vendredi 18 mai 2007

Les bandes-annonces

Dans une salle, juste avant le film pour lequel nous sommes venus, nous avons droit à la publicité et aux bandes-annonces. Je passe sur la publicité qui est, la plupart du temps, sans intérêt et plutôt laide, et je me concentrerai sur les bandes-annonces. Je dois dire qu'elles m'ont souvent déterminée dans le choix de voir ou non un film. Mais je dois reconnaître que les bandes-annonces sont parfois ce qu'il y a de mieux dans un film. Tout les morceaux de bravoure y sont et il ne reste plus rien d'intéressant dans le film. Cela m'est souvent arrivé d'être très déçue par un film alors que la bande-annonce était alléchante. Plus ou moins longues, elles sont composées de bouts du film concerné. Pour les films à petit budget, les bandes-annonces sont utiles pour informer les spectateurs que tel long-métrage existe et va sortir. De temps en temps, il arrive que le réalisateur tourne lui-même la bande-annonce pour promouvoir le film. Par exemple, je me rappelle certaines des dernières oeuvres d'Alain Resnais avec une bande-annonce dans laquelle André Dussolier est le narrateur.

Posté par dasola à 19:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 17 mai 2007

Les Indomptables - Nicholas Ray

A l'occasion d'une rétrospective Nicholas Ray, Les Indomptables (The Lusty Men, 1952) fait partie de la sélection des films projetés au Cinéma Action. Si vous avez la chance d'habiter Paris ou sa région ou que vous passez dans le coin, allez le voir. Il se donne une fois encore le lundi 28 mai 2007. J'ai découvert ce film il y a plus de 20 ans, et j'en avais gardé un grand souvenir. Je viens de le revoir et c'est toujours aussi bien. L'histoire se passe dans le monde des rodéos. Jeff Mc Cloud (Robert Mitchum), ancien champion de rodéo, a laissé tomber cette activité spectaculaire, mais très dangereuse, suite à un accident. Il revient dans sa région natale pour travailler dans un ranch. Là, il croise Wes Merritt (Arthur Kennedy) et sa femme Louise (Susan Hayward). Wes Merrit, voulant faire lui-même faire du rodéo, appâté par les gains vite gagnés pour acheter sa ferme, engage Jeff pour l'entraîner. Les succès sont au rendez-vous mais Louise a peur de l'accident qui peut survenir. Jeff tombe amoureux d'elle. Wes, de son côté, la délaisse. Il n'y a ni bons, ni méchants, dans ce film, seulement des hommes qui ne vivent que pour le rodéo et les gains remportés mais avec un avenir très incertain. Les personnages féminins sont bien campés. Robert Mitchum et Susan Hayward sont excellents.

Posté par dasola à 19:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 16 mai 2007

Les Molières

Equivalent des Césars pour le cinéma, l'autocongratulation des gens des théâtres privé et public se déroule lors de la cérémonie dite Les Molières. Il y a deux ans, vu le peu d'audience télévisuelle et des problèmes internes, la cérémonie a eu lieu "off the record", sans caméra de télévision. L'année dernière, il y a eu du semi-direct avec une heure de décalage entre l'enregistrement et la diffusion. Cette année, tout s'est déroulé dans le calme et en direct. Enfin, on a l'occasion de voir des gens du spectacle que l'on ne voit pas tous les jours à la télé. En revanche, à peu de choses près, ce sont les spectacles d'Ile de France qui sont sélectionnés et donc récompensés. C'est un peu dommage. Cela montre que la France est toujours un pays centralisé. La situation doit vraiment  s'améliorer. Sinon, je n'ai pas vu toute la soirée de lundi 14 mai mais rien que de voir Robert Hirsch, quel bonheur !

Posté par dasola à 19:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mardi 15 mai 2007

La Leçon de piano - Jane Campion

Ce mardi 15 mai au soir est diffusé à la télévision La Leçon de piano de Jane Campion (1993), Palme d'or ex-aequo avec Adieu ma concubine, de Chen Kaige, en 1993. Grand film romantique, je l'ai vu à l'époque, une vingtaine de fois. J'ai été transcendée par l'histoire et la musique sublime de Michael Nyman. C'est une histoire d'amour au bout du monde, en Nouvelle-Zélande, au 19ème siècle. Ada (Holly Hunter) ne parle pas mais joue du piano, et George (Harvey Keitel) l'écoute et la désire. Leur relation évolue dans les regards échangés et la façon de jouer. Tout le film dégage une forte sensualité. Flora, la fille d'Ada, aura un rôle important dans l'évolution de l'histoire. Film vivement conseillé à ceux qui croient encore aux belles histoires et même à ceux qui n'y croient pas.

Posté par dasola à 20:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 14 mai 2007

La Faille - Grégory Hoblit

Dans ce film policier de facture classique, la Faille de Gregory Hoblit, on connaît l'assassin dès le départ. Il a tout de suite avoué, mais l'arme trouvée sur le lieu du crime n'est pas la bonne, et sans arme, pas de condamnation. La victime, femme infidèle du meurtrier, n'est pas morte, mais dans le coma après avoir reçu une balle dans la tête. Le policier en charge de l'enquête était l'amant de la femme. Théodore Crawford (Anthony Hopkins), refusant un avocat, se charge lui-même de sa défense, très sûr de lui avec ses mimiques à la "Hannibal Lecter" ; un procureur est commis d'office. Le scénario tient la route même si la résolution de l'énigme est un peu rapide. Film plaisant qui fait passer un bon moment.

