mercredi 14 mai 2014

D'une vie à l'autre - Georg Maas / Girafada - Rani Massalha

Voici deux films que j'ai vus la semaine dernière.

Je commence par D'une vie à l'autre de Georg Maas. Je trouve assez exagéré (mais l'accroche publicitaire est ainsi) que l'on puisse dire que ce film est "le croisement réussi entre La vie des autres et Borgen". On est quand même loin du compte. Le film traite d'une histoire peu connue et traitée: les enfants du "Lebensborn". Entre 1936 et 1945, en Allemagne, des femmes célibataires ou mariées accouchaient dans des maisons du Lebensborn et confiaient leur nouveau-né à cette association. Les enfants que l'on élevait étaient destinés à faire partie de la future élite du Reich. L'histoire du film se déroule en Norvège qui a tenue une place particulière dans les Lebensborn. Les Norvégiens, considérés comme les descendants directs des Vikings, correspondaient à la conception idéale de l'homme germanique. Plus de 10 000 enfants sont nés des liaisons entre femmes norvégiennes et soldats allemands entre 1940 et 1945. Les bébés étaient enlevés à leur mère pour être élevés dans des foyers en Allemagne. L'action du film (inspirée de faits réels) se passe en 1990, (un an après la chute du Mur). Nous faisons la connaissance d'une Norvégienne, Katrine Evensen (Juliane Köhler), qui fut élevée dans un foyer du Lebensborn dans les années 50 en Allemagne de l'Est. Ayant réussi à s'enfuir de RDA 25 ans plus tôt, elle a miraculeusement retrouvé Ase, sa mère norvégienne (Liv Ullmann). Depuis, Katrine a mené une vie rangé entre son mari, un marin de l'armée norvégienne, et sa fille qui vient de la faire grand-mère. Mais on apprend assez vite que Katrine n'est pas celle que l'on croit. Le film comporte des "flash back" avec une image granuleuse (pas terrible comme procédé). J'aurais aimé être plus émue par cette histoire qui nous montre le rôle qu'a joué la terrible Stasi (les services secrets de la RDA). C'est un film honnête mais sans plus.

Maintenant, je passe à Girafada de Rani Massalha, qui ne se donne plus que dans une seule salle à Paris. J'ai trouvé le film "gentillet". Dans une petite ville de Palestine, Yacine, vétérinaire dans un zoo, a une idée insensée pour faire plaisir à Ziad, son petit garçon. En effet, ce dernier qui vouait une adoration au couple de girafes du zoo est devenu inconsolable depuis la mort de Brownie, le mâle, blessé à mort suite un bombardement. Depuis, la femelle Rita refuse de se nourrir bien qu'elle attende un petit. Avec l'aide d'une journaliste française et d'un vétérinaire israélien, Yacine va réussir à faire passer clandestinement, d'Israël en territoire palestinien, une girafe appelée Roméo. Tout ne se termine pas forcément très bien pour tout le monde et certains personnages (les israéliens) m'ont paru caricaturaux. En revanche, les girafes sont très photogéniques et ont beaucoup de grâce.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 11 mai 2014

Quatre romans lus et non commentés depuis courant mars 2014 (suite)

Voici quatre romans que j'ai lus depuis ces trois derniers mois (dans la continuité de mon article du 14 avril 2014).

P1040821

Je commencerai par La bête de Kenneth Cook (Editions autrement). J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une oeuvre un peu "fond de tiroir" parmi ce que j'ai lu du romancier disparu en 1987. Selon moi, la forme "nouvelle" aurait mieux convenu que celle du roman. Un père et son fils, dans le bush australien, essayent de chasser un énorme sanglier qui dévaste tout sur son passage. L'animal semble narguer les humains en général et ces deux hommes en particulier. Cette "bête" ne se laisse pas prendre et montre une sorte d'intelligence. Jusqu'au bout, on se demande qui va l'emporter. Je vous laisse le découvrir. De l'écrivain, préférez ses nouvelles ou d'autres romans.

