vendredi 16 juillet 2021

Billy Wilder et moi - Jonathan Coe

P1120394

Avec Billy Wilder et moi (Editions Gallimard, 292 pages), Jonathan Coe rend hommage aux films hollywoodiens d'avant les années 70, et en particulier à Billy Wilder (1906-2002). Calista, une jeune Anglo-grecque (personnage imaginaire), est la narratrice de cette histoire, qui suit le tournage en 1977 de l'avant-dernier film du réalisateur, Fedora, avec William Holden, Marthe Keller (qui à l'époque vivait avec Al Pacino) et José Ferrer. Le tournage s'est passé à Paris et en Normandie, à Munich et à Corfou (en Grèce). Par un concours de circonstances, Calista est devenue l'assistante du co-scénariste du film, I.A.L. (dit Iz) Diamond qui a été le scénariste d'au moins dix films de Billy Wilder, à partir de Certains l'aiment chaud (1959). Par là même, Calista devient un peu la confidente de Billy Wilder qui s'est rendu compte que le cinéma d'Hollywood d'antan a été supplanté par un nouveau cinéma dirigé par les "barbus" comme Steven Spielberg. D'ailleurs, Fedora n'a pas trouvé de financement américain. Les producteurs éventuels n'ont pas été intéressés par le scénario et c'est pourquoi Fedora est une production franco-allemande. Billy Wilder, comme d'autres réalisateurs de sa génération, a été obligé de fuir l'Allemagne nazie et quand il tourne Fedora, il n'était pas revenu en Europe depuis la guerre. Même s'il est content (il a le plaisir de remanger du brie de Meaux), les souvenirs les plus sombres de sa vie ressurgissent. Calista, qui ne connaissait rien au cinéma, se met à lire des encyclopédies sur le sujet. Elle ne connaissait pas non plus l'oeuvre de Billy Wilder qui a été très influencé par Ernst Lubitsch. Plusieurs années plus tard, à Londres, Calista mariée et mère de jumelles aura choisi sa profession: orchestrer des musiques de films. Pendant le tournage à Munich, elle croise Miklós Rózsa, le compositeur de musiques de films comme Assurance sur la mort, Ben Hur, Madame Bovary et des centaines d'autres. Ce roman qui se lit très agréablement m'a donné envie de revoir Fedora (en DVD). Un roman à lire et un film à voir. En postface, Jonathan Coe liste tous les témoignages et articles qui lui ont servis pour l'écriture de ce livre. Je vais me répéter, Jonathan Coe est un écrivain de talent dont j'ai lu presque toute l'oeuvre.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 13 juillet 2021

Présidents - Anne Fontaine

Présidents d'Anne Fontaine est une belle fable dans laquelle on cotoie deux anciens présidents de la république, Nicolas et François. Et l'on rit beaucoup. Nicolas (Jean Dujardin, très bien) s'occupe de passer l'aspirateur chez lui (il s'ennuie) tandis que sa femme est chanteuse lyrique. François (Grégory Gadebois, excellent), lui, vit une petite vie tranquille auprès d'Isabelle (Pascale Arbillot, qui a les répliques les plus amusantes), sa femme vétérinaire, en Corrèze, près d'Uzerche. Les prochaines élections présidentielles approchent et Nicolas craint que le RN ne gagne. Il aimerait éviter à nouveau un deuxième tour entre Emmanuel et Marine. Nicolas décide de prendre le train pour aller visiter François et le sortir de sa retraite. François est apaisé mais il a eu mal à se remettre de la trahison de Macron (le nom du président de la république en exercice est explicitement nommé). Nicolas a l'idée de créer un nouveau parti, "La France pour toujours", qui s'allierait avec le parti EELV (Europe Ecologie Les Verts). Nicolas a un mal fou à prononcer le nom de ce parti car il bute sur les mots de manière cocasse. J'ai aimé ce film pour les personnages jamais caricaturaux. Les femmes ont le beau rôle. La fin optimiste m'a plu et j'ai trouvé qu'Anne Fontaine avait beaucoup d'empathie et de tendresse pour les personnages. Un joli film. Lire les billets de Pascale et Henri Golant

