bonnes librairies sont publiées depuis 1949. Quatre catégories existent : le Cinéma, le Théâtre, l'Opéra, et, depuis quelques années, la Télévision. La maquette de L'Avant-Scène cinéma a pas mal évolué depuis sa création. Chaque numéro consiste à publier in-extenso le scénario et les dialogues avec le découpage d'un grand classique du cinéma mondial ou considéré comme tel. Il contient la biographie des acteurs, du réalisateur, ainsi que les critiques sur le film. Dans les dernières pages, un deuxième film, commenté et critiqué, complète le tout. Pendant les années 50, 60, 70 et 80, ces fascicules étaient minces avec quelques photos en noir et blanc. Depuis les années 90, jusqu'à maintenant, le format a changé avec un plus grand nombre de pages. La couverture noire entoure une photo du film dont il est question. Pour certains long-métrages étrangers, les dialogues apparaissent en bilingue. Cette collection vaut la peine d'être connue, et beaucoup de titres épuisés sont devenus des collectors rares et chers dans les librairies spécialisées.

Posté par dasola à 20:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 8 mai 2007

Délit de Fuite - Jean-Claude Islert

Pour passer un bon moment au théâtre, si vous êtes à Paris, de passage ou non, allez voir Délit de Fuite de Jean-Claude Islert avec Roland Giraud en tête, entouré d'une équipe d'excellents comédiens. Cette pièce vient de fêter sa 200ème, gage de succès. La mécanique est bien huilée sur une trame relativement mince mais sans vulgarité. On rit beaucoup pendant 1H45. Un homme, jadis homme de confiance d'un politicien, revient en France au bout de 5 ans après avoir séjourné dans un pays exotique. Pour mettre du beurre dans les épinards, il a décidé de faire chanter cet homme politique, futur premier ministre. En échange de 4 millions d'euros, il lui redonnera un disque dur. Il a deux jours pour mener l'affaire et pour ce faire squatte l'appartement d'un quidam en se faisant passer pour un plombier espagnol avec une moustache. De là découlent des quiproquos qui s'enchaînent à toute allure. Tout se résoudra au bout du compte et le public aura passé un bon moment. 

Posté par dasola à 21:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 7 mai 2007

Pariscope vs L'Officiel des spectacles

Ce billet concerne deux publications que beaucoup de Parisiens ou d'habitants d'Ile de France achètent religieusement tous les mercredis, jour de parution. Je veux parler du Pariscope et de L'Officiel des spectacles. Les deux ont chacun leurs fans et rares sont ceux qui changent d'un titre à l'autre. Les acheteurs sont habitués à l'un et pas à l'autre.

Pariscope : 40 cts d'euro, format A5, papier recyclé, tient très bien dans un sac à main ; les rubriques sont, dans l'ordre : le théâtre, la musique, en ville, le cinéma, les restaurants, pour les enfants, les arts et les promenades et loisirs. Pour chaque rubrique, il y a des critiques théâtre, resto, cinéma, etc. Pour le cinéma : une page est consacrée au hit parade box office et critique. Depuis peu, des pages en couleur pour la rubrique en ville égaient le tout. Cette rubrique évoque, chaque semaine, un quartier ou un endroit de Paris ou périphérie.

L'Officiel des spectacles : 35 cts d'euro, format A5, papier recyclé, tient aussi très bien dans un sac à main ; les rubriques sont, dans l'ordre : le théâtre et les spectacles vivants, le cinéma et les prévisions à de sorties, les concerts, pour les jeunes, les conférences, les expositions, les musées et les restaurants.

Pendant quelques années, a existé Zurban qui était un magazine tout en couleur avec les mêmes rubriques, plus étoffé et, évidemment, beaucoup plus cher. Il a malheureusement disparu.
Tout cela pour dire que Pariscope et L'Officiel font partie intégrante du paysage culturel parisien.