 

P1040818

Ne deviens jamais vieux! de Daniel Friedman (Editions sonatine, 330 pages) avait eu de bonnes critiques dans la presse. Pour ma part, je suis restée sur ma faim en compagnie de Buck Schatz, un octogénaire (87 ans) ancien flic qui va de temps en temps prier à la synagogue. Il reprend du service flanqué de son petit-fils Tequila. Ils partent à la poursuite de lingots d'or cachés dans un coffre de banque. Ces lingots sont la possession d'un criminel nazi grabataire pensionnaire d'une maison de retraite. Buck et Tequila ne sont pas tout seuls à la poursuite du magot et les cadavres s'accumulent. Pour ce qui me concerne, ce livre ne m'a pas convaincue du tout. S'il y a de l'humour, cela m'a échappé. Et Buck ne m'a pas du tout attendrie.

 

P1040822

Le diable sur les épaules (Editions Pocket, 544 pages) de Christian Carayon se passe dans les années 20 dans la région du Tarn. Un jeune criminologue, Martial de la Boissière, est appelé en renfort par Camille, l'institutrice du villlage et amie d'enfance de Martial. Un, puis deux, puis trois crimes atroces sont commis à La Vitarelle. Les morts ont des liens. Les crimes ne sont pas commis au hasard. On découvre, en même temps que Martial, une sombre histoire familiale et un crime impuni qui remonte au tout début de la première guerre mondiale. Ce roman est aussi l'histoire de deux frères orphelins qui ont été recueillis par des fermiers mal dégrossis. Christian Carayon, pour son premier roman, fait preuve de talent en manageant le suspens. Le petit reproche que je ferais, c'est que j'ai trouvé le roman un petit peu long (surtout vers la fin). Mais très recommandable.

 

P1040858

Je termine avec Des noeuds d'acier (Editions Denoël, 260 pages) de Sandrine Collette. Après avoir lu moult billets élogieux, je me suis décidé à découvrir ce premier roman maîtrisé et haletant. Je l'ai dévoré en une soirée et le début de matinée du lendemain. Dès que l'on commence, on ne peut pas s'arrêter et on sort groggy (car on se dit que cela pourraît être un fait divers réel). Théo vient de purger une peine de 19 mois de prison pour avoir tabassé et réduit à l'état de légume son frère (ce dernier avait couché avec la femme de Théo). Etant parti se ressourcer dans un coin isolé en France, Théo va connaître l'enfer sur terre. En effet, capturé, enchaîné et réduit à l'état d'animal par deux frères septuagénaires (Basile et Joshua), Théo vit un cauchemar épouvantable. Jusqu'au bout, on attend que surgisse un deus ex machina car on a du mal à imaginer qu'il n'y ait personne pour lui porter secours. Sandrine Collette (dont un deuxième roman est paru) sait captiver son lectorat. Vraiment bien, je conseille. Lire les billets d'Aifelle, Sandrine, Valérie, Mon petit chapitre et Véronique