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 10 juillet 2021

Mort aux hypocrites - Petros Markaris

P1120439

Que j'ai été contente de constater que Petros Markaris (né en 1937) avait encore écrit un roman, Mort aux hypocrites (Seuil, 330 pages), dans lequel on retrouve, à Athènes de nos jours,  le commissaire Kostas Charitos, sa femme Adriani (un cordon bleu), sa fille Katérina avocate qui accouche d'un petit garçon appelé Lambros, et son gendre cardiologue Fanis. Kostas est très content d'avoir un petit-fils. La vie s'organise autour de Lambros. Tout le monde est "gaga" devant lui. Cela n'empêche pas que les crimes ne s'arrêtent pas. Charitos  et ses collègues vont être confrontés à des attentats à la voiture piégée. Les morts s'accumulent et l'enquête se révèle difficile. Les attentats sont revendiqués par l'"Armée des Idiots Nationaux". Au cours de l'enquête, les policiers découvrent que les victimes avaient une face obscure, n'hésitant pas s'enrichir sur le dos des autres et à dire des contre-vérités sur l'économie grecque, faisant fi des chômeurs et autres personnes en difficulté. Charitos, quant à lui, apprend qu'il a une promotion (bien méritée selon sa femme Adriani). Un roman aussi sympathique que les précédents de l'écrivain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 7 juillet 2021

Trois essais co-signés par Philippe Labarde et Bernard Maris

C'est de nouveau à Bernard Maris, assassiné chez Charlie Hebdo, que je (ta d loi du cine, "squatter" chez dasola) voudrais rendre hommage ce mois-ci, neuf mois après le précédent billet que je lui avais consacré. Je vais tâcher de présenter les trois ouvrages qu'il avait co-signés, il y a une vingtaine d'années, avec Philippe Labarde.

P1110669

Cette fois-ci, ce n'est pas un, pas deux, mais trois livres parus aux éditions Albin Michel que je vais survoler (après celui co-signé Cayat / Fischetti). Pour en raconter l'histoire: j'ai trouvé deux de ces ouvrages dans une armoire de "livres à prendre" dans le hall en bas de chez la coordinatrice de l'AMAP dont je fais partie. Après les avoir lus, j'ai cherché à me procurer le troisième.

Commandé chez mon libraire de quartier, l'exemplaire que j'ai reçu m'a interpellé car il affichait un prix de 23 euros (bizarre pour un livre publié en 1998 et qui ne comportait aucune mise à jour bibliographique ni indication de date de réimpression!). J'ai quand même déniché la mention "Imprimé en France par Lightning Source [+ adresse]", et, en creusant un peu, j'ai découvert qu'il s'agissait de la filiale française d'un groupe d'impression à la demande... 

Pour le contenu des livres eux-mêmes, je trouve aujourd'hui difficile d'en parler à qui ne les a pas lui-même lus. Le ton en tient surtout de la diatribe (que, pour ma part, je trouve plutôt pleine de bon sens), mais tout le monde ne partagera sans doute pas les avis, aussi tranchés que tranchants, des auteurs. 

Dans Ah Dieu! Que la guerre économique est jolie (1998), le thème est la déconstruction du primat des fameuses "lois du marché" que l'on nous mettait (déjà depuis quelque temps) à toutes les sauces à la fin du XXe siècle. Les auteurs mettent, par exemple, quelques coups de projecteur venimeux sur l'angoisse du banquier quand il accorde des prêts (alors que les Etats se précipiteront à l'aide des banques en cas de défaillance des créanciers) ou la souffrance des malheureux patrons lorsqu'ils sont contraints de licencier... pour s'en gausser, bien sûr. Comme si les sacrifices demandés aux "petits" étaient partagés par les "gros". Citation p. 206: "...le capitalisme, dont le nom politiquement correct est devenu le marché, n'est pas fondé sur l'égalité, mais sur la puissance: le peon libre à la porte de l'hacienda choisissant de travailler ou non et choisissant son latifundiste accompagné de sa milice". Les 216 pages de ce (court) bouquin sont subdivisées en une préface (de Serge Halimi), un prologue, 5 chapitres et un épilogue.