Posté par dasola à 13:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 6 mai 2007

Jacques Audiard et ses films

A ne pas confondre avec son père Michel, Jacques Audiard est un grand réalisateur et un excellent scénariste aidé par Tonino Benaquista. Ses quatre long-métrages: Regarde les hommes tomber (1994), Un héros très discret (1996), Sur mes lèvres (2001) et De battre mon coeur s'est arrêté (2005) sont de remarquables films justement récompensés par de nombreux Césars. Jacques Audiard sait diriger les acteurs : le couple formé par Vincent Cassel et Emmanuelle Devos dans Sur mes lèvres est carrément magique. Romain Duris et Niels Arestrup dans le rôle du père sont magistraux dans De Battre mon coeur s'est arrêté. On a découvert Matthieu Kassovitz excellent dans Regarde les hommes tomber et Un héros très discret. Les histoires racontées sont soit des adaptations littéraires (Regarde les hommes tomber et Un Héros très discret), soit un scénario original avec Tonino Benaquista (Sur mes lèvres), soit carrément un "remake" d'un film américain Fingers de James Toback (De Battre mon coeur s'est arrêté). Chaque film a son ton bien à lui. Pour le dernier, "De battre...", il a tourné caméra à l'épaule, l'effet est saisissant. Michel Audiard était un grand scénariste, en revanche ses films ne sont pas des chefs-d'oeuvre. Son fils a les deux talents et c'est bien. Si vous le pouvez, louez ou achetez ces quatre films qui méritent une place de choix dans votre "vidéothèque".

Posté par dasola à 12:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 5 mai 2007

Le Masque et la Plume - Le livre

Suite à mon billet du 11 février 2007, sur l'émission radiophonique Le Masque et la Plume, j'avais omis de mentionner que, pour fêter ses 50 ans, un livre hommage était paru, accompagné de deux CD sur lesquels quelques morceaux d'anthologie avaient été gravés. Notamment, l'intervention hilarante (et je pèse mes mots) du brillant et regretté Jean-Louis Bory critiquant le Livre de la Jungle de Walt Disney. Suite à cette publication, les éditeurs ont eu l'idée très sympathique de faire une édition, Le Masque et la Plume - cinéma, littérature, théâtre... Une année de passions et de polémiques (Les Arènes-France Inter), désormais annuelle, des meilleurs moments de l'émission sur l'année passée. Cela consiste à retranscrire in extenso chaque intervention des critiques sur tel ou tel film, ouvrage ou pièce de théâtre. Des encarts sont ajoutés pour mettre en exergue certains moments forts. Pour les personnes qui connaissent et aiment l'émission, cette petite piqûre de rappel ne peut être qu'un plaisir. Je conseille vivement.

Posté par dasola à 12:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 4 mai 2007

Livres audio (suite)

Suite à mon billet précédent, j'aimerais ajouter que les livres audio ont, à la différence de la France, une place prépondérante dans les pays anglo-saxons où l'on trouve de très belles librairies. Aux Etats-Unis, par exemple, les gens effectuent de longs trajets de leur domicile au travail et retour. Ils l'effectuent en voiture, la plupart du temps, dans des mégapoles comme Los Angeles. Pendant ces parcours, ils écoutent des livres sur CD. Des comédiens très connus aux Etats-Unis se sont reconvertis dans cette activité. Des romanciers comme John Grisham et Stephen King sont lus autant que les grands classiques. A quand cette initiative systématique en France ? 

Posté par dasola à 12:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 3 mai 2007

Livres audio

Lectrice fervente, je plains beaucoup les personnes malvoyantes, ou non voyantes qui ne peuvent pas lire, en particulier les derniers best-sellers ou les livres dont on parle. En effet, j'ai constaté que la tradition du livre enregistré est peu répandue en France et ne se développe pas ou peu. Quelques éditeurs comme Gallimard font des efforts, depuis quelques années, en gravant sur CD des oeuvres plus ou moins connues, référencées dans leur catalogue. Gallimard a pris le parti de faire lire les textes intégraux ou abrégés par des comédiens connus. La bonne idée serait que tous les grands éditeurs prennent la même initiative et que des oeuvres récentes soient publiées et enregistrées en même temps. Je me doute que cela représenterait malheureusement un investissement financier trop important pour les petites maisons d'édition. En revanche, pour le grand public, cette manière de découvrir oralement des textes écrits devrait être un moyen agréable de découvrir ou redécouvrir un écrivain et donnerait un nouveau goût pour lire. (suite et complément sur le même sujet)