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 8 mai 2014

My Sweet Pepper Land - Hiner Saleem

C'est grâce à Miriam que j'ai eu envie de voir ce film (je l'en remercie). My Sweet Pepper Land de Hiner Saleem (une coproduction franco-germano-irakienne) se passe au Kurdistan, dans une petite ville coincée à la frontière de l'Irak, de l'Iran et de la Turquie. Baran, héros de la guerre d'indépendance du Kurdistan, accepte un poste de commissaire de police dans une petite ville, afin de fuir les projets de mariage de sa mère, qui lui présente des fiancées potentielles. Le parcours est difficile pour atteindre le village, d'abord en voiture et puis à cheval. Dans le même temps, Govend, une jeune femme de 28 ans, se dirige vers le même endroit, suite à une réunion de famille houleuse avec son père et ses six frères qui ont du mal à lui faire confiance. Elle a accepté de devenir l'institutrice du village. Justement, à propos de ce village, ses habitants sont sous la coupe d'un chef "mafieux", Aziz Aga (entouré de gardes armés à la mine patibulaire), qui se commet dans le trafic d'alcool et de médicaments. Face à ça, Baran est bien décidé à faire respecter la loi, tel un shérif de western. Dès que Baran et Govend sont arrivés, les commérages vont bon train quant à leurs rapports intimes hypothétiques: ils sont voisins, jeunes et célibataires. Sans tout dévoiler, je peux dire que l'histoire se termine plutôt bien pour les héros. J'ai trouvé ce film très sympathique avec un côté féministe pas désagréable. 

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 5 mai 2014

Joe - David Gordon Green

Voici un film noir, très noir (selon moi), qui permet à Nicolas Cage de trouver un très beau rôle (on avait oublié depuis un moment qu'il était un bon acteur). Joe, un ex-taulard qui boit et fume beaucoup mais dur à la tâche, dirige une équipe d'ouvriers noirs. En forêt, ils sont chargés d'empoisonner des arbres qui seront abattus plus facilement pour être remplacés par des pins. Ces hommes vont avoir une aide inattendue en la personne de Gary, un adolescent de 15 ans, battu par son père alcoolique. Gary veut sortir sa soeur et sa mère de leur condition misérable. Joe s'attache à Gary comme un père. Joe est un homme colérique qui se fait tirer dessus, défie les forces de l'ordre, fréquente les prostituées et vit en compagnie d'une femelle pitbull à la mâchoire puissante. L'atmosphère générale est très pesante. J'ai trouvé ce film très violent et un peu glauque. Mais Nicolas Cage est vraiment bien. A vous de (le) voir.

PS: pour répondre à la question d'Alex-6 (voir son commentaire ci-dessous), le jeune Tye Sheridan qui interprète Gary est vraiment bien. Après Mud, il confirme que c'est un (jeune) acteur plein de promesses.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 2 mai 2014

Pas son genre - Lucas Belvaux

Parmi les nombreuses sorties du mercredi 30 avril 2014 figure un film que je vous conseille absolument: Pas son genre de Lucas Belvaux, avec Loïc Corbery (un comédien que je ne connaissais pas) et surtout Emilie Dequenne (absolument formidable). Clément, un Parisien prof de philo (son domaine est la philosophie allemande), est nommé pour un an, à son grand désespoir, dans un lycée de province, à Arras (chef-lieu du Pas de Calais), à 1H30 en train de Paris. Clément est un homme qui ne sait pas aimer. Ses relations amoureuses ont été des échecs. Il n'arrive pas à sauter le pas. Il ne veut pas vraiment s'engager. En revanche, il n'a de cesse de séduire Jennifer (Emilie Dequenne), une coiffeuse arrageoise et fière de l'être, mère d'un petit garçon. Jennifer est tout le contraire de Clément, pas intellectuelle mais très philosophe sur la vie. Pétillante, ayant des goûts simples, elle rêve d'un amour durable. Jennifer a l'habitude de chanter en karaoké avec ses copines du salon de coiffure dans un dancing. La relation entre Jennifer et Clément paraît idyllique mais un mur invisible se dresse entre les deux: ils viennent de deux univers différents. On peut deviner la fin sans vous la dévoiler. Allez voir le film pour la réalisation de Lucas Belvaux (Rapt et 38 témoins) qui filme certaines scènes près des corps et des visages et surtout pour Emilie Dequenne qui crève l'écran et va beaucoup vous émouvoir quand vers la fin elle chante "I will survive". Lire le billet d'Alex-6.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 29 avril 2014

Les sentiers du désastre / Comment voler une banque - Donald Westlake

Voici deux romans policiers très amusants du grand Donald Westlake (1933-2008). Ils ne comportent aucune violence manifeste, et tout ne se termine pas forcément très bien pour les malfrats qui sont les héros récurrents de ces deux histoires et de quelques autres. En effet, j'ai fait la connaissance de John Dortmunder et de ses deux acolytes: Andy Kelp et Stan Murch, des gangsters non violents, cambrioleurs et escrocs "à la petite semaine", embarqués dans des "coups" fumants et fumeux qui partent en vrille. Les histoires très divertissantes se passent toujours à New-York ou dans sa région sur la côte Est des Etats-Unis.