La bourse ou la vie (mai 2000) apporte la déconstruction d'un discours assez dominant à l'époque par lequel la presse vantait fréquemment les "fonds de pension", l'actionnariat individuel... Les auteurs nous expliquent, preuves, exemples et statistiques à l'appui, en quoi fonder une "société meilleure" sur ce pur jus capitaliste serait ou sera (est?) une erreur. Citation p.124: "Où est la démocratie dans le système des stock-options, simple avance sur pillage? Actionnaire, ça s'achète. Citoyen, ça se mérite". Et encore, le bouquin date d'avant l'explosion de la "bulle internet", de l'économie virtuelle vantée à grands sons de trompette à la fin du XXe siècle. Cette fois-ci, le sommaire détaillé (toujours pour 5 parties précédées d'un prologue et suivies d'un épilogue) tient sur 3 pages, pour 197 pages de texte - mais le papier est plus "bouffant". 

Enfin, Malheur aux vaincus (janvier 2002) s'est avéré le dernier ouvrage publié en collaboration. Citation (p.161): "Trois livres, trois Labarde-Maris, et au final on retrouve la question essentielle: la propriété. Ça valait le détour. Montrer que le marché est morbide, raciste, inefficace. Reste à s'attaquer à son fondement". Je ne sais pas si la pub de Philip Morris de 2001, épinglée p.101 (en gros, un cancéreux du poumon qui trépasse, c'est 1227 dollars potentiellement économisés par la République tchèque) était à prendre au premier ou au dixième degré. Plus globalement, le libéralisme ne rêve que de faire argent de tout, y compris de ce qui devrait rester des "biens communs". 179 pages, même schéma que les précédents - 7 parties cette fois-ci, dont le détail des thèmes égrenés tient aussi sur 3 pages. 

Bref, une fois de plus, je ne peux guère que conseiller à mes lecteurs, qui n'avaient (qui sait?) peut-être jamais entendu parler de ces ouvrages avant de tomber sur le présent billet, de les lire eux-mêmes, pour se forger leur propre opinion. 

Les trois ouvrages contiennent bon nombre de citations d'articles de presse "contemporains"... (journaux économiques, mais aussi Le Monde... dont Philippe Labarde a été chef du service économique et directeur de l'information). Concernant ce co-auteur, j'ai trouvé une courte vidéo (45 secondes!) où Philippe Labarde dit quelques mots sur sa rencontre avec Bernard Maris. 

J'ai aussi trouvé sur le site de L'Express une chronique du 2e livre publiée il y a 20 ans. Ainsi que celle de Goguengris, concernant le premier, sur Sens Critique.  

 ***

PS: je viens de vérifier, mais l'histoire "officielle" (sur la page dédiée de son site internet) de Charlie ne va toujours pas plus loin que le 17 juillet 2015. Ne serait-il pas temps de rajouter une phrase ou deux à son histoire, pour le journal satirique, laïque, politique et joyeux?

*** Je suis Charlie ***

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 5 juillet 2021

Gagarine - Fanny Liatard et Jérémy Trouilh / La fine fleur - Pierre Pinaud

Je veux chroniquer deux films français qui m'ont beaucoup plu, chacun dans leur genre.

Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh est un film poétique à la limite du documentaire. D'ailleurs, avant de tourner ce long-métrage, les deux réalisateurs avaient réalisé un court-métrage documentaire sur les habitants de la cité Gagarine en 2015. Ce court-métrage de 16 minutes s'est transformé en long. Ils ont tourné en 2019 à la veille de la destruction de la Cité Gagarine à Ivry sur Seine. Cette cité construite au début des années 60 et inaugurée par Youri Gagarine lui-même constituait un ensemble résidentiel d'HLM où ont vécu des centaines de familles. La destruction de la cité après 55 ans d'existence a été décidée car la cité construite en briques présentait des fissures et était devenue vétuste. La mort dans l'âme, les habitants ont quitté la cité pour habiter ailleurs. Seul Youri, un jeune Noir âgé d'environ 16 ans, fait de la résistance. Sa famille est partie mais lui reste. Très attiré par le ciel et les étoiles, il rêve d'être astronaute. Il transforme un des appartements de la cité en vaisseau spatial. Diana (Lyna Khoudri) dont il est amoureux et Hassam (un copain) l'aident au mieux. Il y a de très beaux moments comme celui celui vers la fin: c'est la nuit, la cité doit être détruite, et tout à coup des lumières clignotent dans les bâtiments. C'est du morse et on a l'impression que la cité décolle. Elle ressemble à un vaisseau spatial. Je recommande chaudement ce film.