Posté par dasola à 20:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 13 mai 2007

Irina Palm - Sam Garbaski

Irina Palm de Sam Garbaski permet à Marianne Faithfull de tenir un premier rôle dans lequel elle est une révélation. Elle interprète une grand-mère prête à tout pour récupérer de l'argent. Son petit-fils, hospitalisé, est atteint d'une maladie orpheline et, son état se dégradant, le seul hôpital où l'on peut le sauver est à Melbourne en Australie. Le traitement est pris en charge mais pas la logistique. Molly (Marianne Faithfull) a besoin de 6000 livres sterling. Elle est veuve, a un fils et une belle-fille, parents du petit Olly, l'enfant malade. Elle cherche un emploi mais vu son âge, presque sexagénaire et sans qualification, sans succès. Elle habite dans une banlieue éloignée de Londres, a quelques "bonnes" copines de sa génération, joueuses de cartes. Un jour, marchant dans Londres, elle se retrouve à Soho où se situent les sex-shops et autres établissements de ce type. Sur une devanture, une annonce demande des hôtesses très bien payées. Elle est reçue par le patron, Miki. Après des débuts hésitants, elle devient la "meilleure main droite" de Londres sous le nom d'Irina Palm en masturbant des clients qu'elle ne voit pas. Elle gagne 600 livres par semaine. Elle est tellement performante que, pendant un moment, elle souffre du "penis elbow". Evidemment, elle délaisse ses amies et ne dit rien à sa famille même si à la fin tout finit par se savoir. Ainsi résumé, le film semble graveleux : eh bien pas du tout. Il n'y a pas une once de vulgarité et de nombreux passages sont très drôles : sa confrontation avec les gens du village et ses copines, ou quand, dans la petite cabine de Soho, elle apporte les affaires nécessaires pour son "travail" et qu'elle met une touche très personnelle pour décorer l'endroit. Je recommande vivement Irina Palm.

Posté par dasola à 20:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 12 mai 2007

L'Ami de la famille - Paolo Sorrentino

Film qui dégage un malaise certain, L'Ami de la famille de Paolo Sorrentino narre l'histoire d'un homme, Geremia. Usurier, vieux, pas très beau, il a une mère grabataire et des hommes de main pour récupérer ce que doivent les mauvais payeurs. Il tombe amoureux d'une très belle jeune femme. Cette dernière, au bout d'un certain temps, ne semble pas insensible à cet homme. La fin est comme le film, frustrante. J'ai été assez déconcertée par le style, les ellipses. Le générique du début avec une musique forte est un peu long. Cela se passe en Italie, mais on ne reconnaît aucune ville en particulier. Un film que l'on peut ou pas aller voir.

Posté par dasola à 20:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 11 mai 2007

La Tempête - William Shakespeare (mise en scène Dominique Pitoiset)

Aux Ateliers Berthier - Théâtre de l'Odéon, jusqu'au 2 juin 2007, ont lieu les représentations de la Tempête de Shakespeare, mise en scène par Dominique Pitoiset qui interprète Prospero. Ce spectacle très original est interprété en 4 langues + 2 : français, arabe, allemand et italien, et, comme le souligne le metteur en scène dans le programme de présentation, le braille et la musique des 4 saisons de Vivaldi. Ariel est joué par une actrice lilliputienne d'origine tunisienne. Elle est merveilleuse de drôlerie avec un talent fou : c'est une révélation. Il y a des marionnettes, représentant les nobles qui portent des costumes évoquant l'époque de la pièce, manipulées par des animatrices parlant allemand. Caliban et deux autres personnages parlent en italien. Enfin Prospero et sa fille Miranda s'expriment en français. Les dialogues en langues étrangères sont traduits en français surtitré sur un écran fondu dans le décor. Le spectacle dure deux heures et on en sort heureux.

Posté par dasola à 20:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 10 mai 2007

Dates de sortie des films

Faisant suite à mon billet du 30 avril 2007 sur le festival de Cannes, je voudrais faire remarquer que peu de films sortent juste avant le festival. Pendant pratiquement un mois, la pénurie de long-métrages dignes de ce nom est notable. Pourtant tous les films de Cannes ne sortent pas systématiquement à la suite du Festival et même parfois jamais. L'autre "grand" moment, pendant lequel peu de films intéressants sont distribués, est l'été, c'est-à-dire du 15 juillet à fin août. Et pourtant, tout le monde ne part pas pendant ce laps de temps. Au contraire, ils sont souvent plus disponibles pour apprécier des films autres que les fonds de tiroirs que les distributeurs français imposent aux spectateurs. Je dois noter quand même que la situation s'est améliorée depuis quelques années.

Posté par dasola à 20:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 9 mai 2007

Editions de l'Avant-Scène

Les publications bimensuelles de l'Avant-Scène que l'on trouve dans toutes les bonnes librairies sont publiées depuis 1949. Quatre catégories existent : le Cinéma, le Théâtre, l'Opéra, et, depuis quelques années, la Télévision. La maquette de L'Avant-Scène cinéma a pas mal évolué depuis sa création. Chaque numéro consiste à publier in-extenso le scénario et les dialogues avec le découpage d'un grand classique du cinéma mondial ou considéré comme tel. Il contient la biographie des acteurs, du réalisateur, ainsi que les critiques sur le film. Dans les dernières pages, un deuxième film, commenté et critiqué, complète le tout. Pendant les années 50, 60, 70 et 80, ces fascicules étaient minces avec quelques photos en noir et blanc. Depuis les années 90, jusqu'à maintenant, le format a changé avec un plus grand nombre de pages. La couverture noire entoure une photo du film dont il est question. Pour certains long-métrages étrangers, les dialogues apparaissent en bilingue. Cette collection vaut la peine d'être connue, et beaucoup de titres épuisés sont devenus des collectors rares et chers dans les librairies spécialisées.

Posté par dasola à 20:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,