 

P1000012

Dans Les sentiers du désastre (Rivages/noir, 380 pages), sur une idée de Chester Fallon, un copain d'Andy, Dortmunder et sa bande se font engager comme majordome, secrétaire, garde du corps et chauffeur auprès de Monroe Hall, un milliardaire malhonnête. Ce dernier possède une magnifique collections de voitures que guignent les quatre compères. Bien évidemment, rien ne se passe comme prévu et quand les voitures partent dans un musée, Dortmunder et les autres, bien que contrariés, ne perdent  pas leur sang-froid. Ils feront mieux la prochaine fois... C'est distrayant au possible.

P1000011

Je continue avec Comment voler une banque, toujours de Donald Westlake (Rivages/noir, 280 pages), où Victor (ancien agent du FBI et neveu d'Andy) émet l'idée originale de voler une banque. En l'occurrence, il s'agit d'une banque provisoire installée dans un mobile home pendant que la banque "en dur" est reconstruite. Dortmunder, Andy et Stan vont en effet voler la banque avec l'aide de Victor et d'un complice. May, l'amie de Dortmunder sera aussi de la partie. J'ai trouvé l'histoire hilarante et la fin d'anthologie: la banque coule au fond de la mer. M. Westlake avait vraiment beaucoup de talent.

*********************************************************************************************

Avec mon ami, nous avons visionné tout récemment le film Les quatre malfrats réalisé par Peter Yates, qui date de 1972, avec Robert Redford dans le rôle de Dortmunder. C'est une adaptation de Pierre qui roule (The Hot Rock) parue aussi chez Rivages/Noir: Dortmunder & Co sont engagés pour voler un diamant dans un musée pour le compte d'un dignitaire africain. Que de péripéties avant que Dortmunder puisse récupérer le diamant qui, après avoir été volé, transite par une prison, un commissariat et enfin une banque. Tout à fait réjouissant aussi. Je recommande ce DVD.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 avril 2014

96 heures - Frédéric Schoendoerffer / Dans la cour - Pierre Salvadori

Le point commun de ces deux films est qu'ils sont sortis cette semaine, le mercredi 23 avril 2014.

Je commence par 96 heures de Frédéric Schoendoerffer que j'ai voulu voir pour la confrontation entre Niels Arestrup et Gérard Lanvin. Le film est pratiquement un huis-clos qui se déroule dans une grande maison blanche, dont l'architecture m'a fait penser à celle d'un Le Corbusier. Carré (Gérard Lanvin), commissaire de police, est retenu prisonnier par Kancel (Niels Arestrup), qui est libre pendant 96 heures (le temps d'une garde à vue). Je vous laisse découvrir comment. Kancel veut que Carré lui dise qui est la "balance" qui a permis son arrestation trois ans auparavant. Jusqu'au dernier quart d'heure du film qui dure 1H30, il y a peu d'action et de violence, et puis tout s'emballe. Le film se laisse voir. On ne s'ennuie pas. Les rôles féminins sont en retrait mais ont leur importance: Laura Smet joue la fille de Kancel, Anne Consigny la femme de Carré, et Sylvie Testud, la fliquette qui est la collègue de Carré. C'est vraiment un film d'acteurs.