Dans La Fine fleur de Pierre Pinaud, j'ai eu le plaisir de voir Catherine Frot dans le rôle d'Eve Vernet, créatrice de roses. L'histoire m'a beaucoup fait penser à celle du film Les parfums avec Emmanuelle Devos. Cela fait plusieurs années qu'Eve se bat pour ne pas vendre son entreprise familiale qui périclite. Elle n'arrive pas à créer LA rose qui pourrait lui faire gagner un prix au concours international de Bagatelle. Lamarzelle, un concurrent, lorgne sur son exploitation de roses. Heureusement Véra, l'employée comptable d'Eve, la soutient depuis toujours. C'est elle qui a l'idée d'embaucher trois personnes en insertion. Fred, un jeune délinquant, a une rose tatouée sur son bras. Il cherche désespérément à  renouer avec ses parents qui ont perdu leur autorité parentale. Samir, lui, est un cinquantenaire qui rêve de trouver un CDI. Quant à Nadège, c'est une jeune fille d'une timidité maladive. Tous les trois n'ont bien évidemment aucune connaissance en horticulture en général et sur les roses en particulier. Les vies de toutes ces personnes vont changer. Je conseille absolument ce film que le réalisateur a dédié à sa mère. Il y a une chanson pendant le générique de fin que je ne connaissais pas: La rose et l'armure d'Antoine Elie. J'ai adoré. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 3 juillet 2021

Jeff Hawke - Sydney Jordan

               cli9-3              DesHistoiresetdesBulles

Ce coup-ci, c'est en début de mois que paraît ma quatrième contribution pour le Challenge de la planète Mars (en tant que ta d loi du cine, "squatter" chez dasola). J'espère que la bande dessinée que je présente sera bien acceptée pour le challenge Des histoires et des bulles de Noctenbule. En tout cas, comme mes billets précédents, je l'inscris aussi au 9e Challenge de l'imaginaire proposé par Ma Lecturothèque (challenge dont voici le bilan des 6 premiers mois).

P1120339   P1120340   P1120341

Sydney Jordan, dessinateur des albums de la série de BD dont trois albums figurent ci-dessus, est toujours vivant (il a aujourd'hui, je crois, 93 ans - né le 28 mai 1928... selon une source sur la fiabilité de laquelle je m'interroge *), même si sa seconde série (Lance McLane - que je n'ai jamais lue) a cessé de paraître dans le Daily Mail en 1988. Sa première série, celle qui est le sujet de mon article du jour, Jeff Hawke, a été publié sous forme d'une "bande" (strip) quotidienne dans le Daily Mail (?) de 1955 ** à 1974. Il y a eu 6487 strips en N&B représentant 69 histoires. Parmi la dizaine d'albums qui semblent avoir paru en France, j'en possède aujourd'hui 9. Je ne vais évoquer que les trois photographiés.

Le héros éponyme, Jeff Hawke, entouré de quelques comparses, connaît, sur terre (ou sous la mer!) des aventures fantastiques, parfois aux prises avec des extraterrestres plus ou moins sympathiques. Il se retrouve aussi dans notre "banlieue proche" (en orbite terrestre ou au travail sur la lune), ce qui pourrait s'avérer réaliste dans la décennie qui s'ouvre (dans notre XXIe siècle, je veux dire). Mais il est également, quelquefois, transporté dans une [autre] galaxie très lointaine, ici ou là, par des civilisations venues des étoiles et infiniment plus avancées que la nôtre (pour le bien ou pour le mal!). 