Posté par dasola à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 2 mai 2007

El custodio - Rodrigo Moreno

El custodio, du réalisateur argentin Rodrigo Moreno, se caractérise par très peu de dialogues et peu d'action mais j'ai été captivée. On suit la vie au jour le jour, presque minute par minute, de Rubén, garde du corps d'un ministre du plan dans un pays d'Amérique du Sud. Julio Chavez, dans ce rôle, est d'une sobriété remarquable. Par simple suggestion, on sent que son métier fastidieux consiste essentiellement en de longues attentes d'un endroit à l'autre. Il est partout là où se trouve le ministre. Il côtoie l'intimité de ce dernier. La vie monotone et solitaire de Rubén est rompue de temps en temps, pendant ses jours de congés. Dans trois séquences, le réalisateur montre Rubén plus loquace. La première, lorsqu'il rend visite à sa soeur à l'hôpital. Puis plus tard, Rubén célèbre son anniversaire avec des membres de sa famille dont sa soeur dans un restaurant chinois, la fête finit en fiasco. Une troisième fois, il rend visite à une prostituée à domicile. Le réalisateur nous fait sentir avec talent le poids de ce travail routinier et parfois humiliant. Par exemple, au cours d'une scène campagnarde, sachant que Rubén est bon dessinateur, le ministre lui demande de faire un croquis d'un de ses invités. Il s'exécute avec beaucoup de talent. Dans le plan suivant, le dessin est négligemment coincé sous une tasse. Le métier de garde du corps consiste à être présent et en même temps transparent. Le dénouement du film aussi brutal qu'assez inattendu laisse une impression de goût amer. Film à voir s'il est projeté dans une ville à côté de chez vous. En ce qui me concerne, j'attends avec impatience le prochain long-métrage de ce réalisateur prometteur.

Posté par dasola à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 1 mai 2007

Jesus Camp - Heidi Ewing et Rachel Grady

Jesus Camp d'Heidi Ewing et Rachel Grady est un des plus grands films d'horreur que j'ai pu voir jusqu'à présent. Pourtant, il n'y aucun effet "gore", pas de sang, pas de corps démembrés. Seules des larmes coulent, celles d'enfants âgés entre 7 et 10 ans. En effet, ce sont de grands pécheurs et seul Jésus peut les sauver. Ils sont tellement mis en condition qu'ils pleurent à chaudes larmes. Mais juste après, on en voit qui entrent en transe comme possédés pour se purifier du mal. Les documentaristes ont filmé, dans le Missouri, une femme pasteur évangéliste qui se charge "d'endoctriner" des enfants qui apprennent même à détester Harry Potter, parce que sorcier, et donc incarnation du mal. Ils doivent devenir la génération future de chrétiens qui sauveront les Etats-Unis des non chrétiens. Ces enfants, pour la plupart, ne vont pas à l'école, ce sont les mamans qui donnent les cours. Pendant l'été, les enfants seuls ou accompagnés de leurs parents passent une semaine dans un camp de la Bible où ils écoutent toute la journée des prêches de la femme pasteur ou d'autres, dont un homme qui démontre qu'un foetus est déjà un être humain et que 50 millions d'enfants ne naissent jamais parce que les mamans ont avorté. De temps en temps, la femme pasteur parle face à la caméra en expliquant sans se démonter que les enfants de ces âges-là sont les plus malléables et réceptifs aux messages et qu'ils sont faciles à conditionner. D'après le mini-dossier de presse, on nous apprend que les Etats-Unis comptent 80 à 100 millions d'évangélistes dont Georges Bush. Ils représentaient 53% des suffrages en 2004 lors de l'élection présidentielle. Leur discours fait vraiment froid dans le dos. Pas de parole de paix, de tolérance envers l'autre. Malheureusement, c'est cela aussi l'Amérique.

Posté par dasola à 12:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,