Maintenant je passe au film Dans la cour de Pierre Salvadori (qui a co-écrit le scénario), dans lequel Gustave Kervern et Catherine Deneuve joue Antoine et Mathilde, deux êtres seuls et dépressifs. Ils se rencontrent quand Antoine devient le gardien de l'immeuble où vit Mathilde. Antoine, qui est insomniaque, fait ce qu'il peut pour surmonter sa déprime ainsi que celle de Mathilde quand cette dernière devient, du jour au lendemain, obsédée par une très grosse fissure apparue dans le mur de son salon. Serge (Feodor Atkine), le mari de Mathilde, ne sait pas quoi faire et songe même à la faire interner semble-t-il. Mathilde et Antoine mis à part, certains habitants de l'immeuble ont des manies ou des comportements étranges. Le film bénéficie de dialogues souvent drôles. Il y a de la tristesse qui se dégage de l'ensemble mais ce n'est jamais larmoyant. Le film vaut surtout pour les deux acteurs principaux, Gustave Kervern, vraiment excellent, et Catherine Deneuve qui assume son âge et trouve un beau rôle. Après le film d'Emmanuelle Bercot Elle s'en va, elle continue d'avoir une carrière digne d'intérêt. Lire les billets d'Alex-6, de ffred et d'Alain.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 avril 2014

Les trois soeurs du Yunnan - Wang Bing

Tourné en 2011, le film Les trois soeurs du Yunnan est sorti mercredi 16 avril 2014 dans trois salles à Paris. J'espère que quelques salles en province ont eu la bonne idée de programmer ce documentaire de 2H25 sans musique qui se passe à 3200 mètres d'altitude dans la province du Yunnan en Chine. Yingying (10 ans), Zhenzhen (6 ans) et Fenfen (4 ans) sont trois soeurs qui vivent dans des conditions assez misérables. L'aînée tousse, la plus jeune a des poux, mais elles ne se laissent pas aller (il faut dire qu'elles n'en ont pas le temps). Leur mère semble être partie sans crier gare. Quant au père de 32 ans, qu'on a l'occasion de voir pendant le film, il travaille dans une ville éloignée. Le réalisateur suit la vie des fillettes qui dorment, mangent, se réchauffent auprès d'un feu allumé au centre de la pièce à "vivre" dans une masure, sans électricité, sans eau (il y a un robinet à l'extérieur), sans fenêtre (seule la porte d'entrée ouverte laisse pénétrer un peu le jour). Elles aident leur tante dans les travaux de la ferme: sortir les cochons, ramasser des pommes de terre, faucher l'herbe au milieu d'une nature ventée et assez aride (mais superbe). C'est surtout Yingying, la fille ainée, à laquelle le réalisateur s'attache. Elle ne parle pas beaucoup mais essaye tant bien que mal de faire quelques devoirs scolaires. La caméra n'est jamais indiscrète ni insistante. Nous, spectateurs, sommes immergés dans une Chine inconnue que je vous conseille de découvrir. Lire le billet de Chris.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 20 avril 2014

The best offer - Giuseppe Tornatore / Tom à la ferme - Xavier Dolan

Voici deux films vus pendant ce week-end de Pâques 2014.

Je voudrais d'abord évoquer The best offer du réalisateur italien Giuseppe Tornatore qui a aussi écrit le scénario. Il semble que ce film n'a pas eu beaucoup d'échos dans la presse bien qu'il soit sorti dans pas mal de salles (à Paris et ailleurs). Le héros de l'histoire que j'ai trouvé cruelle et tragique s'appelle Virgil Oldman, la cinquantaine finissante et célibataire endurci. Commissaire-priseur réputé et lui-même riche collectionneur de tableaux (des portraits de femme), il tombe amoureux d'une femme, Claire Ibbetson, qui lui demande d'expertiser et de vendre divers biens plus ou moins précieux entreposés dans une demeure à l'abandon. C'est dans une aile de cette maison qui tombe en ruine que Claire, souffrant d'agoraphobie, vit recluse. Pendant longtemps, il n'y aura que des échanges téléphoniques entre Virgil et Claire. J'ai aimé l'atmosphère délétère qui se dégage de ce film (peut-être un peu long: 2H10). Goeffrey Rush qui interprète Virgil est remarquable jusqu'au bout. J'ai eu de la peine pour le personnage de Virgil (il ne méritait vraiment pas ce qui lui arrive), mais je ne vous dirais pas quoi ni pourquoi, ne voulant pas trop dévoiler de l'histoire dans laquelle un automate datant du XVIIIème siècle fabriqué par Jacques Vaucanson a un rôle à part. J'ai trouvé la musique du film écrite par Ennio Morricone très belle. Un film que je vous conseille.