Une édition intégrale, que Glénat a entrepris de publier en 1982, après avoir commencé au cours des années 1970 par faire paraître en albums la traduction en français d'épisodes choisis parmi les 69 déjà parus en anglais à l'époque, est restée inachevée sans explication (on peut subodorer des ventes insuffisantes?). Dans le premier tome, la première aventure, "Space rider", pose un cadre. Le capitaine Jeff Hawke, pilote d'essai de la RAF, pilote le prototype d'avion le plus rapide qu'aient construit les terriens. On fait appel à lui quand apparaît sur les radars une soucoupe volante et que des chasseurs classiques s'avèrent incapable de l'intercepter. Les bienveillants extraterrestres, ayant détruit son avion mais lui ayant sauvé la vie, lui offrent le choix, soit de le ramener illico sur terre après lui avoir effacé la mémoire, soit de le former pour qu'il devienne, en quelque sorte, celui qui guidera les terriens sur la "voie promise" vers les étoiles... Et s'ensuit, une fois son choix fait, une première "mise à l'épreuve" qui n'est pas sans rappeler quelque peu les aventures d'un Flash Gordon / Guy l'Eclair sur la planète Mongo! Le tout est bouclé en 138 "strips". 

La compagne d'aventures était apparue assez vite (p.41) P1120431 - forte tête (p.67). P1120435  P1120430 

Et maintenant, pour justifier cette présence dans le Challenge, les voici face aux Martiens! Ramené (comme promis) sur terre (à partir du strip N°139), notre Jeff Hawke va ensuite y être confronté à sa deuxième aventure, "L'invasion des Martiens" (nous y voilà!) pour de longues péripéties (jusqu'au "strip" 502, soit 92 pages). 

P1120427 Quelques méchants Martiens... (p.58-59) P1120428  P1120429 et des gentils... P1120432 (p.73)  P1120433 (p.78) P1120434 (et p.79). Hé oui, pour conquérir une nouvelle planète, il semble y avoir besoin de quelques modifications physiologiques... 

Mais si la troisième aventure du recueil voit encore la présence d'Ultar, désormais simple comparse (fin au strip 642), nos Martiens humanisés disparaîtront assez vite de la mémoire des scénaristes successifs (si j'ai bien compris).  

Dans le recueil titré Un corps étranger paru en 1981 (avant le début de l'Intégrale - le titre provient du "récit" N°30), la première aventure, "Un colis pour l'espace", ramène Jeff sur la planète Mars, où il supervise l'installation de la première base. On repart d'un terrain vierge (aucune allusion à Ultar ou à ses compatriotes). Le scénario postule la présence de quelques rares ressources en eau sur cette planète par ailleurs aride et désertique. Les terriens y réveillent un artefact extramartien ... et assoiffé. Mais je n'ai pas réussi à identifier, à partir seulement de la liste en anglais des épisodes publiés (qui figure dans le tome 2 de l'Intégrale), quelle peut être cette aventure (éventuellement, la N°24, "The changeling" ?). 

p.7: P1120436 p.19: P1120437 p.21: P1120438

Enfin, j'ai souhaité clore mon évocation de cette belle bande dessinée "classique" en évoquant mon épisode préféré (même s'il ne concerne pas Mars). Elle figure dans un mince recueil titré Chacondar, publié en 1979 et qui rassemble trois aventures, dont les deux premières s'intitulent "Coup de lune" et "Le naufragé de l'espace". C'est de celle-ci que je vais principalement parler: avec mon esprit "terre-à-terre", hé bien, c'est cette aventure-ci qui m'a toujours fait rêver... chaque fois que je l'ai relue, depuis son acquisition en 1990. Et bien plus que toutes les histoires d'extra-terrestres et de planètes autres que la terre à explorer.  

P1120423 Le naufragé de l'espace, dans sa capsule en perdition, croit avoir une hallucination... (p.22-23). P1120424

Tout s'explique après quelques recherches... (p.32) P1120426 (... et p.29) P1120425 

Terminons en disant que, outre les albums édités chez Glénat, il en existe aussi un publié naguère aux Editions du square, vu que quelques aventures sont parues dans Charlie mensuel. Quant au seul qui me manque à ce jour (et que je n'ai jamais eu entre les mains), paru chez Glénat, il s'appelle Les vents de Mars, et contient, je suppose, l'aventure n°67 (sur au moins 79 parues en "strips"). Je peux encore espérer le dénicher avant le 31 mars 2022 !

* Sur ce coup-là, il parait difficile de se fier à Wikipedia (consulté le 04/07/2021): l'article "Sydney Jordan" parle de publication dans le Daily Mail, cependant que celui sur "Jeff Hawke" parle de publication dans le ...Daily Express. Et Babelio donne 1931 comme année de naissance de l'auteur!

** D'autres sources disent (...si je comprends bien) qu'elle a débuté en février 1954 en Angleterre?

***

Edit du 12 juillet 2021: j'ai essayé hier de m'inscrire (et d'inscrire le présent billet) au Challenge Summer Star Wars The Mandalorian proposé par le RSF Blog [Lhisbei & Cie] et débuté officiellement le 21 juin. J'attends des nouvelles pour savoir si je pourrai mettre le logo en haut de mes prochains billets ou non... 

summer-star-wars-mandalorian-430x340

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 1 juillet 2021

Coco chancelle - N°15

Il y a 10 mois, je [ta d loi du cine, "squatter" chez dasola] n'aurais jamais pensé à titrer ainsi... Humons donc notre plein air de liberté tant qu'on le peut!

En début de mois de juin 2021, le plaisir du déconfinement estompait les nouvelles du virus proprement dites (ou alors, c'est moi qui étais blasé?). Et puis, Delta est arrivé...

01/06/2021: et c'est reparti, mon Kiki? La Chine fait état d'un premier cas de grippe H10N3. Plus de nouvelles depuis?

01/06/2021 encore: l'OMS a demandé de changer le nom des variants, pour ne pas stigmatiser... Ah, on est bien dans une ère de com'... mondiale!

02/06/2021: oups, plus de 10 millions de morts dans le monde, et pas 3 millions et quelque? Bah oui: de nombreux pays n'ont même pas le moyen de "tester" leurs morts, dont une grande partie meurent à domicile (bizarrement, ce sont les mêmes pays - "non solvable"? - qui n'ont les moyens ni de soigner ni de vacciner...). Bah, n'en parlons plus... Démarche des pays développés pour aider les autres (si j'ai bien compris): "on vous donne de l'argent. Ensuite, soyons concurrents pour acheter des vaccins aux laboratoires...".

04/06/2021 - Jusqu'à quel point faut-il crier "Vive la distanciation sociale"? Cela se passe en Norvège... Restons gaulois!

10/06/2021: nouvelle attestation disponible à télécharger, avec 6 motifs de déplacement entre 23 h et 6 h du matin, jusqu'au 30 juin 2021. Ma première réaction: "c'est pas celle-là qui coûtera la vie à trop d'arbres!"...

10/06/2021: que faire si vous êtes cas contact alors que vous êtes bien dûment vacciné? Eh bien, exactement comme si vous n'étiez pas vacciné: à l'isolement! Parce que le vaccin ne garantit ni contre l'expression de la maladie ni contre sa transmissibilité (on manque d'informations...). Il paraît (jusqu'à preuve du contraire) qu'on ne développe, par contre, plus de forme grave. Donc, si je comprends bien, aujourd'hui, les vaccins ont pour unique finalité d'éviter l'engorgement de nos quelques milliers de lits de réanimation ou quelques dizaines de milliers de lits d'hôpitaux. Youpi.

12 juin 2021: aucun commentaire (ce serait malséant) sur le clofoctol de l'Institut Pasteur...

14/06/2021: Une entreprise qui oblige ses salariés à lui dire s'ils ont, ou non, été vaccinés? Pour le moment, c'est aux Etats-Unis que cela se passe...