Maintenant je passe à Tom à la ferme du Québécois Xavier Dolan (il est âgé de 25 ans) qui joue aussi le rôle principal de Tom. Venant de Montréal, Tom arrive à la ferme de la mère et du frère de Guillaume qui a été son petit ami. Guillaume vient de mourir et Tom vient assister à l'enterrement. Agathe, la mère de Guillaume, ignore que son fils était homosexuel. En revanche, Francis, le frère de Guillaume, le savait, et il commence à le faire payer très cher à Tom en le martyrisant. Car, dans cette province québécoise, l'homosexualité semble un sujet tabou. Francis est un "pauvre type" peu sûr de lui et violent. J'avoue que j'ai eu du mal à comprendre le personnage de Tom qui change d'attitude d'un plan à l'autre. Il ne sait pas ce qu'il veut ou pas. Je ne comprends pas pourquoi il se laisse humilier et frapper par Francis. Psychologiquement, ce personnage est un mystère. A part ça, j'aurais aimé que l'on voit davantage Agathe (la mère) et Sarah, une amie de Tom et Guillaume qui apporte de la fraîcheur. Sans avoir aimé tout à fait Tom à la ferme, je le conseillerais tout de même car il y a de beaux moments, dont la séquence d'ouverture avec en fond sonore l'interprétation a cappella de Les moulins de mon coeur de Michel Legrand. Lire les billets d'Alex-6 et ffred.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 17 avril 2014

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? - Philippe de Chauveron

C'est la bande-annonce hilarante qui m'a donné envie de voir ce film. Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu? (sorti hier, 16 avril 2014) ne m'a pas déçue. Avec mon ami avec qui je l'ai vu en avant-première, nous avons en effet beaucoup ri. Dans les cinq premières minutes du film, nous assistons à trois mariages successifs à quelques mois d'intervalle, cérémonies au cours desquelles on remarque deux personnes qui ne sourient pas du tout pour la photo. Claude et Marie Verneuil marient leurs filles, la première avec un Asiatique (bouddhiste?), la deuxième avec un Musulman et la troisième avec un Juif. Comme dirait l'un des trois gendres, pour Claude et Marie, c'est Fukushima. Claude Verneuil (Christian Clavier qui n'en fait pas des tonnes) est notaire, gaulliste, va à la messe. Il vit dans une très belle demeure à la campagne dans la région de Chinon aux côtés de sa femme Marie (Chantal Lauby, très bien). Parents de quatre filles, ils voudraient bien que Ségolène, leur petite dernière, épouse un catholique. Qu'à cela ne tienne, elle leur annonce qu'elle se marie avec un catholique (il s'agit d'un Noir originaire de Côte d'Ivoire). Le film est une suite de situations parfois convenues mais la plupart du temps très très drôles. La salle riait aux éclats. C'est un film qui montre la France multi-ethnique où un Juif peut commercialiser du "bio halal". J'ai retenu la séquence de la messe de minuit et celle où Marie pour ne froisser personne a cuisiné trois dindes: une halal, une casher et une laquée. Je pense que le film va rencontrer un certain succès. Je pense aussi que vous pouvez y aller pour vous divertir.

Posté par dasola à 01:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,