Les marins de notre marine nationale ont sans doute tous été vaccinés (au moins ceux du "groupe aéronaval" comprenant le porte-avions Charles de Gaulle). Je doute qu'on leur ait laissé le choix (ou alors, ils n'embarquaient pas?). Mais je ne suis pas sûr que les militaires soient des salariés comme les autres.

14/06/2021 - allez hop, un peu de pub: connaissez-vous déconfifoly?

14/06/2021: les anticorps que notre corps génère (normalement) après avoir été en contact avec le virus sont bien plus durables que ce qu'on envisageait jusque-là (13 mois!), surtout s'ils sont renforcés par un vaccin? Sans vaccin, déjà, c'est pas si mal...

16/06/2021: tous les jours, on en apprend, du nouveau... Utiliser deux vaccins différents pour les deux piqûres serait plus efficace qu'utiliser deux fois le même. Surtout si la marque du second utilisé ne commence pas par un A?

20/06/2021: le variant delta ne sera pas inquiétant pour cet été, selon Olivier Guérin, membre du Conseil scientifique. Je m'inquiète.

28/06/2021: six Français sur dix craignent un rebond de l'épidémie en septembre. Craindre, je sais pas (il parle d'où, ce sondage Yougov?). Mais attendre, ça, je suis tout à fait en phase avec (couvre-feu et/ou confinement à la clé?). On "calcule" notre Delta?

21/06/2021 Le coronavirus pourrait changer la structure physique du cerveau et diminuer son volume (dans les zones de la mémoire et des émotions...). Par rapport à la courbe actuelle de l'abstention aux élections politiques, est-ce une bonne ou une mauvaise perspctive?

23/06/2021: singularités: masque plus obligatoire mais gardé, anxiété sociale et psy... Pff...

23/06/2021: un espoir inespéré? Bientôt, en France, on devrait arriver à savoir combien de personnes vaccinées sont hospitalisées pour Covid-19 (ce n'était pas possible pour cause de bases de données incompatbles...). Ya-hoo!

Ce fameux variant "delta", il semble être passé en quelques semaines de 0,1% des cas à plus de 10%. On verra bien si, comme ailleurs, il peut non seulement contaminer certaines personnes dûment vaccinées, mais aussi en envoyer certaines à l'hôpital (lesquelles? Toujours les mêmes "populations à risques", ou bien d'autres?).
Et ces données qu'on nous distille... Comment les prendre? Quelle pilule passe mieux? Valeurs absolues ou pourcentages? Les deux bien sûr, mon capitaine. Mais s'il faut vraiment choisir, je préfère disposer de la valeur absolue, charge à moi de calculer le pourcentage que cela représente...

Suite au prochain numéro!

Posté par ta d loi du cine à 01:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 30 juin 2021

Sans un bruit 2 - John Krasinski

Sans un bruit 2 de John Krasinski, la suite de Sans un bruit (2018), devait sortir le 18 mars 2020, mais le confinement est passé par là. Le film vient de sortir le 16 juin 2021, soit 15 mois après la date prévue initialement. J'avais aimé le premier et j'avais hâte de voir la suite. En prologue, on assiste à l'arrivée des extraterrestres venus du ciel. On entend comme des bruits d'avions et tout à coup, ils sont là et c'est la panique. Pour ceux qui n'ont pas vu les deux films, les extraterrestres sont des êtres hideux ultra-sensibles au bruit. Dès qu'ils entendent ne serait-ce qu'un murmure, ils se dirigent vers la source du bruit et c'est le carnage. Dans ce deuxième volet, on retrouve Evelyn Abbott et ses trois enfants. Regan, une adolescente sourde, Marcus, et le dernier-né, un nourrisson qu'Evelyn porte. C'est en cheminant sans véritable but que Marcus se blesse cruellement le pied avec un piège à loup. Cherchant un refuge, ils croisent le chemin d'un homme hirsute, Emmett. Juste avant l'arrivée des extraterrestres, Emmet, sa femme et son fils fréquentaient les Abbott. Maintenant tout a changé. Il vit seul dans un genre de grand caisson au sous-sol d'une usine désaffectée. Il ne veut pas que les Abbott s'éternisent. Cependant, il va accepter d'aider Megan qui a une idée pour se débarrasser des extraterrestres. Je vous laisse découvrir ce qui va arriver. Il est préférable d'avoir vu le premier Sans un bruit. On comprend mieux certaines choses, comme par exemple pourquoi Evelyn a un bandage au pied. Ce film m'a fait autant peur que le premier même si on n'a plus la même surprise concernant les extraterrestres. Un très bon film de genre.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 27 juin 2021

Médecin de nuit - Elie Wajeman

Médecin de nuit, qui dure 1H22, permet à Vincent Macaigne de trouver un rôle qui lui convient bien. Il interprète avec talent Mickaël, un médecin pris dans un engrenage infernal par la faute de Dimitri (Pio Marmaï), son cousin pharmacien, criblé de dettes. A la demande de ce dernier, il prescrit du subutex à des toxicomanes. Mais on apprend que le subutex fait l'objet d'un marché noir dans d'autres pays où il se revend très cher. Quand le film commence, Mickaël est convoqué par une inspectrice de la sécurité sociale qui s'interroge sur les nombreuses prescriptions de ce médicament. Il risque d'être radié de l'ordre des médecins. En tant que médecin de nuit, Mickaël est un brave type dévoué à ses patients avec qui il prend le temps de parler. Dans sa vie personnelle, Mickaël a des problèmes de couple avec sa femme Sacha, qui lui reproche de ne pas être assez présent pour elle et leurs deux filles. Mickaël retrouve de temps en temps sa maîtresse Sonia (Sara Giraudeau), qui travaille dans la pharmacie de Dimitri. Ce dernier, de plus en plus endetté, demande à Mickaël de prescrire du fentanyl (un médicament qui fait des ravages aux Etats-Unis). Mickaël refuse. Je ne vous dévoilerai pas la fin qui est logique. On ressent de l'empathie pour Mickaël grâce à l'interprétation de Vincent Macaigne. Rien que pour lui, le film, qui comporte des scènes violentes, vaut la peine d'être vu. 

PS : Je suis d'accord avec Pascale pour dire que le rôle de Sara Giraudeau n'apporte rien au film et aurait pu être coupé. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 24 juin 2021

Les deux Alfred - Bruno Podalydès

En général, je ne suis pas trop fan des films de Bruno Podalydès mais j'avoue avoir beaucoup apprécié Les 2 Alfred (ce sont deux petits singes en peluche qui forment un "doudou").  Et j'ai souvent ri. Alexandre Duveteux (Denis Podalydès) est marié à une sous-marinière partie pour quelques mois. Leur couple semble battre de l'aile car Alexandre a trompé sa femme. Il s'occupe seul de ses deux enfants, un petit garçon de cinq ou six ans et une petite fille encore bébé appelée Ernestine. Alexandre qui est au chômage a un découvert bancaire. Heureusement, il décroche un job de "Reacting process" dans une start-up appelée "The Box" où les employés ne doivent pas avoir d'enfants. "No Child" (pas d'enfant) est leur devise. Disponible H24, chaque employé fixe lui-même son salaire. Alexandre s'adapte au mieux à sa nouvelle situation grâce à un certain Arcimboldo (il a un nez en forme de courgette), qu'Alexandre a rencontré dans une crèche. Arcimboldo (Bruno Podalydès lui-même) accepte de s'occuper des enfants d'Alexandre pendant que ce dernier travaille même s'il ne sait pas trop ce qu'il doit faire à son poste. Tout en s'occupant des enfants, Arcimboldo récupère des drones tombés du ciel après qu'ils (les drones) aient fait des livraisons. Il revend plein de choses sur "Ebay". Chez "The box", Alexandre fait la connaissance de Séverine (Sandrine Kiberlain, excellente) sa supérieure hiérarchique, stressée comme tout. Le téléphone greffé à l'oreille, elle se déplace en voiture autonome qui ne lui obéit pas tout le temps. L'histoire nous entraîne dans un monde hyperconnecté et uberisé mais où restent présentes la poésie, un peu de folie, de la magie et de la tendresse. J'ai passé un excellent moment devant ce film que je conseille.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,